Merci de recensez vos actions rps ici pour que le contexte les prenne en compte !
N'oubliez pas de voter !

Partagez | 
 

Cathleen ✗ « Little miss sunshine got rain on her cheeks » |Terminée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Cathleen ✗ « Little miss sunshine got rain on her cheeks » |Terminée   Lun 28 Avr 2014 - 16:16



   
feat Freya Mavor
Z. Cathleen Fitzgerald

   

   
Carte d'Identité
Prénoms & Nom:
Zooey Cathleen Fitzgerald
   
Nom de code:
Je n'ai nul besoin d'un nom de code, néanmoins si vous désirez m'attribuer un surnom Cat' ou Fitz' feront l'affaire.
   
Date & lieu de naissance:
J'ai vu le jour le 11 août 1991 à Dublin, sur les vertes terres d'Irlande.
   
Âge:
J'ai actuellement vingt-deux ans, bien que je me rapproche rapidement de mes vingt-trois.
   
Emploi/occupation:
N'ayant pas fait d'études, il est difficile de trouver un emploi stable et qui paie bien. Actuellement, je suis serveuse dans un petit restaurant en bas de chez moi.
   
Centres d'intérêts:
Je suis un esprit libre, dirons-nous, qui s'intéresse un peu à tout. J'affectionne tout particulièrement la musique classique et la danse, en ayant fait durant mon enfance et une bonne partie de mon adolescence. J'aime aussi les arts martiaux ainsi que le tir à l'arc, malgré le fait que je sois bien incapable de tirer une flèche sur une cible. J'apprécie juste la beauté du sport. Ensuite, il faut savoir que je suis une adepte de la littérature anglaise. Puis pour finir, je dirais que je suis une grande fan de séries en tout genre; il n'est d'ailleurs pas rare que je cite l'un de mes personnages favoris lorsque la situation s'y prête.
   
Statut:
Je suis célibataire ... Intéressé ?
   
Groupe:
Je ne suis qu'une humaine parmi tant d'autres.
   

   
Caractère

   Je ne suis pas une personne sur laquelle vous vous retournerez dans la rue. D’un physique banal et d’un look qui n’a rien de bien extraordinaire lorsqu’on habite New-York, je me fonds dans la masse à la perfection. A cela s’ajoute ma nature discrète et ma timidité presque maladive. Etant fille unique et ayant très peu d’amis durant mon enfance, je n’ai pas eu beaucoup d’expériences dans le domaine des relations sociales. Parler aux autres est pour moi une épreuve presque insurmontable, rencontrer de nouveaux visages me demande de prendre sur moi et de mettre de côté cette timidité qui m’empoisonne la vie. J’ai pourtant conscience que, seule, je ne pourrais jamais vraiment être heureuse. Je le vois dans ma vie de tous les jours. Je vois des couples heureux de la proximité de l’autre, je vois des enfants ravis d’être entourés par leurs camarades d’école, je vois des personnes âgées qui se réjouissent de voir leur descendance. Et moi je suis au milieu de tout cela, désespérément seule. Je n’ai que peu d’amis – voire même aucun – et plus de famille. C’est assez déprimant, je sais. Mais je ne pense pas être malheureuse. J’ai un toit pour m’abriter quand les nuits sont froides et de quoi subvenir à mes besoins. Je n’ai donc pas à me plaindre, ma situation pourrait être pire. Je vis juste, en quelque sorte, en reclus, repliée sur moi-même à cause de toutes ces émotions que je ne parviens pas à contenir. Certains diront de moi que je suis froide ou alors que je fais exprès d’ignorer les gens alors qu’en fait il n’en est rien ; je suis juste victime d’une timidité extrême. Moi aussi je rêve de trouver un jour la personne qui me comprendra et qui acceptera de passer le restant de sa vie avec moi. Je sais que je peux paraître naïve à présenter la chose ainsi. Peut-être le suis-je bel et bien …
Il faut aussi savoir que je suis déterminée. Sous mes airs de petite fille fragile se cache un esprit vif et réactif. Attention, je ne dis pas cela pour me vanter, je présente les choses telles qu’elles sont en réalité. Je n’ai pas une grande confiance en moi, aussi je trouve normal de me raccrocher aux quelques qualités que je possède. Déterminée, vive d’esprit et réactive donc. Je n’aime pas être prise au dépourvu, j’aime donc prévoir et anticiper ; j’organise chaque journée de ma vie minutieusement. J’ai un problème ? Ce n’en est pas vraiment un, j’ai toujours un plan B sous le coude. J’ai bien conscience que la vie est faite d’imprévus, cependant j’ai horreur de cela. Par le passé, les choses non-programmées m’ont beaucoup trop souvent faites défaut, je ne tiens donc à me laisser faire par les aléas de la vie une fois de plus. Oui, je suis un peu pessimiste. Mais que voulez-vous ? Après ce que j’ai pu vivre, c’est tout à fait compréhensible. La vie m’a forgée ainsi et je doute que vous puissiez faire quoique ce soit pour me changer. Moi aussi je trouve ça dommage ; j’aimerais bien être comme l’une de ses filles pleines de vie qui font tourner la tête des garçons avec leurs sourires ravageurs et leurs battements de cils fatals. Seulement je ne suis que moi ; Cathleen la renfermée incapable d’aligner plus de trois mots en public.

