Partagez | 
 

Me Teacher ! You Student ! So Listen ! ft. Jonathan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2

avatar
Invité
Invité
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Me Teacher ! You Student ! So Listen ! ft. Jonathan   Jeu 26 Mai 2016 - 0:22

Me Teacher ! You Student ! So Listen !

Elle est contente d’avoir l’impression d’avoir enfin réussi à brisé la glace avec lui. Elle sent bien qu’il a besoin d’en parler comme si c’était encore trop nouveau pour que sa curiosité ait déjà été satisfaite. Il a l’air curieux vis-à-vis du gène mutant et elle le comprend. S’il n’a jamais eu personne pour l’aider à le gérer, personne comme lui… ça n’est jamais facile de se débrouiller sans un tuteur. Eliane a eu de la chance d’avoir sa mère pour l’aider un peu au moment où son don est devenu trop voyant, trop complexe. L’écossaise est professeur alors elle a l’habitude de guider les gens, c’est peut-être pour ça qu’elle se montre positive et lui donne des semblants de conseils. Elle ne va pas le réprimander non plus pour des paroles mal maîtrisées. Elle est jeune et des gaffes, elle n’est pas la dernière à en faire. Evidemment ce n’est pas le genre de choses dont elle parlera à un de ses élèves mais elle ne peut que compatir et puis qu’il se lâche, si ça permet qu’il s’ouvre un peu plus en tant que mutant et qu’élève de sa classe. C’est un peu son rôle d’aider les jeunes. C’est vrai que certains doivent la détester parce qu’elle ne se laisse pas emmerder par ses étudiants et les plus timides ont certainement peur de se manifester. Pourtant elle n’hésitera pas à reprendre des explications s’il le faut, à écouter quelqu’un qui désire parler. Elle leur donne du temps. Elle est donc ravie de voir qu’il a le sourire malgré sa petite bourde de langage. C’est un plaisir pour la prof de voir l’évolution dans l’attitude de l’étudiant et de lire un peu de reconnaissance dans son regard. Finalement ce n’est pas si mal de l’avoir interpeller en fin de classe et l’avoir traumatisé au début. Elle sent qu’il n’est pas bien à l’aise avec son passé mais pour le moment elle ne dit rien. Elle se contente d’écouter. Ce gamin a un complexe d’infériorité hallucinant : il a honte… Personne n’est parfait et c’est encore plus dur à gérer quand on est né avec le gène X. Il n’a aucune raison de se sentir nul, nous sommes tous si différents. Lui son truc c’est le dessin et il excelle là dedans. La preuve, il lui avoue avoir gagné ce concours. Elle sourit de plus bel et le félicite pleinement pour cette réussite, comme pourrait le faire une grande sœur. Elle ressent pourtant une peine profonde chez lui en arrière-plan, comme cachée, quelque chose qu’il n’avoue pas. Elle ne cherche pas à le faire parler. Pas s’il n’en a pas envie. Elle sent que ce n’est pas une bonne idée de l’aborder comme ça, alors elle songe à la façon de le dire et en attendant elle parle de son don à elle, de comment ça fonctionne. Il est curieux et elle n’est pas du genre à taire des choses concernant son don. Elle n’en a pas honte, même s’il n’est pas facile à vivre. Ça fait partie d’elle et les aléas qui vont avec aussi. Il faut juste savoir comment vivre avec. Elle a l’impression de raconter une histoire à un enfant tant il l’écoute avec attention. Grandir en étant mutant ce n’est pas simple. Ça dépend des dons que l’on possède. Certains ont du quitter leur famille parce qu’ils ont été vu comme des monstres, d’autres ont involontairement fait du mal à ceux qu’ils aiment. Heureusement pour elle, Eliane n’a pas eu à souffrir de ces deux cas. Sauf lors de la Purge où son père a dénoncé sa mère aux miliciens. Elle parle de son expérience puis hésite mais il semble avoir envie d’en savoir plus. Il a l’air absorbé par ces paroles et de se sentir concerné. Elle essaie donc de lui faire comprendre comme elle peut mais pas sûr qu’elle utilise les bons mots pour ça. Il reste estomaqué apparemment et cherche un peu à saisir le sens réel de ces propos. Eliane se dit qu’elle n’a peut-être mal expliqué ce qu’elle souhaite dire en fin de compte. Il risque de s’imaginer tout et n’importe quoi en fin de compte. Elle sursauta quand il lui prit la main parce que c’était soudain et vraiment pas naturel. Elle arque un sourcil mais ne fait pas de mouvement de rejet. Ce geste est totalement en accord avec ses paroles. Il est horriblement compatissant… trop peut-être ? Il veut l’aider, lui ? Elle n’est pas certaine de faire beaucoup pour lui mais c’est une gentille attention, elle ne peut pas le nier. « Euhm oui, ce n’est pas toujours simple mais je doute d’être la plus à plaindre. Quoiqu’il en soit : Jonathan… tu me tiens la main… Je doute que tu aies envie qu’un de mes collègues ou un élève de la classe entre dans la pièce et qu’il y ait méprise. » Elle rigole. Bon elle n’aimerait franchement pas que les enseignants jasent inutilement sur un sujet pareil. Question élève, elle saura les remettre à leur place à force. Par contre, elle doute que le jeune mutant ne parvienne à se moquer complètement des remarques. Le seul truc qui dérange profondément Eliane, c’est la douleur qui émane de ce garçon. Par son geste, il lui a transmis encore plus clairement sa souffrance morale. Elle la détecte mais ne peut absolument pas se servir de son pouvoir pour le soulager. Elle ne sait pas le faire, ça ne fonctionne qu’avec les personnes dont elle est émotionnellement proche. Elle n’a réussi qu’une seule fois. « C’est mon rôle de t’aider et non le tien. Pour le moment. Je ne sais pas trop ce que tu as vécu avec ton don mais mon pouvoir me dit que quelque chose de fait souffrir et ça ne s’est pas arrangé depuis qu’on parle tous les deux. Je ne compte pas te forcer à me dire les choses mais tu pourrais peut-être avoir un soutien. … Il y a des choses qui nous hantent mais il faut les exorciser. Enfin je suis mal placée pour te dire ça. La mort de mon frère me hante toujours autant. » Elle a beaucoup parlé. C’est son tour, s’il se sent en confiance, s’il le souhaite. A moins qu’il ne préfère la laisser parler pour le moment. Elle répondra encore à ses questions s’il en a.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Me Teacher ! You Student ! So Listen ! ft. Jonathan   Jeu 26 Mai 2016 - 14:41
Je me sens comme la sourie verte...
Eliane & Jonathan

