Partagez | 
 

Enough with the Hide and Seek ! [pv. Rhil Trasam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Dylan A. Collins
SWORD
♠ GIF :
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Enough with the Hide and Seek ! [pv. Rhil Trasam]   Lun 23 Jan 2017 - 23:28
Enough with the Hide and Seek
♣ Statut du sujet : Privé ft. Rhil Trasam
♣ Date du rp : Présent, post-intrigue
♣ Météo & moment de la journée : Fin de matinée ensoleillée



Dylan A. Collins & Rhil Trasam
Enough with the Hide and Seek
I found you.


Il était parti. Je devais bien me faire une raison. J’étais inquiète, mais au fur et à mesure que le temps passait, mon inquiétude a cédé sa place à la colère. Qu’était-il devenu ? Avait-il succombé ? Ou bien combattait-il encore là-bas, sur Asgard ? La colère me laissait penser bon débarras, mais le pincement que j’avais alors au cœur, cette peine profonde me rappelait immédiatement à quel point il me manquait. Je l’ai d’abord attendu. Et puis j’ai commencé à craindre le pire. Il ne reviendrait pas. Je le sentais. Et quand bien même il ne perdrait pas la vie pour reconquérir son abrutie d’autre planète, là, il y resterait sans doute. Combien d’années ou de centaines d’années passées sur Terre ou Midgard ou peu importe le nom qu’il lui donne. Az avait foutu le bordel dans ma vie, pour simplement disparaître sans crier gare. Oh, j’avais voulu me joindre à lui, pour me battre à ses côtés. Mais il a trouvé le moyen de me laisser là. Pour ma sécurité. Ridicule. Alors quand on a commencé à lever le ton, il a simplement posé sa main sur ma joue, j’ai sentie trop tard que quelque chose cloché. Et je me suis réveillée presque qu’une à deux heure après son départ… Est-ce qu’il a fait ça pour me protéger ? Sans doute, mais ça ne justifie pas sa conduite. Ça ne justifie pas tout.

Combien de temps s’est écoulé depuis ? Je ne sais pas, les jours se sont écoulés sans que j’y prête attention. J’étais trop perdue sans comprendre pourquoi alors que j’avais toujours vécu seule. J’étais devenue dépendante de lui, et ça me mettait tout simplement en colère. Tout plutôt que de sentir une nouvelle fois cette douleur dans la poitrine. Ce sentiment d’abandon. Je préfère lui en vouloir à mort, je préfère me faire ronger par la colère plutôt que de rester là, impuissante, blessée.
Après l’évacuation de New York, où je me suis illustrée aux côtés notamment de Neil, le Gouvernement a enfin pu remettre la main sur moi. Prétendant avoir perdu le lien avec la Ruche, le SWORD a accepté de me reprendre comme agent de liaison sur Terre, avant de me réintégrer. J’ai gardé le contact avec le Capitaine… Enfin, avec Erika. Aux dernières nouvelles, un petit groupe de blouses blanches en tout genre travaillait sur un moyen de lui rendre l’usage de ses jambes. J’espère qu’elle sera bientôt sur pieds.
Le SWORD ou le SHIELD (visiblement, je ne vaux pas mieux qu’un mercenaire à deux balles cinquante pour le moment…) me donnent des ordres de missions, et je les accomplis. Ça me permet de ne pas trop penser. Ça me permet d’oublier. Au moins l’espace de quelques heures, quelques jours. Et je suis justement sur une de ces missions.
Rhil Trasam. Je n’ai pas grand-chose sur lui. Je sais seulement que je dois le trouver. Et que je dois le ramener. J’ai une photo dans le dossier, avec des coordonnées plutôt approximatives où il aurait été aperçu. Je plisse les yeux tandis que j’observe toujours le visage sur cette photo, assise dans la voiture, que je viens de garer. Son visage ne m’est pas inconnu. Mais je ne me pose pas plus de questions. Les coordonnées indiquées m’amènent à un garage de Los Angeles, Teller & Sons. Eh bien, s’il a été aperçu là, quelques jours auparavant, il y a assez peu de chance qu’il s’y trouve encore. Alors je sors, en me disant que je vais devoir interroger tous les employés, en montrant la photo.

