Partagez | 
 

Quand on traque le même gibier... [Fandral]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar
Invité
Invité
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Quand on traque le même gibier... [Fandral]   Jeu 24 Avr 2014 - 20:56
La cible est là, quelque part. Un mutant, que les renseignements ont formellement identifié. Ils savent qu'il se cache dans le Queens, une des rares zones de New York qu'on ne contrôle pas totalement. Une des rares zones où je me sens comme dans un pays étranger qu'on a envahi : en danger. Pour trouver et appréhender le mutant, j'ai divisé mon équipe en deux : une est en observation sur divers toits et dans les rues, la plupart dissimulés en civils, et l'autre, que je commande directement, qui se tient prête à intervenir dès qu'on l'aura repéré. Dans nos gros 4x4, les Humvee si emblématiques de l'Armée Américaine, on patiente, tandis que les transmissions radios fusent. Nos véhicules étant à l'arrêt, on observe les innombrables fenêtres en les balayants de la visées de nos armes, comme si on s'attendait à se faire soudainement tirer dessus. Les badauds nous jettent des regards méfiants, quand ils n'essaient pas tout bonnement d'éviter de croiser notre champ de vision. Juste à côté de moi retentit dans l'habitacle confiné les crachotements de la radio.


- Leader Misfit, ici 2-3. On a la cible en visuel. Restaurant White Castle.

- Bien compris, je réponds. Qu'est-ce qu'il fait ?

- On dirait qu'il attend quelqu'un, mais... Merde ! Je crois qu'il nous a vu ! Il bouge ! Et vite ! Droit sur l'avenue Liberty !


Mon chauffeur n'a pas besoin d'attendre mes ordres, et il démarre aussitôt, entraînant le reste de la colonne derrière nous. La vitesse est de mise, et nous enclenchons les gyrophares pour écarter les rares voitures. Comme si la vision de quatre tout-terrains armés ne suffisait pas à faire fuir toute personne censée. Le moteur rugit alors que nous prenons davantage de vitesse, si bien qu'on arrive bientôt au croisement. Et c'est là que je le vois. L'air paniqué, une abondante chevelure brune en bataille, la cible n'a pas l'air d'avoir beaucoup dormi depuis un certain temps. Dès qu'il nous a vu —ce qui n'est pas très difficile— il repart dans l'autre sens, essayant de nous semer dans la foule et les ruelles.

Je donne rapidement mes ordres, pour qu'une partie de la colonne se détache et verrouille le bloc d'immeubles en contournant par les grandes rues. Mon véhicule continue brièvement sa route avant qu'on ne le voit disparaître dans une ruelle. Réprimant un juron sonore, je sors du Hummer, donnant l'ordre aux autres de me suivre, et aux chauffeurs de ratisser le quartier. Ecartant les civils avec brusquerie de mon passage, j'atteins la ruelle trop tard. La cible est hors de vue. Ne perdant pas de temps, mes hommes se séparent en plusieurs groupes, enfonçant les portes d'un coup de semelle renforcé, en binômes ou tout seul, pour fouiller les appartements et magasins de la rue.

Le calme reprend peu à peu ses droits à mesure que chacun commence à fouiller méthodiquement les rares endroits où la cible aurait pu fuir. Désormais seul, mon regard balaie la pièce avec attention, m'arrêtant sur quelques détails qui pourraient indiquer le passage d'un homme en fuite. Quelque part, j'aimerais être celui qui le trouverait, pour essayer de lui permettre de se tirer. Un autre de mes hommes lui collerait une balle dans le crâne aussitôt... Un mouvement attire mon attention dans une pièce non loin. D'après la configuration, je dirais qu'elle donne directement sur la rue où patrouillent mes gars en véhicules. J'avance vers la porte avec prudence, mon fusil levé, avant de l'enfoncer d'un coup de pied, pointant mon arme sur tout ce qui bouge, le doigt toutefois bien au-dessus de la détente..
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Fenrir Lokison
Divinités
♠ CLASSE & NOM DE CODE : + 60
♠ EMPLOI : Manger tout ce qui passe, ça compte ?
♠ GIF :
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Quand on traque le même gibier... [Fandral]   Ven 25 Avr 2014 - 12:37

« Quand on traque le même gibier... ║ Jake & Fandral »


Il fallait que je sois honnête avec moi-même. Depuis que j'étais arrivé à Midgard, je n'avais guère avancé dans mes recherches. Thor était beaucoup moins repérable que ce que j'avais imaginé, quant à Syf, Hogun et Volstagg, j'ignorais même s'ils avaient réussi à fuir Asgard avant qu'elle ne tombe totalement aux mains des Jötuns. En revanche, j'avais repéré Loki bien plus facilement que prévu ! Cet espèce d'idiot s'affichait comme figure publique de la Grande Purge. A mon avis, il y avait anguille sous roche. Il avait dû passer un accord ou quelque chose dans ce goût-là, je le voyais mal soutenir les efforts des Humains pour exterminer tous les "anormaux" d'autant plus qu'il était considéré comme l'un d'entre eux lui-même. Mais enfin, un de ces jours je lui mettrai la main dessus, et je verrai bien ce qu'il aura à m'en dire.