Qui courrait dans l'herbe... ✻✻✻ Elle semblait vraiment réceptive aux paroles de Jonathan et c'était un bon point pour lui. Il avait envie de parler de tout mais ne semblait pas vraiment pouvoir faire quoi que ce soit. Il ne savait pas vraiment le contrôle sur sa peur des autres. Il avait surtout peur qu'on le prenne pour un monstre, qu'on le rejette car il avait du sang sur les mains. Certes ce n'était pas lui qui contrôlait ses mains mais c'était quand même son visage qu'on pouvait rechercher pour meurtre. Comment faire ? Il voulait au plus profond de lui se confier à sa professeur mais peut il vraiment le faire ainsi ? Il est vrai que suite à tout cela on l'a déclarer Schizophrène et surtout qu'il était mineur et a purgé sa peine en asile. Mais on ne pouvait pas vraiment dire ce genre de choses en son professeur... Et si son regard changer du tout au tout ? Que faire ?! Pendant quelques instants il était perdu intérieurement et au plus profond de lui Hamich se frottait les mains. Aux yeux de Jonathan le jeune démon avait disparu mais il était toujours là, spectateur et silencieux, observant tout sans dire un seul mot et faisant le plus possible profile bas.

En tout cas pour le reste de la conversation Jonathan se sentait vraiment coupable pour les problèmes d'Eliane. Il avait cette empathie pour beaucoup de personne. Mais cette fois ci elle était la personne en qui il en avait eu le plus. Il ne savait pas pourquoi au début mais quand on y réfléchit cela était logique non ? Elle était mutante, comme lui. Et elle avait vécu des choses horribles par le passer et semblait être cribler de cicatrices, tout comme lui... Alors devrait il lui faire pleinement confiance ? Pour le moment c'était une question qui restait en suspent en son esprit. Et il vivait l'instant présent a fond et intensément. Si bien qu'il ne se rendait pas compte que ses gestes étaient... inaproprier. Mas lorsque sa professeur favorite lui signala alors en disant que d'autres pourrait avoir une méprise sur la situation le visage de Jonathan en devint pivoine, voir majenta même ! Retirant sa main en begaillant un ''désolé'' il ne savait plus ou se mettre surtout lorsqu'elle se mit a rire. Si il pouvait il mettrait sa tête dans la poubelle du bureau qui se trouver derrière lui. Non pas qu'il la trouvait moche, c'était tout le contraire en fait. Mais qu'une femme beaucoup plus mature et qui ai plus de vécu que lui arrive à cette conclusion pourrait le mettre mal à l'aise, surtout pour un jeune homme ayant aucunes expériences avec les femmes.

Mais la reprise de la situation et surtout la suite de la conversation Jonathan repris peu à peu des couleurs. Il était comme subjuguer par ses mots et se sentait un peu mal à la fois. Il est vrai que c'était elle la professeur, elle qui était ici un peu pour son bien être, enfin si on se place du coté d'un bon professeur. Et que ce n'était pas vraiment à lui d'être là pour elle. Mais il était ainsi, empathique et coupable, enfin il se sentait coupable pour tout et rien à la fois. Mais en tout cas elle avait bien cerné le personnage de Jonathan et il comprit que le don de sa professeur pouvait le mettre dans l'embara... Il ne savait pas encore si il devait tout lui annoncer ainsi mais il fallait qu'il prenne son courage à deux mains. Entortillant ses doigts il avait la tête baisser, fit une légère moue et relevant la tête en prenant une lourd inspiration et se lança.

- Si je suis aller en asile c'était pour me punir moi même. En quelque sorte. Je... je sais pas vraiment comment expliquer ça. Mais un soir j'ai fais un horrible cauchemar. Dans ce rêve je tuais des centaines de personnes en un hopital, je n'étais plus moi même et avec mon don je tuais sans raison. Lorsque je me suis réveillais j'ai découvert au travail ou j'ai un job que mon rêve était réel. Mais ce n'était pas tout. La seul preuve que la police avait était que les gens furent tous tuer par des lames faites en mines de crayons, ce dont est composer mes dessins. Et lorsque je réalisais cela alors Hamich est sortit de l'ombre. Mais a présent c'est fini. Ma schizophrénie n'est plus.

Il tenta de garder les apparences, un léger sourire mais il en avait les yeux rouges et empli de larmes. Elles ne sortaient pas mais elles étaient au bord de ses paupières. Il fit en sorte de garder son calme et son sourire devant sa professeur.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Me Teacher ! You Student ! So Listen ! ft. Jonathan   Jeu 2 Juin 2016 - 4:10

Me Teacher ! You Student ! So Listen !