« Je peux vous aider, ma p’tite dame ? » demande une voix masculine, quand je passe la porte du garage. Je ne compte que deux mécanos. Le premier, celui qui me parle, doit avoir la cinquantaine passée, les mains abîmées par la pratique que je devine intensive, de la mécanique. Une moustache bien fournie lui donne un air bien trop avenant et jovial à mon goût. Il s’essuie le front d’un revers de main, pour éviter de se barbouiller de cambouis, mais l’inévitable arrive tout de même.

« Je cherche quelqu’un. » dis-je, en balayant les alentours du regard. La musique couvre probablement notre discussion. En civil, il vaut mieux éviter d’attirer l’attention. Je sors simplement la photo de la poche de ma veste en cuir. Alors que je la tends au mécanicien, il commence à protester :

« Oh vous savez, y’a les réseaux sociaux, pour ça, c’est un garage ici et… »

Mais il semble subitement reconnaître le visage et regarde la photo avec un drôle de regard. Merde, je ne pensais pas que ce serait aussi simple. Il me dévisage en croisant les bras, l’air suspicieux :

« Mais c’est Rhil, ça… Vous lui voulez quoi ?»

Je dois le ramener par la peau du cul à une agence gouvernementale.

«… Il me doit du fric. » je réponds, sans grande conviction, pour couper court à la conversation. Je l’entends réfléchir, je l’entends faire de drôles d’hypothèses concernant mon identité, mais je ne m’en préoccupe pas. J’ai un objectif. Mettre la main sur ce Rhil. Mais vu qu’il semble bien le connaître, j’imagine qu’il doit traîner suffisamment dans le coin. Les pensées du mécano me laissent savoir que Rhil travaille ici, et le regard qu’il pose sur le deuxième employé, dont les jambes dépassent de sous un véhicule, me laisse comprendre qu’il est ici. Il n’a pas besoin d’en dire plus, et alors qu’il pointe son index vers la voiture, je suis déjà en marche. Du bout du pied, je shoot dans l’un des siens qui dépassent. Je l’entends râler, peut-être jurer, et j’attends qu’il sorte sa tête de là-dessous.

« Rhil Trasam ? Je dois m’entretenir avec vous en privé. » Sa tête me revient bien, c’est bien le type de la photo. Il fait également une drôle de tronche, je ne sais pas s’il devine qui m’envoie ou bien s’il a vu un fantôme, mais il ne perd pas de temps pour tenter de se faire la belle. Un prétexte bidon et le voilà qui cherche à s’échapper. J’ai pas envie de me fatiguer mais le SWORD a déclaré que je ne devais pas utiliser de moyen létal. Je soupire et me lance à sa poursuite. Il court vite, mais j’ai l’avantage de l’endurance et je me lance brutalement pour le tacler, en l’attrapant au niveau des genoux, au milieu de la cour.



We shall know no fear
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Rhil Trasam
Intergalactique
♠ EMPLOI : Mécanicien, ingénieur spatial, ex-mécanien du SWORD et Nova Corps, contrebandier, capitaine de vaisseau
♠ GIF :
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Enough with the Hide and Seek ! [pv. Rhil Trasam]   Mar 7 Fév 2017 - 21:08
Dylan A. Collins & Rhil Trasam
Enough with the Hide and Seek
Run boy run
Cela ne devait pas être si mal. Etre au milieu de son propre peuple, au coude à coude avec ses propres congénères et voir plus ou moins son reflet dans la foule ne devait pas être si désagréable. Pourtant, Rhil ne parvenait pas à se sortir les étoiles de la tête. Coincé au sol comme lorsqu’il avait 14 ans, à la différence près que maintenant il savait ce qui lui manquait.