En attendant, j'avais peut-être finalement une piste. Je quittai donc discrètement l'appartement que j'occupais à présent, sans me faire remarquer de mon colocataire, qui en aurait profité pour me refiler des trucs à faire. Pour une fois, j'avais pris ma rapière avec moi. L'avantage d'une lame aussi fine, c'est qu'on peut très facilement la dissimuler, pour peu qu'on sache bien s'y prendre. Ce qui était mon cas. Et puis de toute façon, je prenais garde d'emprunter les rues les plus désertes, où on avait le moins de chance de me repérer.

Pressé ? Oh que oui je l'étais ! Si ce Mutant avait effectivement des informations sur mes compagnons d'armes disparus, il allait avoir droit à toute mon attention. Et sûrement même à ma protection face à la milice de la Purge. Toute aide était la bienvenue, après tout. Et si je devais me trouver en difficultés, j'aimerais qu'on vienne à mon secours. Même si je devrais être en mesure de m'en sortir seul. Je n'ai peut-être pas de pouvoirs aussi puissants que Loki, ou de marteau enchanté comme Thor, mais je suis parfaitement à-même de me protéger tout seul.

C'est en arrivant sur le lieu du rendez-vous que les choses se corsèrent. Bon sang, mais ils étaient partout ces fichus Midgardiens et leur maudite Purge ! Hum... Du calme, Fandral, réfléchis. La priorité était de retrouver mon informateur. Et je l'aperçus justement, qui s'engouffrait dans une ruelle pour prendre la fuite. Bon, c'était déjà ça.
Ni une ni deux, je filai discrètement et par des chemins détournés -de façon à ne pas être vu- jusqu'au lieu où j'estimai qu'il avait décampé. Si mes suppositions étaient exactes, il devait être entré dans la maison qui se dressait devant moi. Je n'hésitai pas bien longtemps, et m'y glissai silencieusement par l'une des fenêtres ouvertes.
A première vue, personne. En revanche, mon indic' était bien passé par là. Les empreintes de ses chaussures se devinaient sans trop de peine sur le tapis. Au dehors, j'entendais encore les soldats ratisser le quartier. Ah, on ne pouvait pas leur reprocher un manque de détermination, à ceux-là !

Soudain, la porte se trouvant derrière moi s'ouvrit avec fracas. Sans perdre une seconde, je tirai mon épée de sa cachette, faisant volte-face avec cette vitesse qui faisait ma particularité, pour tenir en garde l'homme qui venait de faire irruption dans la pièce. Ce dernier était un soldat. Aïe. Cependant... Il n'avait pas l'air de vouloir tirer sur tout ce qui bougeait. Ca valait le coup de tenter quelque chose.

- Eh bien, j'ai comme l'impression qu'on court après le même bonhomme, vous et moi, hum ? lançai-je avec un léger sourire, sans abaisser la pointe de ma lame. Navré, mais je ne peux pas vous laisser l'attraper, j'en ai besoin.

La seule chose qui aurait pu indiquer que je n'étais pas Midgardien était peut-être ma rapière, puisque j'étais habillé comme un Humain lambda, mais... Qui saurait dire que cette épée venait d'Asgard, franchement ? Par contre, il pourrait me prendre pour un Mutant, au vu de mon comportement et de la vivacité de mes réflexes... Il fallait que je sois prudent.


« Tonight alone you're riding, Onto the other side, Your might untold and waiting, Boy you'll be the final light. Your mother fought the demons, Your brother saw the light, And now we pray the unborn, You and I can't stay alive. Son of a wolf, When the fight is calling, And the night has come, Son of a wolf, Can you hear me calling ? Son of a wolf, Can you see him dying ? Son of a wolf, When the night is dark, Son of a wolf, Can you hear them calling ? »

  (c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Quand on traque le même gibier... [Fandral]   Sam 26 Avr 2014 - 0:15
L'homme était seul dans la pièce. Mais il n'était pas la cible, la différence se faisant principalement au niveau de la couleur des cheveux. S'il s'était agi de n'importe quel civil, il n'y aurait pas eu de problème particulier, après tout, des civils habitaient vraiment New York, et il n'y avait rien d'inhabituel dans le fait d'effrayer des habitants en enfonçant leur porte par erreur. Sauf que la plupart des habitants de la Pomme ne se baladaient pas avec une épée, et sur ceux qui en possédaient une, il n'y en avait que très peu qui menaçaient ainsi les forces armées alors qu'on venait d'enfoncer la porte de leur domicile...

L'inconnu était seul, je venais de le vérifier en faisant rapidement décrire à mon arme un mouvement circulaire pour balayer l'ensemble de la pièce, et n'avait l'air absolument pas surpris de me voir. Au contraire, son ton jovial et son léger sourire laissaient presque à penser qu'il avait tout calculé, et que j'étais tombé droit dans un piège. Autant dire que je n'aimais pas du tout cette situation. Puisqu'il me menaçait toujours de la pointe effilée de son arme —je n'étais pas un spécialiste des longues armes blanches, mais celle-ci n'était très clairement pas une de ces lames émoussées que l'on pourrait trouver chez un antiquaire ou un revendeur— je gardais également mon fusil pointé sur sa gorge, c'était plus sûr pour le tuer que de viser le coeur.