Elle ne fait pas trop attention au temps qui défile puisqu’elle n’a pas de cours à tenir ensuite et puis parce qu’elle sait qu’il n’a pas d’autres cours tout de suite non plus. Elle lui consacre donc son temps libre, espérant que cela puisse être utile. Elle sait que ce n’est pas facile de se confier à son professeur mais elle est une sœur mutante et ça peut l’aider. Des histoires tristes, dures, elle en a entendue à la confrérie alors elle pense pouvoir entendre également la souffrance de Jonathan. Elle ne sait pas ce qui lui pèse autant sur le cœur mais elle la ressent de plein fouet cette peine. Il ne peut pas la lui cacher comme si de rien n’était, c’est ça l’ennui avec le don d’Eliane. Elle ne peut pas lui garantir qu’elle n’aura pas de réactions trop violentes mais elle se sait suffisamment ouverte d’esprit pour comprendre les choses au mieux. Elle le sent perdu mais pour le moment, elle ne fait aucun geste vers lui, préférant le laisser prendre en main sa décision et donc ne pas le brusquer inutilement. Elle n’est pas là pour qu’il perde confiance en lui, qu’il se sente agressé. Au contraire, elle veut juste l’aider mais c’est parfois plus facile de parler des autres que de soi alors l’écossaise noie le poisson en évoquant son don et son passé. Elle se dit que son expérience peut peut-être l’amener à prendre son courage à demain, à comprendre qu’il n’est pas seul et qu’elle n’est pas non plus à l’abri de certaines cicatrices violentes. C’est difficile parfois de songer qu’on est une professeure mais que des gamins mutants, ou des enfants encore plus jeunes, on en a vu mourir entre ses bras à cause des miliciens. Elle a encore leur regard soulagé gravé dans son esprit, quand ils ne ressentent plus la douleur. Eliane a ce visage doux et apaisant qu’elle leur offrait, violent contraste avec la froideur qui suivait leur mort, comme si elle restait de marbre devant tout cela. Personne ne sait combien elle a pleuré. Seth prenant rapidement le dessus, évacuant tout le stress, toute la douleur. Elle a toujours eu peur de savoir ce qu’elle peut faire quand Seth prend le contrôle mais heureusement pour elle, il est bagarreur et séducteur mais pas réellement méchant. Elle se souvient de lui comme d’un frère protecteur qui s’occupait d’elle plus que son père ne l’a jamais fait. C’est lui qui lui a appris à lacer ses chaussures. Quand leur mère ne lui lisait pas d’histoires, alors il prenait le relais. Toujours bienveillant. Elle en revient au jeune garçon avec qui elle discute tandis qu’il vient de lui agripper la main dans un réflexe compatissant. Pas très adapté néanmoins. La porte ayant une petite fenêtre par laquelle on peut les apercevoir, elle préfère le lui faire remarquer. Ils ne sont pas non plus à l’abri que quelqu’un entre soudainement dans la pièce. Il devient alors extrêmement rouge et sincèrement ça amuse pas mal la prof quand elle le voit retirer sa main avec de nouveau cet air tout timide. Presque attachant mais elle ne veut pas qu’il se sente de nouveau mal alors elle déclare rapidement un « C’est pas grave. Ce n’est pas un drame. Tu es un garçon expressif et tu ne t’es pas rendu compte c’est tout. » Pas de quoi paniquer. Elle sait simplement que le regard des autres n’est pas aussi naïf que cela et les gens en viennent souvent assez rapidement à leurs propres explications plutôt que de vouloir entendre qu’il puisse y avoir une explication plus raisonnable.

Heureusement, Jonathan ne se braque pas et reprend une attitude plus apaisée par la suite. Elle lui parle un peu plus sérieusement ensuite, pensant qu’il vaut mieux qu’elle lui explique que justement elle a cherché à lui parler pour lui rendre service pas pour épancher ses anciens problèmes à elle. Elle veut lui faire comprendre qu’il peut lui parler parce qu’il a l’air hésitant à le faire spontanément. Elle lui laisse donc le choix de lui dire, sinon il faudra qu’il trouve une personne adaptée pour faire part de ses douleurs à quelqu’un. Elle sent bien qu’elle touche à un sujet sensible et qu’elle le met un peu dans l’embarras mais elle a le rôle d’un tuteur avec ses étudiants. C’est à elle de leur venir en aide. Elle sent qu’il hésite alors elle laisse un peu planer un silence, attendant de voir s’il se décide. Il se tord les doigts, le regard baissé avec une moue attendrissante sur le visage. Il soupire lourdement comme s’il n’a plus le choix que d’évoquer tout ça. Elle ne l’interrompt pas mais elle est choquée par ce qu’il commence à évoquer. Il parle de ce cauchemar avec tous ces morts mais c’est pire que tout car ce n’est pas un rêve et Eliane se crispe sur son siège. Hamich, il parle de lui comme sa personnalité schizophrène… Elle déglutit. Quelle horreur ! Il dit ne plus être schizophrène mais est-il au moins suivi ? Il sourit légèrement mais elle sent les larmes venir sur son visage et s’il a bien quelque chose qu’elle ne supporte pas ce sont les larmes. Elle se reprend aussitôt pour ne pas qu’il se dise qu’il n’aurait pas du lui parler. Elle lui sourit doucement mais avec un air triste. « Je suppose que tu ne pouvais en parler avec personne évidemment… Une chose pareille.» C’est horrible. Maintenant c’est elle qui a envie de le réconforter. Dommage qu’elle n’ait pas de Shortbreads sous la main pour lui offrir. Ça réconforte : des gâteaux écossais avec un peu de thé. « C’est un poids trop lourd à porter pour un jeune homme. Je ne te mentirais pas, en te disant que ce que tu m’as dit ne m’effraie pas un peu mais tu peux compter sur moi pour ne rien dire. Je veille sur mes élèves comme sur mes frères et sœurs mutants. En échange, je compte sur toi pour venir me parler chaque fois que tu en as besoin. Ce Hamich ne le laisse jamais revenir.» Elle se lève, regarde brièvement la porte. Les couloirs sont tranquilles en fait alors elle fait ce qu’un professeur ne doit pas faire : elle prend son élève dans ses bras. « Désolée… je ne peux pas soulager ta peine morale Jonathan. Je peux éventuellement te promettre que je peux te calmer, si tu perds de nouveau le contrôle, c’est tout. » Elle est comme une grande sœur avec les jeunes. De celles qui vous font tourner en bourrique parfois mais sur qui vous pouvez compter quand ça ne va pas. Elle ne peut pas pleurer, elle, elle est l’adulte responsable. La dernière fois qu’elle a pleuré à la place d’un autre, c’est parce qu’elle a absorbé sa tristesse mais ce n’est arrivé que parce que les deux jeunes filles avaient un lien spécial. Elle n’a jamais réussi à reproduire ça ensuite.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Me Teacher ! You Student ! So Listen ! ft. Jonathan   Ven 3 Juin 2016 - 2:03
Je me sens comme la sourie verte...
Eliane & Jonathan

Qui courrait dans l'herbe... ✻✻✻ La main sur celle de sa professeur voyons Jonathan... Voila une chose que pourrait dire Hamich, enfin il aurait dit beaucoup de choses a ce moment là et pas souvent très catholiques a l'égard de toutes jeunes femmes qu'ils croiseraient. Car il y a une chose qui énerve vraiment Hamich, en plus de la bonté maladive du garçon était sa virginité. En fait Hamich en avait réellement honte de ce genre de chose c'est qui pouvait même faire reprendre le controle de Jonathan à l'époque. Le provoquer sur leurs virginités et le ménacer de finir prêtre était une situation caucasse d'un point de vue extérieur mais c'était sérieux pour le jeune homme. Si il fallait ça pour faire fermer le clapé du diabolique mutant alors il le ferait volontier.

