Merci de recensez vos actions rps ici pour que le contexte les prenne en compte !
N'oubliez pas de voter !

Partagez | 
 

Breathe, just breathe ; ft Matt murdock. || ARCHIVE LE 24/01

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Breathe, just breathe ; ft Matt murdock. || ARCHIVE LE 24/01   Lun 27 Juil 2015 - 21:25



Breathe, just breathe ; Feat. Matt Murdock
You're a ninja, I'm a monster, Nice to meet you ?


Nous jouons aux cartes, oui, mais est-ce là pour autant un véritable défi ? Dans ses yeux brillent la curiosité, dans les miens l'éclat de la certitude prime. Je le regarde manger une bouchée avec satisfaction, observant ses réactions qui en disent aussi long qu'un discours. Il est méfiant. Quoi de plus normal après tout ? Ce type est aussi fou qu'intimidant, bien que ce dernier qualificatif, je le garde pour moi. Intimidant, oui. Pas par sa stature – bien que cela aidait grandement il faut dire. Non. C'est plutôt cette .. énergie masculine, cette aura sombre et musquée – appelez cela comme vous le voulez – cette sensation d'un diamant brut dans un fin écrin de velours. Il est dangereux, cela pulse dans ma poitrine, mais fuck. Il faut vivre dangereusement de nos jours, alors, je tente le diable, sans vergogne, jusqu'à me casser une dent. Je n'ai peur de lui et de son coté sauvage. J'ai peur de moi et de mes réactions incontrôlées, de mes pouvoirs. Après tout, c'est de leur faute si nous en sommes là, et j'ai déjà atteint très – trop – rapidement mon point de non retour. Je veux tout savoir. Tout voir. Comprendre. Le comprendre lui. Je veux … Je veux le peindre. Étaler les couleurs avec mes mains, laisser un tableau émerger de mes souvenirs et exploser de couleurs sombres mon espace de vie. J'étais, je suis, foutue. Je veux ajouter de l'or dans sa vie, rendre mon œuvre plus lumineuse que le soleil  au midi ...
«Un nom est un nom…Pourquoi c’est si difficile ? » Un sourire fracture mon visage et j'écoute à présent ses réponses avec avidité. Il ne comprend pas et cet air perdu le rend … hell. Mignon. Que voulez vous de plus ? Je termine en moins de deux mon sandwich pour en prendre un autre, la faim dévorant mon estomac avec insistance, sensible à ses arguments. Il ne m'a pas posée de questions en retour, de ce fait je suppose qu'il va falloir que j'en pose des nouvelles … Après avoir répondu moi-même aux miennes. Car c'est ainsi que cela marche je suppose. J'inspire donc à fond, prête à reprendre point par point, tranquillement, commençant par lui dévoiler la règle du jeu et tout son potentiel … Et il saura alors que si il se sent piéger, et bien je me suis également attachée au mât pour affronter la tempête.
« Un nom est l'essence même des choses. C'est ce qui nous caractérise, notre plus simple identité réduite à deux informations : notre nom et notre âge. Nous pouvons mentir à leur sujet – et il le faut souvent, car ceux qui connaissent ces informations ont tout pouvoir sur nous. Nous pouvons créer de nouvelles identités, jouer et embrouiller autrui, mais en revanche … Peux-tu prétendre réellement haïr quelque chose et le feindre avec assez de conviction pour que tu puisses tromper tout le monde ? Par exemple, je déteste le café. Ce n'est pas une question de couleur et de consistance, plutôt de goût. C'est âcre, amer, insipide, trop fort, bref cela m’écœure véritablement – je n'ai pas de réel mots pour t'expliquer à quel point ce liquide me déplaît, même avec une tonne de sucre. Pour autant, j'en bois de temps à autres, lorsque ma nuit a été trop courte – comme en ce moment. Bien sûr tu pourras toujours prétendre tes goûts. Mais je ne pense pas que tu puisses jamais te berner toi-même à ce point là. Ils sont ce qui nous prédominent en fin de compte. C'est pour cela que … Je ne veux pas connaître ton prénom. Ce n'est pas que je me fiche de savoir comment tu peux t'appeler, je suis très, trop curieuse, mais … C'est juste que je ne le mérite pas. Pas encore du moins. Et puis t'appeler « le Ninja d'Hell's Kitchen » est tout de même amusant. Maintenant si tu veux tout de même me l'offrir … Fais le. Mais ne va pas regretter cet acte par la suite, car il sera trop tard. »

