Merci de recensez vos actions rps ici pour que le contexte les prenne en compte !
N'oubliez pas de voter !

Partagez | 
 

Burn, baby, burn ▬ Johnny Storm the Human Torch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Burn, baby, burn ▬ Johnny Storm the Human Torch   Ven 24 Mar 2017 - 18:03


 
feat Chris Evans
Jonathan Lowell Spencer Storm

 

 
Carte d'Identité
La Torche (Humaine)1986 ▬ Glenville, Long Island, New York, USA31 ans Aventurier, acteur, mécanicien, pilote, hérosFiancéBisexuelBrûler, voler… dans les airs, évidemment, on dirait un vandale dit comme ça. La télé, le cinéma, sa fiancé, sauver le monde, sa notoriété, piloter, la vitesse, le café, les défis, l’espace, l’aventure, les voyages… Super-Héros

 
Caractère

  Johnny… Est-il vraiment nécessaire de présenter ce héros, figure public incontournable aussi célèbre pour son caractère de feu que son pouvoir… De feu aussi ? Non. Allez bisou, j’ai la flemme de refaire le caractère de ce zigoto.

 

Pouvoirs & capacités

  Johnny n’est pas un mutant, ni un Inhumain, pas plus qu’il n’a été le fruit d’une expérience, qu’elle soit ratée ou malencontreuse. Il a plutôt été victime d’un accident qui, lui, fut assez malencontreux à ses débuts puis, finalement, fort bienvenu. Il fut en effet exposé à des rayons cosmiques qui lui offrirent un certain nombre de pouvoirs, tous lié au feu.

▬ Son premier et principal pouvoir est celui de « s’enflammer » : en réaliter, son corps tout entier est entouré d’un plasma enflammé qui ne le blesse pas. Les flammes sont de couleur rouge et leur température avoisine les 500°C. Le plasma qui entoure son corps est assez chaud pour vaporiser tous les projectiles s’approchant de lui, y compris les balles (du moins, la plupart du temps). Dans des conditions normales, il peut rester enflammé durant 17h.
▬ Sous cette forme, il est capable de voler. En produisant une poussé derrière lui avec ses propre flamme, il est capable de dépasser la vitesse du son en vol, et peut porter une charge supplémentaire de 80kg sans effort. Ayant une grande maîtrise de ses pouvoirs, il peut transporter quelqu’un en étant enflammé et sans que cette personne ne ressente les effets de la chaleur.
▬ Johnny peut produire de puissants jets de flammes ou encore des boules de feu, avoisinant les 2500°C. Il peut également manipuler ou sculpter ses flammes de manière à créer toute les formes qu’il veut : ces formes subsistent tant qu’il se concentre dessus, mais dès qu’il relâche son attention, les flammes perdurent trois minutes avant de se dissiper. Johnny est capable de contrôler n’importe quel feu à portée de vue et à moins de 25m, même lorsqu’il n’est pas lui-même entouré de flammes. Cela lui permet de l’accroître, réduire l’intensité des flammes, le déplace ou le modeler selon ses envies et besoins.
▬ Johnny peut absorber le feu ou le plasma enflammé dans son corps, et ce sans subir aucun effet néfaste (il fut capable d’absorber une boule de feu produite par une explosion nucléaire). Néanmoins, s’il dépasse une certaine quantité de chaleur sans être lui-même enflammé, les flammes autour de son corps apparaîtront d’elles-mêmes.
▬ Il est capable d’absorber la chaleur d’objets ou d’êtres vivants pour amener leur température à -1°C. A l’inverse, il aussi capable d’accroitre leur température de plus centaine de degré : il peut utiliser ce pouvoir afin d’éteindre les incendies (ou réchauffer le café de Charlie).
▬ Johnny appelle la puissance maximale de ses flammes comme étant sa « flamme nova » : cela consiste en la libération, en une seule fois, de toute l’énergie stockée dans son corps, celle-ci se propageant dans toutes les directions. Celle-ci peut atteindre plus de 550.000°C, et est alors de couleur jaune. La zone d’effet maximale de cette flamme est d’un rayon de 14km (ce qui lui permettrait de détruire une petite lune). Aucune flamme d’une température inférieure ne peut blesser ou brûler la Torche Humaine.
Cette « flamme nova » peut se produire de manière spontanée s’il absorbe une quantité trop important de chaleur. Avec un effort mental considérable, il peut retarder l’explosion de quelques minutes. Cette explosion le prive de toute énergie, lui laissant le minimum nécessaire à le maintenir en vie. Il lui faut en générale une douzaine d’heure avant de se remettre totalement.