En tout cas pour ce qui était de la situation actuelle avec sa professeur il était soulager de ne plus sentir son autre lui le faire chier intérieurement. Il reprenait donc rapidement son calme et surtout des couleurs, enfin pour le moment. Car le jeune mutant avait vite tendance à changer de teint de peau au niveau du visage, facilement impressionnable comme garçon. Alors qu'il se tordait intérieurement de douleur en faisant part de son problème par le passer il sentait la stupeur dans les yeux de la professeur la ressentant se figé sur place comme crispé par la peur. Il ne savait pas s'il devait continuer ainsi mais il n'avait pas le choix non ? Il se devait de finir ses paroles et de lui dire alors toute l'histoire. Après tout c'était le passer et il n'avait plus besoin d'exorcisé tout ça a partir de maintenant. Le fait de le dire a présent face à cette mutante, la première mutante qu'il croisait alors il se devait d'etre franc si il voulait en savoir plus sur le monde mystérieux a ses yeux des mutants.

Ce fut un soulagement lorsqu'il comprit qu'elle aussi était en accord avec lui. Elle lui appaisa ses peines et non pas avec son don mais avec seulement de l'attention, de l'affection et ses mots. Essuyant alors doucement sa joue il reprit bien vite un certain sourire, ayant presque envie de rire nerveusement sous l'effet de l'émotion. Mais quelque chose fit tilt en lui. il entendit une expression qu'il avait souvent entendu dans les médias. Mais par la bouche d'un homme assez dangereux. Jonathan était un jeune homme intelligent malgré ses problèmes psychologique, la schizophrénie ne freinait pas les compétences intellectuels. Mais alors qu'elle le prit en ses bras il avait des sentiments vraiment partager. Il se calmait sous cette tendresse vraiment très bien acceuillit. Il l'a prise également dans ses bras la serrant doucement contre lui. Humant sans s'en rendre compte son doux parfum fleurie et profitant un peu de la douceur d'une femme. Il enfouit un instant sa tête en la nuque de sa professeur et lorsqu'il lachait prise alors cette petite expression utiliser précédemment par cette dernière lui revint en tête... Frères et soeurs mutants... En voila des mots pas souvent utilisé par les mutants eux mêmes en règle général. Du moins sauf ceux qui faisaient partie de la Confrérie... Il le savait que trop bien car il bossait en free-lance dans le Daily Buggle en tant que dessinateur pour le journal. Même si il avait un patron tyrannique qui n'avait pas vraiment toujours le même avis que lui sur les Avengers ou encore Spider-Man il sentit quand même que l'homme en Jameson n'avait pas un mauvais fond. Mais revenons à la situation actuelle. Celle ou Jonathan se sentait léger et appaisait devant tout ça et surtout avec l'attention et l'affection de sa professeur. Plissant doucement les yeux devant sa prof' qui était à présent sa favorite il en voulait avoir le coeur net. Il ne jugerait pas. Jonathan avait l'esprit ouvert et il se moquait des opinions, qui pour lui n'étaient que, politiques.

- Dites... êtes vous Confrériste ? Dit il d'un ton très sérieux, la fixant du regard. Il n'avait pas un ton hostile ou autre, il voulait simplement la vérité afin de savoir qui il avait en face de lui. Car après tout avec cette Purge, même les plus loyaux X-Men auraient pu devenir Confréristes. Et même si il voyait mal sa professeur favorite en faire partie il voulait savoir.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Me Teacher ! You Student ! So Listen ! ft. Jonathan   Mer 15 Juin 2016 - 1:04

Me Teacher ! You Student ! So Listen !

Elle ne nie pas sa peur. Jonathan l’effraie quand il lui parle de son passé, quand il lui annonce que le garçon qu’elle a sous les yeux est capable de faire un massacre. Elle a envie de lui dire de partir mais elle ne le fait pas. Il y a cette douleur sous-jacente qui empoigne le cœur de la professeure. Une douleur qui la transperce, qui lui hurle combien il souffre, combien ce jeune mutant est seul… Si seul, si peiné de ce qu’il a fait. Tout son âme crie encore. Comment pourrait-il parler à quelqu’un d’autre de ce qu’il a fait et puis… comment ce brin de mutant aussi adorable, timide, sans mauvaises intentions peut-il être responsable de ce qu’il conte comme un massacre ressemblant plus à une boucherie qu’à une perte de contrôle de quelqu’un de poussé à bout. Non on dirait que ces morts dont ils parlent ont été tués avec délectation. La douleur ne ment pas, c’est ce qui ramène Eliane sur terre : elle sait que son élève n’est pas juste un putain de criminel sans cœur. Elle  ne sait pas encore comment expliquer mais elle se promet de jeter un œil sur lui, sur Hamich. Elle essaie de le rassurer un peu, de faire quelque chose pour lui. Elle n’a pas envie de l’abandonner sous prétexte que ça la dépasse. L’avantage d’Eliane c’est qu’elle sait être présente et à l’écoute pour les autres même si ce n’est pas celle que l’on viendra voir en priorité. C’est plus souvent elle qui va venir quand la peine est trop lisible pour elle. Difficile d’ignorer quelqu’un sur le point de se briser en milles morceaux. Eliane est parfaitement incapable de se montrer égoïste, insensible et continuer sa route sans même un regard. Le remord serait trop accablant. Elle ferait inévitablement demi-tour. Elle ne sait pas si prendre dans ses bras un de ses étudiants étaient une bonne idée mais le geste parle bien plus que les mots parfois. Elle sent même la tension des aveux redescendre. Elle ne sentit pas de rejet, au contraire, il lui rendit ce geste. Elle resta un instant prêt de lui, plus comme une grande sœur qu’autrement. Du moins pour elle. Elle sait que c’est parfois rassurant de se sentir réconforter. C’est un peu plus étrange quand elle a l’impression de le sentir se caler un bref instant contre sa nuque. Elle s’éloigne de lui en lui adressant un regard compatissant. Sa main glisse sur son épaule pour ne pas briser brusquement cette étreinte. Elle ne veut pas qu’il croit que ce n’était qu’un faux-semblant. Histoire de se faire pardonner sa réaction flippée de tout à l’heure, pourtant relativement modérée. Non, ce n’est pas le genre de l’écossaise. Ce qui freine Eliane en revanche c’est la question que lui sort le jeune mutant. Elle soupire légèrement, sa gorge se noue. Bizarrement la question lui fait plus de peine qu’elle ne le devrait. Elle se sent blessée par l’assimilation qu’il a fait si facilement et qui mine de rien la catégorise. Apparemment la question a de l’importance… Eliane n’aime pas cette idée parce qu’elle se demande si répondre positivement lui fera perdre la confiance qu’elle a essayé d’instaurer avec lui. Il la regarde si fixement, qu’il n’a plus rien du gamin timide d’avant et elle peine à trouver de simples mots. C’est peut-être simplement la contrepartie de toute cette peine qu’il dégage et qu’elle a assimilé comme d’accoutumée. Il en a tellement que ça la submerge et qu’une simple question devient pénible. Elle ne peut pas lui mentir et de toute façon elle n’en a pas l’intention. Elle peut omettre de lui répondre ou noyer le poisson mais ce serait ridicule. « Oui » Ce simple mot lui permet de juger la façon dont il va accepter l’évidence de la réponse. Elle sait ce qui a trahi son opinion « politique ». La voix de la jeune femme est légèrement triste, douce et peinée. « Est-ce que cela fait de moi obligatoirement une méchante ? La période de la Purge a montré combien les hommes sont versatiles et changent leur fusil d’épaule aisément quand ils ont des victimes à se mettre sous la main. Mon père a dénoncé ma mère et la milice me l’a arrachée. La Purge m’a fait jouer le mauvais rôle et j’ai vu des enfants mutants mourir entre mes bras. J’ai ressenti chacune de leurs blessures jusqu’à l’apaisement de leur départ, la détresse dans leur regard alors que je ne peux rien faire d’autre que prendre toute cette souffrance. Je ne peux pas… je suis incapable d’accepter qu’on puisse tous vivre ensemble en paix alors qu’il y aura toujours des gens pour faire sombrer les autres. Je ne dis pas que les confréristes sont des exemples de bonté ou quoi que ce soit mais ils m’ont tendu la main, certains ont besoin de moi. » Les larmes la submerge et elle serre les dents. Elle a bon cœur et ce n’est pas le genre de personnes que l’on pense trouver chez les confréristes mais on oublie souvent que si quelques uns sont de vrais psychopathes terroristes, d’autres ont simplement une opinion qui parfois tranchent trop avec les x-mens. Si Eliane doit choisir entre un mutant qu’elle estime valoir le coup et pas en tort, face à un humain. Elle n’aura pas de peine à trancher dans le vif. Elle fait un pas en arrière, essuie une larme. Mauvais signe. Elle essaie de dédramatiser «  Tu ne vas pas sécher les cours à cause de ça j’espère ? .. … … Enfin je pourrais comprendre, je suppose. » Quelque chose lui fait mal.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Me Teacher ! You Student ! So Listen ! ft. Jonathan   Dim 19 Juin 2016 - 15:25
Je me sens comme la sourie verte...
Eliane & Jonathan

