Partagez | 
 

Il m'arrive de chanceler... [pv : Jör']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, ... 9, 10, 11  Suivant

avatar
Invité
Invité
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Il m'arrive de chanceler... [pv : Jör']   Dim 1 Fév 2015 - 17:07





"Il m'arrive de chanceler..."


- Jore & Rosa -



Elle avait tourné les choses différemment, d’un ton un peu plus léger mais elle n’en restait pas moins en colère et peut-être également vexée. Sauf que ça ne servait à rien de sortir les fusils maintenant, il venait quand même de l’empêcher de … ouais de mourir, ça n’aurait pas été loin alors bon, elle lui devait un peu de reconnaissance. Un peu hein… pas trop non plus, elle avait trop mauvais caractère pour ça et puis c’était aussi devoir accepter qu’elle avait parfois besoin d’aide. Il utilisa pile le bon mot pour ça et elle grimaça en l’entendant : faible. Oui, elle l’était même en essayant de se battre contre ça. Elle avait du caractère, elle pouvait se battre pour des idées, se défendre un minimum, affronter pas mal de choses en somme mais elle aurait toujours ses failles. Elle avait encore du chemin à faire en tout cas et elle comptait bien s’entraîner pour mieux tenir le choc, elle le devait. Pour pouvoir s’en sortir seule, ne jamais se sentir redevable envers qui que ce soit…comme maintenant même si elle ne désirait pas l’être, après tous les doutes qui l’assaillaient. Avec tout ce ressenti plutôt négatif, l’humour était presque un remède pour apaiser les rancœurs et les suspicions pour le moment. Cela fonctionnait parce que c’était leur moyen de communiquer la plupart du temps. Avec Kendra, elle parlait par signe et avec Jore, elle passait par l’humour. Est-ce qu’elle avait tant de mal à communiquer normalement ? Et à propos de communication, il y avait eu un léger blanc après les paroles de son patron, un silence qu’elle devait faire disparaître mais elle se sentait un peu amère. Les mots étaient trop justes.

- Pour le moment… bon je me tiendrais avertie par la suite. Oui faible effectivement, je le sais.

Il gardait désormais le sourire, ou un air moins navrant. Elle avait essayé de dire les choses de façon légère avec ces histoires et ça semblait l’avoir amusé, suffisamment pour que Rosa reste un peu perdue dans ses réflexions. Effectivement, on a rarement vu quelqu’un qui agresse quelqu’un puis le transporte à l’hosto, ce serait vraiment stupide ou vraiment très très tordu et sadique. Envisageable dans un autre contexte mais là en l’occurrence, elle savait très bien par qui elle avait été agressée et elle savait également qui l’avait secouru. Certes, elle le trouvait pas toujours rassurant et parfois sombre même mais jusque là, à part mentir, elle ne se souvenait pas qu’il ai été réellement mauvais avec elle. Maladroit, pas très sensible de temps en temps mais pas plus. Elle n’avait donc rien de particulier en dehors de ces mensonges à lui reprocher et non, elle ne le trouvait pas idiot. Loin de là en général. Elle verrait bien ce qu’il se passerait quand elle creuserait un peu plus, voir comment il réagit et s’il devient mauvais…

- Encore heureux ! Vous feriez un bien mauvais patron : vous êtes censé prendre soin de vos employés, non ?

Elle ne lui avait jamais causé le moindre tort, elle faisait bien son boulot alors e ce côté-là, elle n’avait rien à se reprocher. Elle sourit doucement cette fois, quant à sa proposition amusante, il faut bien avouer que ce genre de choses étaient tentantes : à quoi ça sert d’avoir des privilèges si on ne s’en sert pas ? Ce n’est pas très éthique c’est tout, mais y penser était amusant. Une note de légèreté. Elle l’accusa donc de vouloir abuser de l’influence de son père et comme il jouait le jeu, elle se détendit un peu plus. Il fit semblant de ne pas saisir ce qu’elle lui reprochait : il adorait jouer les innocents décidément.

- Ben voyons, un agréable menteur. On vous donnerait le bon Dieu sans confession…

Il pouvait le prendre comme un compliment mais c’était aussi malicieux comme phrase. On pouvait aisément lui faire confiance par ce qu’on voyait mais valait mieux pas trop le faire. Pourtant, Rosa lui témoignait un minimum de crédit. Pas tout le temps mais quand il était intervenu, il y a deux minutes, elle avait écouté et elle s’était montrée raisonnable. Et si la française s’était ainsi rétractée, c’était parce qu’il avait trouvé une solution qui lui conviendrait, parce qu’elle s’était comportée comme une enfant aussi. Elle l’écoutait mieux que les médecins mais c’était parce que tant qu’elle ne percevait pas de danger de sa part, c’était quelqu’un de calme et plutôt posé. Elle avait observé le regard de son chef avant que l’équipe médicale ne sorte et elle constata qu’il avait changé. Elle se racla la gorge mais il avait l’air d’avoir mal accroché avec le médecin. Du coup, elle avait repris la parole comme si de rien était. Elle abaissa un peu son bouclier et laissa Jore approcher. Il avait toujours un air surpris quand elle s’excusait pour quelque chose mais c’était toujours mieux de voir ça que le regard perçant destiné au médecin. Elle ne recula pas quand il posa sa main sur sa joue mais elle le regarda en se demandant pourquoi il faisait ça. Sa main libre étant du bon côté, elle stoppa son geste mais garda sa main dans la sienne. La morphine commencerait de nouveau à effacer la douleur, elle pouvait faire ceci. Elle eut un air étrange quand il lui parla d’ « enfermement ». Elle ne savait pas comment lui répondre, il tentait de la rassurer ? Elle entendait autre chose derrière.

- Oui… vous comprenez… soupira-t-elle avant de reprendre plus légèrement … Vous comptez rester pendant cette heure, heure et demi ? Non parce que ça fait un peu long ! Dites-moi, c’est moi ou vous n’aimez pas trop le médecin traitant ? On aurait dit que vous alliez l’étrangler…




MADE BY .ANGELUS


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Il m'arrive de chanceler... [pv : Jör']   Lun 2 Fév 2015 - 2:11

∞ Encore une Livingstone dans le pétrin.

rosanna.  & jörmungand


 
Je pouvais mettre autant d’humour que je voulais je sentais qu’elle n’était pas totalement réceptive à tout ça. En fait j’avais surtout l’impression de ressentir une mauvaise onde lorsqu’elle s’attardait sur le mot ‘’faible’’. Et cela me fit penser à mon projet qui entrait bientôt en phase de test. Car non je n’avais toujours pas oublié ces histoires de laboratoire. De ce fait je repensais aux projets que j’avais pour Rosanna, faire d’elle une race supérieur aux humains, LA nouvelle humanité. Celle qui les fera plier. Alors je souriais doucement à ces mots car je savais que dans le fond elle finirait par surpasser tous les mutants et plus jamais elle serait dans une telle situation. D’ailleurs la voir ainsi me motiver encore plus pour finir au plus vite ce projet un peu délaisser depuis ma nouvelle image de marque. Alors pour le moment je ne comptais pas relever ces quelques mots, histoire d’éviter de tourner le couteau dans la plaie…