Je lui coule un regard, avant de prendre une gorgée de ma boisson et mordre à nouveau dans mon sandwich. « Pour ce qui est des sales types … Et bien tu es grand, tu fais ce que tu veux avec les autres, mais … A partir du moment où l'on s'occupe de moi alors que je sais me débrouiller, j'ai plutôt tendance à le prendre mal, désolée. C'est une question de fierté stupide je suppose. Je suis méfiante, à légère tendance parano, j'ai peur de pas mal de choses, et il fallait que tu débarques pour exploser sans efforts mes certitudes miroitantes – en prime de me prendre la seule et unique chose qui pouvait vraiment me rassurer – mon flingue. Et puis, tu as été blessé dans le processus, donc je me sens évidemment responsable, c'est aussi simple que ça. Pour ce qui est du reste … » Je lui souris. Un vrai sourire, et je sais qu'il le sent. Légère pause avant de reprendre.
« Je crois que je t'ai dérobé quelque chose, donc … C'est un échange de bons procédés ? Tu as paniqué lorsque j'ai vu ton visage, j'ai paniqué lorsque mes pouvoirs ont dérapé. Je suppose que nous sommes tous deux dans le même sac, et si tu avais voulu me tuer parce que je suis … une mutante … Tu l'aurais déjà fait depuis un moment. Si tu avais été un connard, tu te serais même amusé à me disséquer comme certains rêvent de le faire, tu m'aurais torturée … Ce qui n'est pas le cas. Alors, aussi fou que cela puisse paraître … Tu ne me fais pas peur et je te fais assez confiance pour ça – de toute façon c'est trop tard à présent. Et puis ... ce n'est pas comme si tu pouvais réellement me menacer, n'est-ce pas? » je penche la tête, avant de remordre dans un sandwich. Me menacer, la bonne blague. Je ne deviens violente que si l'on s'en prend à ma famille, mais à ce sujet … j'étouffe un rire. Qui serait assez fou pour ?
Je reprends donc, sereinement, posant mon sandwich pour le regarder, un brin plus joyeuse. « De toute façon même si tu essayais je ne suis pas sûre que tu pourrais. Enfin bon … J'aime bien l'hiver aussi. Mais j'ai beaucoup de mal à supporter le froid, comme le chaud – les températures extrêmes pourraient me tuer. Je rêverais pourtant de pouvoir jouer dans la neige de longues heures … Ceci dit, la perfection me fait peur, et lorsque je vois ce manteau blanc impeccable, j'ai généralement la frousse. Donc m'emmitoufler dans un plaid reste la seule solution acceptable. Je pense que … Ma saison préférée reste l'automne. C'est désordonné, il y a des feuilles partout, du vent qui décoiffe, c'est le bronx, et les couleurs sont superbes. Les jeux de lumières, la réaction des gens … Et puis il y a les marrons chauds, les pancakes au sirop d'érable, les bonnets en laine, les confitures maisons et les préparatifs pour l'hiver qui sont amusants à faire. Le plus embêtant reste la poussière qui vole, mais ce ne sera jamais aussi casse bonbon qu'au printemps avec les allergies au pollen. » Je baisse les yeux, les joues rosées. J'ai conscience d'être telle une enfant mais c'est la les merveilleux souvenirs que j'en garde. Nos balades en forêt, où je me perdais souvent, nos fous rire, les contes au coin du feu début hiver … Ils me manquent tellement. D'ailleurs une idée me vient en tête. Je relève donc le nez, curieuse. Ce n'est pas dit qu'il accepte de répondre à ça, mais ça pourrait être amusant.
« Il n'y a pas de problèmes au fait de ne pas être poète. Je me suis toujours demandée, à ce propos. J'ai un odorat légèrement plus développé, mais sûrement pas autant que toi. Quelle est mon odeur ? Est-ce qu'elle est supportable pour toi ? Je n'ai pas envie de t'indisposer – après tout j'ai pris la pluie, et comme cela renforce les odeurs ... » je grimace doucement. J'espère ne pas sentir l'huile de friture – je ne pense pas, mais ce serait cool que ce soit exact. Je me reconcentre pourtant bien vite sur la suite, redevenant sérieuse, et … sombre.