Il n’a pas acquis tous ces pouvoirs au lendemain de leur apparition : Johnny n’a jamais cessé d’entraîner ses pouvoirs afin d’atteindre un tel niveau de maîtrise. Assidu, ses connaissances comprennent aussi des informations générales sur le feu, acquises grâce à des visites régulières à des conférences de sécurité organisée par les pompiers. Ses capacités ne sont limitée que par la quantité d’oxygène dans son environnement, la mousse ignifugée, le sable et les matériaux ininflammables… Sauf si la chaleur de sa flamme est telle qu’elle fait fondre instantanément les matériaux en question. Il faut plus d’une vingtaine de litre d’eau pour l’éteindre lorsqu’il est enflammé, autrement l’eau se change immédiatement en vapeur. Il peut s’enflammer de nouveau immédiatement une fois que l’oxygène est revenu, sans aucun effet négatif ; en revanche, s’il a été mouillé, il lui faut d’abord dissiper l’humidité de son corps pour allumer ses flammes.

La Torche humaine a été entrainé au combat à mains nues par la Chose ; il est extrêmement doué dans l’usage de ses pouvoirs en situation de combat. Il est également un pilote de course automobile très compétent et un expert dans le domaine de la mécanique automobile (il est à l’origine des modifications apportés au Fantasticar, initialement construit par Reed Richards). Comme les autres Fantastiques, il porte un uniforme (et souvent, des vêtements) en molécules instables, ce qui permet à ses tenues de ne pas brûler lorsqu’il s’enflamme.

  Derrière le masque, y a qui ?
 
Prénom/pseudoVal / Dukett Age21 ans !Code règlement Cha cha chaPv, scénario, marvel ou inventéMarvelComment as-tu atterri ici ? Plop Fréquence de connexion Souvent, genre, très souvent.
RemarquesL’ancienne fiche de Johnny a QUATRE ANS, elle est moche, elle me fait honte, alors je la recommence :h2: :amour:

 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Burn, baby, burn ▬ Johnny Storm the Human Torch   Ven 24 Mar 2017 - 18:10


  Approuvez-vous le gouvernement et les décisions qui ont été prises ? L'évacuation, le sacrifice de New York... De plus, Loki aurait été aperçu sur le champs de bataille, un retour serait-il à prévoir ?
Votre personnage ne sait pas forcément que le président est Loki
 
Johnny ne sait pas vraiment s’il approuve les décisions prises par le gouvernement, ou s’il crache dessus. Disons que depuis quelques temps, c’est un peu le chaud et le froid : la Purge puis Liesmith… Si le président change, les mentalités ne vont pas changer avec, et ceux qui croyaient en la Purge ne sont pas devenues des bisounours assoiffés de câlins de surhumains. Et cette équipe d’Avengers II… Bon, pourquoi pas, mais pourquoi ne pas avoir repris les anciens, et pourquoi avoir fait une équipe de héros avec des super-vilains « repentis » ? Il ne voudrait pas passer pour un anarchiste, mais il se pose quelques questions quant à la légitimité des décisions prises. En revanche, avoir fait cesser la Purge, puis avoir dirigé l’évacuation de New York d’une main de maître, eh… Ça, il ne peut pas désapprouver, n’est-ce pas ?


  Comment vivez-vous le changement de ville, si vous venez de New York ? Avez-vous réussi à reprendre un train de vie plus ou moins normal, ou êtes-vous encore dans le camp des réfugiés à chercher un logement et/ou du travail ? Si vous viviez déjà à Los Angeles, comment voyez-vous l'arrivée de ces réfugiés ?
 
En tant que New-Yorkais de naissance, voir sa ville natale rasée fait toujours quelque chose. Un petit pincement au cœur, une certaine nostalgie, le souvenir d’un fantôme du passé qu’on ne pourra plus jamais revoir qu’en photo. Mais Johnny ne fait pas partie des plus démunis, et n’est pas non plus totalement étranger à Los Angeles ; c’est même une ville qu’il connaît plutôt bien, puisqu’il y possédait une résidence secondaire… Devenue résidence principale par la force des choses. Mais quand on possède une belle villa sur Beverly Hills, on ne va pas se plaindre, n’est-ce pas ?


• Avez-vous participé à la tentative de reprise d'Asgard ? Si oui, quel est votre opinion dessus, comment vous en êtes vous sortis ? Si non, quel est votre avis sur les Asgardiens et leur présence ?