Mais sur l’histoire de l’agresseur je m’amusais assez en fait. Elle me demandait par la suite si un patron était censé prendre soin de ses employés. Enfin je ne sais pas si c’était vraiment une question ou alors une affirmation. Car je doute qu’un patron d’une grande entreprise se souci pas mal des problèmes de leurs employés. Moi j’en avais qu’une de qui je m’en souciais. Car oui il y avait tous ces chercheurs mais le moindre problème et ils disparaissaient. Elle, elle était l’exception à la règle et je comptais bien lui faire comprendre. Pour ce qui est de l’atmosphère j’étais quand même satisfait de pouvoir sentir qu’elle se préoccupait d’autre chose que tous ses problèmes actuels.

- Oh vous savez mieux que quiconque que vous êtes uniques comme employée… !

Je faisais surtout allusion à la nuit très particulière que j’avais vécue chez elle. Histoire de la gênée un peu devant le médecin qui pourrait arriver d’une minute à l’autre. Mais je sentis surtout que la petite blague sur mon innocence d’enfant d’homme politique puissant la fit sourire et même se détendre grandement. Enfin du moins beaucoup plus en effet. Mais sa phrase me fit beaucoup rire. Qu’on me donne le bon Dieu sans confession ? Mais bien sur, donnez le moi votre pitoyable Dieu ! Et ou est-il à présent ? Car aujourd’hui il n’existe plus votre Odin ou votre Jésus. Et bientôt ce sera le tour de Thor…  Alors je continuais la petite blague.

- Tout comme Juda a donné son bon Dieu aux romains ? C’est ça ? Dis-je avec malice.

Car dans cette question il y avait énormément de sens différent dans laquelle on pouvait la tourner et c’était même très drôle de se demander comme elle allait réagir la jeune humaine. Mine de rien, c’était pas mal de ne pas pouvoir lire en elle. Car je pouvais m’amuser de tenter de connaitre ses réactions.

Lorsque le corps médical partit loin ce fut Rosanna qui me ramena à la raison et de part son raclement de gorge je l’écoutais attentivement. Car oui je pouvais comprendre qu’être enfermer n’était pas vraiment une chose facile à vivre alors avoir en plus des geôliers qui avaient des pensées tourner sur le sexe plutôt que le travail… Enfin bref ! Je sentais que Rosanna titillait sur le faite que je puisse comprendre mais elle changea vite de sujet afin de me sauver. En revanche je ne compris pas vraiment pourquoi elle ne lacha pas ma main malgré son délicat rejet mais je gardais sa main dans la mienne sans dire un mot de plus. Enfin je répondis à sa question, qui me demandait pourquoi je n’aimais pas vraiment le Docteur.

- Disons qu’il est d’une arrogance… Puis j’ai cru déceler des traces de rouges à lèvre de son infirmière sur sa nuque. Le faire avec son employé, ok. Mais au travail… Cela devient irrespectueux pour les autres !

Certes je mentais pour le rouge à lèvre mais je n’allais pas dire que j’avais lu en eux tout de même ? Enfin j’espérais surtout qu’elle allait gober ça. Car elle était une flic au départ et je pense qu’elle puisse bien détecter ce genre de détails… en espérant que son esprit de détective se soit endormit aujourd’hui.  

code byPANICK!ATTACK
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Il m'arrive de chanceler... [pv : Jör']   Mar 3 Fév 2015 - 21:43





"Il m'arrive de chanceler..."


- Jore & Rosa -



Laissons tomber cette histoire de faiblesse, elle se sentait déjà pas mal démunie à l’idée de se trouver dans un hôpital et ça la rendait pas forcément très joyeuse alors heureusement pour elle, son patron n’insista pas sur le sujet. Ce n’était pas très plaisant d’être vue ainsi en ce moment alors mieux valait préserver un minimum le reste de fierté de la jeune femme. Misons donc sur une discussion plus légère et tentons un minimum d’humour. Rosa garda un ton assez doux quand elle lui répliqua qu’un patron devait prendre soin de ses employés. Elle entendait surtout par là, que c’était à lui de savoir gérer une équipe et faire en sorte que les gens s’y sentent bien, que des conflits n’éclatent pas entre divers employés.  Même en déléguant cette charge à une autre personne, il devait un minimum être attentif à ce qu’il se passe autour de lui. En revanche, rester auprès de quelqu’un à l’hôpital ne faisait aucunement partie d’une de ses quelconques responsabilités alors elle se moquait un peu de lui sur le coup. Il était énormément présent pour quelqu’un qui était tout de même pas mal sollicité mais il aurait pu s’éclipser à n’importe quel moment. Elle cherchait la raison qui le poussait à rester jusque là mais il manquait sans doute des pièces au puzzle pour qu’elle puisse tout comprendre. Ensuite elle pourrait tout assembler mais pour le moment, on oublie. La réponse de Jore la fit souffler parce qu’elle comprit tout de suite à quoi il faisait allusion, elle n’avait pas besoin d’explications. Ce n’était peut-être pas le meilleur moment pour faire pareil rapprochement, vu qu’elle ne savait toujours pas quoi penser de lui. Comment devait-elle le considérer ? Elle avait la très nette sensation qu’en s’approchant trop près de lui, on se brûlait les ailes mais même quand elle, elle se contentait de ne le voir qu’au boulot, c’était toujours lui qui l’a trouvait quand il n’y était pas. Et alors il jouait avec ses nerfs, avec son tempérament. Elle voulait croiser les bras mais ne pouvait le faire donc ne tenta pas.

- Et vous êtes un patron unique…

Elle lui jeta un regard qui signifiait qu’elle avait bien compris son manège mais que ça ne marcherait pas. Certainement pas. Elle retrouvait peu à peu un sourire bien plus engageant. Il avait lui aussi reprit son comportement habituel, ce qui aidait pas mal également. L’expression qu’elle utilisa sembla l’amuser grandement. A quoi ça pouvait bien lui faire penser ? Elle su rapidement quand il parla de Judas et ça la fit sourire. Elle n’était pas croyante mais tout le monde connaissait cette histoire de traître.  Oui, ils avaient tous aisément fait confiance à ce Judas et résultat, il les avait trahi. En gros, elle insinuait que Jore pourrait être un splendide félon mais si elle le disait ainsi, il le prendrait sans doute mal. Est-ce qu’il la poussait à le dire en demandant  « c’est ça ? ».

- Si vous voulez le voir ainsi pourquoi pas… Je n’y pensais pas vraiment.