Démon avait-il dit … Cela m'évoquait tellement de choses. A commencer par … Non. Non. Pas ce souvenir. Je remords à la hâte dans mon sandwich, tentant d'endiguer mon trouble, même si il est trop tard pour contrôler mon cœur et son embardée effarée. Ce manque de contrôle m'aurait dérangée plus tôt mais j'avais dépassé ce stade à l'heure actuelle. «« Il y a toutes sortes de démons … Et les premiers d'entre eux sont les être vivants, humains ou non. » je chuchote, avant d'inspirer doucement. « Nous avons tous nos peurs, nos doutes, nos blessures de guerres. Nous avons tous un démon que nous bridons mais … Tant que nous sommes assez fort pour le garder, je suppose que c'est bon, non ? Je … Ne te sens pas mauvais. Peut-être frustré et profondément blessé mais mauvais ? Non. C'est peut-être ça qui te rend dangereux après tout. Et puis … Le prêtre est sûrement une gentille personne. Enfin c'est comme ça que doivent être les prêtres je crois. Je t'avoue que … Je n'y connais pas grand chose de ce coté. Je ne suis jamais allée voir un prêtre. Je me considère d'ailleurs comme agnostique, car vu ce qui est arrivée à cette planète … Un dieu unique n'est peut-être pas possible. Plusieurs, oui – et j'adore la mythologie scandinave. Des anges, existent sûrement aussi. Mais un dieu unique … A moins que ce ne soit la vie elle même personnifiée … Je ne sais pas. C'est une question ouverte ! Tout ce dont je suis certaine c'est que nous avons tous besoin de croire en quelque chose pour pouvoir avancer. »
Je rougis un peu, me sentant idiote. Je connais la religion catholique, bien sûr, même si je pense me sentir plus protestante à ce niveau. Ceci dit, vu mes propres croyances … Je crois que je pourrais dire que je suis une païenne. Bien que je ne pratique pas moi-même, j'ai lu et relu l'Edda tant de fois, je connaissais la Volupsa par cœur bien avant d'avoir ma mémoire eidétique. Pourtant ce sentiment disparaît bien vite pour de nouveau laisser la place au sourire. Le rouge … La passion. La vie, la mort, le sang, la douleur, l'amour, la chance … ? Mais quels tons ? Plutôt vermeille ou pourpre ? Je secoue la tête, me taisant – c'est peut-être douloureux pour lui de tant se rappeler.
« J'aime beaucoup le rouge. Mais j'aime le brun aussi, le noir, le blanc … L'argenté. Mais par dessus tout … Je crois que je préfère le bleu, car quoi que l'on en dise, c'est une couleur chaude. C'était … La couleur des yeux de ma mère. Ce que j'aurais voulu avoir d'elle. J'aurais aimé lui ressembler un peu plus physiquement, outre de part la morphologie. On y voyait le monde, et elle savait me faire rêver et voir les étoiles. Enfin … Le bleu c'est aussi le ciel, qu'il soit clair ou agité, c'est l'eau, la mer, les tempêtes, les abysses avant de virer au noir, la vie, la liberté même si c'est aussi lié au blanc. Tout ce que à quoi j'aspire est lié à cette couleur, de près ou de loin. » Je souris timidement songeuse, fixant dans le vague mon sandwich, avant de me reprendre. Penser à ma mère me rend toujours nostalgique, entre rire et larmes. Je prends subitement conscience que si c'est sûrement nouveau pour lui de se confier de la sorte, ça l'est également pour moi – oups. Je reprends une inspiration certaine, avant de cogiter à son « problème ».
« Donc, en fait … tu n'es pas aveugle à 100 %. Et pour l'arme, c'est juste qu'on ne laisse pas ce genre de choses sur une table. On pourrait se blesser après tout, et Roger Rabbit est … très dangereuse. Elle n'est pas une arme conventionnelle, elle a été modifié, et même moi je n'ai pas encore pu la tester à son plein potentiel. Enfin. Je me demande si tu … Ouais. Non. Mieux vaut éviter. C'est à ton tour pour les questions, je pense. J'en ai bien d'autres, mais je te laisse te reposer un peu. Demande moi ce que tu veux, j'y répondrais dans la mesure du possible. » Je lui souris tranquillement, avant de finir le sandwich et ma première boisson. J'ai encore faim, mais je prends mon temps, réfléchissant à ma dernière idée stupide que je ne souhaite pourtant pas tenter avec lui. Il ne manquerait plus qu'en le frôlant par accident, mon nouveau pouvoir se déclenche par inadvertance … Non merci ! Je préfère encore psychoter sur ces futurs questions et me tenir prête à toutes éventualités ... Et prier pour qu'il n'ait pas un carré d'as.