Toutefois, si ma timidité prend une grande place dans ma vie, ma personnalité ne se résume pas qu’à cela. Mon sens de l’écoute est inversement proportionnel à ma capacité de parler ; si vous avez besoin d’une épaule pour pleurer sans que l’on vous juge, vous avez frappé à la  bonne porte. Je peux vous écouter parler sans rien dire des heures durant, mais n’attendez pas de moi des conseils avisés ; j’ai bon nombre de problèmes que je ne parviens pas à résoudre moi aussi, donc je ne vois pas comment je pourrais aider qui que ce soit de ce côté-là.  Je ne suis utile que si vous avez besoin de vider votre sac, rien de plus. Loquace comme je suis, vous pouvez être sûrs que vos secrets seront bien gardés. En plus de cela, je suis plutôt observatrice. Je ne fais pas toujours attention aux moindres détails de l’ennuyeux spectacle qu’est ma vie quotidienne, cependant j’apprécie de m’asseoir en terrasse d’un petit café pour observer les passants. Cela n’a rien de pervers, je vous l’assure ; j’aime juste m’imaginer la vie que cette femme en tailleur rouge pourrait avoir, ou alors cet adolescent en skate. Ça fait travailler mon imagination dirons-nous. Ah, mon imagination, parlons-en. Bien que silencieuse, j’aime beaucoup imaginer. Qu’est-ce que je peux imaginer ? Un peu tout et n’importe quoi. La vie des gens, à quoi pourrait servir cette lampe lorsqu’elle sera trop usée pour fonctionner convenablement, quelle fresque murale je pourrais essayer de peindre sur l’immense mur blanc de mon petit loft … Je déborde d’idées que je ne mets jamais en pratique, faute de moyens et d’audace.
A part ça, avec les gens qui me sont vraiment proches, je peux me montrer sarcastique voire même ironique. L’humour n’a jamais été quelque chose qui m’a fait défaut, bien que mes blagues soient beaucoup trop rares pour que vous puissiez en juger. Il m’arrive d’esquisser un sourire de temps à autre lorsque je vois quelque chose que je trouve particulièrement drôle se passer dans la rue ou la télé. Je ne ris jamais ou presque. Je ne sais pas pourquoi. Enfant j’étais toujours la première à rire. Peut-être que la disparition subite de mes parents m’a marqué plus que ce j’ai pu croire jusqu’à présent. Enfin. La danse classique – que j’ai très assidument pratiqué durant toute mon enfance et une bonne partie de mon adolescence – m’a appris ce qu’étaient rigueur et acharnement. Pour arriver à obtenir un résultat, il faut s’en donner les moyens. Si on n’y arrive pas tout de suite, ce n’est pas grave. On peut toujours recommencer, il ne faut pas perdre espoir. Paradoxalement, l’acharnement est quelque chose de difficile pour moi ; je n’ai plus vraiment espoir en quoique ce soit, mais je me dis que si je baisse les bras je ne pourrais plus avancer dans ma vie. Je traverse actuellement une période difficile, c’est un fait, mais cela ne veut pas dire que toute ma vie sera ainsi faite. Ne dit-on pas qu’après la pluie vient le beau temps ?
.