 
Johnny a participé à la bataille d’Asgard, et pas qu’un peu : il était en première ligne avec d’autres camarades, et a fièrement défendu la cité. Malheureusement, les choses ne se sont pas vraiment déroulées comme prévues : il a voulu trop bien faire, et a failli y passer après une rencontre un peu trop collée-serrée avec un baiser de glace. Sans Rocket et Sam, il serait même peut-être encore sur place (et on aurait pu le décongeler dans quelques années, un peu comme son pote Bucky ou son sosie Steve, mais avec certainement moins de chance de lui faire rouvrir les yeux un jour). Ce qu’il en pense ? Qu’ils n’étaient sans doute pas assez préparés pour ça. Ils n’ont pas repris Asgard, mais l’échec n’est pas total car ils ont – enfin, l’autre groupe – tout de même réussi à libérer Thor, Frigga et Heimdall. La prochaine fois, ils n’auraient tous qu’un seul et même objectif, ils seraient mieux préparés et, peut-être enfin, ils réussiraient à reprendre la belle cité tombée aux mains de ces affreux géants des glaces.


  Votre histoire
 

Au départ, l’histoire de Johnny n’a rien de passionnant ; il est né dans une famille new-yorkaise qui n’avait rien de spéciale, et commença sa vie dans la banlieue de Glenville sans que rien ne semble le prédestiner à un futur exceptionnel. Sa passion pour les voitures débuta tôt, comme la plupart des petits garçons, mais le faiblit en rien. Peu lui importait les soldats de plomb, les pistolets ou les indiens : ce qui le préoccupait le plus était les automobiles. Ses parents n’avaient rien de spéciales ; ils n’étaient ni trop bons, ni mauvais. Une enfance banale, peu intéressante, du moins jusqu’à ce qu’un drame ne vienne tout chambouler. Il avait neuf ans, et jouait dans sa chambre avec ses petites voitures. Le « vroum vroum » des moteurs sortaient de ses lèvres, joues gonflées, alors qu’il faisait se percuter (délicatement, n’allons pas les abîmer) ses jouets : le reste était un peu flou. Son père et sa sœur, certainement, entrèrent dans sa chambre, lui firent abandonner ses occupations pour lui apprendre une nouvelle très grave. Enfin, surtout sa sœur, en fait.

Comment expliquer à un petit garçon de même pas dix ans qu’il n’allait plus jamais revoir sa mère, qu’elle n’avait pas survécu à l’accident de voiture qui l’avait emportée ? Qu’elle était morte, endormie dans un sommeil qui durerait à jamais. Ce ne fut pourtant que le début de ce qui aurait pu être une descente en enfer : son père devenu alcoolique ne s’occupait plus de ses enfants, laissant cette lourde tâche à Susan, et finit par commettre un meurtre. Il fut envoyé en prison, mais – afin de préserver son jeune frère et sur la demande expresse de leur père – Sue dit à Johnny que celui-ci était également mort. Ils furent recueillis par le tante sur Long Island, où ils purent retrouver un train de vie assez régulier et sain, quoi que Johnny ne sut jamais ce qui était réellement arrivé à Franklin Storm, et que sa sœur faisait à présent office de figure maternelle, protectrice envers son démon de frangin.

Démon, il ne l’était pas tant – ce n’était pas non plus une terreur – mais il en attira un. Le Ghost Rider fut en effet attiré par cette tête brûlée (déjà, à son âge) qui sauva deux de ses amis d’un immeuble en flamme sans penser à sa propre sécurité. Son goût pour l’aventure et le mépris du danger attira donc le démon qui voulut en faire son hôte, mais il réussit à lui échapper de peu grâce à l’aide de Max Parrish, archéologue et oncle de son amoureuse de l’époque. Ce fut son premier contact avec le monde « héroïque », pour ainsi dire : car Johnny n’était alors en rien attiré et en rien au courant de tout ce qui pouvait se tramer. Enfin, il savait qu’il y avait des héros, mais il n’aurait encore jamais pensé en devenir un, un jour. Lui, ce qui le bottait, c’était la mécanique : et à 15 ans, il était déjà un excellent mécanicien, la mort de sa mère n’ayant en rien diminué sa passion. Peut-être même était-ce tout le contraire, peut-être cet évènement tragique l’avait renforcé dans un désir d’améliorer les voitures et d’éviter que d’autres drames de ce genre se reproduise. Toujours est-il que dès qu’il eut 16 ans, son permis et assez d’argent, il s’acheta sa première voiture.

Un jour, Susan décida de déménager en Californie, dans l’espoir de devenir actrice. Le jeune homme sauta sur l’occasion, embrassant les deux joues de sa tante avant de suivre sa sœur de l’autre côté du pays. Le soleil, la plage… Un cadre idéal pour le jeune blond ; il ne pensait cependant pas être sollicité par le fiancé de Jane et son gros cerveau pour faire partie de l’équipage qui devait faire un voyage expérimental dans l’espace. Les choses ne se déroulèrent pas vraiment comme prévu depuis la base même du projet, car Red fut privé de financement et recruta – en plus de Johnny – son ami Ben Grimm. Susan n'était pas censée partir avec eux, elle n’était pas censée les suivre : mais sous ses insistances, et ceux de Johnny venant appuyer sa sœur, elle embarqua également dans ce voyage qui allait changer le cours de leur vie. Cela avait tout d’excitant : ils s’introduisirent dans la base de lancement, et c’est Ben qui fit décoller la fusée. Comme ça, comme des délinquants : sauf qu’ils furent bombardés de rayons cosmiques entre temps. Ils furent tous irradiés, et ce qui les sauva, ce fut la dextérité de Ben les ramenant sur Terre.