Il n’a aucune affection pour la Terre et les Terrans, disait Ithan à propos son capitaine. Ce constat était un euphémisme. Il détestait la Terre et rien que la sensation d’y être collé par la gravité lui nouait l’estomac d’une réaction de révulsion physique. Il avait besoin d’enfuir, de n’avoir rien à avoir avec cette planète et la sensation de marginalité qu’il ressentait. Maintenant plus que jamais. Cela faisait un an qu’ils s’étaient crashés, leurs moteurs pulvérisés par le SWORD, et la carlingue défoncé par les lasers. La situation s’était améliorée, et n’était pas si mal : il avait dégotté un job de mécano dans un garage malgré les 15 ans absents de son CV terran, le vaisseau était vivable et Ithan n’avait pas disparu dans la nature, ni ne s’était retourné contre son capitaine.  Ce n’était pas si mal. Si on omettait le fait que Rhil avait du mal à penser à autre chose qu’à une litanie qui alternait dans son crâne des notions telles que ( en vrac ) : culpabilité, échec, impatience, repartir, aventures, les étoiles, son vaisseau, son foyer, la honte, la mort de Darren, la sensation de ne pas appartenir à ce monde. Avoir pu toucher du doigt un autre, avoir pu respirer plus librement une atmosphère autre que celle de la Terre et de la couche d’ozone… cela avait ravivé le manque, le rendant frénétique dans ses réparations et hystérique dans son besoin d’avoir Ithan à ses côtés.

La seule chose qui lui permettrait de dériver ses pensées sur un autre sujet et lui permettait de faire un peu le vide ? Mécanique. Quand ses mains bidouillaient et qu’il branchait son cerveau sur « ingénieur de génie » il arrêtait brutalement de penser au trou noir d’angoisse qu’était devenue sa vie depuis mars 2016 et se calmait. A choisir, il aurait vendu un rein pour pouvoir plutôt bosser sur son vaisseau – comme il l’avait fait avant de venir au garage et le ferait en rentrant ce soir. Pourtant, i était sur le dos, le t-shirt graisseux de cambouis, sous une bagnole. Il avait besoin de pièces pour son vaisseau. D’argent pour vivre et prendre soin d’Ithan. Il avait promis de protéger son dernier membre d’équipage.
Il avait presque fini sa réparation lorsqu’il se prit un coup énergique dans son mollet, le faisant jurer et manquer de lâcher la clef qu’il tenait en main. Rhil lâcha un juron. Quoi encore ? C’était bien trop énergique pour être son boss, et à moins d’un client à qui il aurait pourrit la bécane, il n’avait pas de candidat à l’emmerdement – parce que, oui, l’interruption l’emmerdait et cassait la vague impression de sérénité qu’il avait construit, isolé sous la voiture. Rhil roula hors de la voiture pour se remettre debout, un peu groggy de sa position précédente. Il passa une main couverte de pansements et de cambouis dans ses cheveux blonds ébouriffés en observant la jeune femme plein d’aplomb qui venait de le sonner. Blonde, cheveux courts, en blouson de cuir. Dit comme ça, elle n’avait rien de particulier à part son assurance tranquille mais.

« - Rhil Trasam ? Je dois m’entretenir avec vous en privé. » Hmhm, pour tout dire, l’information lui passe un peu au-dessus la tête alors qu’il observe les traits de la jeune femme avec l’impression d’avoir vu un fantôme. C’est plus dur de se remettre en situation, lorsqu’elle n’arbore pas un équipement futuriste, des traces de lutte et un environnement général d’une station orbitale mais, Rhil est doté d’une mémoire assez impressionnante dans son genre. Dylans Collins. S.W.O.R.D., division tactique. Rhil hoche la tête, lentement, les muscles de sa mâchoire se contractant. Il pivote tranquillement sur ses boots qui ont vu pas mal d’autres planètes pour jeter le chiffon qu’il tient entre ses doigts et se positionner face à l’entrée du garage – et piquer un sprint.

Le contrebandier se mange le bitume avec une aisance issue de l’habitude, et roule sur le côté, ramenant ses jambes vers lui pour se délivrer de l’étreinte de la seconde classe entre la chute et un coup de pied, et un coup de pouce de son pouvoir capable de lui sauver la mise en améliorant ses probabilités de survie. Il bascule sur le dos, dans la cour, légèrement redressé et son blaster entre les doigts – il n’a pas le souvenir de l’avoir dégainé, mais ce genre de mécanisme est instinctif pour lui ( et la situation extrêmement familière ).  Il lutte plutôt pour ne pas recourir consciemment à sa mutation – il y a trop de chances pour que ça merde et qu’elle tue sans discuter même s’il s’améliore. Et qu’elle le tue sans discuter.