Il avait parlé en premier, presque comme si on venait de reprendre une conversation cordiale, et je fronçais les sourcils. Qu'est-ce qu'il cherchait au juste ? Pourquoi avait-il besoin du mutant ? Par les temps qui courraient, ceux qui avaient besoin des mutants avaient plutôt intérêt à se faire tout petits. Ça ne laissait que deux hypothèses, selon moi. Soit il était un type un peu spécial du gouvernement, soit il était celui qu'attendait la cible. Dans les deux cas, ça en faisait quelqu'un de dangereux, et de pas forcément recommandable.


- Effectivement, répondis-je après un temps. Mais je ne peux pas vous laisser interférer avec une opération militaire. Veuillez vous identifier, monsieur, ainsi que baisser votre arme.


La pièce étant assez grande, je décidais que je ne courrais qu'un risque minime si je baissais un peu le canon de mon fusil, comme un signe d'encouragement. Ce que je fis. L'avantage dans le fait qu'il ait une épée, c'était que le temps qu'il se rue sur moi pour m'en flanquer un coup, j'aurais eu le temps d'épauler et de lui tirer dessus au jugé. Ça n'était pas la même chose que s'il avait une arme à feu. Peut-être que ce type était juste un détraqué. Après tout, ceux qui se battaient encore avec une arme chevaleresque de nos jours devaient vraiment avoir un grain. Ils n'avaient aucune chance face aux armes modernes, quoi !

Tout en gardant mon attention fixée sur lui, je jetais un coup d'oeil plus approfondi à l'endroit. Etait-ce des empruntes de chaussures sur le tapis ? Pas le temps de faire une étude approfondie. Quoi que ce type veuille au mutant, il ne devait pas le trouver. Si le mutant était bien passé par ici, le garder le plus longtemps possible l'empêcherait sans aucun doute de le trouver. Moi aussi, par la même occasion, sauf que moi, je n'avais pas vraiment envie de le trouver... Au contraire, plus je pouvais lui donner de l'avance, plus il aurait de temps pour s'échapper. Pour vivre. Je baissais de façon plus ostensible mon arme, en désignant l'individu d'un coup de menton.


- Baissez ça, vous allez vous blesser. Et vous nous expliquerez pourquoi vous aviez besoin d'un mutant au Poste, je suis sûr que ça sera très intéressant...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Fenrir Lokison
Divinités
♠ CLASSE & NOM DE CODE : + 60
♠ EMPLOI : Manger tout ce qui passe, ça compte ?
♠ GIF :
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Quand on traque le même gibier... [Fandral]   Lun 28 Avr 2014 - 13:12

« Quand on traque le même gibier... ║ Jake & Fandral »


Pour le moment, la situation ne m'inquiétait pas beaucoup plus que ça. Après tout, j'étais réputé pour être un petit malin, et je parvenais toujours à m'en sortir. Enfin... Presque toujours. Disons qu'au moins je m'en sortais en vie. Entier, ça... Ca se discutait. Quoiqu'il ne me manquait encore aucun morceau, même si en revanche je collectionnais les cicatrices en tout genre. Il fallait dire que même si la plupart du temps je faisais preuve de prudence lors des batailles, il arrivait que mon côté tête brûlée me pousse au devant des ennuis. Un peu comme maintenant, à bien y réfléchir...

Bon, l'avantage que j'avais, là, c'est que mon interlocuteur ne semblait pas agressif pour deux sous. Enfin, dans la mesure du raisonnable, j'entends, évidemment. Parce que me trouver au bout d'un fusil, je ne trouvais pas ça particulièrement plaisant non plus. Ceci dit, j'avais déjà connu pire... J'avais donc largement moyen de relativiser.
Je ne bougeai pas d'un pouce lorsque le soldat inspecta d'un large coup d'oeil la pièce où nous nous trouvions, avant de reporter son attention sur moi. L'expression du visage sereine et impassible, je ne laissais absolument rien filtrer d'autre comme émotion qu'un sentiment de tranquillité. Non, je n'étais pas stressé pour deux sous. Comme d'habitude.

L'homme en face de moi abaissa quelque peu son arme, m'invitant à en faire de même. J'hésitai l'espace d'une dizaine de secondes, avant de suivre le mouvement. Après tout, nul besoin de se montrer agressif envers quelqu'un qui paraissait avoir un cerveau, et qui savait manifestement s'en servir. A vrai dire, je poussai même le geste de paix jusqu'à ranger ma rapière à la place d'où je l'avais tirée, bien dissimulée sous mes vêtements.

- Ah, baisser mon arme, je veux bien, mais me présenter, ça ne va pas être possible. Non seulement parce que je n'en avais aucune envie, mais aussi parce que je me voyais mal lui sortir mon nom d'Asgardien... Il faudrait vraiment que je réfléchisse à un pseudonyme plus midgardien, ça finirait par devenir urgent, à la longue.

Je toisai plus longuement mon vis à vis, en silence. D'après ce que je pouvais constater pour le moment, il n'avait pas vraiment l'air d'un homme capable d'abattre le premier venu sans le moindre remord. Hum...
Et zut. Il avait repéré les empreintes incrustées dans le tapis. Je m'attendais à ce qu'il tente de passer en force pour courir après le Mutant, mais... Non. Qu'est-ce qu'il fichait, ce zouave ? Il ne voulait pas l'attraper ce type ? A moins que je ne représente une meilleure prise... Ce qui restait une possibilité envisageable.