La venue du médecin et de l’infirmière furent un peu chaotique mais finalement une fois partis, Rosanna retrouva son calme. Elle regarda le plateau repas qu’on lui avait d’ailleurs apporté et grimaça en voyant ce qu’il y avait dessus. Elle ne comptait pas manger un seul truc de ce repas : beurk ! Elle reporta son attention sur son patron qui se montrait plutôt … proche si bien qu’elle lui attrapa la main et n’y pensa plus, oubliant de le lâcher. Elle avait hâte de savoir ce qu’il reprochait au médecin et ce fut très risible. Son arrogance ? Mais enfin, Jore pouvait lui-même se montrer très arrogant avec les autres. Pire, il leur reprochait d’avoir des rapports  en prétextant avoir vu des traces de rouges à lèvres dans son cou... Finalement, elle se mit à rire doucement. Elle se rendit alors compte qu’elle lui tenait la main et le lâcha : oui … « le faire avec son employée, ok ».

- Oh c’est vrai que c’est insupportable !  Des traces de rouges à lèvres vraiment ? L’infirmière ne semblait pas en mettre pourtant. Je suppose qu’à force de faire beaucoup d’heures ici, il se passe beaucoup de choses dans les placards à éprouvettes… C’est parce que ça vous choque ? Pauvre âme sensible




MADE BY .ANGELUS


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Il m'arrive de chanceler... [pv : Jör']   Mer 4 Fév 2015 - 1:16

∞ Encore une Livingstone dans le pétrin.

rosanna.  & jörmungand


 
Cette histoire là était des plus déconcertantes pour moi. Car ce lieu n’était pas vraiment un lieu favoris, pourquoi soigner les humains alors qu’ils sont si inutiles ? Enfin c’est ce que je pouvais me dire avant d’avoir connu Rosanna. Au jour d’aujourd’hui je remerciais le ciel d’avoir créer la médecine humaine. Chez nous on a des guérisseurs et ici des Docteurs, chacun son truc vous allez me dire. Tant qu’ils remettaient cette humaine sur pieds je ne m’en plaindrais certainement pas. Mais sa réponse à ma petite phrase remplis de sous entendu me fit doucement sourire. Je ne pouvais que comprendre le sous entendu qu’il y avait en dessous, du moins ce que je compris à ma sauce je dirais. Alors je pris un léger rire en reprenant la parole d’un air innocent.

- Oh donc vous cherchez à dire quoi par là ? Moi je disais simplement que vous êtes ma seule employée qui a un contact direct avec moi vous savez…

Dans d’autres circonstances et si j’étais aussi enfantin qu’elle j’aurais pu tirer la langue. Mais je me voyais mal le faire surtout qu’en tant que Serpent c’était un peu une habitude assez étrange vu de l’extérieur alors que pour nous c’était une sorte de survie, enfin ca nous permettait de goûter à l’atmosphère ainsi que de mieux ressentir les choses. Mais pour les humains… c’était tout autre ! Mais son regard me fit comprendre qu’elle ne comptait pas marcher dans ma petite entourloupe. Sauf que c’était trop tard pour elle car je savais pertinemment qu’avec ma réplique d’un air aussi angélique la ferait sortir de ses gongs trop aisément. Puis elle avait assez de tact pour faire passer la pilule du Judas, enfin surtout mon piège avec cette histoire. Puis il faut dire qu’avec un pareil répondant je ne pouvais la taquiner plus. Puis elle était si mal en point que je n’osais pas vraiment l’embêter guère plus que ce que je ne fais déjà.

Pour la relation du Docteur et de son infirmière j’avais encore les images en tête qui me semblaient horribles. C’était une abomination que de voir deux humains en pleins actions. Je fus dans un tel dégout que j’en oubliais la main de Rosanna. Mais je repris les esprits lorsque cette dernière relâcha ma main que j’observais vite quelques secondes avant d’entendre son rire. Ce qui me fit reporter mon regard sur elle et j’en plissais les yeux d’un air menaçant, comme quand je jouais avec elle. Mais la question du rouge à lèvre de l’infirmière me fit défaut… Car oui je doute que dans le corps médical on puisse avoir droit à ce genre de fantaisies. Alors je cherchais tant bien que mal à élucider la question. Puis la suite de ses mots me donnèrent plus envie de l’embêter plus qu’autre chose. Car là elle ouvrait clairement les hostilités ! Me dire que cela me choque, alors que ce n’est pas elle qui ai les images en tête, et me dire que je suis une pauvre âme sensible ! Alors là s’en était trop, jamais elle pourrait ne faire pire, enfin si mais bon. Alors que je pris mon air joueur habituel j’appuyais sur le fait d’avoir remarquer son dégout pour la nourriture hospitalière.

- Comment ça Pauvre âme sensible ?! Je vais vous forcer à manger tout votre plateau vous allez voir !

Fier de ma bêtise j’affichais un grand sourire provoquant à mon interlocutrice. Puis en observant son plateau je comprenais pourquoi elle n’aimait pas ça. Puis aussi manger avec de tels couverts ! Enfin je sais bien que les humains étaient faibles mais même durant mes premiers pas chez les humains j’avais du mal à tenir une fourchette en inox sans la plier alors en plastique… Je ne pouvais laisser passer cela.

- Si vous voulez je peux même vous faire emmener de vrais couverts ! Car je ne sais même pas comment vous allez faire pour manger avec de telles choses si … chimiques ! Telle était mon excuse…

code byPANICK!ATTACK
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Il m'arrive de chanceler... [pv : Jör']   Mer 4 Fév 2015 - 2:32





"Il m'arrive de chanceler..."


- Jore & Rosa -



Elle leva les yeux au ciel parce qu’il savait très bien ce qu’elle avait voulu dire et qu’il l’interprétait comme il en avait envie. Rosa se disait que si elle le désirait, elle pourrait également interpréter tout ce qu’il lui racontait de façon différente et il verrait l’effet que ça faisait. Son air faussement innocent sur le visage, elle avait déjà deviné le type de réponse qu’il allait lui donner de toute façon et quand il la lui fournit, elle trouva de quoi sourire de plus belle. Elle n’avait pas envie de lui faire plaisir et elle était bien décidée à tempérer son comportement impulsif de toute façon. Elle en était capable et pendant longtemps, elle avait pris le temps de s’y entraîner. S’empêcher de rire était assez facile pour elle, par contre, contenir sa colère était plus délicat. Elle avait mis plus de temps à y parvenir. C’était important, dans sa famille, de ne pas se montrer impulsif, de garder une maîtrise de soi et toujours de la diplomatie. Un concept tellement démodé que cela créait inévitablement un décalage avec ceux de son âge. Elle avait donc renoncé à certains détails de son éducation mais elle avait appris à ne pas imploser à cause de tout ce qu’elle bridait en elle. Allez savoir ce qui se passait en présence de Jore, elle pouvait se comporter  très bien quand elle bossait avec lui mais il suffisait qu’il la titille un peu trop s’ils n’étaient pas sur le lieu de travail et voilà qu’elle tenait un peu moins sa langue, qu’elle s’emportait même. Oh elle respectait tout de même son supérieur hiérarchique mais il était moins froid quand elle jouait avec lui. Elle ne savait pas pourquoi mais ça marchait comme ça.