Après une première réaction instinctive, activée par le mot « S.W.O.R.D. » associé à la jeune femme, mot douloureusement synonyme de crash, de mort, de feu et de choc, Rhil s’humecte les lèvres. Il doit parler. Négocier, la voix d’or, c’est à ça qu’il est bon. Il l’a connait. Un peu. D’une autre vie. Il baisse un peu le blaster, pour qu’il soit caché derrière la ligne de sa jambe relevée, jetant un coup d’œil vers le garage pour voir si son « boss » les voit. Rhil Trasam, tu es de nouveau au chômage. Il rive son regard vers Dylan pour assurer, calmement, presque distinctement.  

« - Je ne veux pas d’emmerdes Rookie. »

Sage comme une image le contrebandier.



We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars.
I'm not getting draw into this mess, there's any army of you, there's only one of me. I'll talk, I'm happy to talk, but there is no way that I am fighting

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Dylan A. Collins
SWORD
♠ GIF :
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Enough with the Hide and Seek ! [pv. Rhil Trasam]   Ven 24 Fév 2017 - 19:32
Dylan A. Collins & Rhil Trasam
Enough with the Hide and Seek
I found you.


Tout s’est passé très vite, et pas besoin d’être une psycher pour savoir que l’individu face à moi n’est pas un simple civil. Il a un entraînement solide, et des réflexes pas dégueulasses pour un sous. On se dévisage, on se regarde en chien de faïence, flingue contre blaster, comme un règlement de compte à OK Corral. Nos armes sont apparues comme par magie, dégainées de leur cachette respective dans un geste automatique et rapide. J’ai beau être en civil, mon holster harnais ne m’a pas quitté… Nous sommes à terre, à nous tenir en joue, l’un comme l’autre, le corps entier gainé, n’attendant qu’un geste pour appuyer sur la détente. Pas de moyen létal, hein.

« Je ne veux pas d’emmerdes Rookie.» me dit-il, d’une voix calme et assurée.

… Une bavure, c’est toléré ?

« Ne m’appelle pas comme ça, ou je te colle un pruneau et crois moi t’auras du mal à pisser droit. » je réponds, en grognant, la mâchoire serrée, les sourcils froncés. C’est qui ce guignol ? Je le connais ? Il n’y a qu’une personne au monde autorisée à m’appeler Rookie, et ce type n’est pas Erika Morgan. Mais maintenant que nous sommes si proches l’un de l’autre, je réalise que ce regard et ce visage ne m’est pas totalement inconnu. Rhil. Maintenant que j’y pense, il y avait cet ingénieur là, au SWORD. On avait bossé ensemble, je ne sais plus quand, mais j’étais encore toute jeune recrue. Le Capitaine – et le reste de mes frères d’armes… - me donnait du Rookie sans arrêt. J’étais le bébé de la troupe, je devais faire mes preuves. Voilà d’où le Rookie doit venir.

«… On se connait ? Tu bossais au SWORD… » je demande finalement, moins crispée sur mon arme, en le dévisageant, mais je reste quand même méfiante. On ne prend pas la fuite pour rien à la simple mention d’un nom. « Je sais pas ce que tu as fait ou pas fait, et j’en ai rien à foutre. Je sais juste qu’on m’a demandé de te retrouver et de te ramener. Vivant. C’est mon contrat. Alors on peut continuer de se lorgner dans le blanc des yeux, sous le regard des civils, ou alors tu peux m’offrir une bière, et on verra si ton histoire me convainc d’abandonner le contrat. »

Je viens de marchander avec la cible. Pas bon, ça Collins. Ouais, mais je me suis déjà retrouvée à la place du lièvre, et sans l’intervention de certaines personnes, on m’aurait probablement trifouillé le cerveau, dans un labo craignosse du gouvernement pour essayer de comprendre mon lien avec la Ruche. Je ne chasse pas par loyauté pour le SWORD, uniquement pour le sport. Pour m’occuper l’esprit. Pour ne pas rouiller dans un placard. Pour ne pas oublier ce que je suis. Un putain de soldat de la 34ème, merde. Pas un vétéran obsolète à la retraite. J’attends que la proposition fasse son chemin, et je baisse très lentement mon arme, pour ne plus prendre en joue Rhil, espérant que ce dernier soit inspiré pour faire de même. S’il détale une nouvelle fois, je jure de lui couper les jambes. Je range mon arme dans son holster, sous mon manteau de cuir et je tends une main à l’ex-ingénieur pour l’aider à se remettre sur pieds.

