Merci de recensez vos actions rps ici pour que le contexte les prenne en compte !
N'oubliez pas de voter !

Partagez | 
 

I'm sorry but... I have a monkey ! [Pv. Leo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I'm sorry but... I have a monkey ! [Pv. Leo]   Mer 15 Avr 2015 - 9:21

I'm sorry but… I have a monkey !

Eve & Leo

I can't live a lie, running for my life, I will always want you
Il voulait rentrer, sortir de l’hôpital. Et là, elle ne pouvait que le comprendre. Le problème était qu’elle s’inquiétait beaucoup, et qu’elle se souciait de sa santé, voilà pourquoi elle mettait un point d’honneur à ce qu’il se fasse prendre en charge par les médecins. Néanmoins, maintenant que ses blessures avaient été prises en charge, et maintenant qu’elle était certaine que ses jours n’étaient plus en danger, elle ne voyait pas vraiment de mal au fait qu’il soit à son appartement. Bien entendu, sous surveillance, et elle s’occuperait de veiller sur lui. Avec cette idée en tête, Eve garda cependant son idée pour elle, se disant qu’elle irait consulter informatiquement le dossier de Leo et qu’elle s’arrangerait avec Simmons pour qu’il puisse rentrer chez lui. En attendant, elle écoutait attentivement l’ingénieur : il était toujours tourmenté par ce qu’il avait fait là-bas, et à mesure qu’il en parlait, Eve faisait les connexions jusqu’à ce que la solution lui apparaisse. Une solution qui lui semblait la plus probable : vu son état, il avait certainement été poussé à se défendre, sans doute jusqu’à un point qu’il n’aurait jamais imaginé. Et ça ne changerait rien au fait qu’elle l’aimait. La fin justifie les moyens, et quand il s’agit de survie, il n’y a plus d’éthique : on redevient des animaux et l’on se bat pour rester en vie.
Eve avait senti son cœur se serrer : voir Leo aussi tourmenté, ça lui brisait le cœur. C’était un homme bien, elle l’avait su dès le premier jour. Un homme capable de voir ce qu’il y a de bon au fond de chaque individu, quelqu’un qui avait été capable de voir au plus profond de son cœur, à elle. Et même là, il semblait subir ce qu’il avait dû faire pour survivre. Il ne redeviendrait plus jamais la personne d’avant, mais ça ne voulait pas dire que ça ferait de lui une moins bonne personne. La mutante était maintenant assise à côté de lui, sur le lit, caressant doucement la main de Leo. Peut-être était-ce encore tôt pour lui en parler… Mais peut-être en avait-il besoin. D’une voix douce, et les yeux légèrement clos, Eve prit la parole :

« Il y a cette vieille légende Cherokee que j’adore et que ma mère m’avait raconté, quand j’étais petite. Ça parle d’un grand-père qui apprend la vie à son petit-fils. Il lui explique qu’un grand combat se déroule à l’intérieur de lui. Un combat terrible entre deux loups.
L’un est mauvais. Son pelage est noir comme le jais. Il représente la colère, le désir, la tristesse, les regrets, la cupidité, l’arrogance, l’apitoiement, la culpabilité, le ressentiment, le sentiment d’infériorité, les mensonges, l’orgueil et l’égo.
L’autre est bon. Son pelage est aussi blanc que la neige. Il représente la joie, la paix, l’amour, l’espoir, la sérénité, l’humilité, la gentillesse, la générosité, l’empathie, la vérité, la compassion et la confiance.
Le grand-père dit alors à son petit-fils que le même combat a lieu en lui, ainsi que dans chaque être humain. Laissant le petit-fils méditer sur cette leçon, il se lève et commence à partir. Le petit-fils lui demande alors ‘Mais, quel loup va gagner ?’. Le vieil homme lui répondit ‘Celui que tu nourris’. »


Eve esquissa un sourire confiant, décidant qu’elle devait laisser son petit-ami méditer sur ce petit conte, comme elle avant lui. Eve déposa un baiser sur le front de Leo, puis un autre sur ses lèvres avant de se lever doucement pour s’en aller, après lui avoir murmuré :

« Repose-toi… Je m’occupe de ta mère… »

Et elle disparut derrière la porte de la chambre.

************* En fin d’après-midi *************

Eve passa la porte de la chambre de Leo, un sourire satisfait aux lèvres, ce petit sourire qu’elle avait lorsqu’elle était plutôt fière d’elle. Elle apostropha Leo, une fois certaine qu’il était éveillé et lui annonça :

« Hey… En combien de temps tu penses être capable de faire tes bagages ? »

Elle n’eut pas le temps d’en dire plus, laissant Leo dans le vague, qu’une infirmière entrait déjà dans la chambre, un porte-document dans les mains, tandis qu’Eve, les bras croisés, souriait doucement à Leo. L’infirmière contrôla une dernière fois Leo, avant d’annoncer :

« M. Fitz, vous avez une dérogation spéciale du Dr. Simmons pour terminer votre convalescence à domicile. Une assistante médicale désignée par le Dr. Simmons… » Eve fit un petit signe de la main à Leo pour se signaler comme ladite assistante « … s’assurera de votre rétablissement et des premiers soins, par un suivi à domicile. Votre médecin référent préconise beaucoup de repos, et de ne pas rester trop seul, pour le moral. L’équation est simple, plus votre moral est bon, plus vite vous vous remettrez. Voilà, j’en ai terminé ici. N’oubliez pas vos effets personnels dans les armoires, et vous passerez par la réception pour signer le registre avant votre sortie. Bon rétablissement M. Fitz. » L’infirmière lui sourit puis adressa un sourire à Eve avant de sortir de la chambre.