- Et bien comme vous le dites si bien vous-même. Je suis votre seule employée et vous êtes mon seul patron… Vous êtes donc également unique.

Elle l’interrogea du regard pour voir ce qu’il en disait. Il n’y avait aucun sous-entendu dans sa phrase. Quant à cette histoire du Judas, elle avait fait de son mieux pour également minimiser les dégâts car elle tentait par tous les moyens d’éviter qu’il se joue trop d’elle. Elle savait pertinemment que le meilleur moyen de se dépatouiller avec tous ces petits piques, ces entourloupes, c’était encore de les contourner et c’est ce qu’elle s’évertuait à faire. D’ailleurs il semblerait qu’il la ménageait un peu, sans doute à cause de son état. L’anti douleur avait engourdit le gros de la douleur, ce qui était un peu dangereux car Rosanna avait tendance à ne pas trop réfléchir aux gestes qu’elle pouvait faire. Enfin, en ce moment, elle faisait attention. Elle savait que de toute façon, il valait mieux éviter qu’elle s’agite si elle ne voulait pas rester sous la surveillance des médecins de l’hôpital.  Mine de rien, elle devait avoir un air un minimum fatigué et tout cela faisait remonter en elle le moment de l’agression. Les mots qu’on lui avait dit ne l’avaient pas atteinte et elle avait encaissé les coups mais c’était ce qu’elle avait du faire, qu’elle revoyait : l’un des derniers gestes qu’elle avait fait pour se protéger avant que Jore ne prenne la relève. Si elle n’avait pas eu la gorge enserrée par la main de ce crétin de mutant, elle aurait eu plus de force et il n’aurait peut-être pas gardé la vue. Après ça tout était flou et elle avait eu du mal à distinguer quoi que ce soit. Elle fit semblant de rien et parla de ces histoires de médecin alors qu’elle avait délaissé la main de son patron et regardait ses doigts étrangement avant de se mettre à rire subtilement Elle avait peut-être un peu abusé en parlant d’âme sensible effectivement mais c’était venu tout seul. Et vu la tête qu’il lui avait tiré au départ à l’hosto, elle en profitait pour lui dire comme ça. Malheureusement, il avait un don pour remarquer ce qu’il ne fallait pas  et quand il la menaça de lui faire avaler son repas, elle déglutit. Non parce qu’avec lui, la plaisanterie pourrait se révéler vrai et elle n’avait pas du tout envie qu’il y prenne un malin plaisir. Du coup, elle était un peu paumée sur la façon de répondre.

- Bah vous en faisiez une de ces têtes ! Non, mais …pardon faites comme si je n’avais rien dit pour une fois. Vous ne feriez pas ça… ?! Je pourrais m'empoisonner avec ces... hum... courgettes ?

Elle regarda de nouveau son plateau : ça devait être des courgettes avec un poisson, une pauvre clémentine. Ah et puis un truc qu’elle ne connaissait pas. Ils avaient enlevés les yaourts : il ne manquerait plus qu’elle leur fasse une réaction allergique en prime. Elle dédaigna le regard provoquant de Jore en se disant que lui non plus ne serait pas ravi s’il devait manger ça.  Il lui parla de couverts et elle allait lui rétorquer qu’elle n’avait pas l’intention de manger mais elle referma sa bouche sans rien dire. C’était une bonne occasion de tester quelque chose. Elle ne pouvait pas le faire avec du plastique mais avec de l’inox… ça devrait le faire.

- C’est sur que ce sera toujours mieux que ces trucs, je risque de les casser rapidement, même dans mon état. Alors c’est possible, vous croyez ?




MADE BY .ANGELUS


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Il m'arrive de chanceler... [pv : Jör']   Ven 6 Fév 2015 - 0:12

∞ Encore une Livingstone dans le pétrin.

rosanna.  & jörmungand


 
Je plissais doucement les yeux, d’un air faussement blessé par ses mots. Il est vrai qu’elle n’avait pas tord dans son raisonnement mais sans le don de télépathie largement brouiller par son état je me demandais surtout si elle ne pensait pas aux bons cotés de la chose. Enfin si elle ne se disait pas réellement que j’étais unique pour elle. Car en fin de compte moi je le pensais vraiment, même si je me cache souvent dans de l’humour avec elle il y avait toujours une part de vérité. Puis je savais aussi qu’elle n’était pas comme ça avec les autres, elle l’était qu’avec moi. Avec les autres personnes je sais très bien qu’elle reste beaucoup plus droite mais ce n’est pas son coté que je préférais largement la Rosanna joueuse qu’ennuyeuse, je l’étais déjà assez pour nous deux. Puis c’était assez drôle de se faire passer pour un duo de bourreau du travail toujours droit sans un plie de travers alors qu’en privé nous étions sans doute les pires gamins.

- J’ai l’impression que vous me cachez un sous entendu mademoiselle.

Mais par la suite je ressentais une sensation étrange chez Rosanna. Comme si elle était dans ses sombres pensées. J’avais surtout l’impression qu’elle revivait ce moment assez terrible pour elle et qu’elle tentait de trouver des réponses. Enfin je ne pouvais que supposer les faits car en fin de compte j’étais totalement démunit de ce coté là. Alors que je fis mine d’être totalement outré par le fait qu’elle m’insultait d’âme sensible je souriais doucement à sa réaction. En fait c’était surtout un sourire assez diabolique dans l’ensemble de la conversation. Car on malaise se sentit même sans mes précieux dons et je jubilais le plus profondément possible. Mais je riais par son humour sur cette nourriture. Car il est vrai que moi-même je doutais du plat. Enfin je ne savais pas très bien si c’était une courgette ou de l’aubergine ou encore un légume vert bien étrange… En fait si j’étais un malade je préfèrerais qu’on m’achève plutôt que de manger ça. Puis de toute façon je boufferais les humains à la place.

- D’accord d’accord. Moi-même je ne suis pas sur de survivre a ce genre de nourriture c’est pour dire !