- Me blesser avec ma propre lame, moi ? Là, c'était plus fort que moi, je ne pus retenir un léger rire. Bon sang, mais j'étais certainement le meilleur escrimeur qu'Asgard comptait dans ses rangs, je n'étais certainement pas le genre à me faire mal aussi bêtement ! Et ne comptez pas sur moi pour vous suivre sagement où que ce soit, j'ai des choses bien plus importantes à faire.

Comme par exemple retrouver mes compagnons d'armes. C'était la seule solution que j'avais si je voulais ne serait-ce qu'espérer reprendre Asgard aux Géants des Glaces. Et ce n'était pas en me retrouvant derrière les barreaux que j'y arriverai...
Je jetai un rapide coup d'oeil discret à ce qui m'entourait. Bon. Si jamais ça tournait mal, j'avais largement de quoi prendre la fuite. Prudence est mère de sûreté.


« Tonight alone you're riding, Onto the other side, Your might untold and waiting, Boy you'll be the final light. Your mother fought the demons, Your brother saw the light, And now we pray the unborn, You and I can't stay alive. Son of a wolf, When the fight is calling, And the night has come, Son of a wolf, Can you hear me calling ? Son of a wolf, Can you see him dying ? Son of a wolf, When the night is dark, Son of a wolf, Can you hear them calling ? »

  (c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Quand on traque le même gibier... [Fandral]   Mer 30 Avr 2014 - 23:54
L'homme accepta de baisser sa garde, et rangea même son épée. Hochant la tête d'un air approbateur, je ne pouvais m'empêcher de penser que si je ne l'avais pas vu ranger sa lame dans son étui, je n'aurais à première vue pas remarqué qu'il en avait une : seul un examen vigilant me permettait de la repérer. Il fallait que je sois plus attentif, et davantage réactif. A ma défense, j'avais l'habitude de regarder les endroits susceptibles de cacher une arme à feu, et la forme pourtant si caractéristique d'une épée ne m'était guère familière. Mon interlocuteur n'était cependant pas conciliant en tous points : s'il avait accepté de ranger son arme, il refusait de divulguer son nom, ou de me suivre au poste.

Je ne pouvais lui en vouloir, dans une telle situation, et dans un tel contexte, donner son nom était dangereux, et suivre les militaires au Poste de son plein gré était suicidaire. Sans remonter mon arme sur lui, je la rehaussais dans mes bras, dans un geste censé lui démontrer que je ne plaisantais pas malgré tout. La situation était étrange, c'était le moins que l'on puisse dire. A vrai dire, on ne m'avait pas vraiment appris à réagir face à de telles situations. En même temps, on ne m'avait pas non plus appris à laisser s'échapper mes proies. Je fis un pas sur le côté sans le lâcher du regard, m'approchant des traces de pas avec lenteur.

Plus les secondes passaient, plus je réfléchissais vite quant à l'identité de mon interlocuteur. Si c'était un type du Gouvernement, il se serait déjà identifié. Et il n'avait pas vraiment le look du chasseur de prime que les Etats Unis auraient embauché pour traquer les mutants. Ce qui ne laissait que peu d'alternatives. S'il avait besoin du mutant, c'était soit parce qu'il le connaissait, soit parce qu'il ne lui voulait pas de mal. L'un dans l'autre... Je pouvais peut-être tenter quelque chose. Respirant profondément, je laissais tomber mon fusil sur mon torse, le laissant pendouiller au bout de sa sangle, levant une main gantée, paume tendue, vers l'homme blond.


- OK, monsieur l'inconnu. Je crois qu'on peut peut-être s'arranger pour qu'on s'en sorte tous les deux indemnes. Je marquais une pause, durant laquelle je laissais mon autre main bien en évidence, pour qu'il ne pense pas à un piège. Je vais donc vous poser une question. Si vous y répondez comme je pense, alors on peut parvenir à un accord. Sinon, et bien, je suppose que je devrais vraiment vous emmener au Poste, et je pense qu'aucun de nous deux ne s'en sortira sans cicatrice. Marquant de nouveau une pause, je continuais à me déplacer pour faire le tour de la pièce, pas à pas, mon attention restant fixée sur lui. Qu'est-ce que vous lui voulez, à ce type ?


J'avais beau avoir envie de lui demander directement s'il comptait tuer le mutant, je ne pouvais pas. S'il n'était pas ce que je pensais, alors dire que je laissais volontairement filer des mutants revenait à me condamner, moi, à mort. Alors que vu la manière dont ma question était formulée, je savais pertinemment que tout être censé répondrait qu'il voudrait le chopper pour lui faire la peau. Foutu contexte. Ma radio me fournit soudainement un moyen de lui faire comprendre que je n'étais pas un militaire suivant aveuglément les ordres : mes hommes venaient à l'appel, pour demander des nouvelles. Demandant si quelqu'un avait une piste.


- Ici Misfit 1-1. Rien. Pas d'indice sur la position du mutant, mais je continue les recherches. Faites de même, terminé.