   

Pouvoirs & capacités

   Comme vous avez pu le comprendre, je ne suis qu'une simple humaine. Je n'ai pas de capacités qui me font sortir du lot. Je ne sais pas manier les armes à feu comme certains peuvent et les seuls couteaux que j'utilise sont ceux à bouts ronds pour découper ma viande. S'il y a une chose qui me démarque des autres cependant, ce doit être ma souplesse. Mes articulations semblent être faits de caoutchouc ce qui fait que je suis capable de me tordre dans tous les sens ou presque. Toutefois je ne suis pas certaine que cela soit d'une grande utilité ...

   Derrière le masque, y a qui ?
   
Prénom/pseudo  ♦️ Spoon suffira ^.^ 
   Âge ♦️ 19 ans
   Scénario ou inventé ♦️ Inventé
   Comment as-tu atterri ici  ♦️ En cherchant un forum marvel digne de ce nom sur le net (google, puis annuaire des forums) et le votre m'a tapé dans l’œil *w* ♥️ D'ailleurs j'adore le design et le contexte, j'espère bien m'intégrer parmi vous ♥️
   Fréquence de connexion ♦️ Environ 5/7 au minimum
   Remarque(s) ♦️ Je ne suis vraiment pas une pro' de Marvel ... Je n'ai vu que les films - et encore pas tous, faute de temps - mais je n'ai pas pu résister à l'envie de vous rejoindre. Je ferai de mon mieux pour être fidèle à l'univers et au contexte du forum. Ne me frappez pas s'il vous plaît ? é_è ♥️
   Code règlement ♦️  :35: !

   
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Cathleen ✗ « Little miss sunshine got rain on her cheeks » |Terminée   Lun 28 Avr 2014 - 16:17


   Que pensez-vous de la Purge ?
   
Je pense que mon avis sur la Purge n’est pas des plus importants. Humaine que je suis, je ne suis pas la première concernée par ce genre de choses … Toutefois je peux vous dire que si ça ne tenait qu’à moi, j’exprimerais clairement mon mécontentement vis-à-vis de cette situation. Je ne  vois cette opération de purge que comme la preuve vivante que l’Être Humain est une créature craintive et angoissée ; l’évolution lui fait peur, la supériorité des autres lui renvoie ses propres faiblesses. Je ne pense pas que les mutants ou super-humains soient foncièrement mauvais … Je veux dire, il y a des cons partout, que ce soit chez les humains ou chez les autres donc bon. Il suffirait peut-être d’adapter la loi en fonction des capacités des autres … ? Je ne sais pas. Mais ce qui me dérangent le plus est sans aucun doute la réaction de certaines personnes ''anormales'' face à cette situation. Au lieu d'essayer d'apaiser la situation, ils ne font que l'empirer. Je ne leur jette pas la pierre, attention, j'ai bien conscience que les humains normaux ont leur part de responsabilité dans toute cette histoire, mais je ne peux m'empêcher de penser qu'ils auraient été plus matures que cela ...


    Une idée pour y mettre fin ? Qu'attendez-vous du futur ?
   
Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais je ne suis qu’une humaine sans importance. Je n’ai pas de grand rôle à jouer dans ce triste spectacle, je n’ai pas un degrés très important en politique ou en stratégie, je ne suis qu’une serveuse dans un petit restaurant en bas de chez moi, rien de plus. Ce que j’ai à dire ne compte pas. De plus, je n’ai aucune idée de comment mettre fin à tous cela. Néanmoins, j’ose espérer que les choses évolueront dans un sens positif, que les humains et les autres puissent vivre en harmonie en trouvant un terrain d’entente.