Eve attendit quelques secondes, en silence, un sourire toujours aux lèvres puis haussa les épaules avant de s’expliquer un peu plus, devant l’étonnement de Leo :

« Tu voulais rentrer et… Je connais quelqu’un qui connait une biochimiste particulièrement redoutable et efficace… Je suis donc officieusement ton infirmière personnelle et je dois faire un rapport à Simmons pour qu’elle suive ton dossier. Comme ça, tu es chez toi mais tu es quand même sous surveillance, cool, non ?... Je pensais que ça… te ferait du bien… »



fiche codée par shirosaki

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I'm sorry but... I have a monkey ! [Pv. Leo]   Jeu 16 Avr 2015 - 22:26


La légende, ou plutôt l’histoire que lui avait racontée Eve, il l’avait déjà entendue il y a longtemps. Il avait bien ri à l’époque tant il trouvait cela ridicule, son esprit ne comprenait pas comment les gens pouvaient trouver cette soi-disant légende aussi belle. Il avait toujours eu tendance à trop réfléchir et ce genre de chose, d’histoire, de légende ne lui parlait pas vraiment. Il n’y avait que les naïfs pour croire mais aujourd’hui alors que la jeune femme était en train de lui raconter, c’était comme si il l’entendait pour la première fois. Il y trouvait du sens, presque poétique mais il ne pouvait s’empêcher de penser que le loup qui était en train de remporter le combat était le méchant, celui au pelage noir. Aujourd’hui Fitz avait perdu sa force et son courage. La colère et la culpabilité avait pris l’ascendant sur lui et il avait peur de se perdre. Mais il ne devait surtout pas laisser sa petite amie voir à quel point il était affecté… Ou peut être le savait-elle déjà car après tout la mutante était assez futée et ça il n’en avait jamais douté. La main de l’ingénieur s’était crispée à force de trop serrer son petit singe en peluche alors il relâcha son emprise. C’est à ce moment là que sa petite amie décida de le laisser se reposer un peu et bien qu’il soit effectivement fatigué, il redoutait d’être laissé seul avec ses pensées mais c’était toujours mieux que d’affronter sa mère.

«Merci » fit-il a Eve en esquissant un sourire timide avant de la voir disparaitre derrière la porte, le laissant complètement seul.
Il s’efforça de penser à des choses agréables comme les baisers de sa petite amie, des plats mijotés par sa mère, des longues conversations avec Simmons. Mais au bout d’un moment il se sentit de nouveau submergé par ses souvenirs de mission. Il tenta de se calmer et suivit les conseils de la mutante : se calmer et respirer. Et éventuellement, il tomba dans un profond sommeil. Pas de mauvais rêves, juste du repos et il en avait bien besoin.


***

Il ne savait pas combien de temps il s’était endormi mais il se sentait plus reposé. Son corps tout entier lui faisait affreusement mal mais au moins il n’avait pas eu d’horribles cauchemars et c’était sans doute le plus important à ses yeux. A peine venait-il d’émerger de son sommeil qu’il vit sa petite amie réapparaître. Il était sur le point de lui demander l’heure qu’il était mais cette dernière lui posa une question affreusement vague. En combien de temps était-il capable de faire ses bagages ? Il fronça les sourcils


«Si c’est un jeu c’est…Tu vois bien que je ne suis pas en mesure de jouer… » Il était toujours dans le vague «Si c’est pour que je m’évade alors ça ne va pas être franchement évident… » lança-t-il en pointant son plâtre du doigt.


Mais la jeune mutante ne fut pas en mesure de répondre à ses questions puisqu’une infirmière fit irruption dans la chambre avec un grand sourire. Elle se mit à l’examiner puis commença à lui parler. Il détestait vraiment qu’on l’appelle Mr. Fitz. C’était Fitz tout court mais évidemment il ne dit rien et continua d’écouter ce qu’avait à dire l’infirmière… Il s’attendait à ce qu’elle lui dise qu’ils allaient encore le garder plusieurs jours et il commençait déjà à déprimer rien qu’à l’idée de rester ici encore quelques temps mais à sa grande surprise, l’infirmière lui révéla qu’il était libre de rentrer chez lui grâce à…Simmons et qu’il aurait droit à une assistante médicale. Il ne pu ignorer les grands signes d’Eve qui lui fit comprendre que c’était elle qui avait manigancé tout cela. Elle et Jemma, probablement. Il ne pu s’empêcher de sourire mais reprit son sérieux lorsque l’infirmière continua ses explications. Il tiqua lorsqu’elle lui donna le recommandation de ne pas rester seul et que son moral était le plus important. Il ne voulait pas avoir quelqu’un avec lui tous les jours et à chaque instant, il avait besoin de se retrouver seul aussi… Mais pas la peine de ronchonner pour le moment, il fut simplement soulagé de pouvoir sortir et rentrer chez lui. Il fit un signe de tête à l’infirmière qui laisse Eve et Fitz tous les deux.

«Merci. Je dis Merci parce que je suppose que c’est toi…Pas vrai ? » Il eu un léger sourire tandis qu’il commençait à se relever péniblement. Il s’avança vers elle et déposa un baiser sur ses lèvres tandis qu’il attrapait ses affaires pour retirer ses vêtements d’hôpital. Se rhabiller seul fut assez long et pénible, fort heureusement il était dans la salle de bain et Eve ne pouvait voir toutes les difficultés qu’il avait pour de simples petits gestes. Il sortit enfin, vêtu de son éternelle chemise à carreaux dans les tons gris et d’un gilet. «Je suis reconnaissant mais…Simmons va te faire vivre un enfer pour que tu t’occupes de moi » fit-il en ricanant alors qu’il faisait sa valise. Lorsqu’il fut prêt il entraîna Eve hors de la chambre, pour s’occuper des papiers pour sa sortie. Une fois hors de l’hôpital il se sentit un peu mieux.


«Juste une chose. L’infirmière à dit de ne pas rester trop seul mais…J’aurais besoin de moments pour moi. J’ai pas l’habitude d’avoir tout le temps quelqu’un avec moi. Je veux juste rester un peu seul, de temps en temps. » Il haussa les épaules


«J’ai toujours affreusement faim…. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I'm sorry but... I have a monkey ! [Pv. Leo]   Ven 17 Avr 2015 - 20:46

I'm sorry but… I have a monkey !

