Partagez | 
 

Space, and beyond #1 : Voyager.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

avatar
PNJ
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Space, and beyond #1 : Voyager.   Ven 28 Avr 2017 - 20:43

SPACE, AND BEYOND

Episode un : Voyager


Dylan Collins, Rhil Trasam, Ithan Keikwan, Peter Quill, Gamora, Rahne Sinclair, Jun Moon, Iris Maxwell et Erika Morgan

Il y a des missions qui commencent bien et qui dégénère par la suite. Il y a des missions qui se déroulent bien du début à la fin et d’autres qui sentent les racines de pissenlit dès le départ. C’est, en général, le genre de mission que l’on s’apprête à vivre quand le terme « suicide » vient sur le tapis. Peut-on en vouloir à Rhil et Ithan de se poser la question : Le jeu en vaut-il la chandelle ?  

C’est un questionnement légitime quand l’on apprend de surcroit qu’un membre de l’équipage est en lien direct avec l’ennemi à abattre, que le plan tient sur un timbre-poste, que l’on aura même pas le droit à un merci si l’on y arrive et que l’humanité est possiblement en jeu. Oui, c’est exactement le genre de mission pour lequel tous viennent de signer et vers laquelle les guide la navette.

Se voulant rassurante, le Capitaine Morgan n’a pourtant pas menti à Rhil quand elle lui répondit que cette équipe est celle qu’elle voulait. Au dela de sa mixité sociale et ethnique, cette équipe rassemblait ingénieurs, soldats, assassins, mécaniciens, d’une traqueuse, d’une spécialiste de l’information et, grâce à l’arrivée in-extrémis de Iris qui faillit manquer le départ, une médecin.

La navette vole quelques minutes, le temps de quitter la première couche d’atmosphère de la Terre, pour ensuite prendre une courbe plus douce et finalement, le spectacle se dévoila sous leurs yeux. Le Peak, la base du SWORD, que l’ordinateur de bord présente fièrement. Ils ne s’y arrêtent pourtant pas. Si le SWORD se considère assez généreux pour leur prêter un proto-vaisseau qui s’apprête à faire son baptême de vol, ils n’ont pas l’autorisation de monter sur le QG de l’agence.

Le Peak disparaît bientôt des hublots du vaisseau et la lumière se fait moindre tandis qu’ils passent sur le second versant de la Lune. La base est discrète, c’est à peine si on la remarquerait. Un avant-poste secret, dont le secret de l’existence vient d’être révélé pour la plupart de nos voyageurs. Ils découvrent, ensemble, le Normandy, le fier vaisseau qui devra les mener au travers de cette galaxie froide, où des civilisations naissent et meurent chaque jour, où l’on peut, si l’on connait les bonnes adresses, changer de dimension. Où l’on peut tout faire. L’embarquement se fait sans attendre et c’est Erika Morgan qui fait le tour du propriétaire.


Le premier niveau représente la soute, vaste hall dans lequel se trouve du matériel de recherche, plusieurs scaphandres ultrasophistiqués, un engin à six roues décrit comme tout-terrain. On y trouve également plusieurs armures de combat, bien loin de la technologie de l’armure d’Iron Man, mais suffisamment mobile et robuste pour avoir déjà été envoyé sur différents fronts cosmique et pour y être revenu. Il y a également de là l’accès à la salle des machines et de l’armement.

Plusieurs ascenseurs vont et viennent et l’équipe se dirige au second niveau, où l’on trouve les cabines de l’équipage, capable de prendre en charge quarante personnes par chambrée de deux. Sans compter nos neuf héros, il y a également vingt-trois officiers de bord, tous des androide, là pour exécuter les ordres et faire fonctionner correctement le vaisseau. Chaque chambre offre donc deux lits une place, une salle de bain avec douche et WC séparé, ainsi que des placards encastrés et deux tables de nuit. Toujours sur le même niveau, l’on trouve également la cantine, entièrement automatisée, capable de produire vingt repas différents pendant deux semaines pour un équipage de quarante-et-une personnes, le Normandy n’étant pas prévu pour des missions longues. Une salle de détente est également disponible, proposant une télévision avec plus de deux milles films et programmes télévisés, plusieurs liseuses et différentes tables de jeux. On y trouve également l’infirmerie, la salle de briefing et l’armurerie, outre les armures de combat du premier niveau.

Le troisième et dernier niveau est composé du pont, essentiel pour la navigation du bâtiment. C’est également là que l’on trouve l’unité centrale du vaisseau, qui permet à l’I.A. « Susa » de bord de diriger les androïdes.

Une fois le tour du vaisseau fait, chacun est libéré afin de prendre ses marques tandis que les derniers préparatifs sont faits au Normandy.

Décousue, inexpérimentée, sans réel leitmotiv, il est difficile de les appeler une équipe encore. Ils ont tous leur vécu, leurs attentes et leurs angoisses. Pourtant, aucun d’entre eux n’est vraiment prêt à ce qui va arriver, à l’expérience qu’ils vont vivre.



Elle fonce à travers l’espace, au point qu’il lui faut mettre le bras devant les yeux à cause du vent. Ses cheveux volent derrière elle et Captain Marvel voit finalement le Peak se dessiner devant elle. Abigail Brand s’est bien joué d’elle, mais si ses connaissances en aérospatiales sont bonnes (spoilers, elles le sont), l’équipe de fou qui a décidé de marcher pour le SWORD n’a pas encore pris le départ.

Arrivant en trombe sur l’un des différents quai de la station-spatial, Carol ralentie à peine en le traversant, manquant d’arracher au passage la tête d’un mainteneur qui passait par là. Elle ne se pose qu’une fois dans l’ascenseur qui la mène jusqu’à l’étage des mises à feu. Elle n’a pas le temps d’ordonner que l’on arrête le lancement que l’officier de pont se retourne vers elle.