Je ne pouvais pas m'exposer davantage. Restait plus qu'à croiser les doigts, et à espérer que je ne me sois pas trompé sur son compte.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Fenrir Lokison
Divinités
♠ CLASSE & NOM DE CODE : + 60
♠ EMPLOI : Manger tout ce qui passe, ça compte ?
♠ GIF :
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Quand on traque le même gibier... [Fandral]   Jeu 1 Mai 2014 - 20:15

« Quand on traque le même gibier... ║ Jake & Fandral »


Si de mon côté j'avais consenti à me montrer courtois et a abaissé, puis carrément ranger ma rapière à sa place initiale, mon vis à vis semblait moins... Conciliant. Je pouvais le comprendre, ceci dit. Un gugusse qui vous menace d'une épée en plein New York, à Midgard, devait sûrement avoir un grain, et même un sérieux grain ! Seulement, je n'étais pas un Midgardien, et ça, ça change la donne.

C'est quelque peu surpris -bien que je n'en laissai rien paraître- que je le laissai faire un tour de la pièce, tout en le surveillant du coin de l'oeil, ce qu'il faisait lui aussi, d'ailleurs. J'eus un léger sourire, à peine perceptible. Allons bon... Il pensait que j'allais lui foncer dessus sans prévenir, comme une brute épaisse ? Je ne suis pas Thor ou Volstagg, voyons. Je suis plus raisonnable, plus posé. Certes, j'ai un caractère entier qui tolère mal la trahison et le fait de traiter avec l'ennemi -en était pour preuve le fait que j'ai remis en question l'amitié que je partageais avec Loki auparavant depuis les derniers événements- mais je ne suis pas un idiot non plus. D'autant plus l'homme que j'avais en face de moi n'était peut-être pas en accord total avec les idéaux de ses supérieurs. Croyez-moi, je suis bien placé pour savoir qu'un soldat ne rejoint pas toujours les idéaux de son chef. Non, je ne suis pas d'accord avec les décisions d'Odin. Et jusqu'à présent, j'ai réussi à m'en tirer pour ne pas faire ce dont je n'avais pas envie. Peut-être que lui aussi se trouvait dans la même catégorie que moi ? Celle des soldats loyaux, mais ni aveugles ni stupides.

Et vous savez quoi ? Ses paroles et ses actes me prouvèrent que j'avais raison. D'ailleurs, je ne pus contenir un léger rire, tandis que je croisai les bras sur ma poitrine. Décidément, le peuple de Midgard ne cesserait jamais de m'étonner, je crois...

- Je ne connais pas personnellement cet homme, ceci dit... Je devais le retrouver afin qu'il me livre certaines informations. J'ignore s'il les possède réellement, mais dans tous les cas je ne laisserai pas une bande de chiens de guerre enragés le tailler en pièces.

Plus qu'à voir quelle réaction il allait avoir suite à mes paroles... J'espérais qu'elle serait positive. Je n'avais pas envie de le tuer, ou de le blesser. Il ne paraissait pas être un mauvais gars. Après tout, il ne faisait jamais que son boulot.


« Tonight alone you're riding, Onto the other side, Your might untold and waiting, Boy you'll be the final light. Your mother fought the demons, Your brother saw the light, And now we pray the unborn, You and I can't stay alive. Son of a wolf, When the fight is calling, And the night has come, Son of a wolf, Can you hear me calling ? Son of a wolf, Can you see him dying ? Son of a wolf, When the night is dark, Son of a wolf, Can you hear them calling ? »

  (c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Quand on traque le même gibier... [Fandral]   Ven 9 Mai 2014 - 22:35
Mon interlocuteur se mit à rire, et je fronçais imperceptiblement les sourcils. Il ne riait pas à gorge déployée, certes, mais ce son me semblait tellement incongru dans une telle situation que je ne pouvais que me méfier. Peut-être que je m'étais trompé, en fin de compte, et qu'il travaillait vraiment pour le Gouvernement, et je venais de me faire piéger en beauté. Je rassurais ma prise sur la crosse de mon arme avant de la lâcher de nouveau. Non, il n'était pas du mauvais côté. Je hochais la tête, lui adressant un petit sourire soulagé.

Soulagé pour deux choses : la première, c'était que je ne m'étais pas trompé sur son compte, a priori. Ce qui voulait dire que s'il pouvait aider ce mutant, le sauver, ce serait parfait. Vraiment parfait. Deuxième chose, s'il avait été de l'autre côté, ou même s'il avait refusé mon aide en essayant de m'attaquer, on ne s'en serait pas sortis parfaitement indemnes. Il était agile et rapide, je l'avais vu quant il avait dégainé son épée. De mon côté, j'avais la puissance de feu et la force brute du corps à corps. Vu comment il était, je supposais qu'il était plutôt agile... Et par conséquent, si ça avait dégénéré, je n'aurais probablement eu le temps que de lui tirer trois à quatre coups, maximum, avant qu'il ne soit sur moi. Mon torse était peut-être protégé par des épaisseurs en Kevlar, mais mes bras, jambes, et même mon visage étaient vulnérables, s'il savait où viser. Donc, dans cet espace confiné, mieux valait ne pas être ennemis...