Eve & Leo

I can't live a lie, running for my life, I will always want you
Eve était plutôt fière d’elle, tandis que Leo la remerciait en lui disant, le sourire aux lèvres, qu’il supposait que c’était à elle qu’il devait sa libération conditionnelle. Elle fit semblant de nier le tout, en jouant la modeste, alors qu’au fond, elle appréciait le compliment. Eve, avec un sourire un peu bête, savoura le baiser que l’ingénieur déposa sur ses lèvres, juste avant d’aller récupérer ses affaires : il souffrait encore, ça se voyait à travers ses gestes lents qui le faisaient parfois grimacer de douleur. Plusieurs fois, Eve esquissa un mouvement vers lui, pour l’aider, mais elle sentait que le fait de l’assister ainsi le mettrait mal à l’aise, peut-être même en colère. Il était blessé, pas infirme, et elle savait qu’il avait une certaine fierté, malgré tout. Et elle ne pouvait pas le lui reprocher, orgueilleuse comme elle était… D’ailleurs, elle devait bien admettre que ce comportement un peu orgueilleux plaisait à Eve, dans un sens : Leo, malgré ses airs de petit étudiant en ingénierie, était un homme. Son homme. Elle sourit à cette pensée.
Un sourire tendre aux lèvres, Eve resta néanmoins prête à aider Fitz en cas de besoin, non sans lui répondre, en fanfaronnant, d’un air espiègle, tandis que ce dernier entrait dans la salle de bain pour se changer :

« Mais de rien, c’était trois fois rien… Je suis si talentueuse, tu sais… Bon… Simmons y est pour beaucoup… Sa manière à elle était plus … disons, ‘légale’ que la mienne, alors… »

Eve s’était installée, adossée à la porte de la salle de bain, tout en parlant avec Leo. Par moment, elle l’entendait râler, de l’autre côté de la porte, et parfois, elle l’entendait également cogner dans le mobilier, de temps en temps. La mutante, plutôt soucieuse, lui demanda si ça allait, ou bien s’il avait besoin d’aide, mais invariablement, Leo répondait que c’était rien, qu’il pouvait se débrouiller, alors Eve arrêta d’insister, mais resta tout de même attentive, se disant qu’elle devait être prête à intervenir si elle l’entendait chuter… A croire que son amour pour Leo avait développé chez elle son instinct maternel, protecteur, chose qu’elle ne pensait jamais développer un jour, d’ailleurs…
Après un long moment, la porte de la salle de bain se déverrouilla pour laisser apparaître Leo, tandis qu’Eve s’éloignait brusquement, pour faire comme si elle n’écoutait pas à la porte depuis quelques minutes. Agir naturellement… Eve sourit tendrement en observant son petit ami qui semblait avoir rencontré quelques difficultés pour s’habiller, à cause – entre autres – de son bras plâtré… Alors qu’il commençait à préparer le reste de sa valise (avec un empressement non dissimulé) tout en prévenant Eve dans quelle galère elle s’engageait en devenant « l’agent de liaison » de Simmons, Eve sourit tout en s’approchant de lui. Elle lui intima doucement d’arrêter ce qu’il faisait :

« Hm… Laisse-moi t’arranger… »

Elle reboutonna tendrement le cardigan du petit ingénieur, réajustant les boutons, puis arrangea le col de sa chemise. Elle avait un sourire aux lèvres, se disant que ce geste, elle le faisait en se rappelant de sa mère, tout comme lorsqu’elle faisait la même chose avec son père.

« Voilà… C’est mieux, comme ça… »

Elle garda un instant ses mains posées sur le torse de Leo, échangeant un long regard en silence avec lui. Elle se mordit légèrement la lèvre inférieure, comme à chaque fois qu’elle soutenait ce regard qui la faisait littéralement fondre, pour finalement le fuir en baissant les yeux. Mince, c’est fou ce que je l’aime… pensa-t-elle. Elle le libéra doucement, afin qu’il puisse terminer de boucler sa valise. Une fois fait, elle fut carrément entraînée par Leo qui désirait visiblement quitter les lieux rapidement – ce qui amusa fortement la jeune mutante qui ne pouvait s’empêcher de sourire.
Une fois le registre signé, ils sortirent de l’hôpital et Eve sentit immédiatement que l’ingénieur se sentait d’un coup plus détendu. Ils marchaient l’un à côté de l’autre, quand Eve prit la parole :

« Pendant que tu te reposais, je me suis occupée de ta mère. Enfin, Jemma a pris le relais, en fait, elle a réussi à la convaincre que ce soir, tu avais besoin de te reposer. Je crois qu’elle lui a trouvé une chambre d’hôtel ou bien son propre appartement, je ne sais pas. Elle reviendra demain, sûrement, pour prendre de tes nouvelles. Du coup, on a la soirée pour nous deux… »

Leo sembla un peu hésiter, mais il confessa à la mutante qu’il aurait sans doute besoin de moments de solitude. Eve acquiesça : elle ne pouvait que comprendre ce besoin. Mais pourtant, elle refusait de le quitter, de partir trop loin de lui.

« Je comprends… Je trouverais bien quelques trucs nases à regarder à la télé, pendant que tu te reposeras… Enfin, si tu veux bien me laisser ton canapé, bien sûr… »


Eve sourit tandis que l’ingénieur lui disait qu’il avait toujours faim : effectivement, la seule nourriture qu’il avait reçue avait été une perfusion. Eve ouvra la portière d’une voiture, un SUV Chevrolet, gris anthracite – cadeau de son père … - où un chauffeur attendait. Elle laissa Leo monter, puis entra à son tour dans le véhicule, tandis que le chauffeur prenait la route pour l’appartement de Leo.

« J’ai tout organisé : ça ne sera pas le grand luxe, mais si une pizza et quelques bières te conviennent, on pourrait se mettre un film, que tu choisiras, bien entendu, puisque j’ai mauvais goût, paraît-il… »

Eve haussa les épaules, un petit sourire aux lèvres.