- Captain. Miss Brand nous avait prévenus de votre visite. Malheureusement, l’équipe que vous recherchez n’a pas été vue sur le Peak. Si vous attendez un peu, Miss Brand sera bientôt là et vous pourrez reprendre la discussion que vous aviez avant votre départ… Précipité.

Fronçant les sourcils, Captain Marvel ne se résigne pourtant pas. Elle est certaine que Abigail Brand lui ment, ce ne serait pas la première fois. Ses yeux, habitués aux tableaux de départs et d’atterrissage, scrutent les nombreux écrans, mais les codes du SWORD lui échappent. Serrant le poing, elle s’en veut de n’avoir pas pu les arrêter avant qu’ils ne quittent la Terre. Elle sait que Brand la fait courir, la retarde afin qu’elle n’intervienne pas.

Elle ne prête déjà plus attention à l’officier de pont et fait demi-tour. Elle ne pourra sûrement plus les rattraper à cause du petit jeu de la directrice du SWORD, mais malgré tout, elle ne peut pas abandonner là. De plus, Carol sait exactement où aller les chercher.

▬ Etant donné un retard accumulé, j'ai décidé de modifier un peu l'histoire et accélère le départ, ce qui fait de ce post le dernier du PNJ pour ce sujet. Vous pouvez répondre comme vous le souhaitez, en faisant prendre place à votre personnage dans sa cabine, au lieu où il risque de se trouver durant le voyage, en train de discuter, bref, quartier libre une nouvelle fois.
▬ Merci de m'indiquer, dans votre post ou dans le QG, l'endroit où votre personnage à le plus de chance de se trouver.
▬ Il n'y a pas d’androïde dans l’infirmerie étant donné que Iris était prévue par le SWORD.
▬ Là où vous déciderez d'être, Rhil et Ithan, il y aura des androïdes de prévus, étant donné que Erika vous aura à l'origine comptés sur le terrain, merci d'en prendre compte pour la suite des événements.
▬ A très bientôt pour la suite...

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Rahne Sinclair
Eleve X-men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Wolfsbane, classe 3
♠ EMPLOI : Etudiante
♠ GIF :
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Space, and beyond #1 : Voyager.   Mar 2 Mai 2017 - 1:30




To infinity… and beyond !



Je ne peux plus faire demi-tour. Mon choix est pris depuis quelques minutes, et je sais au fond de moi que même si j’ai toutes les raisons de le regretter, ce ne sera pas le cas. Si je rentre – et je compte bien rentrer – j’ai envie que Fenrir puisse être fier de moi, qu’il puisse voir quel effet bénéfique sa présence m’apporte. Je veux également prouver à Bobby que je ne suis plus si fragile que je l’étais, même si je ne suis toujours pas ni extravertie ni sûre de moi, au moins cette décision est la mienne. Et même si je devais ne jamais rentrer… Je pense qu’ils seraient fiers de moi, un peu, au fond d’eux-mêmes, pour avoir choisi leur sécurité avant la mienne. Parce que c’était bien comme ça que ça fonctionnait, le monde des « héros », non ? Quoi qu’il en soit, mes pensées sont bien vites balayés lorsque nous quittons l’atmosphère. Je n’ai jamais volé aussi haut – et je n’ai jamais eu l’occasion de beaucoup voler non plus, sauf pour quitter le vieux continent et arriver dans le nouveau monde, ou passer de la côte est à la côte ouest… Quoi que ce dernier voyage, je ne m’en souviens pas, étant évanouie à cause du trop de sang perdu.

Alors j’admire la vue, époustouflée. Je n’ai pas d’autre mot tandis qu’on survole la base : je ne sais plus où regarder, je ne veux pas en perdre une miette. Il va falloir que je consigne tout ça dans mon cahier pour ne rien oublier. Tout s’assombri ensuite, alors qu’on passe vers la face cachée de la lune – on y « accoste » (ça se dit ?) mais on ne s’y attarde pas : notre véritable vaisseau, le Normandy, nous attend déjà, et on le rejoint assez rapidement. Je me contente de suivre mes coéquipiers, timidement. Ils semblent tous se connaître, et moi je ne connais rien à l’espace. On nous présente le vaisseau, et je reste la plus attentive possible, ne demandant qu’à apprendre. Lorsque la visite est terminée, je ne m’attarde pas trop sur le pont. Il me faut un peu de temps pour encaisser tout ça, me préparer, réfléchir à comment… Comment ne pas rester cachée dans mon coin, certainement, comment essayer de m’intégrer plus ou moins à « l’équipe » en formation que nous sommes. Je rejoins ma chambre –ou ma cabine–, que je partage avec… Je n’ai pas vraiment fait attention, trop occupée à écouter tout le reste.

La première chose que je fais est de m’arranger un petit nid. Un peu sentimental, il se peut que j’aie glissé un pull à Fenrir dans mes affaires, et que je plie correctement pour le poser à côté de mon oreiller. Puis je m’installe comme je peux sur le lit pour écrire, rapidement mais avec le plus de précisions possibles, tout ce qui vient de se passer. J’allais devoir apprendre à faire ça, je le sentais : précision et rapidité. Concision, certainement, mais tant que j’avais un peu de temps devant moi, je m’autorisais à le prendre pour ne délaisser aucun détail. Je garde mon carnet et mon stylo sur moi et, après avoir pris un peu de mon courage à deux mains, je décidais d’aller sur le pont, voir qui je pourrais y trouver. Si je ne le faisais pas, je ne le ferais jamais, et… Ce voyage allait être très long. Avec un petit sourire, un peu timide malgré tout, je m’approche des personnes présentes.