   Votre histoire
   

   Je suis née il y a vingt-deux ans de cela, sur les vertes terres d’Irlande. Le 11 Août 1991 à Dublin, pour être plus précise. Je suis le fruit de l’union passionnée d’Anne-Mary Dawnson, américaine de son état, et Lukas Fitzgerald, irlandais pure souche. Je ne sais pas grand-chose de leur rencontre, si ce n’est qu’ils travaillaient tous deux pour la même société et que la femme qui deviendrait ma mère était en déplacement hors de son pays natal – la Californie – lorsqu’elle a rencontré celui qui serait mon père. Ils ont du se revoir de nombreuses fois par la suite avant de se lancer dans une relation amoureuse, puis de se fiancer et enfin de se marier. Ils vivaient une vie parfaitement heureuse ensemble, du moins c’était ce que tout le monde m’a dit à leur sujet. C’est ce que je crois aussi ; je ne les ai jamais vus se disputer ou même hausser la voix l’un sur l’autre. Peut-être qu’ils réglaient leurs comptent lorsque je me couchais le soir, ou quand j’étais à l’école. Je n’ai jamais été témoin d’une quelconque dispute conjugale, chose dont je leur ai toujours été reconnaissante ; beaucoup d’enfants de mon âge allaient à l’école le lendemain d’une dispute entre leurs parents et je les voyais pleurer parce qu’ils pensaient qu’ils allaient divorcer. Adorant mes parents, les idolâtrant presque, cette possibilité m’aurait déchiré le cœur. Enfin … Penchons-nous d’avantage sur mon passé, car c’est bien ce pourquoi vous êtes là, n’est-ce pas ?
Donc comme je vous le disais, je suis née en Irlande, le 11 Août 1991. Mes parents, ravis par mon arrivée dans ce monde, m’ont couverte d’amour et de tendresse si bien que mon enfance n’a jamais été malheureuse sur le plan familial. J’ai été prénommée Zooey Cathleen en l’honneur d’une cousine de mon père ayant quitté le monde des vivants trop tôt (Zooey n’avait que quinze ans lorsqu’elle a été tuée par un chauffard) et en l’honneur de mon arrière-grand-mère irlandaise (Cathleen, parait-il, avait son petit caractère et s’était rapidement hissée au rang de matriarche de la famille Fitzgerald). Les prénoms que je portais avaient donc une certaine symbolique pour mon père qui avait tant insisté que ma mère avait cédé, malgré le fait qu’elle aurait préféré que je porte au moins un prénom américain en souvenir de ses racines. Elle avait fini par baisser les bras, admettant que le choix des prénoms de son mari avait un certain charme. Ce fut donc ainsi que mon père alla fièrement inscrire Zooey Cathleen Fitzgerald sur mon acte de naissance, quelques heures seulement après mon arrivée dans ce monde. Toute la famille – à comprendre le frère de ma mère et sa femme, puisque mes deux géniteurs avaient perdus leurs parents il y avait quelques années de cela – m’accueillit avec la plus grande joie. J’étais la première naissance de leur petit clan, et ils étaient bien décidés à fêter cela. Mon oncle et ma tante avaient même fait le déplacement de New-York à Dublin.

Les premières années de ma vie se déroulèrent sans le moindre accroc. Mes parents mettaient un point d’honneur à ce que je ne sois pas une de ces filles uniques pourries gâtées. Si je voulais un jouet en particulier, je devais attendre que ce soit mon anniversaire, Noël ou une autre occasion du même genre. Très présents, ma mère et mon père ont toujours été là pour mes ‘’premières fois’’. Mon père a presque pleuré lorsqu’il m’a entendu parler pour la première fois, bien que mon premier mot n’ait pas été ‘’Papa’’ ou ‘’Maman’’. Le premier mot a passé la barrière de mes lèvres de manière intelligible était ‘’Non’’, et pourtant ce simple mot l’a empli de joie. Ma mère, quant à elle, était presque hystérique lorsque j’ai fait mes premiers pas et a tout enregistré ; du moment où j’ai pris appui sur le canapé pour me mettre debout à l’instant où je me suis lamentablement laissée tomber sur ma couche quand je me suis rendue compte que je me tenais sur deux jambes un peu flageolantes et non sur les quatre pattes auxquelles j’étais habituée jusque-là.
Les choses se corsèrent néanmoins lorsque j’entrai à l’école. J’étais âgée de quatre ans la première fois que je pénétrai le sol sacré de l’école maternelle de mon quartier, et dès que les autres enfants me virent arriver – main dans la main avec ma mère – ils me désignèrent comme leur vilain petit canard. Etait-ce dut aux tâches de rousseurs qui parsemaient l’entièreté de mon visage ou ma tignasse blonde impressionnante et impossible à coiffer ? Je ne le sus jamais. Mais je peux vous assurer que mes années de scolarité ne furent pas une partie de plaisir. Les moqueries et les coups en douce fusaient et je ne pouvais pas faire grand-chose pour me défendre à part subir les moqueries des uns et des autres sans rien dire. Ma mère m’avait dit un jour que si je les ignorais, les autres enfants se lasseraient et finiraient par me laisser tranquille. Sans vouloir paraître ingrate à l’égard de ma mère, ça n’avait pas été là le meilleur conseil qu’elle m’avait donné. Les enfants pouvaient être réellement cruels entre eux, et je rentrai plus d’une fois chez moi les yeux emplis de larmes.