« Je… Je me suis dit qu’une soirée sans prise de tête, ça te ferait du bien… Mais, on peut faire autre chose, si tu le souhaites… »





fiche codée par shirosaki

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I'm sorry but... I have a monkey ! [Pv. Leo]   Dim 26 Avr 2015 - 21:51


Il savait qu’il n’était pas sorti d’affaire, il ne devrait même pas être dehors à l’heure qu’il est et, aussi fou que cela puisse paraître, il jeta un dernier coup d’œil à l’hôpital en se demandant s’il était bien sage de partir maintenant après seulement quelques jours, à peine mais il secoua la tête et chassa cette folle idée de son esprit. Quoi, avait-il perdu l’esprit, il n’allait tout de même pas revenir sur ses pas, retourner à l’accueil et demander à ce qu’on le reprenne, c’était de la folie. Et puis, si Jemma avait approuvé ce plan alors il n’y avait aucune raison de s’inquiéter car il connaissait son amie par cœur et elle l’aurait laissé sur son lit d’hôpital encore quelques temps si elle le jugeait nécessaire. Puis, Eve devait sûrement un rôle plus grand dans cette histoire, il s’en voulait un peu de s’être tellement plaint au point que la mutante s’était sentie forcée d’utiliser son don pour le faire sortir. Il se ferait pardonner d’une manière ou d’une autre. Mais pour l’instant il fut tiré de ses pensées lorsque la jeune femme mentionna sa mère qui avait été prise en charge. Il fit un signe de tête.


« Merci de t’être occupée d’elle, je pense que malheureusement elle va rester avec Simmons, ma mère l’adore et elle va lui demander si je vais bien et elle aura droit à pleins de questions » il ricana légèrement puis fit une grimace : ses côtes lui faisaient mal. «… D’ailleurs, si elle revient demain, elle te posera des tonnes de questions aussi…A moins qu’elle ne l’ai déjà fait pendant ma petite sieste ? » Il interrogea Eve du regard.


Il ne questionna même pas la voiture avec chauffeur qui s’était garée pour venir les récupérer tous les deux. A vrai dire il avait un instant oublié qu’elle était la fille de John Carpenter et que ce genre de chose devait finir par arriver… Il se demandait même si sa petite amie pouvait avoir un appartement de luxe. Qu’est ce qu’elle pensait de son petit appartement alors que son père pouvait offrir à sa fille quelque chose de bien plus luxueux ? Une question à poser plus tard. Pour l’heure il saliva à l’idée de manger une pizza.


«Je sors de l’hôpital, une pizza c’est le grand luxe. » il lui offrit un large sourire tandis que la voiture n’était plus très loin de son appartement. «Tu pourras mettre le film que tu veux, je crois que je vais passer mon temps à te regarder en train de regarder le film de toute manière… » il prit sa main dans la sienne.


La voiture se gara, ils étaient arrivés à destination, pile devant son immeuble. Ils descendirent tous les deux et les yeux de l’ingénieur se posèrent sur la petite épicerie à côté de chez lui. Il posa son sac aux pieds d’Eve et lui demanda d’attendre quelques minutes. Il sortit de là avec un paquet de cigarette qu’il rangea dans sa poche puis reprit la main de sa petite amie en l’entraînant à l’intérieur, remerciant le chauffeur. Une fois les quelques étages grimpés, Fitz vit sa voisine de palier ( une vieille femme) sortir de chez elle.


«Oh, mon petit Leo…Qu’est ce qui est arrivé ? »
«Rien, Mme Hamilton. Un petit accident, ça va aller. »
«Oh, me voilà rassurée ! Puisque vous êtes là, je me demandais si vous pourriez venir jeter un coup d’œil à mon four micro-ondes quand vous aurez le temps ? » Fitz tourna la tête vers Eve, poussa un soupir puis se força à sourire
«Bien sûr. Je—Bonne soirée Mme Hamilton. »
Fitz entra avec Eve dans son appartement puis claqua la porte.


«Ma voisine. J’ai fait l’erreur de lui dire que j’étais ingénieur et depuis elle me demande de réparer tout chez elle…Gratuitement évidemment. Elle croit aussi que Jemma est ma petite amie, on lui a expliqué que non mais elle ne veut pas nous croire alors là, elle t’a vue et pense que je trompe Jemma avec toi et est en train de le dire à toutes ses copines… »

Il esquissa un sourire puis retira une cigarette du paquet qu’il venait d’acheter.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I'm sorry but... I have a monkey ! [Pv. Leo]   Mer 29 Avr 2015 - 23:16

I'm sorry but… I have a monkey !

Eve & Leo

I can't live a lie, running for my life, I will always want you
La jeune femme laissa échapper un léger rire lorsque l’ingénieur se mit à la questionner à propos de sa mère et de ce qu’elle avait bien pu lui demander à propos d’elle, ou bien d’eux… Effectivement, penser que Maman Fitz laisserait la petite amie de son fils s’en tirer aussi facilement, c’était se fourrer le doigt dans l’œil, alors oui, bien sûr qu’elle l’avait questionnée… Eve sourit à Leo, espiègle, se disant qu’elle pouvait bien lui jouer un vilain tour, juste pour le plaisir de voir ce petit air paniqué qu’il pourrait prendre. Elle répondit donc, faisant mine d’être sérieuse :

« Oh, oui, d’ailleurs, elle a très bien prit le fait que je sois une mutante en cavale… »

Puis, après un léger gloussement, elle déposa un baiser sur la joue de Leo, satisfaite de sa petite plaisanterie, puis, tout en posant sa main sur le genou de l’ingénieur, elle reprit :

« Je plaisante… Elle m’a demandée depuis combien de temps nous étions ensemble, comment nous nous sommes rencontrés, mon âge, dans quoi je travaillais, et chose plutôt étrange, si j’aimais la cuisine écossaise…  » Un nouveau sourire en coin, un regard tendre, amoureux même : elle ne fuyait plus son regard, comme avant. Bien sûr, Madame Fitz et Eve avaient eu une conversation également à propos de Leo et de sa convalescence, et Eve avait donné sa parole concernant les soins qu’elle devait lui apporter.

En tout cas, le fait que la pizza/bière soit à son goût la rassura énormément, et rendant son sourire à Leo, elle le laissa prendre sa main dans la sienne.