Il n’avait pas encore terminé ses études que le voilà devenu un super-héros. Contrairement à ce que l’on peut penser, et à l’image que Johnny donnait de lui-même, ce n’était pas si facile de gérer ses pouvoirs, sa nouvelle célébrité, sa condition de jeune héros et les responsabilités qui allaient avec, tout en restant élève au lycée de Glenville. Au début, Johnny tenta de masquer sa double-identité pour rester tranquille : mais ce fut peine perdue, car les identités des membres des Quatre Fantastiques étaient connues depuis le début de leur carrière, et il finit par décider d’assumer ses activités héroïques. C’est ce mélange explosif qui fit de Johnny la bête de scène qu’il devint rapidement. Etant le plus jeune, il se sentait également sous-estimé par ses camarades dans le groupe qu’ils avaient formés et nommés les « Quatre Fantastiques », et s’attacha donc à s’entraîner à la maîtrise de ses pouvoirs avec plus de ferveur que les trois autres membres du groupe : c’est certainement pour cela que, malgré son immaturité (toujours un peu présente) il devint rapidement un membre plus qu’utile contre les menaces en tout genre, maîtrisant quasiment à la perfection le pouvoir qu’il lui a été offert par les rayons cosmiques.

Mais la vie de héros n’est pas forcément de tout repos, surtout quand les aliens prennent votre ville pour cible – s’il n’a pas participé avec les Avengers à la première attaque Chitauris, il était là les jours suivant pour aider à gérer les accidents que cela avait engendré. Lorsque la Purge frappa, il se demanda si le monde ne perdait pas la tête : mais il fut plus en sécurité que la plupart de ses camarades, cachés par son ami Bucky, lui-même Purgiste, avant qu’il ne se décide à retourner au Baxter Building lorsqu’il eut le sentiment que les choses étaient en bonne voie d’apaisement, afin de préparer au mieux le retour de sa famille de héros lorsque les choses s’apaiseraient, surtout qu’ils n’avaient pas eu sa chance, s’étant tous retrouvés séparés dès le début de la Purge. C’est là qu’il rencontra Charlie, mutante confrériste qui avait élu domicile chez eux – dans sa chambre – durant la Purge, et qui n’en sorti pas. Aujourd’hui qu’ils ont déménagé à Los Angeles, contraints et forcés… Charlie est même devenu sa fiancée. Pour autant, la vie du super-héros ayant plus ou moins quitté les Quatre Fantastique pour les étoiles est loin d’être de tout repos : qui dit nouvelle ville dit nouveau dangers, et les héros ont bien appris qu’il ne faut jamais trop compter sur un apparent repos…

 

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Charlie Todd
Confrériste
♠ CLASSE & NOM DE CODE : 2 & Network
♠ EMPLOI : Hackeuse, squatteuse, confrériste.
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Burn, baby, burn ▬ Johnny Storm the Human Torch   Ven 24 Mar 2017 - 19:11
C'est qu'on devient vieux mon salamèche :arrow: Bon courage pour dépoussiérer tout ça


Progress depends on our changing the world to fit us. Not the other way around.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Burn, baby, burn ▬ Johnny Storm the Human Torch   Ven 24 Mar 2017 - 20:16
Merci ma Chaha :amour: :love:
Ah, oui, il fallait bien ça pour que je le relance bien et que je m'y retrouve :drama: :52:
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Burn, baby, burn ▬ Johnny Storm the Human Torch   Ven 7 Avr 2017 - 20:10
Bienvenue sur le forum ! Bon courage pour ta fiche ! *flies away*
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Burn, baby, burn ▬ Johnny Storm the Human Torch   Lun 1 Mai 2017 - 17:01
:bwah:
Revenir en haut Aller en bas
 

Burn, baby, burn ▬ Johnny Storm the Human Torch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 Sujets similaires

-
» Flame On [Johnny Storm]
» Burn Baby Burn! | Cheyenne T. Dawson [Terminé]
» [M] ▲ ASH STYMEST – burn, baby burn.
» Burn baby Burn (Pv: Damaz Elandez)
» Johnny Storm & Co





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: First Class :: Les dossiers du SHIELD :: Les fiches validées-