Les choses se calmèrent lorsque j’entrai à l’école primaire. J’étais toujours victime de moqueries mais ces dernières étaient un peu moins virulentes et blessantes qu’auparavant. C’était donc quelque chose que je pouvais gérer et l’ignorance était ma meilleure défense. L’ignorance était ma seule défense pour tout vous dire. Plutôt petite et maigrichonne, je ne pouvais pas me permettre de répondre à mes tortionnaires … J’avais vu plus d’un de mes camarades dans la même situation que moi essayer de tenir tête aux plus cruels d’entre nous. Autant le dire tout de suite, ça n’avait pas été très beau à voir. Et ils ne faisaient aucune différence entre les filles et les garçons, alors j’avais tout intérêt à faire profil bas. Enfin … Du côté des résultats scolaires, je n’avais pas vraiment à me plaindre. Bien au contraire. Enfant attentive et assidue, j’avais sans le moindre mal la moyenne dans toutes les matières. Chose qui faisait la fierté de mes parents. En parallèle de cela, je faisais de la danse classique en activité extrascolaire depuis que j’avais atteints l’âge de cinq ans. Je n’avais jamais vraiment demandé à en faire, mais mes parents m’y avaient inscrite en guise d’essai, me disant que si cette activité ne me plaisait je pourrais en choisir une autre. Je n’avais pas voulu en changer. J’aimais la danse classique.

Au collège, les choses ne changèrent pas énormément ; je continuais à suivre des cours de danse, j’étais toujours bonne élève … Le seul changement qui s’opéra fut l’absence de moqueries. Et un évènement en cours d’année qui me zappa le moral. Vers Noël, mon oncle passa un coup de téléphone à ma mère, en pleurs, pour lui annoncer le décès brutal de sa femme. Tout comme la cousine de mon père, elle avait été victime d’un accident de voiture … La vie avait vraiment un sens de l’humour assez morbide. M’enfin … Attristés par la nouvelle, mes parents l’invitèrent donc à passer quelques semaines à la maison pour l’aider à se remettre. Chose qu’il accepta sans hésiter, n’ayant pas le courage de rester seul après les funérailles de sa femme. Mes parents, ne pouvant se dégager de leurs responsabilités au sein de l’entreprise pharmaceutique dans laquelle ils travaillaient, ne purent assister à l’enterrement. Mon oncle ne leur en tint pas rigueur et ce fut dans un élan emplit de larmes et de regrets qu’il vint loger chez nous pendant presque deux mois.
Une fois plus stable mentalement parlant, il prit la décision de repartir après avoir chaleureusement remercié mes parents. Durant ces deux mois, je ne lui avais pas beaucoup parlé, craignant d’être une gêne plus qu’autre chose alors qu’il cherchait à faire son deuil, mais j’avais toujours été à côté de lui lorsqu’il regardait un match de foot à la télé. Je détestais le foot. Avant de repartir aux Etats-Unis, il m’a serrée dans ses bras et m’a embrassée sur le front. Je lui ai adressé un sourire chaleureux avant qu’il monte dans l’avion.