« Hey... » j’avoue, je ne sais pas vraiment quoi dire : « Et voilà, on est parti... Vers l’infini, et au-delà ? » Merde, Rahne, tu aurais pu faire mieux. Mais c’était déjà mieux que rien du tout.



HRP. Rahne a de grandes chances de se trouver principalement sur le pont ou dans sa cabine durant le voyage :drama:
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Rhil Trasam
Intergalactique
♠ EMPLOI : Mécanicien, ingénieur spatial, ex-mécanien du SWORD et Nova Corps, contrebandier, capitaine de vaisseau
♠ GIF :
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Space, and beyond #1 : Voyager.   Mer 3 Mai 2017 - 0:39
Ithan,, Gamora, Peter, Dylan, Erika, Rahne, Jun
Space and beyond
So where would you rather die ? Here, or in a space ship ?
Cela devenait une habitude, depuis leur crash, que Rhil relève les yeux vers Ithan en quête d’un conseil et d’un regard ami - l’ancien capitaine, le commander était un peu parti en morceaux avec la carlingue de son vaisseau et s’appuyait bien trop sur le type dont le job essentiel dans l’équipage était de casser des bouches. Grâcieusement, certes, mais cela restait casser des bouches. Rhil n’était pas assez honnête avec lui-même pour savoir ce qu’il espérait comme réponse. Non. C’était dit.  Rhil hésitait à être soulagé ou non, mais il ne pouvait combattre la réponse de son garde du corps. Pour la première fois de sa vie, de leur partenariat, Rhil ne protestait pas pour mettre sa vie en danger. Parce qu’il faisait confiance au sens d’Ithan - parce que lorsque l’Echani l'énonçait ainsi comment pouvait-on s’accrocher à quelques étoiles pour des clopinettes ? Ils n’avaient aucune chance, ils… Rhil s’apprêtait à ravaler ses doutes et tentations pour battre en retraite, entraînant son ombre derrière lui, Dylan prend la parole. Il doit l’admettre, plus le temps passe, plus elle a plus de couilles et de calmes souverains qu’un tripot de mercenaires ivres à refaire le monde.

Il se sent secouer la tête en entendant les explications de Dylan - petit à petit, par morceaux décousus, l’ensemble fait sens. Plus sens que les prémices abordés plus tôt - mais le tableau empire. Rhil s’est déjà retrouvé dans des situations avec 100% de chances de mort au bout du compte, et ne s’en est sortis que grâce à son équipage, de nombreuses magouilles, et un coup de pouce de son ADN. Okay. Mais c’était toujours parce que le plan initial avait connu des ratés - là, le plan initial était la mission suicide en elle-même. La mission prenait sens, mais pas un tour plus favorable, et Rhil soutenait le regard de Dylan, un roc de la taille d’une petite planète au fond de l’estomac. Je suis contrainte de lui obéir   cela n’était jamais arrivé à Rhil, mais il l’avait infligé assez souvent pour avoir un goût de cendres dans la bouche - de cendres d’une créature qui particulièrement non comestible. La culpabilité. L’impossibilité de détourner les yeux et la capacité assez fatale à courir dans les problèmes.

“- Fantastique.”

Lâcha Rhil en se passant une main sur le visage à mi-chemin dans le discours de la jeune femme. Vous savez ce dont il avait besoin là à l’instant ? Fixer l’immensité de l’espace avec pour seule compagnie le vide. Loin d’un entrepôt, d’une mission suicide et d’une équipe qui serrait les dents en calculant leur envie de mourir pour une cause qui les dépassait, for the vine .  Il ne pouvait plus échapper à son regard par lequel une ruche d’entités extra-galactiques les observaient. Elle ne l’obligeait à rien, et ils étaient libres. Mais  c’était déjà trop tard, n’est-ce pas ? Ils étaient là, et les mots de Dylan avaient atteint sa conscience - évidemment qu’ils l’avaient fait. S’ils échouaient, il ne pourrait pas se … il ne pouvait pas se regarder dans la glace, pas depuis Darren, ni dormir, ou arrêter de s’en vouloir une seconde, ou de remâcher les conséquences néfastes de son pouvoir, ses échecs. Peut-être que ça pourrait rééquilibre un peu sa balance. Il allait tourner les talons, partir, mais il sent le poignet d’Ithan sous ses doigts, qu’il sert. Il n’en avait pas eu conscience, et pourtant son regard volète vers son partenaire à la recherche … d’une solution. Suppliant, tiraillé. Il avait déjà pris sa décision, au fond - il ne pourrait pas continuer s’il partait maintenant. Le problème étant qu’il allait en mourir.

Envers et malgré Ithan. “- Je sais, Ithan, je sais.” Il ne pouvait pas le laisser - Rhil eut une grimace, sa voix étranglée. Trois ans auparavant il lui disait qu’il ne lui en voudrait pas s’il le laissait crever dans une ruelle comme ses anciens combattants. Ce n’était pas l’homme qu’il regardait, mais la télépathe, par-dessus l’épaule protectrice.  Il suppliait de trouver une solution là où il n’y en avait pas. Rhil embraya le pas à Ithan avec un temps de retard, vaguement alerté, inquiet. Qu’allait-il dire, alors qu’il avait le pas si sûr ? Rhil ralentit son pas lorsqu’il s’approcha Dylan. Le capitaine hocha doucement la tête à son encontre, plus assuré. Ils venaient. Il pressa le pas pour rejoindre son unique membre d’équipage, un mauvais pressentiment au coeur. Ihan s’adressait à Morgan et Rhil s’immobilisa à quelques distances du duo, juste assez pour les écouter, éberlué. Par l’assurance et la certitude qui émanait d’Ithan, qui prenait un rôle qui ne lui connaissait pas - le sien. Il acquiesça au regard d’Ithan, lentement, tandis qu’il prenait en compte les demandes. Il était plutôt intéressé par la réponse de Morgan, qui le surpris à vrai dire. Il l’observait avec intérêt, alors qu’elle s’adressait à eux, puis aux autres.