Qui courrait dans l'herbe... ✻✻✻ Ce moment d'échappatoire que la mutante lui offrait était des plus bénéfiques pour le mutant qui se sentait désemparer face à tout ça. Il ne savait plus vraiment quoi faire ni comment réagir. Il en avait même par moment les larmes aux yeux. Se perdant dans les méandres de ses souvenirs plus que douloureux malgré qu'il du faire part de ses rèves, de ses atrocités, aux psychologues de l'hopital il n'en avait jamais parler à une personne qui le prenait au sérieux et qui ne le prenait surtout pas pour un fou, pour un patient comme les autres. Au final il fit en sorte de pouvoir faire quelque chose de correct en débalant sa vie à cette professeur qui lui avait donner le réconfort et la force necessaire pour en parler ouvertement. Il n'avait jamais fait à au par avant, ni même avec sa famille, ni avec aucuns proches. En fait il était venu ici pour avoir la meilleur université d'Art mais il était ici seul. Lui qui fut par le passer un jeune homme qui était toujours bien entourée. Du moins durant la période de sa vie en Angleterre il avait toujours une belle bande de potes avec lui et surtout son cousin qui était bien plus que cela, il était même comme son frère.

Mais ici il était seul. Ou du moins il aurait préféré être seul plutot qu'avec Hamich. Enfin en ce temps là il ne ressentait plus la présence d'Hamich et se disait libéré de ce dernier. Pour l'heure il savourait le plus possible de la tendresse de sa professeur. Certes ce n'était pas souvent qu'une enseignante fasse ce genre de chose et surtout ce n'était pas du tout habituel pour lui ce genre d'action d'affection. Il ne savait pas vraiment comment réagir alors il posa doucement sa tête dans le creu du cou de la demoiselle. Il en oubliant sa timidité et sa gêne du moins jusqu'à ce qu'il re-croisa le regard de la Confrériste. Du moins il pensait qu'elle en était une après ces quelques propos. Certes il avait un regard des plus sérieux et déterminé lorsqu'il lui posa directement la question, sans doute trop direct ? Mais lorsqu'il entenda sa réponse qui fut vraiment très courte il baissa les yeux. Non pas qu'il n'aimait pas la réponse. Mais qu'il ressentait dans le timbre de voix de la mutante que ce n'était pas une question qu'il aurait du posé. Sauf que dans ce cas précis il n'avait guère eu le temps de répondre quoi que ce soit, ou même de rassurée la jeune femme sur son avis sur cette Confrérie qu'elle se sentit bien vite comme une mauvaise personne. Jonathan fut vraiment troublé par les propos de son ainé si bien qu'il resta comme bouche bée devant l'histoire de ses parents. Cela lui fit aussi ressentir une certaine amertume, il n'était pas empathe mais il avait le coeur sur la main, assez pour ressentir le malheur chez les gens qu'il appréciait. Mais lorsqu'il vit la jeune femme pleurait il oubliait que cela pouvait être due au don de la mutante, qui a sans doute absorbé de la tristesse de Jonathan sans s'en rendre compte. Mais alors qu'il ressentait une certaine sueur froide lui descendra dans le dos il eu comme un sursaute d'affection lorsqu'elle fit un pas en arrière et la prise en ses bras peut être d'une manière assez maladroitement violente et la serra comme il le pouvait et surtout pas d'une manière à lui faire du mal. En image dans sa tête elle avait un peu un don d'éponge émotionnelle et il voulait la serrer en ses bras comme pour dégorger le surplus d'émotions qu'elle avait reprit en lui. Mais alors qu'il se perdait quelques instants en ses bras, humant a nouveau son parfum. Il souriait doucement à ses propos, bien sur que non il ne comptait pas sécher ses cours...