FICHE ET CODES PAR BROADSWORD & SHADOW.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Breathe, just breathe ; ft Matt murdock. || ARCHIVE LE 24/01   Dim 6 Sep 2015 - 18:33



Il devait être probablement une heure du matin, il ne pouvait pas en être certain si ce n’est qu’il était plus ou moins fatiguée par tous les événements de la soirée. Ou bien ce n’était sans doute que le contre-coup d’avoir été soignée par sa nouvelle amie mutante qui était du genre loquace mais pas dans le sens gonflante, non. C’était autre chose. C’était charmant et sa voix avait un pouvoir presque apaisant sur Matt. C’était assez effrayant de voir une jeune personne comme s’exprimer de manière aussi intelligente et passionnante à la fois, il ne savait pas trop comment lui répondre, il ne parlait jamais autant sauf lorsqu’il était au tribunal. Même avec Foggy il n’avait pas d’aussi longues conversations. Elle avait su tirer quelque chose en lui, bien qu’il ne comprenne pas pourquoi elle ne voulait pas lui donner son nom même après ses explications si bien trouvées. «Bien. » il leva les mains en l’air comme pour montrer qu’il était en train de capituler. «Je vais t’appeler Erica et tu peux m’appeler Matt. » Il fit un signe de tête comme pour dire, on ne reviendra pas là-dessus quoique tu en dises. Il lui avait pourtant révélé son vrai prénom. Mais il l’avait dit sur un ton tellement désinvolte qu’il pouvait tout aussi bien s’agir d’une grosse blague mais au moins, lorsqu’elle voudrait lui donner son vrai nom, elle ne pourrait lui reprocher de mentir. Certes, Matt tenait à son intimité et à son identité mais étant donné que ce n’était plus totalement possible avec elle, autant tout lui donner. Et puis en un sens, il lui devait bien, elle n’avait pas hésité à tomber le masque et à lui révéler sa mutation pour l’aider alors…Pourquoi pas ?
«Et comment étais-je supposé savoir que tu étais capable de te débrouiller au juste ? J’ai quelques talents mais pas celui de lire dans les esprits. » Matthew avait terminé son sandwich le temps de sa tirade sur les prénoms et il devait bien reconnaître qu’il avait encore faim. Il tâtonna alors sur la table pour voir s’il n’y en avait pas un autre, jouant à l’aveugle par pur réflexe alors que la jeune femme savait désormais qu’il était bien plus qu’un aveugle ordinaire. «Y aurait-il par hasard un sandwich supplémentaire ? » il eu un léger sourire.