“- Vous êtes de ceux qui agissent Capitaine.” Il rectifia à mi-voix, avant d’inspirer profondément, redressant les épaules. Et le fait qu’il doive donner ce titre à quelqu’un signifiait bien à quel point il était loin de la carlingue de son chez lui. C’était admirable, de voir ce qui devait être fait, et le faire qu’on en soit capable ou non. Ce n’était pas son genre. Et la Terre… il ne considérait pas qu’il y était accueilli, bienvenu, plutôt prisonnier. Il avait toujours admiré les personnes capables de penser avec autant de droiture que Morgan, ou même Collins - Quill était un cas à part, peut-être plus semblable à lui. Il les enviait. La possibilité de dormir du sommeil du juste et de se regarder dans la glace… cela ne valait pas le coup de mourir. “-  Je suis d’accord avec Ithan. Mais, j’espère que personne vous décevra, Capitaine.” Ne pas être en première ligne ne changerait sans doute rien à leurs chances de survie, mais peut-être auraient-ils une chance d’être utiles sans sentir leur être entier se rebeller contre leurs décisions. Leurs irrationnelles décisions.

Rhil arqua un sourcil et pivota sur ses talons pour se tourner d’un bloc vers Peter et le contempler. De haut en bas. Avant de laisser échapper un petit rire, de rien du tout, à peine hystérique.  Dans les différentes gazettes interstellaires, on racontait que Star-chose des Ravageurs s’était trouvé une conscience - conscience, peut-être pas. Instinct de survie, certainement pas.  

“- Tant que ce n’est pas une boule à neige et que la première classe ne met pas de tripes dessus, je prend. ”

Il effleura l’épaule d’Ithan pendant que Peter faisait demi-tour, l’incitant à le suivre à bord de la navette. Le Peak. Rhil l’aperçoit par le hublot, et détourne les yeux vers l’intérieur de la navette. Ca, c’était une page définitivement tournée depuis longtemps. Le Normandy, c’est quelque chose qui l’hypnotise. Et fait revenir un sourire sur son visage grave et pâle. Le vaisseau est magnifique, et résonne presque dans son âme. Remettre les pieds à l’intérieur d’un vaisseau, dans l’espace, en fonctionnement. Il paraît que des explorateurs terraniens embrassaient le sol après une longue traversée - Rhil se sentait un peu comme ça. Il passa à côté de Quill et lui adressa un clin d’oeil. Avant de siffler doucement, murmurant à mi-voix, un “home sweet home” songeur.

Il n’a presque rien à déposer dans sa chambre, aussi il ignore ce pont, pour se glisser plutôt dans les entrailles du navire. La salle des machines. C’était sa place. Les deux mains sur une barre, une balustrade de métal, il se força à inspirer, expirer. Il releva les yeux vers les androïdes qui ignoraient leurs visiteurs. La solitude, le ronronnement des machines, le coeur d’un vaisseau au creux de l’espace. Il remonterait sans doute au pont plus tard - ne pas être en première ligne ne voulait pas dire qu’il ne comptait pas suivre ça de près, l’intégralité de ses cellules se divisant entre son désir de fuir et d’accompagner ses camarades. Pour l’instant, il avait besoin de calme.

Depuis qu’il était revenu sur Terra, qu’il avait parlé avec Abel… il retrouvait les ficelles de sa mutation,, lentement.Ce n’était pas perdu, c’était en lui, de la même manière que sa voix portait déjà son pouvoir alors qu’il ignorait le pouvoir des mots. Il se débloquait progressivement, travaillant de nouvelles possibilités, craintivement. Et maintenant ? Il était plus ou moins sous entendu que ce sa volonté et sa voix étaient loin d’être les choses les plus à craindre. Rhil inspira profondément, les yeux clos, rentrant dans un vieux souvenir de voie lactée, laissant le calme l’envahir.

“- Ta place pourrait être sur le terrain, si non à mes côtés. Tu es un combattant.” Lança-t-il à Ithan qu’il était le seul à sentir derrière lui. Les paroles de Morgan le troublaient malgré lui. Elle avait raison, leurs capacités… celles du guerrier echanis… Et pourtant. Il se retourna pour lui faire face, s’adossant à la balustrade, sa froideur ancrant ses paumes à la réalité. Il riva son regard à celui d’ithan, le ton grave et désabusé. “ Merci. You had my back. Encore. J’ai perdu la tête. Encore.” Il lui tendit son bras, interrogatif pour rompre la distance. “ Puis-je ?” J’aime besoin de contact, d’être réel, de calmer mon esprit, d’avoir fait le bon choix. N’essaie pas de mourir et de me laisser seul à bord d’un vaisseau inconnu.