- Dans le mot Confrériste il y a Confrère. Je ne suis du pays que depuis peu et je n'ai pas vraiment subit la Purge car à l'époque je n'étais pas là tout simplement et surtout je n'avais pas encore cet étrange don. Puis je ne suis pas du genre à porter un certain jugement et je ne souhaite surtout pas prendre partie de qui que ce soit.

Il se recula doucement le buste afin de pouvoir voir le visage de la demoiselle. Essuyant sa larme d'un revers de la main il était déjà plus assuré sur ses paroles et ses gestes, comme si elle venait de lui briser ses barrières, son masque. Puis il reprit calmement.

- Je ne raterais pour rien au monde vos cours. Et promit je ferais même des efforts ! Dit-il en riant doucement.

C'est alors qu'il lacha doucement prise et prit un post-it ou il dessina un magnifique papillon qu'il anima et le fit doucement voler vers sa professeur en souriant.

- Et ça c'est un cadeau pour vous remerciez de votre présence et votre soutient d'aujourd'hui... Répliquait il en ayant légèrement les joues rôsit par sa timidité qui revenait bien vite au galop.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Me Teacher ! You Student ! So Listen ! ft. Jonathan   Mar 21 Juin 2016 - 17:52

Me Teacher ! You Student ! So Listen !

L’écossaise comprend facilement la solitude que l’on peut ressentir. Lorsque son frère est mort, elle s’est sentie horriblement abandonnée. Lorsque sa mère a été emmenée par la Purge et qu’elle l’a perdue, Eliane s’est senti définitivement seule. Elle sait à quel point c’est délicat de n’avoir personne à qui se confier, d’autant plus quand on est un mutant encore inexpérimenté. Eliane a eu la chance qu’un ami de Seth vienne la voir, l’aide sinon elle ne garantit pas qu’elle s’en serait si bien sortie. Aujourd’hui, elle se débrouille plutôt bien pour mener sa vie. Bon elle n’est pas l’enseignante modèle et elle pourrait même perdre son poste si quelqu’un entrait dans la pièce à cet instant précis. La jeune femme a toujours été « humaine » avant tout. Elle fait passer les autres avant son propre boulot et là l’important c’est de soutenir ce mutant en devenir qui a bien besoin d’une confidente. Elle peut l’être, elle sait être réconfortante quand il le faut. C’est un instinct chez elle, sans doute lié à son don. Elle a déjà fait ça, prendre quelqu’un dans ses bras pour le consoler, c’est un réflexe, c’est machinal… A l’époque, son don s’est déclenché sans qu’elle en prenne conscience car son pouvoir est assez passif si on y prête que peu d’attention. Elle est devenue encore plus maternelle qu’avant depuis que Seth l’a laissé seule. Certainement parce qu’elle n’a plus de grand frère pour veiller sur elle alors elle prend la relève, doit se montrer plus forte qu’auparavant. Néanmoins le mot Confrériste l’a met toujours mal à l’aise, comme si, dans la bouche des autres, cela sonne presque comme une insulte. On la catégorise et souvent pas en bien. C’est pourtant une mutante qui aime les siens comme des frères et sœurs et elle veille sur les confrères comme tel. Elle est derrière eux, à veiller sur leurs arrières parce qu’ils sont parfois trop impulsifs ; trop emportés par leur colère. Et la douleur pour certains. Quand Jonathan la regarde, elle ne se rend pas tout de suite compte que son don prend le dessus sur son comportement et le fait que la question soit posée si soudainement sans en arrondir les angles est un parfait déclencheur au surplus d’émotions douloureuses qu’elle accumule. Elle n’en est pas au stade limite mais tout de même. Elle a l’impression d’être jugée et elle n’aime pas ça alors elle parle plus qu’elle ne le doit. Elle a l’impression de lui devoir autant que ce qu’il a révélé. Elle devrait avoir honte mais son don est parfois une vraie malédiction pour elle, quand il la fait se sentir aussi mal. Elle gère très bien certains aspects de son gène X mais l’empathie, c’est un vrai fardeau, délicat à contrôler, surtout quand elle baisse la garde. Elle n’a qu’un réflexe de sauvegarde quand les larmes commencent à couler, celui de reculer pour ne pas blesser son élève si jamais elle ne maîtrise pas totalement. C’est sans s’attendre à ce que l’étudiant la prenne brusquement dans ses bras. Brusquement parce qu’elle le ressent ainsi tant elle ne s’y attend pas, il la serre contre lui avec force sans pour autant être trop violent. Eliane bloque un temps sa respiration, inquiète de ce contact, n’osant pas lui rendre cette étreinte. Elle a peur de lui envoyer une décharge si elle pose ses mains contre lui. Elle laisse couler les larmes, c’est un moyen comme un autre d’évacuer même si ce n’est que superflu et temporaire. Elle le laisse parler, elle n’a plus l’énergie de le faire pour le moment. Oui un confrère mutant… c’est exactement de cela qu’est formée la Confrérie. Elle sait qu’il n’est pas d’ici depuis assez longtemps pour avoir connu l’enfer de la Purge telle qu’elle l’était ici à New York. Il en a sans doute entendu parler pourtant mais il ne connaît pas. Il ne sait peut-être pas toute l’horreur que ça a pu être. Il est neutre et ne juge pas. Elle se sent moins envahie par la tristesse. Peut-être parce que lui est moins angoissé, moins triste, moins seul. Elle pose ses mains dans son dos quand il se recule, le laisse essuyer les larmes qu’elle n’a su retenir. Elle lui trouve moins de timidité dans sa façon d’être mais elle ne doit pas oublier qu’il est un de ses étudiants et non pas un petit frère. Ça lui manque un peu ça : un frère.  Quelqu’un qui veille sur elle, qui la soulage un peu. Elle porte trop de personnes sur son dos, tout le poids de ces personnes mais personne ne la porte elle. Elle rigole un peu quand il dit qu’il ne ratera pas ses cours. Pour rien au monde ? Il fera des efforts : oh de belles promesses. Ça fait beaucoup sourire Eliane, qui arrive doucement à reprendre le contrôle de ses émotions. Parfait… pas de dégâts. Elle est soulagée, elle ne lui a ni fait de mal, ni eu besoin de changer de forme. Elle retire ses mains de son dos, le laissant doucement s’éloigner et le regarde prendre un post-it sur son bureau. Curieuse, elle s’approche du bureau en se demandant pourquoi il prend un papier. Il veut en faire quoi. Elle regarde avec émerveillement le papillon qui s’envole, bouche-bée. Ce papillon d’encre qui virevolte légèrement. C’est magique : les mutants peuvent être … merveilleux !  C’est un joli cadeau et elle l’apprécie, elle ne voit pas qu’il rosit de nouveau, elle est trop absorbé par cette belle attention. Elle se racle un peu la gorge. « Désolée, je ne me rend pas toujours compte de ce que j’absorbe avec mon empathie… je ne voulais pas que tu vois ton professeur pleurer. Quel mauvais exemple, je fais ! J’aurais pu te faire du mal, tu sais. » Elle préfère le prévenir. Sait-on jamais qu’un jour il l’approche au mauvais moment, elle ne voudrait pas qu’il sente chacun de ses os se briser ou une décharge électrique lui parcourir le corps. Son don peut être terriblement violent. « J’ai hâte de voir tes efforts alors, je suis sûre que tu peux être un très bon élève. » Oh oui, elle n’en doute pas. Il a juste parfois l’air un peu distrait mais il n’est pas des moins sérieux de la classe et c’est un gamin relativement intelligent. Il faut juste qu’il soit plus confiant, plus attentif. « Merci pour le papillon, c’est si joli… c’est pour ça que j’aime tant les mutants. Plein de ressources, souvent mal vu alors que la plupart ont des dons merveilleux ! Ce don fait partie de ce que nous sommes et c’est anormal de devoir taire nos capacités sous prétexte que les gens ont peur… Tu devrais t’entraîner Jonathan, ça t’aidera peut-être à garder le dessus. » Elle lui sourit gentiment, observant encore le papillon comme une gamine regarderait un feu d’artifice et puis se tourne vers lui, lui adresse un clin d’œil complice. Elle est sûre qu’il peut gérer Hamich. Peut-être pas seul au tout début mais à force… oui, elle y croit.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Me Teacher ! You Student ! So Listen ! ft. Jonathan   Dim 26 Juin 2016 - 15:14
Je me sens comme la sourie verte...
Eliane & Jonathan