«J’aurais pu être un type horrible. On ne sait jamais. Mais tu es en sécurité ici… Et je pourrais totalement te menacer si l’envie m’en prenait.» Il ne lui ferait aucun mal. D’une parce que ce n’était pas son genre de torturer les jeunes femmes et de deux parce qu’il avait beaucoup de respect envers les mutants après ce qu’ils avaient dû subir. Et pour être honnête qu’elle soit mutante ou non, il s’en fichait, non ce que Matt se demandait c’était la situation de la jeune femme. Que faisait-elle dans la rue à cette heure si tardive ? Avait-elle des problèmes ? Fuyait-elle quelqu’un ? C’était le moment de poser ses questions mais il devait se montrer prudent et éviter de demander si elle était une junkie en fuite de son dealer. Il se demanda comment aborder le sujet. Mais pourtant il l’écoutait encore parler jusqu’à ce qu’elle ne lui pose une question sur son odeur, comment il la percevait. Ce qui était étrange de pouvoir en parler aussi ouvertement. Mis à part Claire – et Stick à l’époque – il n’évoquait jamais vraiment ses sens surdéveloppés alors là, la tentation était trop forte et il se mis à réfléchir et à se concentrer en humant l’air une nouvelle fois pour mieux la sentir. «L’odeur de ton shampoing est agréable, Oui la pluie renforce les choses mais ton odeur naturelle est agréable, c’est doux même si je peux sentir la transpiration. » Il ricana « Rien de désagréable, je te rassure. Je sens surtout l’odeur de la nourriture sur toi. »


« Ne me lance pas sur un débat sur l’église, de toute façon ce serait sans intérêt étant donné que je respecte les croyances de tout le monde. » il haussa les épaules. «Tu ne peux pas savoir si je suis mauvais ou non. Peut être qu’au fond je suis complètement détraqué. Peut être que je prends du plaisir à punir les racailles. Peut être que je suis réellement un démon. » Il ne savait pas lui-même si ce qu’il faisait était bien, au fond. Il savait que cette ville avait besoin de lui mais était-ce bien ? Il devait lutter contre cette question tous les soirs.



«Je dois savoir, Erica, est-ce que tu as quelque part où aller ? » Et juste comme ça, il coupa court à la conversation sur ses couleurs préférées et ces conneries qui n’aidaient absolument pas à connaître quelqu’un, il en était persuadé. «J’ai un canapé, tu peux rester ici si jamais tu es en danger. Je peux te protéger. » Il était sincère. Il n’aurait pas supporté l’idée de savoir la jeune femme morte retrouvée dans une ruelle demain matin. «Je suis aveugle. Mais je peux voir les choses c’est comme un sens…Radar. Je sais où sont les choses. Mais si tu me montrais une photo de ton chien, je ne pourrais pas la voir, même si je saurais que tu tiens ton téléphone. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Breathe, just breathe ; ft Matt murdock. || ARCHIVE LE 24/01   Mar 8 Sep 2015 - 21:34



Breathe, just breathe ; Feat. Matt Murdock
I never expect that


Je ne regarde pas le temps qui défile. Je suis bien trop occupée à me soucier égoïstement de l'être qui me fait face, ce casse tête que je tente de déchiffrer et qui ne me simplifie pas la manœuvre. Je souris alors qu'il me renomme – le nom de ma tante de cœur, sorte de meilleure amie de Neil et sœur par procuration - , le laissant faire sans rien dire. Matt. Est-ce son vrai nom ou bien un diminutif ? Cela pourrait être un pseudonyme inventé, mais vu son air, je n'en ai pas l'impression. Matt … C'est court; direct. Sorte de flèche directrice qui fonce jusqu'au cœur même du problème pour mieux le transpercer et l'anéantir. Je souris. Matt. Ça lui va bien. « Et comment étais-je supposé savoir que tu étais capable de te débrouiller au juste ? J’ai quelques talents mais pas celui de lire dans les esprits. » … Je cligne des yeux, revenant parmi les vivants. Merdealors. C'est ... une question que je ne m'étais pas posée. Pas sur le moment. Je me mords la lèvre, me traitant de crétine congénitale. Quoi que … Il avait senti la poudre du flingue, non ? Il devait l'avoir flairé. Donc quelque part …. Et il avait sûrement entendu ma voix, assurée elle aussi. Je n'irais pas jusqu'à dire qu'il pouvait percevoir un cœur battre – je ne pensais pas que ce soit possible – néanmoins … Et bien vu comme ça, avec la connaissance de ses pouvoirs … C'était impossible qu'il le manque, n'est ce pas ?
« Si tu avais été voyant, tu aurais vu que je maîtrisais la situation … et vu tes talents, tu as dû percevoir mon arme, au moins avoir entendu ma voix, assurée. Donc … Par définition je suppose que tu as du t'en douter ? » Je lance tout à trac ma conclusion, avant d'attraper puis lui fourrer dans les mains un autre sandwich, m'en reprenant un par la même occasion. « Y'en a encore six. Et des potatos. Si tu as soif, il y a du coca, du sprite et de l'ice tea. » Je lui souris légèrement, avant de mordre avec appétit dans le nouveau cale-bidon, tout en réfléchissant à ce qu'il dit. Un type horrible … lui ? Je m'esclaffe doucement. « Un type horrible ne me dirait pas que je suis en sécurité ici avec un air aussi sincère et vrai. Et surtout, il ne me dirait pas qu'il ''peut'' me menacer si l'envie est présente. Sérieusement. Un type horrible passerait à l'acte directement, à moins que tu ne sois en réalité un psychopathe, mais tu n'en as ni l'allure ni la psychologie. » Je secoue la tête, joyeuse, lui jetant un coup d'oeil. « Désolée pour ton égo, Mister Matt le Ninja. Tu ne me fais pas peur du tout. » Je souris d'ailleurs d'autant plus. Il est peut-être un danger pour les autres, et je le crois sincèrement en revanche, mais je suis intimement convaincu qu'il ne me fera pas de mal. Enfin … physiquement. « Et puis … je pense être capable de pouvoir m'échapper au besoin. » je murmure. Vu l’entraînement que m'a fournit Allen, et surtout Neil pour ce genre de choses … Disons que même sans arme, je sais où frapper. Mais moi non plus je ne veux pas lui faire de mal.