A ce stade, il était quasiment impossible qu'il soit contre moi, même si je gardais un petit relent de paranoïa. Je m'approchais donc des traces de pas sur le sol en essayant de deviner ce que l'homme traqué avait pu faire à partir d'ici. Les traces étaient espacées, suffisamment pour indiquer qu'il devait avoir couru. Fronçant les sourcils, je tendis mon bras gauche devant moi, où était accroché un petit écran affichant le plan de la zone, avec différents losanges bleus indiquant la position de mes hommes, quadrillant le secteur.


- Je pense que votre homme est toujours ici, quelque part. Mes hommes ont bloqué le quartier, je doute qu'il ait eu le temps de se faufiler hors notre barrage avant. Ce qui nous laisse ce bâtiment à fouiller.


Je me relevais en jetant un coup d'oeil dans la direction indiquée par les empreintes. Il fallait faire vite. Mes hommes ne tarderaient pas à investir les lieux, pour "m'aider" dans mes recherches. A n'en pas douter, l'homme à mes côtés le savait, aussi. Je lui adressais un signe de tête, avant de tendre une main gantée dans sa direction.


- Jake. Capitaine Jake Bradley. Je propose qu'on se sépare pour mieux fouiller. Si vous le trouvez avant moi, libre à vous de filer à l'anglaise, mais si vous me prévenez, je pourrais créer une diversion dans les patrouilles qui encerclent le quartier. Si je le trouve avant vous, je vous l'amène, vivant et intact. Si j'ai votre parole que vous ne lui ferez pas de mal et que vous l'emmènerez loin d'ici, vous avez la mienne pour que je fasse tout pour éloigner mes... "chiens de guerre" d'ici. Ça vous va ?


Je marquais une pause, avant de reprendre, presque aussitôt :


- Oh, et si vous avez des idées pour le faire sortir plus vite de sa cachette, n'hésitez pas à partager. On est un peu pressé par le temps...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Fenrir Lokison
Divinités
♠ CLASSE & NOM DE CODE : + 60
♠ EMPLOI : Manger tout ce qui passe, ça compte ?
♠ GIF :
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Quand on traque le même gibier... [Fandral]   Sam 10 Mai 2014 - 12:41

« Quand on traque le même gibier... ║ Jake & Fandral »


Vous allez sûrement trouver ça ridicule, mais il commençait à m'être sympathique, ce Midgardien. J'avais le sentiment que malgré l'immense distance qui séparait nos mondes, nous avions plus en commun que ce que nous pouvions le supposer. Certes j'avais joué de malchance, puisque le Mutant que je devais rencontrer s'était fait repérer par les militaires, mais en tombant sur l'homme qui se tenait juste devant moi, j'avais été chanceux. Et pour une fois, je n'allais pas me plaindre !

Bien que je gardais le strict minimum de prudence et de méfiance -on ne savait jamais- j'étais à présent presque entièrement détendu, et parfaitement serein. Ce qui se voyait. Pourtant, mon vis à vis semblait toujours sur ses gardes. Hum... Au fond, ça n'avait rien d'étonnant. Une formation militaire midgardienne ne doit pas tant différer que ça de celle asgardienne, sur les bases j'entends. Et ne jamais tourner le dos à un potentiel ennemi, ou ne jamais accorder sa confiance à un parfait inconnu faisaient justement partie des bases. Pour rester en vie, c'était l'évidence même. Cependant, ce n'était pas sur Loki qu'il était tombé, mais sur moi. C'est sûr qu'avec l'autre qui ment comme il respire, on a de quoi se méfier... Même moi je ne serais plus tout à fait tranquille à côté de lui. Mais ce n'était pas mon genre de faire mine d'être amical pour ensuite planter un couteau dans le dos de quelqu'un. Trop lâche à mon goût, et je ne tolère pas la traîtrise.

Je le laissai examiner les empreintes à sa convenance, le regardant faire d'un oeil curieux. C'était la première fois que je voyais un engin pareil, et j'avoue que ça m'intriguait. Mais ce n'était pas le moment de faire mon Asgardien en tourisme, j'avais plus urgent à faire !
J'acquiesçai d'un hochement de tête à ses paroles, ne prenant pas la peine d'ouvrir la bouche pour répondre par des mots. C'était inutile. Enfin, ça l'était jusqu'à ce qu'il me tende la main en se présentant. Décidément, j'allais de bonne surprise en bonne surprise avec ce soldat ! La politesse ça manquait cruellement aux Midgardiens, d'ordinaire. C'est donc avec un sourire que je lui serrai la main.

- Je suis Fandral. Je lui faisais grâce de mon surnom, et quant à mon nom de famille, je n'en avais pas, puisque je n'avais pas connu mon père. Mais tout ça, c'est du détail. Se séparer serait le plus intelligent, en effet. Croyez-moi, si j'avais voulu me débarrasser de cet homme, j'aurais laissé vos hommes l'attraper, et je n'aurais certainement pas risqué de venir jusqu'ici pour le retrouver. Je ferai tout ce que je peux pour le sortir d'ici en vie.

Je jetai un rapide coup d'oeil aux alentours. Il ne devait pas être bien loin... Après tout, c'était plus avisé de se cacher là où ne penserait pas à venir chercher, et rester en plein milieu de la zone de recherches, c'était à la fois osé et presque suicidaire. Un risque qu'un Mutant qui n'avait pratiquement plus rien à perdre pourrait consentir à prendre.
Mon attention se reporta sur Jake lorsqu'il reprit la parole. Hum... J'avais peut-être une idée, mais pas dit que ça marcherait... Enfin, qui ne tente rien n'a rien !