We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars.
I'm not getting draw into this mess, there's any army of you, there's only one of me. I'll talk, I'm happy to talk, but there is no way that I am fighting

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ithan Keikwan
Intergalactique
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Shade Walker
♠ EMPLOI : Il en a tellement... Contrebandier intergalactique, combattant (plus ou moins légal), garde du corps, fascination de Rhil, ancien soldat (éducation militaire).
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Space, and beyond #1 : Voyager.   Mer 3 Mai 2017 - 16:08


SPACE & BEYOND :
I. VOYAGER

The Idiots of Space
Il se fit silencieux pour le reste de la conversation. Ithan pouvait comprendre Morgan et les autres. Son peuple lui-même était très protecteur avec leur planète mère, acceptaient plus ou moins les autres races présentent dessus -il y en avait extrêmement peu- et les Echanis étaient très sur la protection de leurs coutumes et autres. D’ailleurs, cela le faisait toujours un peu ricaner en pensant qu’il s’était en allé d’une planète qui avait besoin d’hommes. Ce n’est pas comme si un seul Echanis loin de sa planète était désastreux, mais en général, peu partaient. Et on tentait de ne pas les laisser partir, sans forcément les emprisonner certes… Mais on faisait en sorte qu’ils se sentent si bien que jamais l’idée de partir ne puisse leur traverser l’esprit. Dommage pour eux en connaissant un peu la psyché quelque peu… spécial d’Ithan. Il hochait très simplement la tête avant de se retourner très légèrement pour observer Peter Quill faire une vanne sur leur situation. Le garde du corps haussait simplement les épaules, s’empêchant un petit « bouh » en passant devant Star Lord. Pour lui rappeler que monsieur sauvait peut-être l’univers, n’empêche qu’il n’aimât pas Ithan se planquant dans son coin. Ou juste à côté de lui et qu’il ne le voyait pas.

Son regard suivait Rhil, avant de lui emboîter le pas en direction de la navette. Il eut un demi-sourire en entendant le murmure de son capitaine devant lui. Ce serait mentir qu’Ithan n’était pas heureux de retrouver, lui aussi la sensation familière d’un vaisseau. En tout cas, il sentait que cela apportait un peu de baume au cœur à son compagnon de voyage, et malgré cette situation… Que l’on pût dire de merdique, cela faisait du bien de sentir un peu de positif dans tout ça. De ce qu’il sentait en général, malgré la peur et l’indécision plus ou moins générale, les sentiments étaient plutôt… Positifs. Il n’avait aucune idée du pourquoi du comment, mais les gens semblaient assez confiants d’une manière ou d’une autre. Pourtant, le terme de mission suicidaire avait été évoqué une ou deux fois non ? Il laissait un soupire lui échapper, alors qu’ils s’arrêtaient à la chambre prévue pour eux. Il n’avait rien de particulier à y déposer non plus, il attendait Rhil à l’extérieur, les bras croisés devant la porte alors qu’il observait les quelques allers et venues dans le couloir, avant que la populace ne se concentre principalement que sur le pont.

Tous les deux, ils s’échappaient au monde les entourant pour s’enfoncer de plus en plus profondément dans le navire jusqu’à disparaître des radars de tous. Sans plus attendre, son capitaine se jeta avec joie -ou presque- dans les entrailles de la bête pour les trafiquer, jouer avec, découvrir chaque circuit composant ce vaisseau. Cela eut pour effet de faire sourire l’extraterrestre qui, accoudait à une passerelle, l’observait faire. Oh non, il ne risquait pas de toucher. Puisque de un ) il ne s’y connaissait en rien et il aurait fallu une surveillance constante de Rhil, de deux ) Rhil aurait justement crisé de le voir les mains la dedans. Alors il préférait simplement l’observer dans le calme, sans le déranger. Jusqu’à ce que, l’humain s’adresse à lui directement. Il n’avait pas tort. Il pouvait être en première ligne. « Tu as raison. Mais je ne suis plus un soldat. J’ai fait mes classes. Et je suis resté presque quinze ans dans l’armée. Je crois que niveau terrain militaire, j’ai assez donné. » une légère pause « Et je refuse de te laisser seul sur le vaisseau. La Ruche pourrait attaquer. ». Et donc attaquer Rhil.

Il secouait doucement la tête, fermant quelques secondes les yeux. « On se protège l’un et l’autre Rhil. C’est comme ça que ça marche. » Ils n’avaient pas vraiment le choix de toute manière. Il soupirait doucement, avant de lui offrir un doux sourire « C’est plus que mon boulot Captain. » murmurait-il. Il baissait son regard vers son bras. Silencieux. Avant de s’approcher tranquillement de lui pour venir le prendre contre lui. Non, c’est vrai, il n’était pas tactile de nature. Il n’aimait pas qu’on le touche sans qu’on lui demande. Le Capitaine avait mis du temps avant de se voir offrir un câlin ou une accolade même d’une demi-seconde. Maintenant, c’était plus naturel pour lui. Et il appréciait toujours autant qu’il demande avant de se jeter sur lui. Il frottait tranquillement son dos. Ils étaient là, tous les deux. Il s’assurerait qu’il ne soit pas blessé ou pire. Et ils feraient de leur mieux pour être utiles à cette équipe.



sleep under the stars
© alaska.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Gamora
Gardien de la Galaxie
♠ EMPLOI : Ca dépend du moment
♠ GIF : Gamora
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Space, and beyond #1 : Voyager.   Sam 6 Mai 2017 - 10:30
SPACE, AND BEYOND

Episode un : Voyager

Dylan Collins, Rhil Trasam, Ithan Keikwan, Peter Quill, Gamora, Rahne Sinclair, Jun Moon, Iris Maxwell et Erika Morgan

Bien que j’aie suggéré quelque chose qui aurait pu amuser Peter nous n’eûmes pas le temps de nous éclipser pour passer du bon temps. En effet il ne s’agissait que d’une navette qui nous menait vers le vrai vaisseau que les humains avaient construit.
Quand je vis cette machine je ne pus que constater qu’ils avaient fait de très gros progrès en peu de temps. Peu importe qu’ils se soient inspirés des technologies d’autres peuples. Ils avaient réussi et c’était tout ce qui comptait. D’ailleurs nous le faisions tous et j’avais constamment une preuve vivante de ce vol perpétuel de technologie : Rocket. Son sale caractère mis à part, c’était un génie du vol et de l’assemblage et j’adorais les gadgets qu’il créait à partir de rien.