Après cela, je ne l’ai pas revu pendant plusieurs années. On se parlait par l’intermédiaire d’e-mails, on échangeait beaucoup. Je le revis peu de temps après avoir fêté mes dix-sept ans, lorsque des policiers vinrent chez moi à une heure plus que tardive de la soirée. Mes parents n’étaient pas encore rentrés ce soir-là, chose qui ne m’étonnait guère ; depuis que j’avais quinze, mes parents restaient un peu plus tard au travail vu que je pouvais prendre soin de moi seule. De toute façon, en cas de besoin j’avais leurs numéros de téléphones et celui des voisins donc je ne risquais pas grand-chose. Certains soirs, ils rentraient à vingt-deux heures passées, alors que j’étais affalée sur le canapé en train de regarder l’une de mes séries favorites. Mais ce soir-là, à presque vingt-trois heures, ce n’était pas eux qui étaient venus jusqu’à la porte de notre appartement, mais deux policiers à l’air désolé et triste. Il ne m’en fallut pas plus pour comprendre ; j’avais vu beaucoup trop de séries qui mettaient en scène des policiers avec ce même air pour comprendre qu’il était arrivé quelque chose de grave à mes parents. En effet, ils avaient été tués par un fou furieux qui avait essayé de braquer l’entreprise dans laquelle ils travaillaient. J’ai énormément pleuré ce soir-là. De tristesse et de colère. J’étais furieuse contre celui qui avait eu l’idée de braquer une entreprise pharmaceutique … Qu’est-ce qu’il pouvait bien vouloir se procurer dans un tel endroit ?! Il n’y avait que des médicaments !
Je dus rester quelques jours dans entre les mains d’une assistante sociale alors que mon oncle – qui était arrivé le lendemain de l’annonce du décès de mes parents – remplissait les papiers qui disaient qu’il était à présent mon tuteur. Une fois la paperasse terminée, nous résidâmes quelques jours encore dans un petit hôtel de Dublin pour discuter de ce qui allait suivre ; je devais partir avec lui aux Etats-Unis car il ne pouvait pas quitter son travail comme ça, dans un claquement de doigts, et il n’était pas sûr d’en retrouver un ici en Irlande. J’allais donc terminer ma scolarité là-bas. L’idée ne me déplaisait pas … Après tout je n’avais pas d’amis qui puissent me retenir ici alors bon. Je me pressai donc de faire mes bagages pour le suivre.

J’eus du mal à me faire à la vie New-Yorkaise, mais au final je parvins à m’adapter tant bien que mal. Je redoublai d’efforts pour obtenir des notes plus que convenables et sortir du lycée le plus rapidement possible. La mort de mes parents m’avaient profondément touché et je ne songeais pas à faire des études, j’avais même arrêté la danse. Je n’avais plus envie de grand-chose. Aussi lorsque je quittai le lycée, je m’empressai de chercher un petit boulot, en attendant que … Je ne savais pas vraiment ce que j’attendais, mais c’était pour dépanner dirons-nous. Je n’avais nul envie d’aller à l’Université – puis les écoles de ce pays étaient beaucoup trop chères, mon oncle n’avait pas les moyens de payer pour cela – et chercher un job me semblait la meilleur des solutions. J’avais dix-huit ans à l’époque. Je menais une vie normale, qui vint encore être bousculée lorsque mon oncle m’annonça qu’il était victime d’un cancer dont il avait peu de chances de s’en sortir. Il avait été dépisté trop tard … Et ce fut vrai, en l’espace de quelques mois tout juste il disparut de ma vie. Les funérailles furent simples et peu de monde se présenta. Je me retrouvai donc seule une nouvelle fois.
Je ne retournai pas vivre dans l’appartement que louait mon oncle juste avant son décès, préférant trouver un petit appartement amplement suffisant pour une personne. Je ne pris que le strict nécessaire et me débarrassai des meubles qui m’encombraient. Je m’installai dans l’immeuble au-dessus du restaurant dans lequel je travaillais. Les mois et les années passèrent passèrent et je me laissai aller dans ma nouvelle routine. La vie aurait pu suivre son cours ainsi si ça n’avait pas été pour une intervention radiophonique de la part du Président il y a quelques temps de cela. Tous les héros et super-humains étaient maintenant les ennemis numéros 1 de la nation. Interloquée par cette annonce – je n’avais pas suivis les informations depuis longtemps – j’écoutais la voix du dirigeant de notre pays complètement abasourdie. Certes, j’avais cru comprendre qu’il y avait eu quelques incidents avec eux ces derniers temps … Mais tous de même, à ce point-là ? Je n’avais jamais pensé que les héros puissent être considérés comme un danger, et je ne le pense toujours pas. Il doit bien y avoir une explication logique derrière tout cela.
   