Alors que ma proposition de changer de couvert tenait toujours je souriais doucement de voir son soulagement et affirmait de oui c’était possible et qu’il allait même lui prendre quelque chose de meilleur pour la peine ! Aussitôt dit aussitôt fait. Alors que je la rassurais sur mon retour avec un meilleur plat et de meilleurs couverts je descendis les marches de l’hôpital afin de sortir dans la rue. Je ne pris pas longtemps à trouver un restaurant et y entra illico afin de commander ce que Rosanna aimer, enfin avec prêt d’un an de travail ensemble et de diner pendant le travail je savais ce qu’elle aimait un minimum, enfin au moins pour le plat du jour de ce restaurant là. Alors j’en pris peu et demanda gentiment, c’est pour dire que je faisais attention, que pouvoir avoir de quoi emporter ainsi que de piquer des couverts. Bien sur les gens sont tout de suite plus acceuilant avec une centaine de dollars en plus, disons que je n’aimais pas me prendre la tête et il était si facile d’acheter les humains. Donc j’avais eu droit à un couteau pointue, une fourchette et même une boite en plastique pour la nourriture, je ne savais pas vraiment comment cela se nommer chez les humains mais bon… On en voyait souvent dans les émissions de téléachat.

Revenant donc comme un prince charmant devant ma patiente je lui posais le repas et lui ouvrit la boite en retirant également son plateau et le poser sur le placard de la chambre. Retroussant mes manches et ôtant mon manteau je pris les couverts avec un large sourire.

- Alors comment procédons-nous ? Je vous nourris ou …. ?

Bien sur c’était une petite blague surtout que je réalisais que je n’avais pas fermé la porte. Alors que je posais les couverts sur la table de Rosanna. Me retournant donc pour aller fermer la porte, qu’elle honte si l’équipe médical nous voyez faire des enfantillages ainsi !

code byPANICK!ATTACK
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Il m'arrive de chanceler... [pv : Jör']   Ven 6 Fév 2015 - 1:50





"Il m'arrive de chanceler..."


- Jore & Rosa -



Alors là s’il trouvait quelque chose à redire, c’est qu’il niait ou doutait de son propre raisonnement. Cette idée amusa pas mal Rosanna : ben oui, elle finissait par jouer le même jeu que lui. Souvent, elle s’adaptait aux situations dans lesquelles elle se trouvait mais peut-être qu’avec son patron, elle s’adaptait plutôt à la personne. Un effort qu’elle ne faisait pas forcément avec les autres avec qui elle gardait souvent des relations de simple courtoisie. Ou bien était-ce simplement qu’elle n’avait pas besoin de s’adapter parce que ça venait naturellement ? En fait, elle pensait vraiment que des patrons comme Jore on en croise pas deux mais ce n’était pas spécialement un compliment. Le sens était assez ambigu pour le coup : il était unique avec un sous-entendu oui, et dans un autre sens, il l’était parce qu’il n’était pas très commun comme personne mais cette signification était plus pessimiste dans l’esprit de la jeune femme. Ce qui la dérangeait au départ c’était qu’elle voulait rester professionnelle et donc refusait de se montrer autrement que froide, droite mais ça avait été impossible. Heureusement, cela n’empiétait jamais sur son travail et c’était l’essentiel. Elle le regard d’un air interrogateur quand il prétexta qu’elle lui cachait quelque chose. Elle fit une mine un peu déçue.

- Moi ? Ce n’est pas dans mon habitude, monsieur, vous me faites de la peine !

Elle n’avait toujours pas prévenu Kendra et elle repensait à la scène qui s’était déroulée. Comment pouvait-elle expliquer ce qu’il s’était passé sans trop soucier sa cadette ? Elle n’avait jamais vraiment expliqué à la jeune femme qu’elle avait pris le parti de la Purge quand celle-ci était bien présente. La jeunette savait simplement que Rosa n’avait pas une opinion très glorieuse des mutants et autres créatures. Elle devait tout de même se douter un peu mais l’aînée ne se voyait pas en parler sereinement devant la petite. Petite… Kendra avait tout de même 19 ans et en France, elle était majeure. Pas ici et mine de rien, c’était pas plus mal, ça rassurait légèrement Rose. Elle ne trouvait pas de mots qui puissent expliquer qu’elle soit à l’hôpital actuellement et chaque fois qu’elle tentait de trouver une idée, elle se revoyait enfoncer ses doigts… Elle eut un léger frisson. Ce n’était pas le même genre de souci quand vous êtes dans la police, vous êtes armés. Là, elle avait du se défendre avec toutes les techniques au corps à corps qu’elle connaissait. Elle les connaissait bien mais elle n’avait pas tellement eu besoin de s’en servir auparavant, pas de cette façon. Si elle n’avait pas paniqué à ce moment là, elle avait un peu plus conscience tout de même de ce qu’elle avait fait : elle avait sourit… Elle se trouvait un peu étrange pour le coup et elle n’allait pas en dire un mot. Elle redevint elle-même quand la discussion tourna autour de la nourriture absolument pas appétissante de l’hôpital. L’idée qu’elle se sente vraiment piégée avec ce repas semblait l’amuser mais finalement il admit lui-même qu’il n’était pas tellement sûre que ces choses soient bonnes pour la santé. Le même genre de plats bizarres auxquels ont droit les collégiens et lycéens en France et encore c’est presque mangeable comparé à ce qu’elle avait sous les yeux.

- Oui… je me demande combien de gens meurent de désespoir devant leur plateau repas, si ça se trouve ils font passer ça pour des crises cardiaques ou une autre cause…

Quant à cette histoire de couverts, ce n’était pas trop pour manger puisqu’elle ne comptait pas toucher à ces trucs immondes mais plutôt parce qu’une fourchette ça peut être bien utile quand on veut vérifier deux trois trucs alors elle laissa Jore se charger de ramener ça. Elle se sentait déjà coupable de ce qu’elle s’apprêtait à faire mais elle avait des doutes qu’elle devait absolument lever. Elle n’avait jamais vu son patron se blesser. Pas obligatoirement au travail mais il ne revenait jamais avec un bleu, une petite coupure, des plaques, ou quoi que ce soit sur la peau. Pas de cicatrices ou de brûlures. Oh ça ne l’avait pas choquée sauf que voilà, aujourd’hui, il s’est débarrassé de deux mutants sans le moindre problème et sans aucunes blessures encore. Bon pourquoi pas, mais il avait été sacrément rapide aussi alors soit il n’y avait pas de quoi en faire un drame et elle était juste parano à cause du choc, soit… il avait des choses à cacher. Elle hésitait tout de même grandement parce que si elle faisait ça et qu’il n’y avait pas lieu de s’alarmer alors elle allait profondément le blesser physiquement et moralement aussi sans doute. Elle se sentit encore plus mal quand il revint dans la pièce et elle déglutit. Elle se demanda si son sourire ne semblait pas maladroit. S’il gardait les couverts en main, elle ne pourrait rien faire de toute façon. Elle grimaça à sa réplique et lui lança un regard noir.

- Hé, je suis blessée mais pas complètement handicapée non plus !