« Oh… Je t’ai tant manqué que ça ?... Je… En tout cas, c’était le cas pour moi… Tu m’as manqué…»

Elle sourit légèrement, un sourire à la fois tendre et un peu triste : avec tout ce qui s’était passé, elle n’avait pas jugé nécessaire de rajouter encore une couche à l’ingénieur en lui parlant de son propre état, alors elle avait préféré garder ça pour elle. Leo avait déjà suffisamment problèmes à gérer, de soucis en tête, de pensées pêle-mêle… Ce n’était sans doute pas le moment pour lui dire qu’elle se retrouvait à co-diriger la N.A.C.E. parce que son PDG de père avait un peu trop sombré dans l’alcoolisme, ces derniers temps, au point de se faire interner dans un centre de cure, tout ça dans le secret le plus complet. Eve avait beau ne pas en parler, ça l’affectait énormément : voir son père sombrer, ne pas se remettre de la mort de Jade, ça lui brisait le cœur… Alors perdre Leo sur le tas, ça l’avait finalement aidé à se décider à lui dévoiler son amour pour lui, pour ne pas vivre dans le regret, comme son père l’avait fait…
Ce qu’il était parti acheter, dans cette épicerie, ça, elle n’en avait aucune idée, ce qu’elle savait cependant, c’était qu’elle avait quelques minutes devant elle, pour passer un coup de fil, pour prendre des nouvelles de son père.
Quand Leo revint, elle avait à peine raccroché, et l’accueillit avec un sourire tendre, soulagée qu’il ne lui pose pas de questions quant à cet appel qu’elle venait de passer, puis lui emboîta le pas, sa main dans la sienne. Ils furent légèrement interrompus par la voisine de palier de Leo, qui sembla dévisager Eve pendant quelques minutes : sa tête ne lui revenait pas ? L’ingénieur l’éclaira sur ce sujet, quand il ferma la porte de son appartement derrière eux. Eve esquissa un sourire : elle ressentait toujours une pointe de jalousie, à l’évocation de Jemma en supposée petite amie, mais moins qu’au premier jour… Retrouvant un sourire espiègle, Eve s’approcha de Leo :

« Quel scénario… En même temps, je comprends, après la télé, inventer des vies à ses voisins, c’est un excellent passe-temps…. Hé ! »

Il venait de sortir une cigarette de son étui en carton, qui provenait apparemment de sa poche. Alors c’était ça qu’il avait été acheter, à l’épicerie… Eve lui prit la cigarette des mains, un peu étonnée : elle ne savait même pas qu’il était fumeur. Elle se conduisait un peu comme une maman hypocrite, après tout, elle-même était fumeuse. Même s’il fallait avouer qu’avec tout ce qui s’était passé récemment, elle n’avait pas touché à une cigarette depuis quelques semaines, ou mois, elle n’aurait su dire.

« Tu es en convalescence, donne-moi ça. »

Mais plutôt que de casser ou jeter la cigarette, elle lui prit le briquet des mains et alluma elle-même la clope. Quand elle souffla enfin un petit nuage de fumée, en expirant, elle sembla apprécier l’effet de la nicotine, presque instantanément. Cependant, elle savait que le tabac était un vice dans lequel elle ne devait pas retomber, et dans lequel elle ne voulait pas retomber. Eve esquissa un sourire à Leo :

« Tu es beaucoup trop mignon pour fumer… Mais… Je dois avouer que le look John McClane, genre la combo’ blessures, air dur et clope… »

Tout en parlant, elle lui plaça la cigarette entamée à la commissure des lèvres, en le dévorant d’un regard de prédateur, son éternel sourire espiègle aux lèvres, en se lovant contre son torse, son regard plongé dans le sien. Elle se mordit la lèvre inférieure, avant de confesser :

« … ça ne me laisse pas du tout indifférente… »






fiche codée par shirosaki
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I'm sorry but... I have a monkey ! [Pv. Leo]   Lun 4 Mai 2015 - 21:00


Fitz écoutait, de manière un peu distraite il fallait l’avouer, le compte rendu de la rencontre plus approfondie entre sa mère et sa petite amie. Oui, il l’écoutait mais il ne pouvait s’empêcher de regarder dehors, il se sentait libre ce qui était complètement stupide car il n’était pas prisonnier non plus mais retrouver New York lui faisait un bien fou même si tout cela ne valait pas l’Ecosse. Et si…Mais sa pensée fut interrompue et il tourna la tête vers Eve lorsqu’elle mentionna le fait que sa mère ait bien pris le fait qu’elle soit mutante, il se mit à rire légèrement doutant de cette partie de l’histoire. Il avait eu de gris problèmes avec sa mutante bien aimée lorsqu’il avait révélée sa condition à Jemma, il doutait fortement la voir le raconter ouvertement à la mère de son petit ami. Le reste de la conversation, il y croyait, il imaginait parfaitement sa mère poser les questions comme un agent de police, traitant Eve comme une drôle de personne, un spécimen fascinant car elle était la première petite amie de Leopold Fitz et ça c’était un exploit. Il n’avait jamais parlé de ses conquêtes à sa mère, peut être même pensait-elle qu’il était toujours puceau…


«Je suis désolé si ma mère a été un peu trop…Envahissante. Elle est comme ça. » Il se mit à sourire lorsqu’elle évoqua la question de la cuisine Ecossaise. «Ma mère est la meilleure cuisinière… Moi, je suis nul, autant que tu le saches tout de suite. Si tu veux emménager...Enfin, comme tu veux »

Il ne vivait que de plats surgelés, de fast food ou de thé, ne sachant même pas faire cuire des pâtes. D’ailleurs il ne se servait que de son micro-onde, il serait bien embêté s’il devait faire un vrai dîner à Eve. Il préférerait encore l’emmener tous les jours au restaurant plutôt que de se lancer dans l’exercice de la cuisine. D’ailleurs, la question devait se poser : Eve savait-elle faire la cuisine ? S’ils étaient désormais un couple, il fallait qu’au moins un des deux soit capable de faire bouillir de l’eau mais il doutait que sa belle soit du genre à faire des bons petits plats, ayant été en cavale trop souvent. Ou peut être que si, elle arrivait toujours à le surprendre mais de toute manière ce n’était pas ses dons en cuisine qui l’intéressait.