Qui courrait dans l'herbe... ✻✻✻ Jonathan profitait vraiment de pouvoir avoir une femme en ses bras. Il manquait cruellement d'affection avec tout ça et ne savait pas du tout comment il allait pouvoir s'en sortir dans ce, qui était pour lui, nouveau monde. Celui des mutants. Il en était un ça on ne pouvait le nier. Mais il ne fallait pas qu'il oublit qu'il était avant tout un humain. Parfois des idées lui traversait l'esprit. Du moins ces idées il les rejetaient sur Hamich. Se disant que c'était entièrement de sa faute. Que c'était lui qui lui donnait de mauvaises idées afin de le faire sombrer avec lui. Sauf que Jonathan ne ressentait plus la présence du double maléfique depuis quelques semaines déjà. Il n'avait ni cauchemar, ni ce petit bruit si pénible d'une personne qui gratte ses ongles sur une parroie métallique comme un casier d'étudiant. Mais en revanche il avait par moment de mauvaises idées avec son don. Rien de bien méchant. Sauf que se voir ligotter son patron avec de l'encre n'était pas vraiment une bonne chose en soit. Mais dans le cas présent, du moins durant ses cours, il voulait parfois calmer les ardeurs de grosses brutes avec son pouvoir. Or c'était impossible pour lui s'il ne voulait pas être expulsé de l'école ou pire du pays.

Pour l'heure il se comportait vraiment comme un adulte responsable, loin de toutes ses mauvaises pensées. Et il faisait en sorte de pouvoir être à son tour un réconfort pour la jeune femme qui semblait en avoir marre de son don qui lui prenait vraiment trop d'énergie à son gout. Il ne connaissait pas vraiment bien la particularité du don de la professeur mais il fut comme surpris par ses paroles. Certes elle ne se rendait pas compte de ce qu'elle absorbait. Mais il ne s'attendait surtout pas à ce qu'elle soit une des personnes qui puissent avoir du mal avec son don. Enfin il faut savoir que Jonathan était novice en ces histoires de mutants. Il savait que les déséquillibrés mentaux avaient du mal avec le controle du gêne. Il savait aussi que les dons se déclenchaient le plus souvent durant l'adolescence, moment ou le corps change génétiquement parlant. Mais ce qu'il savait pas c'était que même des adultes parfaitement équilibraient n'étaient pas forcément maitres de leurs dons. Et surtout il ne pouvait absolument pas se douter qu'une personne aussi forte et respectable que sa professeur puisse perdre le controle de soit. Il en devenait presque blanchâtre lorsqu'elle lui avouait qu'elle aurait pu lui faire de mal. Puis il reprit son calme et lui souriant doucement il répondit avec humour.

- Oh vous n'oseriez pas faire de mal à votre chouchou non ?

Puis il semblerait que sa promesse de faire des efforts en cours lui fit vraiment plaisir et cela le fit même rire à son tour. Faisant un léger hochement de tête il était assez gêné qu'elle puisse le complimentait sur ses capacités intellectuels car lui même doutait de ça. Car après tout il était toujours sous traitement pour Hamich et cela avait parfois pour effet de l'assomer et perdre totalement sa concentration. Il lui est même arriver durant la lecture de ses cours, chez lui, de voir les lettres volés au dessus de sa tête. Comme si les images sortaient de son bouquin scolaire. C'est souvant dans ce genre de moment qu'il fit machine arrière et alla dormir un peu. Le problème était que les cachets pouvait le faire dormir pendant presque Seize heures par jours. Donc il n'osait pas vraiment en parler, ni même répondre quoi que ce soit à l'affirmation de sa professeur. Puis il lui fit alors ce fameux papillon. Le jeune mutant était fier de ce qu'elle lui disait. Oui c'était un don qui pouvait être merveilleux dans un certain point. Mais il n'osait pas vraiment développer plus que ça son pouvoir. Peur qu'Hamich puisse s'en servir pour faire encore plus de dégats. Mais alors que le mutant semblait être sur de la disparition d'Hamich il revela la tête vers la jeune femme en souriant.

- Dans ce cas vous... Voudriez bien m'aider ...? Disons que j'ai un peu peur que ça dérappe... Si vous voyez ce que je veux dire.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Me Teacher ! You Student ! So Listen ! ft. Jonathan   Lun 27 Juin 2016 - 12:05

Me Teacher ! You Student ! So Listen !