Par la suite, je l'écoute docilement, mangeant mon met, rosissant légèrement quand à l'odeur de mon shampoing, grognant quelque peu sous le coup de la nourriture. Foutue odeur de friture. Mais comment s'en débarrasser, sinon prendre une bonne douche – chose infaisable actuellement ? Mais il me coupe dans mes réflexions et je l'écoute de nouveau. Est-ce possible d'être si ouvert d'esprit ? Je cligne des yeux, impressionnée, avant de sourire de nouveau aux hypothèses sûrement vraies qu'il émet, puis ses questions. Il est sincère, je le sais et quelque part, sans que je ne le comprenne, son attitude me met encore plus en confiance et me réchauffe le cœur. Il est gentil, pour un ninja. Incroyable. « … C'est vrai », je commence doucement. « Je ne peux pas savoir si tu es bon ou mauvais. Mais … Je te fais confiance, et je fais confiance en mon instinct. Et il est rare que ce dernier se trompe. » Je hausse les épaules, terminant d'une bouchée mon sandwich avant de fixer mes mains, un peu plus mal à l'aise cette fois. « Ce n'est pas comme si tu … massacrais ceux qui sont différents après tout, juste parce qu'ils sont, à tes yeux, des monstres. Tu punis peut-être juste les abrutis qui se pensent au dessus des lois ... » Je marmonne pour moi-même, avant de secouer la tête, prenant une douce inspiration.
« Ma situation a beau être compliquée ... » euphémisme. « ... J'ai quelque part où vivre. Mais … Mais c'est vraiment gentil de proposer. Merci Matt. » Je lui souris, reconnaissante, et désormais honteuse de lui cacher la vérité. Il n'a plus l'air de vouloir jouer, et je ne veux pas m'amuser à ses dépends – certainement pas. Encore une fois, quel détraqué proposerait un truc pareil ? Je secoue la tête, touchée par tant de gentillesse. « Je … vis avec mon père de substitution. En fait c'est mon oncle mais … C'est lui qui m'a élevée. Mes parents sont morts devant mes yeux lorsque j'avais huit ans, assassinés, et c'est lui qui m'a récupérée mais … C'est difficile en ce moment.. » Je ne sais pas pourquoi je lui raconte ça. Peut-être pour l'aider à comprendre la situation et lui dire que je peux gérer ? Même si sa proposition me tente … Et c'est là le vrai problème. Je fuis déjà la maison, si je mets à squatter chez un inconnu – adorable qui plus est - … Non. Non, ce ne serait pas … Correcte. « Enfin … Pour tout dire, on vit chez un ami à lui – ce qui est peut être pire. Bon sang. C'est tellement complexe que je ne suis même pas sûre que je pourrais expliquer correctement les choses. » Je secoue la tête. En réalité se serait très facile mais … Il me faudrait aussi avouer que je viens du futur, et cela il en est hors de question. Je soupire doucement, lui offrant un pauvre sourire – qu'il ne voit de toute façon pas.
« J'ai … Je suis insomniaque. Du a … Une autre faculté que j'ai acquise le soir du meurtre, en réaction post traumatique. » Je grimace. Comme si je n'étais déjà pas suffisamment monstrueuse. « J'ai une mémoire eidétique. Ce qui signifie que … je n'oublie pas un putain de détail. » Et cela vient troubler le peu de sommeil que j'ai déjà. J'attrape une nouvelle boisson, redevenant silencieuse. Et maintenant, va t'il me foutre dehors et reprendre ses propositions ? Je ne lui en voudrais même pas.