Je montais à bord du Normandy avec les autres. Sans rien dire car je n’avais rien à dire. J’avais connu tellement de vaisseaux qu’il en fallait beaucoup pour m’impressionner. Tant que nous arrivions à bon port sans dommage c’était ce qui comptait le plus pour moi. Les cabines avaient été affectées assez rapidement. Ils avaient eu assez de tact pour que je sois avec Peter. C’était une excellente idée car nous allions pouvoir faire ce que nous projetions. Mais pas tout de suite car il y avait quelque chose qui me préoccupais : la mission. Je ne la sentais pas. Il y avait trop d’inconnus, enfin de membres de l’équipe que je ne connaissais pas. Alors je décidais de laisser Peter avec ses homologues pilotes pour faire connaissance.

Après avoir jeté mon sac que l’une des couchettes je sortais de la cabine et je marchais sans but dans le couloir du pont de l’équipage jusqu’à je trouve un terminal. Je m’en servie pour afficher la liste des cabines et de leurs occupants pour chercher la personne que je voulais voir : la jeune fille rousse qui me semblait bien timide. Elle m’inquiétait. Pas que je doute de ses compétences. Si elle était ici c’est qu’elle avait des compétences et aptitudes utiles à la mission. Je la trouvais juste trop effacée.
Arrivée à sa cabine je toquais à la porte et après plusieurs minutes sans réponses je conclue qu’elle n’y était pas. J’avais plus qu’à la chercher.
Par déduction ou élimination, peu importe je marchais en direction des lieux de vie communs. Après deux échec je l’aperçue tentant de nouer des contacts avec d’autres membres de l’équipage. Je souris, c’était une bonne chose. Mais je ne comptais pas en rester là.
Je m’approchais à mon tour d’eux au moment où elle parlait d’un truc bizarre. Je ne compris pas son allusion. Même si Peter m’avais appris pas mal de choses sur les humains j’avais encore beaucoup de mal à tout capter.


« Salut » Dis-je à mon tour.
« En effet le voyage commence. C’est la première fois pour vous ? » Je posais mon regard sur Rahne et lui sourie. « Tu es Rahne ? C’est bien ça ? »


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Peter Quill
Gardien de la Galaxie
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Starlord avec une Classe intersidérale
♠ EMPLOI : Capitaine d'un équipage sans navire interstellaire
♠ GIF :
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Space, and beyond #1 : Voyager.   Sam 6 Mai 2017 - 14:53

Space, and beyond
Team Vers l'Infini et au delà !

▬ " Tant que ce n’est pas une boule à neige et que la première classe ne met pas de tripes dessus, je prend. " Et Peter entraîna cette remarque dans son sillage avec un sourire. Sa bonne humeur était probablement mal placée, on n'acceptait pas les missions suicides de cette manière, quoiqu'il était presque certain que même le S.H.I.E.L.D. n'avait pas de manuel de formation à ce sujet alors chacun encaissait à sa manière non ? Et puis c'était quand vous vous faisiez du mouron en tremblant comme une feuille que les emmerdes se faisaient plus résistantes qu'un biceps de Drax, sans compter qu'une pointe de sa personne était assez satisfaite de se trouver une nouvelle activité digne de ce qu'avait été sa vie avant qu'on ne leur coupe les ailes.

Alors c'était parti, ils quittaient Terra, avec de nouveaux charmants visages qui s'étaient greffés à l'équipe, mais ils ne tarderaient pas à la retrouver plus ou moins en forme parce que c'était comme ça que ça se passait et pas autrement lors du quart de veille des Gardiens et ce retour non-négociable empêchait Peter de véritablement s'extasier sur ce voyage dans l'espace. Pas de liberté si ce n'est celle d'aller crever ou pas sur la planète désignée alors ils auraient très bien pu partir en safari de l'autre côté de Terra que notre ami aurait ressenti la même chose. Les oreillettes vissées depuis qu'il avait achevé son échange avec Gamora, Peter laissait sa tête se balancer légèrement au rythme qu'il connaissait par cœur.

Il ne dégagea une oreille que pour la visite de la fierté terranienne qu'ils avaient donc caché derrière la lune. Grand, spacieux, avec tout pleins de jolies lumières et d'écrans.... C'était décevant, ils devaient passer plus de temps à astiquer les câbles qu'à vivre dans cette boite. Il était presque étonnant qu'on ne leur ait pas demandé d'essuyer leurs pompes sur le paillasson avant d'entrer. Et ils avaient même une fliquette pour diriger tous leurs potes mécanique ôtant les derniers charmes des voyages spatiaux... Les terraniens et leur culture du contrôle, pas étonnant qu'ils perdent les pédales à chaque fois qu'ils découvraient un nouvel ennemi qui sortait de leurs belles cases bien ordonnées.

Leur guide touristique fini par les abandonner, trop occupé à lister ce qu'il pouvait lui manquer dans ce vaisseau rutilant, Peter ne saisit pas véritablement que le groupe se séparait. Il remit en place son autre oreillette et observa le départ d'un air songeur avant de partir en quête d'une carte de leur voyage. Les terraniens ne maîtrisaient pas encore la technologie des sauts spatiaux, leur technique consistaient à couvrir les distances à grandes vitesse pensant probablement que la vision de Georges Lucas était la meilleure à atteindre. Un jour peut-être que quelqu'un leur expliquerait deux trois trucs mais ce ne serait pas lui, pas aujourd'hui.