Il regarda en direction de la porte et elle vit qu’il ne l’avait pas fermé. Elle récupéra délicatement le couteau quand il le posa et prit une inspiration. Mes aïeux, qu’est-ce qu’elle était en train de faire. Elle profita du fait qu’il lui tourne le dos pour lâchement tenter de lui planter le couteau dans le bras. Au lieu e laisser une plaie sanguinolente, la lame ripa sur … des écailles et Rosa étouffa un cri avec sa main, reposant précipitamment le couteau. Elle ne s’était pas trompé et elle l’observait maintenant avec un mélange de ressentiment et d’angoisse. Elle aurait voulu prendre immédiatement de la distance mais elle était dans un établissement de santé. Elle n’avait plus trop envie qu’il aille fermer la porte et essaya de descendre de son lit mais ses jambes tremblaient et elle se retrouva en chemise d’hôpital sur le sol avec sa perfusion toujours accrochée au bras. Est-ce qu’il s’était rendu compte qu’elle avait tenté de lui planter une lame dans le bras ? Et tant d’autres questions s’enchaînèrent tandis qu’elle tentait de se lever. Elle devait... prendre l'air... et se calmer. Premièrement, se calmer mais c'était bien des écailles qu'elle avait vu !




MADE BY .ANGELUS


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Il m'arrive de chanceler... [pv : Jör']   Ven 6 Fév 2015 - 16:05

∞ Encore une Livingstone dans le pétrin.

rosanna.  & jörmungand


 
Au fil du temps j’avais compris le petit manège de cette Rosanna. Elle plongeait dans mes délires afin de pouvoir y survivre. C’est comme un enfant qui a peur du noir mais qui souhaite aller aux toilettes. Que fait-il lorsqu’il ne peut allumer la lumière ? Il court dans le noir afin que le supplice se passe plus rapidement. Là c’était un peu la même chose, sans doute de par son comportement enfantin, elle faisait exactement pareil. Elle courrait dans ma mauvaise attitude afin de pouvoir y survivre le plus longtemps possible. Je ne savais pas si c’était du courage ou de la folie mais pour moi elle était magnifique. Enfin psychologiquement parlant bien sur. C’était un sujet tout à fait prodigieux. Alors qu’elle jouait le jeu je l’observais d’un air très amuser par son comportement. Et répondit clairement.

- Si je vous fais autant de peine dans ce cas je devrais augmenter la dose de votre morphine afin que cela passe plus aisément non ?

Mais son attitude me perturbait un peu. Son air légèrement maussade me faisait pas le plus grand bien alors je tentais une blague sur sa nourriture, cela avait parfaitement fonctionné. Puis son répondant était tout aussi exaltant je dois l’avouer. Alors que sa petite phrase me fit doucement rire je répliquai aussitôt.


- Et peut être même qu’ils se font passer pour encore plus souffrant afin d’avoir assez de cacher pour en finir rapidement ! Enfin c’est ce que je ferais personnellement.

Puis je me sentais si mal dans ce genre de situation avec elle que j’allais même lui prendre un meilleur repas avec de meilleurs couverts. Je ne sais pas vraiment pourquoi je me donnais autant de mal surtout qu’à mon retour elle semblait légèrement plus blanchâtre qu’avant, ou serait-ce moi ? Enfin quoi qu’il en soit je ne pouvais pas vraiment lui poser la question. Puis sa réaction était si attendrissante par rapport au fait de lui donner moi-même à manger alors quand de me retourner pour enfin fermer cette porte je répliquai doucement.

- Oh non mais vous avez l’air si fragile mademoiselle !

Mais les choses ne se passèrent pas vraiment comme je le souhaitais. A peine j’avais pu mettre le dos face à Rosanna qu’elle tentait de me planter avec sa pauvre lame… Mes doutes se confirmèrent vraiment cette fois ci. Et surtout lorsque sa lame ripa sur mes écailles de Serpent je me stoppais net. Cette foutue manie d’etre toujours sur ses gardes quoi qu’il arrive pouvait me perdre… Sa petite force humaine avait suffit à ce que mon corps se protège lui-même. Mais si c’était une personne avec autant de force que moi alors il aurait pu me transpercer le bras aisément. Mais ce n’était pas le cas et là la situation était encore plus compliquer. Frottant mes yeux de l’index et du pouce d’un air exaspérer je soufflais lourdement, pourquoi avait elle fait ça alors que je venais de lui sauver la vie ? Enfin je n’avais plus le choix et je devais la calmer dans sa terreur mais mon naturel froid et menaçant revenait au galop, comme si cette exaspération me mettait à cran. C’est donc dans un ton froid et menaçant que je me retournais lentement vers elle.

- Pourquoi as-tu fait ça Rosanna… ? N’était-ce pas assez compliquer comme ça pour nous ?

Il fallait que je la calme car si elle bougeait elle pourrait rouvrir ses plaies. Alors je pouvais à présent montrer ma véritable personne et je posais mes mains sur ses deux bras afin de la retenir et d’user de mes dons de Jotun pour endormir sa douleur avec le froid.

- Puisque tu sait tous à présent… Autant servir de mes dons pour t’aider tu ne trouve pas ? En tout cas par pitié ne panique pas et je répondrais à toutes tes questions marché conclu ?

code byPANICK!ATTACK
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Il m'arrive de chanceler... [pv : Jör']   Ven 6 Fév 2015 - 20:53





"Il m'arrive de chanceler..."


- Jore & Rosa -



Elle avait parfois la sensation assez perturbante que Jore l’analysait, qu’il cherchait à comprendre ses réactions alors qu’il devait commencer à comprendre comment elle fonctionnait puisqu’elle réagissait toujours de la même façon à ses boutades, elle démarrait au quart de tour et y répondit avec un minimum de trait de caractère. Elle n’était pas une personne compliquée à comprendre quand on la connaissait bien, on parvenait aisément à déchiffrer celle qu’elle était. Une fois cela compris, était-ce encore nécessaire de jouer à nouveau ? Et pourtant, se chamailler l’amusait encore et si l’un commençait le second prenait la relève. Concernant cette fausse peine qu’elle disait ressentir, il proposait malicieusement d’augmenter son dosage et elle se montra artificiellement choquée de sa réplique. Si ce n’était pas une blague, ce serait vraiment dangereux pour sa santé de faire pareille chose mais il n’en ferait rien car ce serait encore un geste contradictoire avec tout ce qu’il s’était passé précédemment. Elle sourit un peu mais plissa le regard comme si elle allait lui faire un reproche.

- Trop aimable monsieur mais je préfèrerais encore ma peine.