« Collins. Et pas Rookie. » je préfère l’avertir, on n’est vraiment pas assez intime, pour du Rookie…




We shall know no fear
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Rhil Trasam
Intergalactique
♠ EMPLOI : Mécanicien, ingénieur spatial, ex-mécanien du SWORD et Nova Corps, contrebandier, capitaine de vaisseau
♠ GIF :
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Enough with the Hide and Seek ! [pv. Rhil Trasam]   Ven 17 Mar 2017 - 19:42
Dylan A. Collins & Rhil Trasam
Enough with the Hide and Seek
Run boy run
La menace de Dylan n’atteint presque pas Rhil, parce que la réplique qui brûle ses lèvres et qu’il retient à grand peine c’est « Yeah, mais tu n’as pas tiré ». Il l’étouffe, par instinct de survie, avec le sourire plus assuré qui menace d’étirer le coin de ses lèvres. Pas encore. Pour l’instant, son regard est sombre, un sourcil arqué et le canon de son blaster aligné sur celui de « Rookie ». Il paraît beaucoup plus assuré qu’il ne l’est en réalité, le cœur battant la chamade dans sa poitrine. Il connaît son entraînement et il sait très bien qu’elle est capable de le descendre là maintenant. Il se défend pas mal, largement au-dessus du terran moyen – mais il n’était pas un agent de terrain et ce qu’il connait c’est sur le tas. Pour survivre et magouiller. Et il ne veut pas crever, il doit rentrer au Crius.

Il pourrait tirer. Il aurait tiré, sur une autre planète, mais être sur Terra le civilise, a contrario. Ce qui est complètement con, je vous ferais dire, mais n’importe où ailleurs dans les galaxies, il aurait pressé la détente et envoyé au diable les conséquences. Il était un hors la loi, un criminel et un contrebandier depuis des années maintenant. Avec assez des coups louches et de chances inouïes pour en tirer une certaine fierté. Il avait encore sa belle gueule et ses membres à 38 ans, 2 sur 3 de son équipage. Hell, il était bon à ce jeu. Et sa détente facile plutôt un bon poing. Bizarrement, il avait plus peur de lois qui lui filerait à peine 5 ans de prison pour meurtre que ce que pourrait lui faire tomber dessus les différentes lois intergalactiques déjà transgressées ces dernières années. Un reste de bonne éducation, de remords – puis, il la connaissait. Et il n’était pas un meurtrier de nature.  

Elle n’avait pas tiré, elle aurait pu le castrer ou lui foutre un bastos dans le dos à la place de faire l’effort supplémentaire de le plaquer au sol.  Elle en était aussi capable que lui – donc s’il était en vie c’est que ça les arrangeait tous les deux. Voilà un début de terrain d’entente possible. Il bossait au SWORD. Une vie auparavant et le temps du passé n’a jamais été aussi bien employé. Ensuite, il s’est mis dans les roues du SWORD, il a merdé, sévère et s’est fait descendre comme un coucou en 45 .

« - Yep. Ingénierie. » répond Rhil du ton le plus calme et ferme qu’il a en boutique. Pacifiste. Ca n’explique pas pourquoi on le recherche apparemment, mais ça lui fait gagner du temps pour désamorcer la situation. Et éviter shooté comme un poulet devant un civil. Il se redresse, assis par terre progressivement en déverrouillant un peu les muscles de son thorax. Droit, toujours le doigt sur la détente mais un peu plus détendu. Calculant ses options tout en s’efforçant de river le regard le plus sincère vers Dylan. Innocent, il ne l’est pas, honnête non plus. Mais il y a tout de même des choses à sauver chez cet homme. « Je sais pas ce que tu as fait ou pas fait, et j’en ai rien à foutre. Je sais juste qu’on m’a demandé de te retrouver et de te ramener. Vivant. C’est mon contrat. Alors on peut continuer de se lorgner dans le blanc des yeux, sous le regard des civils, ou alors tu peux m’offrir une bière, et on verra si ton histoire me convainc d’abandonner le contrat. » Il sait convaincre. C’est son job, de sauver sa peau en brodant une jolie histoire et c’est ce qui le maintien en vie depuis presque 38 ans. Lentement Rhil baisse son arme à son tour avec un signe de tête. Sans la quitter des yeux tout de même.