«Bien sûr que tu m’as manqué… » Fit-il en se penchant vers elle pour l’embrasser longuement.


Une fois dans l’appartement, Fitz n’avait pas hésité à sortir sa cigarette. Un geste innocent selon lui mais qui déclencha une réaction étonnante chez Eve. «C’est une cigarette, j’ai juste quelques côtes cassées et un bras dans le plâtre, je crois que ça ne va pas me tuer… » Fit-il en cherchant à récupérer son bien mais la jeune femme l’alluma et commença à fumer, il fit une tête d’homme choqué. «Trop mignon pour fumer ? » il la regarda bizarrement «C’est… C’est…Je ne sais pas comment le prendre ? Et merci, maintenant je t’imagine avec le fantasme de Bruce Willis » fit-il en grognant alors qu’elle lui rendit sa cigarette qu’il apprécia grandement. «C’est la seul et unique que je fume, je te le promets… » il entoura la taille de la jeune femme avec son bras valide.


Ils restèrent un moment comme ça jusqu’à ce que l’on sonne à la porte. La pizza était arrivée. Il proposa d’aller s’installer sur le sol du salon, en allumant la télévision comme bruit de fond et coup de chance il y avait un documentaire sur les singes à la télévision mais ça ne l’empêcha pas de garder les yeux sur Eve et surtout la pizza qui malheureusement avait des poivrons. Fitz n’était pas difficile en ce qui concernait la nourriture mais lui et les poivrons avaient une histoire particulière. Sans rien dire, sans se plaindre, il retira tous les morceaux de poivrons de sa part de pizza avant de la manger.


«J’ai eu une idée… » fit-il en dévorant sa part «Et si… » Il hésita «Et si on prenait des vacances ? Je pensais t’emmener en Ecosse. Le SHIELD n’aura pas besoin de moi vu mon état et tu peux demander à ton père peut être ? » Il haussa les épaules

Il se pencha vers elle, l’attirant contre lui et commença à l’embrasser passionnément. Un baiser pas forcément innocent.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I'm sorry but... I have a monkey ! [Pv. Leo]   Mer 6 Mai 2015 - 9:35

I'm sorry but… I have a monkey !

Eve & Leo

I can't live a lie, running for my life, I will always want you
Si Leo était un peu distrait pendant une partie du voyage, la blague de sa petite amie –même s’il n’y crut pas une seconde – eut au moins l’effet de le ramener sur terre et d’attirer son attention. Etait-il en train de repenser à ce qu’il avait vécu en mission ? Eve espérait le contraire, mais elle sembla pour le moins soulagée en constatant qu’il paraissait bien plus serein qu’à l’hôpital. Sortir de là-bas lui faisait du bien, alors elle se mit à sourire, rassurée.
Il s’excusa au sujet de sa mère, qu’il qualifia de parfois trop envahissante, et cela fit rire la mutante : en même temps, elle pouvait comprendre, et même si Jade n’avait jamais été aussi intrusive, elle savait que lorsqu’il s’agissait de relations, elle mettait toujours les pieds dans le plat. Eve afficha un petit sourire triste et nostalgique : dommage qu’elle n’ait ramené à sa mère que de pauvres tâches, à croire qu’elle faisait exprès de sortir avec des mecs pas fréquentables, juste par provocation… A ce moment-là, elle aurait tant aimé qu’elle rencontre Leo. Elle l’aurait sans doute adoré, et ils auraient passé leur temps à soigner des singes ensemble. Eve se mit à rire tout doucement, à cette pensée : oui, c’était certain, Jade aurait approuvé Leo.

« Non, ce n’est rien, t’en fais pas. C’est juste que… Parfois je ne sais pas trop ce que je peux dire ou non… » Eve haussa les épaules : évoquer leur rupture, par exemple, ça, elle ne l’avait pas fait. Elle leva les yeux vers Leo, loupant un battement de cœur : il venait de l’inviter à emménager ? Bien sûr, elle avait songé rester à ses côtés, le temps de ses soins, mais dans le genre ‘j’ai un sac à dos avec mes affaires’. Là c’était… plus sérieux. Elle esquissa un sourire gêné et détourna un peu le regard : « Je… je ne sais pas… Mais, c’est vrai que ça serait plus…pratique, pour ton suivi médical et… enfin, tu ne serais pas seul et… ça vaut le coup d’essayer… »

La main de la jeune femme se referma tendrement sur celle de l’ingénieur blessé : c’était peut-être stupide, mais qu’il lui propose d’emménager avec lui, ça lui faisait le même effet que s’il lui avait offert la lune. Une preuve que tous les deux, ça devenait sérieux. Et dans ce monde où les choses sont parfois éphémères et s’écroulent tout autour, elle avait besoin d’être avec lui, de ne plus être seule… Surtout quand son père n’était plus là.
A propos de la cuisine, Eve sourit : qu’il ne soit pas un fin cuisinier, elle s’en fichait. Elle-même n’était pas un chef, mais petite, sa mère restait souvent au labo’ pour des heures supplémentaires, alors elle avait appris à se débrouiller seule. Ça faisait longtemps, maintenant, qu’elle n’avait pas pris le temps de cuisiner un plat, un vrai. Et d’ailleurs, le seul plat qui lui venait à l’esprit, là, maintenant, c’était celui que sa mère et elle préparaient ensemble, parfois, pour les jours un peu festifs : des rouleaux de printemps. Ce serait sans doute l’occasion d’en faire pour Leo, en partant du principe qu’il aimait ça…

Eve prolongea le baiser de Leo avec tendresse tandis qu’il confirmait le fait qu’elle lui avait manqué, mais elle veilla bien à ne pas lui faire de mal, en évitant de l’agripper trop fort : elle s’était contentée de passer ses bras autour du cou de son petit ami.