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Loki Liesmith
Loki
♠ EMPLOI : Président des USA
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Cathleen ✗ « Little miss sunshine got rain on her cheeks » |Terminée   Lun 28 Avr 2014 - 16:40
Bienvenue à toi  :kiss:  :love:  Un petite humaine !  :excited: 

Ne t'inquiète pas, on frappe personne ( même Loki est sage  :v: ) et les films sont suffisants pour s'en sortir  :love: 

Tu as 7 jours pour terminer ta fiche:  si tu as besoin d'un délai, ou si tu as des questions, n'hésite pas à contacter le staff !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
All I've got is crippling hybris mixed with self-doubt. And pretty hair.
We can rewrite our stories, all of us. Write our own happy endings, our own redefinitions. We don’t have to be what we’re told to be, even by ourselves. But…if you really want to change, you can’t just trick yourself into thinking you already have. That’s a trick never worth playing.
 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Cathleen ✗ « Little miss sunshine got rain on her cheeks » |Terminée   Lun 28 Avr 2014 - 17:21
Bienvenue parmi nous charmante demoiselle :51: 

Et si tu veux de l'aide pour t'instruire sur le monde de Marvel, hésite pas à venir me MP :60: 
Au plaisir de te croiser sur le forum :*: 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Cathleen ✗ « Little miss sunshine got rain on her cheeks » |Terminée   Lun 28 Avr 2014 - 17:33
Oh une humaine, c'est cool ça !! :52: 
Don't worry, je suis loin d'être une experte non plus - et jamais lu les comics - mais je pense m'en sortir relativement bien tout de même haha. C'est simple t'en fais pas, puis bon tu as toujours quelqu'un prêt à t'aider :*: on ne laisse personne de côté ici.  
Bref, bienvenue parmi nous. :21: 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Cathleen ✗ « Little miss sunshine got rain on her cheeks » |Terminée   Lun 28 Avr 2014 - 17:48
Une nouvelle petite humaine ! :52: On est pas beaucoup, mais on s'offre des cookies pour oublier les mutants Cookies :out: <-- Je pensais être avec le compte de Natalia, mais je me suis trompée XD

Bienvenue sur le forum ! ♥️ Loki a déjà tout dit
En passant, excellent choix d'avatar :52:
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Cathleen ✗ « Little miss sunshine got rain on her cheeks » |Terminée   Lun 28 Avr 2014 - 18:12
Ouuuh ! Quel accueil, ça fait plaisir !   Merci à tous, vous êtes adorables ! En cas de besoin, je n'hésiterai pas à venir vous embêter !   
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Cathleen ✗ « Little miss sunshine got rain on her cheeks » |Terminée   Lun 28 Avr 2014 - 18:18
Oh god, FREYA *^* (Et célibataire, hein  :hehe:  :38:  *out* )

Bienvenue sur le forum ! Comme c'est plaisant de voir de une humaine rejoindre nos rangs, chose plutôt rare  :52: Si tu as la moindre question sur l'univers, n'hésite pas à me MP (sous ce compte ou celui-ci de Logan), ou le reste du staff, nous répondrons avec plaisir à tes questions.

Bon courage pour ta fiche  :39: et tu peux d'ores et déjà me réserver un lien :29: :arrow:
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Cathleen ✗ « Little miss sunshine got rain on her cheeks » |Terminée   Lun 28 Avr 2014 - 18:20
Bienvenue sur le forum      Cookie tournez  :chaise: :chaise: bim bim c'est moi qui offre
Bon courage pour ta fiche :*:
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Cathleen ✗ « Little miss sunshine got rain on her cheeks » |Terminée   Lun 28 Avr 2014 - 21:49
Merci à tous les deux  :21: 

Peter → Avec plaisir pour le lien Ewai, célibataire *sort*  
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Cathleen ✗ « Little miss sunshine got rain on her cheeks » |Terminée   
Revenir en haut Aller en bas
 

Cathleen ✗ « Little miss sunshine got rain on her cheeks » |Terminée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


 Sujets similaires

-
» Little Miss Sunshine ~ Ana & Chris
» SORAYA › sunshine and rain make a beautiful thing.
» little miss sunshine, 22/05 à 15h54 + (jouko)
» Reya Garcia ; little miss sunshine
» You’re gonna miss me when I’m gone ♥ Maddie (terminée)





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: First Class :: Les dossiers du SHIELD :: Les fiches refusées/abandonnées-