« - Trasam, mais tu sais ça. » Pince sans rire ? A peine. Il se relève avec une grimace, ignorant sa main tendue. Encore sur ses gardes alors qu’il hésite ses paumes sur son pantalon dégueulasse de cambouis. Pourtant il la salue de la tête, son regard croisant le sien. « - Marché conclu.. Collins. » termine-t-il en rangeant son arme à sa ceinture, sous son t-shirt. Son regard va et vient un instant entre son ex-patron et Collins – il peut dire adieu à sa veste. Une chance qu’il a laissé son éternel blouson, celui qu’il se coltine depuis sa sortie du MIT à Ithan pour ne prendre qu’une veste de cuir tout juste bonne pour frayer avec des terrans. Parce que son cuir, il aurait pété des mâchoires pour le récupérer.  « - Je deviens attirer ton attention, » explique-t-il ensuite, une étincelle plus amusée brillant dans son regard. Le capitaine lui fait signe de le suivre, tournant le dos au garage sans regret apparemment – bien que la litanie d’ennuis qui allaient arriver lui ronge l’estomac, sournoisement. Il marche léger sur ses boots,  d’un de danseur – ou de quelque qui s’apprête à éviter une balle, un coup de couteau, prêt à parer et à courir. Il ne le fait pas pourtant, maintenant une allure tranquille. Il la guide vers un bar de biker à 500 mètres du garage – clients et mécanos y vont souvent, même s’il ne fréquente l’endroit que pour obtenir ce qu’il a besoin – infos, embrouilles, boulots. Il n’appartient plus ici. Il veut juste repartir.

Poussant la porte du bar il souffle entre ses dents « - Tu viens tout juste de me faire perdre mon job, je suppose que tu payes ? Je n’ai que des crédits intergalactiques invendables. » Il lui livre un regard d’innocence pure, très incongru dans sa dégaine. Déjà qu’il va devoir se forcer à faire semblant de boire une boire à l’odeur nauséabonde – il déteste boire de l’alcool.  Mais une fois installés de part et d’autres d’une bière, Rhil baisse d’un ton. Il se frotte la barbe machinalement, détournant les yeux vers les différents énergumènes du bar. Avant de demander d’une voix sourde.  « - Que dit le contrat ? » Il hausse les épaules, se calant un peu mieux dans sa chaise pour confesser doucement. « - Je ne suis qu’un capitaine de vaisseau qui veut reprendre du service et quitter cette Terre. Je ne cherche pas les problèmes. Je veux être aussi loin du radar du SWORD que possible. Je n’ai pas plus envie de faire ça que toi. »  Il plante son regard dansant dans le sien cherchant à la convaincre – si elle s’est engagée dans le SWORD, ils ont ça en commun que de ne pas vouloir être sur Terre, de vouloir être dans un corps d’élite et surtout dans les étoiles, dans un autre monde. Bizarrement, ils sont tous les deux cloués ici à faire des basses manœuvres et courir des jobs qui insultent leurs capacités .


We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars.
I'm not getting draw into this mess, there's any army of you, there's only one of me. I'll talk, I'm happy to talk, but there is no way that I am fighting

Revenir en haut Aller en bas
 

Enough with the Hide and Seek ! [pv. Rhil Trasam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 Sujets similaires

-
» Hide & Seek {Kyle}
» no time to play hide and seek. (ft. fleur)
» hide and seek.
» IV,1 - hide and seek (gargaria)
» Japan Expo 16 du 2 au 5 juillet 2015





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: Los Angeles :: Le reste de Los Angeles-


Coup de pouce
Un petit vote toutes les deux heures - notez le ici

Un petit mot d'amour sur Bazzart ou PRD c'est 50% reversé aux psys d'HYDRA

Rps entre amis
Vous cherchez un rp ? N'oubliez pas d'aller voir les recherches déjà postées !
Une mission cherche encore des participants, hop hop allez rp !

#Important stuff
Premier post d'un nouveau rp ? Utilisez code de situation du rp | Votre staff vous supplie : Recensez vos actions & événements rps ici

#Membres du mois

Evan & Otto
#1 ...20 rps, ça va il s'intègre bien


Blaze & Spector
#2 Le rider passe, les rps trépassent : 12 rps


Pan & Doc Bizarre
#3 11 rps, petite forme le bouc