Un fantasme de Bruce Willis ? Eve se mit à glousser, ne sachant trop s’il s’agissait de jalousie ou de déception de la part de l’ingénieur. Néanmoins, il lui promit de ne griller qu’une seule cigarette, avant de l’enlacer de son bras valide. Eve se mordit légèrement la lèvre inférieure, ses mains posées sur le torse de Leo et ses doigts commencèrent à jouer avec les premiers boutons de sa chemise : non, ce n’était pas sage…

« Je ne fantasme pas sur Bruce Willis… là… maintenant…»

Elle lui souriait, d’un air espiègle, et il était évident que dans la tête de la jolie mutante se déroulait un combat entre sagesse/raison et envie/passion. Fort heureusement, on sonna à la porte, ce qui lui permit de se désengager sans avoir cédé à la tentation : mince, un peu de discipline, Eve. Il doit se reposer. Elle l’embrassa, annonçant qu’elle allait ouvrir.
Ils s’étaient installés au sol, dans le salon, la télé pour fond sonore (un documentaire sur les singes, mais à dire vrai, Eve n’y faisait pas trop attention). La mutante sentait le regard de l’ingénieur sur elle, et, en souriant elle haussa les épaules :

« Quoi, j’ai un morceau de pizza sur le nez ?... »

A son tour, ce fut elle qui l’observa, tandis qu’il retirait un à un les morceaux de poivrons de sa part de pizza. Elle nota immédiatement mentalement que ce légume était à proscrire, ce qui la fit sourire. Cependant, elle ne fit aucune réflexion : c’est vrai qu’il n’avait pas encore totalement appris leurs goûts.

« En vacances ?...Euh, je… » Quand il évoqua son père, Eve baissa la tête, évitant son regard. Elle n’avait pas palé de ça à Leo, elle trouvait qu’il avait suffisamment de choses à gérer, alors ses problèmes à elle pouvait bien attendre… La mine un peu grave, et abandonnant sa part de pizza, elle répondit en haussant les épaules, cherchant à dissimuler la réalité de la situation : « Mon… mon père a… besoin de moi, en ce moment, je ne pense pas que je pourrais partir aussi longtemps… Il a besoin de quelqu’un sur qui il peut compter pendant… » Elle hésita. Après tout, ils avaient dit qu’ils ne devaient plus avoir de secrets, l’un pour l’autre. « Je… Leo, mon père est en cure. Je dois tenir la N.A.C.E. pour le moment et… je ne sais pas quand il ressortira alors… »

Il s’était penché vers elle, l’attirant contre lui, commençant à l’embrasser avec une passion non dissimulée. Ce contact rassurant, chaleureux lui fit un bien fou. Elle répondit à son étreinte et son baiser : elle avait besoin d’évacuer tout ce qu’elle avait en tête, ne penser à rien, juste à lui, et à elle, rien d’autre… Elle sembla un instant résister, alors qu’il se faisait plus pressant, protestant sans grande conviction, entre deux baisers :

« Tes… blessures… tu vas les rouvrir et… Oh et puis merde… » grogna-t-elle finalement, tout en basculant Leo sur le dos, à califourchon sur lui, ses doigts défaisant habilement chacun des boutons de la chemise.



fiche codée par shirosaki

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I'm sorry but... I have a monkey ! [Pv. Leo]   Mar 12 Mai 2015 - 14:44


Fitz venait de se rendre compte qu’il avait en quelque sorte demandé à sa petite amie d’emménager avec lui. C’était une étape à franchir, plus que le ‘je t’aime’ qu’il n’avait pas encore eu le courage de lui dire. A quoi pensait-il ?  Etait-ce une bonne idée au moins ou bien allait-il l’effrayer ? Il ne savait même pas ce qu’il lui avait demandé…Rester chez lui de manière permanente ? Est-ce qu’au moins c’était quelque chose que lui désirait ? Tout était confus dans sa petite tête d’ingénieur. Il avait envie d’appeler Jemma pour avoir de précieux conseils mais il voyait bien Eve en train de réfléchir à cette option. Sa petite amie pris la chose du côté pratique des choses à savoir que ce serait mieux qu’elle reste avec lui pour son suivi médical, ce qui n’était pas faux mais cela allait en contradiction avec le désir de Fitz de rester seul dès qu’il le voulait. Mais il s’imaginait alors la vie avec la jeune femme à ses côtés et… Ce n’était pas si mal. Il se mit à sourire.


«Peut être pas en…permanence parce que je sais que tu n’aimes pas trop rester au même endroit. Mais..Un peu quand même et je…j’ai plein de place dans mon armoire pour tes affaires »  C’était faux. Son armoire était pleine à craquer d’objets divers et variés et notamment des singes en peluches offert par sa famille et des connaissances au cours des années, il devrait faire un sacré ménage et sans doute se séparer de certaines choses mais cela ne lui poserait aucun problème «…Il faudra juste virer quelques trucs mais je trouverais de la place » Voilà, il était passé de ‘il y a totalement de la place pour toi’ à ‘il faudra probablement faire de place pour toi’ mais il était plein de bonnes intentions, n’était-ce pas ce qui comptait ? Il n’avait plus peur de cette histoire d’emménagement. Sa vie était en train de prendre un sacré tournant, c’était assez déroutant mais pas forcément désagréable au contraire ? Il évoluait, il ne pouvait plus rester collé à Jemma toute sa vie après tout.



Il dévorait sa Pizza, tout en faisant une grimace car il venait de tomber sur un morceau de poivron qu’il n’avait pas vu lors de son tri, puis observa Eve perdre totalement ses moyens alors qu’il lui avait simplement proposé de prendre des vacances. Il l’observa. Quelque chose n’allait pas, la Eve qu’il connaissait aurait dit oui tout de suite mais là, visiblement, quelque chose l’en empêchait. Il fronça les sourcils. Puis il se mit à sourire «Je pense que ton père peut gérer une semaine sans toi… »  Mais il aurait dû se taire car la révélation qu’elle lui fit ensuite le fit poser sa part de pizza et avoir une mine beaucoup plus sérieuse tandis qu’il attrapait la main de la jeune femme pour lui montrer son soutien. «Je…Désolé, je ne savais pas. Est-ce qu’il va bien ? Si tu as besoin d’aide je…Peux toujours essayer de faire quelque chose même si je ne sais pas quoi faire à vrai dire mais… C’est exactement pour ça qu’une fois que les choses iront mieux, nous auront besoin de vacances… Le mois prochain c’est l’anniversaire de ma tante et je dois y aller sinon ma mère va me tuer même si je sors à peine de l’hôpital » il eu un léger rire «Je…Non, excuse moi, c’est idiot de vouloir t’enlever à ton père… » Il secoua la tête et fit un petit geste de la main pour effacer cette idée de voyage.