Après avoir quitté le pont, Peter échoua dans sa cabine où il pu reconnaître les affaires de Gamora. Il fit le tour du propriétaire avant de poser délicatement son sac de tous les dangers et de se laisser tomber sur le lit avec un soupir. Il aurait pu partir en quête d'une âme, fraterniser avec des nouveaux amis ou des anciens mais il se sentait plus inspiré par cette solitude dégotée dans ce coin de cabine, à moins que cela ne soit qu'une simple flemme... Allez savoir. Peut-être que lorsque son estomac se manifesterait il trouverait de quoi sortir de sa cachette, en attendant seul l'appel de la douche aurait peut-être raison de l'attrait de la couchette.

© HELLOPAINFUL




Mais où est Charlie:
 


★ Fox On The Run ★
You scream and everybody comes a running Take a run and hide yourself away Foxy is on the run And hide away
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Erika Morgan
SWORD
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Iron Valkyrie
♠ EMPLOI : Capitaine au S.W.O.R.D. / Détachée spéciale au S.H.I.E.L.D. en tant qu'Experte Extra-terrestre
♠ GIF :
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Space, and beyond #1 : Voyager.   Mer 17 Mai 2017 - 19:28
Erika, Dylan, Gamora, Peter, Ithan, Rhil, Iris, Jun, Rahne
Space and Beyond
#1 : Voyager


La vie d’un capitaine est sans conteste un bordel sans nom. Il n’y a jamais vraiment un répis, on a toujours quelque chose en tête : Le problème d’un de ses hommes, la préparation pour la prochaine mission, le débrief de la précédente, penser aux imprévus que l’on pourrait rencontrer, la paperasse quand l’on détruit du matériel, le rapport à remplir quand l’on menace de faire sauter un ascenseur. Il y a toujours quelque chose qui tourne dans la cervelle et c’est une chose que j’ai toujours aimé. Je pensais que revenir sur le terrain après tout ce temps serait pour moi une libération mais je me rends compte que je vieillis plus que je ne le pense.

Après le tour du vaisseau à l’équipe, je les laisse s’installer et s’approprier les lieux avant de filer vers la cabine du capitaine, car oui, le capitaine à sa propre cabine, similaire à celle des officiers humains à bord, mais un côté couchette remplacé par un bureau connecté afin de pouvoir être jointe n’importe quand en cas de besoin. Pas de repos, jamais vraiment, pour les capitaines.

Appelée par Susa, je lance un regard torve à Dylan qui lui signifie « Faudra que l’on parle toutes les deux ». Bien vite, j’ai une tablette dans les mains, remplie de schémas, de chiffres et de routes possibles pour atteindre notre destination. Je me gratte la tempe en examinant les itinéraires, détaillés par Susa de sa voix vocaloïdée, expliquant les risques de chaque passage, les dangers possibles avec des taux de probabilité variant du 0.0001% au 43% pour la plus grande menace.

« Cela me parait bien. » Je conclus l’échange en choisissant un itinéraire un peu plus long mais plus calme que d’autres. Il n’y a bien que les I.A. pour penser que l’on traverse une supernova tranquillement. « Pas d’autres messages ? »

« Si, Capitaine, un message du Peak. La Capitaine Danvers est en route afin d’empêcher le Normandy de décoller. » Répond calmement Susa. « Devrions-nous l’attendre ? »

« Non, au contraire. Danvers fait partie dont je ne souhaitais surtout pas la présence. Elle pourrait nous géner dans notre mission. » Je quitte ma cabine et pars d’un pas décidé vers le pont. Le départ est imminent. « Susa, préviens le Contrôle au Sol. Nous partons M-5. »

« Aye aye Capitaine. » Je souris en entendant la réplique de forban. J’adore cette I.A.

Quelques instants plus tard, j’arrive sur le pont sur lequel discutent déjà Gamora et Rahne Sinclair. Je les salue en passant à leur niveau et prend place sur la table de contrôle du capitaine. Un androïde s’approche de moi et me tend une tablette. Un nouveau rapport.

« Tous les voyants sont au vert, Capitaine. Nous sommes prêts à partir. » Mon sourire s’élargit tandis que je remercie l’androïde qui retourne à son poste. Je pianote sur l’écran de contrôle et vérifie que l’itinéraire que j’ai choisi à bien été entré dans le vaisseau. Tous les niveaux sont bons, on peut désormais entendre le doux ronron du moteur qui ébranle légèrement la carlingue du vaisseau. C’est certainement le bruit qui m’a le plus manqué.

Je m’éclaircis la gorge avant d’ouvrir la communication générale sur le vaisseau.

« A tout l’équipage, ici le Capitaine Morgan. Le Normandy s’apprête à décoller, direction Centuris Prime. Si tout se passe bien, nous arriverons dans vingt-trois heures et quarante-deux minutes. Le dernier briefing de début de mission se déroulera à H-2 en salle de briefing, tâchez d’être prêts. Votre Capitaine vous souhaite un bon vol et merci d’avoir choisi notre compagnie. » J’ai peine à résister et fait malgré tout la blague, laissant éclater un petit rire une fois l’intercom coupé. Je me ressaisis vite en remarquant que Rahne et Gamora sont toujours là puis hausse les épaules.

« On m’a toujours dit que j’avais un sale humour. »

C’est un truc de capitaine ça, c’est ce que me disait Hidalgo du moins : Quand je suis stressée, j’ai un humour de merde, mais quand je suis heureuse aussi. Aujourd’hui, je nage en eaux troubles, entre le stress et le bonheur. Il ne faut pas laisser la peur d’une mort certaine obscurcir ce jour fantastique : je pilote le Normandy.