- Je peux toujours essayer de parler dans le vide en disant qu'il n'a rien à craindre puisque je suis Asgardien, mais étonnamment j'ai des doutes sur le fait que ça puisse marcher ! Puis je repris, plus sérieux. Je vais fouiller les étages supérieurs, j'ai l'impression qu'il y a une cave, je vous laisse vous en occuper.

Aussitôt dit, aussitôt disparu dans les escaliers. Avec ma rapidité, ce serait rapidement plié. Et j'espérais que mon informateur n'avait pas quitté l'immeuble, sinon ça risquait de compliquer les choses...


« Tonight alone you're riding, Onto the other side, Your might untold and waiting, Boy you'll be the final light. Your mother fought the demons, Your brother saw the light, And now we pray the unborn, You and I can't stay alive. Son of a wolf, When the fight is calling, And the night has come, Son of a wolf, Can you hear me calling ? Son of a wolf, Can you see him dying ? Son of a wolf, When the night is dark, Son of a wolf, Can you hear them calling ? »

  (c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Quand on traque le même gibier... [Fandral]   Mer 14 Mai 2014 - 22:20
Comme quoi, peut-être que si les militaires étaient plus polis, ils arriveraient à de meilleurs résultats ! J'avais désormais son nom, un peu étrange, et que je ne parvenais pas à associer à un pays en particulier. Sa consonance était étrange pour un Américain, mais, il n'avait pas non plus vraiment le look d'un Américain. Ce qu'il disait avait trop de sens... Souriant à ma plaisanterie intérieure, je le laissais filer dans les étages supérieurs, avant de tiquer légèrement à ses paroles.

Il avait dit "Asgardien" pour parler de lui ? Ça me rappelait vaguement quelque chose... Un rapport ? Non, je les apprenais par coeur. Plutôt... Autre chose. Comme une vieille histoire. Fronçant les sourcils pour essayer de chasser cette pensée de ma tête, je me mis en quête de l'entrée du sous-sol, qui se dévoila sous la forme d'une porte menant à des escaliers plongeants dans l'obscurité. Allumant la lampe de mon arme, j'avançais prudemment. J'avais beau être "de son côté", le mutant, lui, n'en savait rien. Et voir un militaire armé le chercher ne devait guère être rassurant.

Tout en éclairant les ténèbres, couvrant chaque angle avec beaucoup de précaution, je réfléchissais. Quelle rencontre étrange ! Mais elle me faisait du bien. J'avais l'impression de bien faire les choses, enfin. Si seulement un Fandral pouvait se présenter à chaque arrestation pour sauver ces malheureux avant que mes hommes ne leur tombent dessus ! Evidemment, au bout d'un moment, ça me retomberait dessus, mais je ne pouvais plus supporter de voir ces hommes, ces êtres vivants, se faire passer à tabac par les plus sanguinaires des miens. J'essayais de les contrôler, de les recadrer. Mais c'était de plus en plus dur. A mesure qu'ils étaient fanatisés, ils refusaient de plus en plus de s'arrêter.

Mes pensées s'évanouirent brutalement, tandis que mon fusil se pointa dans une direction, avant même que je ne puisse enregistrer avoir entendu du bruit. Un léger soufflement, qui s'arrêta bien vite. Il était ici, ça ne faisait aucun doute. Je m'approchais le plus silencieusement possible, bloquant la lumière de ma lampe de ma main libre, mais ma présence était déjà remarquée. Respirant profondément, j'examinais mes choix : ou je l'assommais pour l'apporter là-haut, auquel cas Fandral aurait du mal à l'emmener, ou je le convainquais de sortir pacifiquement. Je choisis presque inconsciemment et une fraction de seconde la seconde.


- Ecoutez mon vieux, je sais que vous êtes là. Je sais de quoi ça a l'air, mais ça n'est pas un piège. Je vous propose de vous en sortir vivant. Je vous propose de rejoindre votre contact, Fandral ? L'Asgardien, dis-je, sans vraiment réfléchir. Il vous attend en haut. Il vous cherche. Et je l'aide. Je suis seul, et je vais baisser mon arme maintenant.


Je ne bougeais pas, mon fusil baissé, et je plissais les yeux pour distinguer une ombre sortir de sa cachette, et avancer timidement vers moi. La rassurant de nouveau, je nous guidais à l'aide d'une autre lampe pour sortir des sous-sols. Si cela pouvait se passer ainsi à chaque fois... Souriant de contentement, je marchais le premier, bien que je n'aimais pas exposer mon dos ainsi, mais c'était pour le mettre davantage en confiance. Apparemment, il devait être assez naïf, du moins, pas vraiment hostile. Ce qui était un avantage dans le cas présent, certes, mais un inconvénient certain dans ce monde...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Fenrir Lokison
Divinités
♠ CLASSE & NOM DE CODE : + 60
♠ EMPLOI : Manger tout ce qui passe, ça compte ?
♠ GIF :
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Quand on traque le même gibier... [Fandral]   Mar 20 Mai 2014 - 16:17

« Quand on traque le même gibier... ║ Jake & Fandral »


Au dehors, je pouvais nettement entendre le reste des troupes fouiller les environs en aboyant je savais quelles prérogatives. Ils manquaient de discrétion, mais pas d'efficacité, d'après ce que je pouvais en juger, sans les voir. Il fallait que je fasse vite, si je voulais récupérer mon informateur en un seul morceau, et en vie. Ce qui, avouons-le, serait préférable pour avoir une discussion. Parce que je ne sais pas pour vous, mais personnellement je n'ai jamais réussi à discuter avec un cadavre. Mais trêve de plaisanteries vaseuses, j'avais autrement plus important à me soucier.