En effet, ce n’était probablement pas sage d’avoir envie de l’autre comme ça, d’autant que ses gestes étaient limités avec ce bras cassé. Il fit bien quelques petites grimaces lorsqu’Eve répondit à ses baiser jusqu’à le faire basculer sur le dos mais il n’allait sûrement pas se plaindre. Il avait besoin de ce contact. Et tandis qu’elle défaisait les boutons de sa chemise, lui avec sa main gauche tentait de lui retirer son haut mais rencontra de grandes difficulté et entre deux baisers, il se mit à grogner «Ce que tu portes est très compliqué à enlever… » puis il se mit à rire «Je crois que pour ce soir je vais avoir besoin d’assistance… » il continua de rire. «C’est ma mauvaise main » fit-il en montrant sa main gauche
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I'm sorry but... I have a monkey ! [Pv. Leo]   Mar 12 Mai 2015 - 16:48

I'm sorry but… I have a monkey !

Eve & Leo

I can't live a lie, running for my life, I will always want you
La perspective de partir en vacances, il fallait dire que ça plaisait à Eve, et elle rêvait de tout plaquer et de s’envoler pour l’Ecosse, avec Leo, loin de tout ce bordel. Des ennuis. Une vie simple, sans prise de tête, voilà qu’elle se mettait à imaginer ce que ce serait, s’ils avaient tous les deux une vie des plus ordinaires… Eve soupira doucement, appréciant pourtant le contact rassurant de la main de son petit ami sur la sienne. Doux, chaud, rassurant… Bien sûr qu’il ne savait pas, et qu’il ne pouvait pas savoir, l’héritière de la NACE avait veillé à ce que le départ de son père en cure soit le plus discret possible et surtout ne s’ébruite pas, pour ne pas nuire à son image ni à l’image de la société. Officiellement, il prenait des vacances bien méritées à Tahiti. En vérité, il était interné dans un centre spécialisé, quelque part, au Canada, et pour une durée indéterminée. Eve pouvait l’avoir de temps en temps au téléphone, mais les médecins insistaient pour qu’il reste coupé de son boulot et de tout ce qui pouvait le rattacher à sa détresse émotionnelle… y compris sa fille ressemblant traits pour traits à l’amour de sa vie.

« Ce… ce n’est pas ça, en fait… Je ne peux pas le voir, à peine l’avoir au téléphone… » Eve haussa les épaules : bien qu’elle comprenne parfaitement la méthode des médecins, elle souffrait beaucoup de cette mise à distance. Sans compter tous les évènements annexes. Elle n’était pas loin d’être à bout, psychologiquement. « Les médecins pensent que c’est mieux de le couper de… enfin de l’origine de sa dépression et ce qui s’en rapproche… Donc de moi, et du travail… »

La jeune femme inspira profondément pour ne pas défaillir, pour rester forte, et esquissa un sourire à l’ingénieur. Elle détestait se montrer vulnérable, encore plus devant lui : qu’allait-il penser d’elle… Elle haussa une nouvelle fois les épaules, comme pour se convaincre que ça lui était égale, que ça allait passer, que c’était une phase, mais on pouvait bien sentir qu’au fond, elle avait tout autant besoin d’aide que Leo lui-même. Elle chercha à le rassurer d’un sourire : elle ne devait pas lui montrer sa faiblesse, pas alors qu’il avait besoin de soutien.

« C’est rien… C’est juste que, j’ai cru tout perdre, à un moment et… Enfin, ça va aller… Tu es là, maintenant… » Eve baissa doucement les yeux, jouant nerveusement mais avec douceur, avec les doigts de Leo. « Je… Je vais m’arranger pour le mois prochain, tu as raison, ça nous ferait du bien… Je vais faire passer des entretiens pour trouver un assistant de confiance. »

Plus rien n’avait d’importance, maintenant qu’elle sentait son souffle dans son cou, qu’elle sentait sa peau brûlante, du bout des doigts. Et d’ailleurs, elle ne voulait plus penser à rien d’autre. Mais il fallait avouer qu’il n’était pas aussi dextre avec un bras dans le plâtre, et il eut bien du mal à retirer le haut de Eve ce qui, certes, brisa un peu l’intensité du moment, mais fit rire Eve, un rire franc, amoureux. Elle avait ce regard pour lui, le genre de regard qui ne trompait pas. Elle se mordit légèrement la lèvre et alors qu’elle déposait un baiser sur les lèvres de Leo, elle lui répondit :

« Alors laisse-moi faire… » Et, offrant son corps à la vue de Leo, elle retira les dernières couches de vêtements qui séparaient sa peau de celle de son amant…

Lovée contre le torse encore brûlant de l’ingénieur, Eve s’était endormie, la couverture du canapé venant couvrir leur nudité. Avant de s’assoupir, un sourire satisfait aux lèvres, Eve pensa que ce tapis était plutôt confortable. En revanche, elle ne pensa absolument pas au fait qu’à cause des récents évènements, elle avait sauté plusieurs jours sans pilule…



fiche codée par shirosaki

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: I'm sorry but... I have a monkey ! [Pv. Leo]   
Revenir en haut Aller en bas
 

I'm sorry but... I have a monkey ! [Pv. Leo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3


 Sujets similaires

-
» 06. I'm not a monkey so no suit for me (ft Oxanna)
» présenation de Monkey*D*Luffy
» présentation de monkey d luffy le roi des pirates
» Présentation Gas Monkey [EN CONSTRUCTION]
» Monkey D. Shiki





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: La fin des temps :: Les Archives :: Archives rps New York-