« ... Marcher me fait du bien. » Je murmure, reprenant, en fixant mes mains qui tremblent lamentablement. Où est passé la jeune Eilis si fière et si forte, sarcastique ? « Ma mère adorait les étoiles et … Je suis comme elle. Toujours en quête d'un nouvel univers, toujours à la recherche d'une lueur salvatrice … Marcher de nuit c'est … Découvrir New York sous un autre jour. C'est plonger dans un conte en étant éveillée et c'est ce genre de chose que je veux capturer dans ma mémoire, avant de les restituer sur des pellicules ou des tableaux. » Je ne sais pas si je pourrais vraiment dire pourquoi je le fais. Une autre façon de fuir l'horreur ? « Je voudrais dépeindre cette ville telle qu'elle est. Telle qu'on ne la soupçonne pas, bien que cette facette existe pourtant ...  C'est pour ça que je sors la nuit, entre autre. L'autre raison c'est … le calme. La solitude. Je peux être moi-même sans craindre qui ou quoi que ce soit, me retrouver pleinement sans avoir peur de blesser quelqu'un par inadvertance. C'est une façon de fuir ma vie … Même si ce soir, j'avais besoin de quelque chose de plus, je le reconnais. » Je le fixe de nouveau, plus sérieuse que je ne l'ai jamais été. Besoin d'adrénaline. J'avais ressenti le désir de me sentir nécessaire, mais surtout … la nécessité d'affronter un quelconque danger. Même si c'était stupide … Je m'étais sentie vivre. Je ferme les yeux quelques secondes après ça. Que va t-il penser maintenant ? Ah … Comme si cela avait de l'importance de toute façon.
« Heureusement pour toi, je n'ai pas de chien ... » je lance, tentant de rendre l'atmosphère plus enjouée après mes révélations embarrassantes. « Et je pense préférer les chats pour leur coté indépendant. » Je souris de nouveau, bien que le sourire ne traverse pas entièrement mon visage. « Puis qu’apparemment  tu n'es plus d'humeur à jouer aux devinettes, que veux tu faire ? Quoi que vu l'heure … Il est vrai que le commun des mortels se couche d'ordinaire plus tôt alors … Je devrais peut-être y aller. Merci, toujours. » Pour m'avoir supportée. Et avoir tenté de me sauver la vie. Pour la serviette et la chemise aussi. Même si, en vérité … Je n'ai aucune envie de partir, ce qui reste troublant et nouveau. Au fond … Peut-être est-il réellement le chapelier fou … Et si ce n'est un carré d'as, il pourrait bien avoir malgré lui, la quinte royale.




FICHE ET CODES PAR BROADSWORD & SHADOW.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Breathe, just breathe ; ft Matt murdock. || ARCHIVE LE 24/01   
Revenir en haut Aller en bas
 

Breathe, just breathe ; ft Matt murdock. || ARCHIVE LE 24/01

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2


 Sujets similaires

-
» Breathe, just breathe ; ft Matt murdock. || ARCHIVE LE 24/01
» Matt Murdock ✖ Justice is blind
» La justice aveugle [Matt Murdock]
» Breathe Me [Arizona] -Abandon
» Matt Finnegan





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: La fin des temps :: Les Archives :: Archives rps New York-