Le premier étage était entièrement vide. A croire qu'il n'y avait personne qui vivait dans cet immeuble, ou bien que ses habitants s'étaient enfuis en voyant débarquer une horde de militaires armée jusqu'aux dents. Ce qui était également possible. J'avoue que je ne m'attardai guère sur ces hypothèses, mon esprit était accaparé par mes recherches. Aucune trace du Mutant. Bon... Il restait encore deux autres niveaux à fouiller, peut-être s'y trouvait-il ? Mieux valait m'en assurer, même si aucune trace ne semblait corroborer cette hypothèse. Comme on dit, prudence est mère de sûreté.

Ces étages étaient plongés dans un noir presque total. Les volets étaient fermés, et ne laissaient passer que de fines raies de lumière, à travers lesquelles on pouvait voir danser des particules de poussière. On y voyait assez mal, mais ce n'est pas ça qui me fit rebrousser chemin. Le plancher craquait sous mes pas, tandis que j'allais et venais d'un recoin à l'autre de chacune des pièces, ne laissant rien au hasard. Je ne pouvais pas me permettre de laisser passer le moindre détail, il en allait peut-être de la vie d'une autre personne.
Cependant, il s'avéra qu'il n'y avait rien. Il n'y avait plus qu'a espérer que Jake ait eu plus de chance que moi...

Ni une ni deux, je descendis les escaliers en quatrième vitesse, à tous les coups les camarades de Jake n'étaient pas bien loin, l'heure n'était plus à flâner, et à vrai dire elle ne l'avait jamais été.
J'avais vu juste, le soldat avait été plus chanceux que moi dans ses recherches, puisque ce dernier se tenait au rez-de-chaussée, avec le Mutant. Oh merci mes dieux, enfin j'allais peut-être pouvoir obtenir des informations sur mes compagnons Asgardiens ! Mais pour ça... Il allait falloir sortir d'ici.

- Parfait, vous voilà enfin ! On va pouvoir déguerpir d'ici. Jake, tous vos petits copains sont de ce côté-là de la rue, nous allons partir à l'opposé et quitter le quartier aussi rapidement et discrètement que possible. Si vous pouviez tâcher de faire en sorte qu'ils ne viennent pas dans notre direction, ça devrait suffire, pas besoin de plus. Ah, et avant que j'oublie, je vous remercie pour votre aide, elle a été précieuse.

Sur ces mots, j'attrapai mon indic' par le bras, et l'entraînai à ma suite, dans la direction que j'avais indiquée plus tôt. Par chance, le terrain était dégagé, et je me pris à en remercier je ne sais quelle entité supérieure, à supposer qu'il y en ait bien une. Enfin, autre que les Asgardiens, évidemment, parce que là ce serait quelque peu étrange...

En tout cas, cette rencontre avait été assez intéressante, et pour tout vous dire, j'espérais pouvoir recroiser Jake dans un contexte plus propice aux discussions que celui-ci. C'est qu'il avait l'air d'avoir la tête sur les épaules pour un Midgardien, et ça me plaisait.


[HRP : Je pense qu'on peut clôturer le RP après ta réponse ! °3°/]


« Tonight alone you're riding, Onto the other side, Your might untold and waiting, Boy you'll be the final light. Your mother fought the demons, Your brother saw the light, And now we pray the unborn, You and I can't stay alive. Son of a wolf, When the fight is calling, And the night has come, Son of a wolf, Can you hear me calling ? Son of a wolf, Can you see him dying ? Son of a wolf, When the night is dark, Son of a wolf, Can you hear them calling ? »

  (c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
 

Quand on traque le même gibier... [Fandral]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


 Sujets similaires

-
» Quand on traque Ishana, on ne fait pas semblant. [Libre]
» Quand le présent m'échappe et que le passé me traque [PV:Damon]
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: La fin des temps :: Les Archives :: Archives rps New York-


Coup de pouce
Un petit vote toutes les deux heures - notez le ici

Un petit mot d'amour sur Bazzart ou PRD c'est 50% reversé aux psys d'HYDRA

Rps entre amis
Vous cherchez un rp ? America Chavez et PanPan et aussi Jared cherchent un rp ! Pan a ouvert un rp libre !
> 2 missions cherchent encore des participants, hop hop allez rp !

#Important stuff
Premier post d'un nouveau rp ? Utilisez code de situation du rp | Votre staff vous supplie : Recensez vos actions & événements rps ici

#Membres du mois

Ashitaka Pan
#1 6 rps, 2e fois #1 !


Jonathan Blaze
#2 5 rps démarrage d'enfer !


Gamora & Bobbi
#3 5rps, une valeur sûre !