Elle s’était plongée dans des pensées peu joyeuses pendant un long moment plus qu’elle ne le croyait sans doute. Elle penserait à tout cela sans doute pendant encore une période assez longue car elle ne savait pas vraiment comment interpréter ses propres réactions. Heureusement, ils changèrent vite de sujet et Jore semblait vouloir également l’extirper de ses images récurrentes et néfastes. Elle tourna donc toute son imagination sur un machiavélique complot qui se déroulerait au sein même de l’hôpital et son patron surenchérit d’ailleurs joyeusement sur le sujet et elle trouva sa remarque très pertinente alors elle acquiesça. Bien sûr que tout cela était absurde dans un endroit censé soigner les gens mais évoquer des images pareilles faisaient un bien fou. Diaboliser l’hôpital soulageait grandement le désespoir d’être enfermée ici. Pire que d’avoir mal sur de grandes parties de son corps, elle était énervée de ne pouvoir pas pouvoir agir, bouger à son aise. Elle savait pertinemment que c’était pour son bien mais pour elle c’était une véritable punition que d’être ainsi dépendante de soins. S’il n’y avait pas eu la présence de son chef à ses côtés, elle aurait sans doute vraiment été exécrable avec le personnel.

- Effectivement, ça serait une solution bien plus agréable que d’avaler ce truc mais un bon médecin ne vous prescrirait jamais une dose mortelle…

Il n’avait d’ailleurs pas tellement l’air dans son assiette et sans doute que sa proposition pour lui trouver des couverts convenables était également un excellent moyen d’aller prendre l’air un peu. Les hôpitaux sont terriblement étouffants comme lieux mais le comportement de Rosa y était certainement pour beaucoup aussi. Elle eut comme un nœud dans la gorge quand il sortit de la pièce : elle pouvait relâcher la pression et repenser à tout ces doutes, tout ce malaise du début de son réveil quand elle avait commencé à lui poser des questions sur ce qu’il s’était passé. Elle avait évincer tout cela avec des blagues mais maintenant, sachant qu’elle pourrait le tester, alors elle était en train de revoir leur dernière rencontre avant celle-ci. Elle était persuadée qu’au départ, Kendra avait eu peur de lui et qu’ensuite, elle s’était résignée. Ce point là, la chagrinait beaucoup et elle ne pouvait pas ignorer tout cela. Alors oui, il venait de lui sauver la vie… pourquoi d’ailleurs puisqu’il s’était donc mis un peu plus en évidence à ses yeux. Elle se trompait peut-être mais elle devait en avoir le cœur net. Elle avait pâlit largement quand il revint dans la pièce mais on pouvait mettre ça sous le coup de tout ce qu’il s’est passé et puis… il pouvait penser que c’était du au fait qu’elle n’était pas très rassurée au sein de ce lieu haï. Elle avait exactement le même ton que d’habitude pourtant quand elle lui dit qu’elle n’était pas une handicapée et donc difficile de penser qu’elle allait vraiment faire ça même elle avait fortement hésité. Tout c’était ensuite enchaîné très vite à ses yeux. Elle l’avait entendu dire qu’elle avait l’air fragile et c’était vrai, elle avait l’air. Elle l’était oui, mais elle ne faisait pas partie des plus démunis de ce côté. Il avait stoppé net son élan, elle l’avait vu s’arrêter quand la lame avait glissée, déviée par les écailles. Elle retint quand elle l’entendit souffler et descendit de son lit pour s’éloigner sauf que ces jambes ne la portèrent pas du tout. Elle devait se contenir, se calmer mais son cœur menaçait de perforer sa cage thoracique à tout moment. Elle se figea quand elle entendit la voix de Jore s’adresser à elle sur un ton qu’elle n’avait pas trop envie d’entendre, qu’elle n’avait jamais eu envie d’entendre. Pourquoi avait-elle fait ça ? Quel meilleur moyen que d’affronter des doutes… c’est comme d’affronter ses propres peurs. Elle mit un certain temps avant de pouvoir répondre.

- … Je… je savais que … je savais que vous mentiez ! Il fallait que… que je comprenne, vous… vous ne dites jamais rien ! Vous êtes… vous êtes…

Un monstre ? Tout ce qu’elle détestait ? Définitivement impossible de lui dire ça. La respiration de Rosanna s’emballa quand elle le vit s’approcher d’elle car elle n’avait aucunement envie de le laisser venir vers elle. La meilleure défense c’est encore l’attaque, ça résumait pas mal de choses dans sa vie. Toute petite quand elle avait peur la nuit, elle réglait les choses à sa façon, sans appeler ses parents à la rescousse. Elle allumait sa lampe, prenait son ours en peluche sous le bras et allait ouvrir le placard, puis regarder sous le lit et comme il n’y avait jamais rien, elle retournait se coucher d’un air rassurée et triomphante. Elle n’évinçait pas totalement sa peur mais elle l’affrontait. Aujourd’hui, elle avait bien du mal à accepter son angoisse et lui faire face. Elle recula contre le mur de la chambre s’y appuya assise, ne pouvant pas aller bien loin de toute façon. Elle jeta un coup d’œil à la porte toujours ouverte en se demandant s’il ne serait pas préférable d’appeler les médecins mais elle se doutait que ce serait pire en fait. Ils ne la considèreraient pas comme rationnelle après son agression et ils risquaient de lui donner un sédatif pour la contraindre à dormir, ce qui l’effrayait grandement. Elle sursauta quand il lui attrapa les bras et elle lui gronda de la lâcher, se retenant de justesse de hurler. Elle eut l’impression d’avoir un peu froid à son contact et gémit alors elle osa de nouveau croiser son regard. Pourquoi est-ce qu’il faisait ça ? Elle tremblait de colère, de peur, de froid peut-être un peu aussi. Pas de haine bizarrement… Rosanna tremblait et avait bien du mal à ne pas se débattre : elle ne le faisait parce qu’elle était bien trop faible et parce que désormais, elle était persuadée d’avoir nettement moins de force que lui. Elle ne saisit pas ce qu’il lui dit au départ tant elle réfléchissait. Elle serrait fermement les poings et quand il lui dit de ne pas paniquer, elle déglutit. Comment voulait-il qu’elle ne panique pas ? Non pas question de marchander avec un… un quoi ? un reptile vraisemblablement. Tout comme Rosanna n’aimait pas spécialement marchander, elle n’aimait pas non plus supplier malgré le fait qu’elle se demande ce qu’il comptait faire maintenant qu’elle savait une partie de ce qu’il cachait.

- Quoi ! Que je ne panique pas ! Vous vous foutez de moi ! Vous êtes pas humain… vous avez des écailles, vous êtes un pu**** de reptile ! jura-t-elle alors qu’elle s’était toujours contenue pour ne pas être vulgaire. Je… Lâchez-moi… vous… vous êtes si froid…comment c’est possible… ?

Elle était déjà suffisamment fragile et même si le froid endormait les douleurs en tant normal, elle était dans un mauvais état et risquait d’attraper une maladie car ses défenses immunitaires n’étaient pas au top de leur forme. Est-ce qu’il comptait l’endormir avec ce froid ? Maintenant qu’elle saisissait une partie de ce qu’il était, elle cherchait à comprendre ses intentions. S’il était comme les mutants alors elle le voyait automatiquement comme un ennemi, du coup, elle ne comprenait pas pourquoi elle avait continué de travailler avec lui, il aurait pu la licencier ou pire…

- Vous… allez me tuer… Jore ! lui dit-elle avec un air de reproche.