« Susa, un petit air d’ambiance s’il te plait. C’est le grand saut. »

« Bien, Capitaine. »

L’I.A. s’exécute aussitôt et si j’ai peur qu’elle ne mette Major Tom de David Bowie (Susa est un peu cynique), je ne peux cependant qu’approuver son choix quand les premières notes emplissent le pont… Un tel cliché est toujours appréciable.

As a child you would wait
And watch from far away.
But you always knew that you'd be the one
That work while they all play.

In youth you'd lay
Awake at night and scheme
Of all the things that you would change,
But it was just a dream !

Here we are, don't turn away now,
We are the warriors that built this town.





NOUS N'EXISTONS


QUE POUR PROTÉGER.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Gamora
Gardien de la Galaxie
♠ EMPLOI : Ca dépend du moment
♠ GIF : Gamora
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Space, and beyond #1 : Voyager.   Sam 27 Mai 2017 - 13:16
Space and Beyond
#1 : VOYAGER

Erika, Dylan, Gamora, Peter, Ithan, Rhil, Iris, Jun, Rahne

J’avais voulu faire connaissance avec le reste de l’équipe pour savoir à qui j’avais à faire et connaitre leurs compétences pour mieux gérer les combats. J’aurais peut-être dû en parler avec Peter mais parfois je faisais en sorte qu’il ait des petits moments solitaires rien qu’à lui. C’était aussi un peu pour moi aussi… Ayant toujours été indépendante pour ne pas dire solitaire il me fallait faire à ma façon sans tenir compte des autres.

La jeune femme avec qui j’avais tenté de faire connaissance était peu bavarde. Je ne l’avais pas choisie par hasard. Elle semblait la plus perdue de tous et sans vouloir semer la pagaille, elle risquait d’avoir de mauvaise réaction en cas de problèmes. Je voulais donc lui montrer mon soutien afin de l’aider en cas de problèmes et en éviter de plus gros. C’est ça le travail d’équipe si j’ai bien retenue la leçon ?

Autour de nous l’équipage s’affairait. Ça se sentait car ils s’agitaient plus que tout à l’heure. Le départ était donc imminent. Je les regardais faire n’ayant pas d’autres occupations pour le moment.
Erika Morgan qui était le capitaine du vaisseau nous salua en passant près de nous. J’aimais bien l’idée de voir une femme à la tête d’un vaisseau. Les femmes au pouvoir et il y a moins d’ennuis c’est un constat que j’ai fait il y a de nombreuses années.
Il faudrait que je discute un peu avec elle plus tard. Quand la machine sera bien lancée et qu’elle sera donc moins occupée. Pour le moment elle gérait son équipage et tout un tat de… Robots… Si c’est bien ça.
Je n’aimais ces machines, trop intelligentes et donc potentiellement trop dangereuse. Toutefois je ne dis rien sur le sujet car je partais du principe qu’ils savaient c’est qu’ils faisaient. En tout cas je l’espérais.

Quelques instants plus tard, Erika annonça le départ avec un message dont je ne saisissais pas toutes les nuances. Bon l’idée d’un autre briefing m’enchantais guère mais c’était dans leurs habitudes, pas trop le choix.
Je perçu qu’elle nous croyait parties vu son haussement d’épaule. Puis elle commanda à ses machines de la musique avant de poursuivre. Et elle s’exécuta rapidement. Je ne connaissais pas ce morceau, ou je devrais plutôt dire que Peter ne l’avais pas encore écouté.
Sur ce point ils se ressemblaient. Toujours à écouter de la musique, jamais de silence. Les humain sont une espèce à part.

Je m’approchais d’Erika afin de papoter un peu, enfin si c’était possible. J‘estimais que comme nous étions presque parti.

Salut.
Erika c’est ça ?
Bien sûre que c’était comme ça qu’elle s’appelait. Mais c’était une manière d’approcher les humains que j’avais apprise au contact de Peter.
Tout à l’aire de bien se passer on dirait. Je suis surprise que votre espèce ait rapidement construit ses propres vaisseaux.
Comment dire… Aborder les gens, faire connaissance c’est pas facile pour moi. J’espérais qu’elle se rendait compte que je faisais un effort pour lancer une conversation et qu’elle me file un coup de main car dans le cas contraire j’avais plus qu’à retourner à ma cabine.


Revenir en haut Aller en bas
 

Space, and beyond #1 : Voyager.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3


 Sujets similaires

-
» Nouveau FAQ de GW sur Space marine
» Space wolves VS tyranides
» Space Marines à vendre (pleins d'affaires)
» Chaos Space Marine Roster - Legion of the Damned
» Space Hulk et eldar





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: Los Angeles :: Extérieur de Los Angeles :: Base du SHIELD-


Coup de pouce
Un petit vote toutes les deux heures - notez le ici

Un petit mot d'amour sur Bazzart ou PRD c'est 50% reversé aux psys d'HYDRA

Rps entre amis
Vous cherchez un rp ? America Chavez et PanPan et aussi Jared cherchent un rp ! Pan a ouvert un rp libre !
> 2 missions cherchent encore des participants, hop hop allez rp !

#Important stuff
Premier post d'un nouveau rp ? Utilisez code de situation du rp | Votre staff vous supplie : Recensez vos actions & événements rps ici

#Membres du mois

Ashitaka Pan
#1 6 rps, 2e fois #1 !


Jonathan Blaze
#2 5 rps démarrage d'enfer !


Gamora & Bobbi
#3 5rps, une valeur sûre !