Difficile de ne pas être envahie par son don, difficile de ne pas le sentir comme un fardeau qui pèse sur votre coeur et votre âme. Être une mutante ce n'est pas tous les jours facile et même si elle parvient depuis quelques années à empêcher Seth de se pointer dès qu'elle flanche, elle n'est cependant jamais à l'abri de perdre pied. Quand on possède un pouvoir, le maîtriser c'est un combat permanent ou disons jusqu'à ce qu'on accepte pleinement son existence mais il ne faut pas non plus totalement relâcher la bride, sous peine de perdre la maîtrise. La professeure n'est donc pas à l'abri d'un écart, comme tous les autres. C'est qu'elle n'a toujours pas trouvé de moyens efficaces pour couper totalement l'empathie qu'elle possède. Sa seule solution actuellement est de laisser Seth se matérialiser quand elle ne peut plus emmagasiner toute cette énergie cumulée. Les gens n'imaginent pas toute la douleur qu'ils peuvent dissimuler, parce que même quand elle est cachée, elle reste bien présente et tout ça, Eliane le ressent. Rester trop longtemps dans un lieu public, c'est pesant. Pourtant Eliane n'est pas une solitaire dans l'âme, elle n'est pas du genre à se cloîtrer chez elle éternellement. Elle peut voir Jonathan pâlir quand elle lui signale qu'il doit faire attention. Décidément ce gamin a l'air un brin fragile par moments. Après tout, les douleurs qu'Eliane inflige ne sont pas réelles ... enfin c'est vrai que ça peut- être réellement violent parfois. Elle rigole doucement en se reprenant tandis qu'il tente de faire de l'humour mais d'un certain côté, ce n'est pas simple de répondre à ce genre de question. Son chouchou ? Prendrait-il suffisamment d'assurance pour oser se placer comme son préféré ? C'est presque du culot de sa part. Bien entendu, qu’elle n’oserait pas lui faire du mal volontairement, à moins qu’elle ait une bonne raison de le faire mais elle n’est pas à l’abri d’un geste involontaire. Elle pince légèrement les lèvres « Ce ne serait pas volontaire Jonathan… mais il vaut mieux éviter de m’approcher quand je ne suis pas entièrement calme. » Elle veut s’assurer qu’il prenne tout de même au sérieux cette histoire de pouvoir, parce qu’elle ne veut pas faire de mal à qui que ce soit mais elle ne veut pas le faire fuir non plus. « Enfin je contrôle quand même un minimum. » Il se met à rire d’un air plus léger même s’il redevient vite le gamin gêné quand elle parle du fait qu’il puisse être un bon étudiant. Elle sait qu’il est du genre à être un peu étourdi par moment, qu’il a ce fardeau à porter qui ne doit pas l’aider mais elle voit bien que mine de rien, il n’est pas sot. S’il pouvait se concentrer pleinement sur ses cours, elle est certaine qu’il se débrouillerait très bien. Il n’en est pas convaincu, elle le sent bien alors elle l’est pour lui. Elle ne s’étonne pas qu’il ne réponde pas mais elle ne s’en soucie pas. Tant qu’il fait vraiment des efforts en cours ça convient parfaitement à l’écossaise.

Le papillon est la distraction parfaite. Ce n’est que de l’encre et pourtant il est magnifique. Elle l’observerait longtemps que ça ne la dérangerait pas. C’est comme si un enfant découvrait que la magie existe vraiment alors qu’on lui a dit et répété que c’était impossible. Il y a temps de choses qu’ils peuvent faire et la magie est bel et bien possible. Elle sait que chaque pouvoir peut être aussi beau que destructeur. Il y a des exceptions, certains sont beaucoup moins nocifs que d’autres mais généralement les plus impressionnants sont les plus durs à gérer et les plus potentiels hasardeux et risqués. Ça l’est  d’autant plus quand on est pas seul… Le pire dans tout cela c’est que plus on a peur de son don et plus c’est le don qui prendra le pas sur son utilisateur. Ce gamin, s’il apprend pas à gérer ses craintes de blesser les autres alors ce Hamich gagnera toujours la bataille parce qu’il lui laissera le champ libre face à son angoisse. Elle ne dit rien de tout cela, elle devrait tenter de le faire venir chez les confréristes pour le guider mais … y aurait-il une place alors qu’il est si… gentil. Lui pas son alter ego. Elle n’est pas certaine qu’il ne se ferait pas écraser. Elle, elle est gentille aussi c’est vrai mais il ne faut pas sous-estimer la méchanceté dont elle peut faire preuves si on la pousse à bout. Souvent on s’en souvient. Eliane oublie le papillon pour en revenir à son petit mutant perdu tandis qu’il quémande son aide. « … oui je pense que c’est dans mes cordes. Bien dans ce cas… je ne laisserais pas les choses déraper. » répond-t-elle avec un large sourire. Elle pose une main sur son épaule et lui montre l’heure à sa montre. «  Tu devrais y aller. Promis tu peux compter sur moi pour t’aider. Que ne ferait-on pas pour son chouchou n’est-ce pas ? »

RP CLOS
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
 

Me Teacher ! You Student ! So Listen ! ft. Jonathan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2


 Sujets similaires

-
» Kit pour Jonathan(RIP, Kero's kingdom)
» présentation jonathan
» 07. [Pavillon Woods] Listen to me when I say...
» Souvenir et larme assuré (Jonathan)
» Jonathan Ellingsen (Serpentard)





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: La fin des temps :: Les Archives :: Archives rps New York-


Coup de pouce
Un petit vote toutes les deux heures - notez le ici

Un petit mot d'amour sur Bazzart ou PRD c'est 50% reversé aux psys d'HYDRA

Rps entre amis
Vous cherchez un rp ? N'oubliez pas d'aller voir les recherches déjà postées !
Une mission cherche encore des participants, hop hop allez rp !

#Important stuff
Premier post d'un nouveau rp ? Utilisez code de situation du rp | Votre staff vous supplie : Recensez vos actions & événements rps ici

#Membres du mois

Evan & Otto
#1 ...20 rps, ça va il s'intègre bien


Blaze & Spector
#2 Le rider passe, les rps trépassent : 12 rps


Pan & Doc Bizarre
#3 11 rps, petite forme le bouc