Ce n’était pas une question mais une remarque. Finalement, comme précédemment elle se demandait s’il maîtrisait ce qu’il faisait. Il lui avait fait mal en posant ses mains sur elle quand elle avait enlevée sa perfusion et il avait eu l’air sincèrement désolé. Là, elle doutait qu’il se montre navré mais… elle comptait sur le fait qu’il ne désire pas la tuer, pas de suite en tout cas. Sinon pourquoi l’aurait-il sauvée, amenée juste ici ?




MADE BY .ANGELUS


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Il m'arrive de chanceler... [pv : Jör']   Sam 7 Fév 2015 - 12:06

∞ Encore une Livingstone dans le pétrin.

rosanna.  & jörmungand


 
Oh comme c’est dommage, elle refusait catégoriquement mon aide en ce qui concernait la morphine. Cela était bien navrant de sa part et je fis mine d’être largement déçu par son choix. Et réplica quasiment aussitôt.

- Cela est fort dommage, vraiment.

Oui enfin tout dépend que quel médecin elle parlait. Dire qu’un docteur ne ferait jamais une prescription pour un médicament mortelle cela serait une chose assez ironique. Car tout cela dépendait de quel médecin on parlait. Car il est vrai que ma tante pourrait être vu comme une Doctoresse pour les humains mais pourtant elle ne leurs voudraient pas que du bien. C’était presque l’inverse… Mais cela était encore une autre histoire dont j’avais une large connaissance. Je souriais doucement à ses mots et répondit d’un air innocent.

- Cela dépend surtout de votre Docteur !

Un peu menaçant et effrayant de dire cela de la sorte dans un pareil moment et endroit. Disons que j’installais une atmosphère un peu plus ironique. Mais je ne m’attendais surtout pas à ce qu’elle fasse ça. A présent elle avait vu une infime partie de moi-même et je devais être franc avec elle, du moins pas tout à fait. Je devais surtout lui faire comprendre que je n’étais pas comme tous ces mutants et je pouvais aussi lui faire croire que j’étais du bon coté, que j’étais la victime de la folie d’un vieux fou, ce qui était en partie une vérité en fait. Je détournais encore et toujours les mots à mon avantage. Alors que je tentais de dire quelque chose de plus encourageant voila que mon naturel menaçant fit des siennes… Alors je tentais de m’expliquer voila qu’elle me traitait de menteur, ce qui n’était pas tout à fait faux en fait. Mais je fis une légère moue avant de la prendre par les bras en l’observant au sol.

- Je suis un Serpent. Enfin c’est beaucoup plus compliquer que ça, disons que je fais la taille de votre planète en vérité. Mais j’ai deux apparence je vous rassure, l’humaine que vous voyez et ma forme de naissance. Enfin c’est très compliquer, laissez moi vous aider.

Alors que je voyais très bien la panique se dessiner sur son regard je tentais de l’aider à se relever en atténuant sa douleur par le contact du froid. Enfin bien entendu je fermais enfin cette foutue porte. Et m’approchais doucement de ma patiente, si je puis dire ainsi. Donc je l’aidais tant bien que mal avec sa douleur et son stresse. Bizarrement je ne vis pas la colère qu’elle avait habituellement envers les mutants, sans doute qu’elle sentait que j’étais bien plus que ça ? Enfin elle avait peur et cela était tout a fait normal, qui n’aurait pas peur devant un Serpent bien plus grand qu’un Basilic ? Mais alors que sa phrase des plus poétiques pouvait me faire rire en temps normal la je me contentais de la poser sur le lit. Je me concentrais surtout sur sa guérison mais je compris bien vite que les humains étaient un peu trop fragile alors j’ôtai subitement les mains en l’air lorsqu’elle me rappela à l’ordre et décida enfin de répondre à ses questions en posant une chaise devant l’entrée et m’y posant dessus. Posant par la suite mes avant bras sur mes genoux je tentais de trouver les mots pour la calmer. Et là vint un dialogue assez long en fait.

- Comme vous le savez, un Serpent est un reptile, cela est une logique imparable. Mais je ne suis en aucun cas un mutant. En fait le vient du même monde que ce … Thor. Et croyez moi ce pseudo Dieu nordique n’est pas un ange. Il est le fils d’Odin. Et ce dernier m’a enfermé sur cette planète sous la forme reptilienne pendant des millénaires… Donc maintenant que je suis libre, grâce à ma famille, je compte vivre le plus normalement possible. Et c’est pour cela que vous devez me croire, je ne vous veux aucuns mal. Bien au contraire, je vous apprécie !

Je tentais toujours de lire en elle mais c’était la panique dans sa tête tout ce que j’avais pu comprendre c’est qu’elle fit le lien avec la peur de sa sœur envers moi et je devais une fois de plus trouver les mots justes.

- Il y a une chose à savoir. Il n’y a seulement que deux personnes que je voudrais tuer et ça peut importe le prix, c’est Thor et Odin. Je suis désolé mais je compte bien me venger et ça j’espère que vous me comprendriez. Puis je vous demande aussi de vous calmer afin qu’on puisse en parler êtes vous d’accord ? Enfin si vous avez des questions je suis à votre écoute. Et lorsqu’on aura terminer je pourrais user de mes pouvoirs pour vous guérir, enfin en partit du moins, ca vous va ?

J’espérais sincèrement que tout ceci serait plausible car après tout je ne faisais que détourner la vérité en oubliant sciemment de lui dire que je n’appréciais pas les humains sauf elle. Et que j’étais là pour aider Père à avoir son armée et le contrôle de ce monde.


code byPANICK!ATTACK
Revenir en haut Aller en bas
 

Il m'arrive de chanceler... [pv : Jör']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, ... 9, 10, 11  Suivant


 Sujets similaires

-
» Anthony arrive
» Un train, et il(s!?) arrive(nt...)
» Elle arrive !!!
» Arrive en furie [PV Céline]
» J'arrive pour tous vous embêter ♥





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: La fin des temps :: Les Archives :: Archives rps New York-


Coup de pouce
Un petit vote toutes les deux heures - notez le ici

Un petit mot d'amour sur Bazzart ou PRD c'est 50% reversé aux psys d'HYDRA

Rps entre amis
Vous cherchez un rp ? N'oubliez pas d'aller voir les recherches déjà postées !
Une mission cherche encore des participants, hop hop allez rp !

#Important stuff
Premier post d'un nouveau rp ? Utilisez code de situation du rp | Votre staff vous supplie : Recensez vos actions & événements rps ici

#Membres du mois

Evan & Otto
#1 ...20 rps, ça va il s'intègre bien


Blaze & Spector
#2 Le rider passe, les rps trépassent : 12 rps


Pan & Doc Bizarre
#3 11 rps, petite forme le bouc