Partagez | 
 

Good friends are like stars

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Abel G. Black
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 | Hyppocampus
♠ EMPLOI : Professeur à l'Institut Xavier, Historien et Chercheur
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Good friends are like stars   Sam 25 Mar 2017 - 23:58
Good friends are like stars
♣ Statut du sujet : Privé ft. Rhil Trasam  
♣ Date du rp : Septembre 2016
♣ Météo & moment de la journée : Beau temps, fin d'après-midi vers 16h30


 

 

 
GOOD FRIENDS ARE LIKE STARS

 
“A friend is one of the nicest things you can have, and one of the best things you can be.” D. Pagels


  Filant à travers les couloirs de l’Institut, Abel finit par s’arrêter dans un endroit calme et où il y avaient peu de chances de croiser un étudiant se téléporter à cet endroit ou même traverser un mur. Il glissait sa main enfouie dans un pull presque trop grand pour lui pour en tirer son téléphone portable. Pas vraiment high-tech de toute manière, c’était un téléphone très simple avec lequel on devait peiner pour aller sur le net. Même si cela pouvait se révéler très utile parfois. Il plissait doucement très légèrement les yeux alors qu’il lisait qu’un numéro non connu de son répertoire avait essayé de le joindre, il y a moins d’une heure. Et qui avait laissé un message. Dieu merci. L’homme de plus de la quarantaine détestait profondément répondre au téléphone, cela lui donnait presque de l’urticaire et il était incapable d’avoir une voix claire et nette lorsqu’il répondait à son interlocuteur. Il préférait largement les SMS, même si cela pouvait lui causer aussi beaucoup de stress. La peur d’écrire quelque chose d’idiot, que la phrase soit mal prise ou que celle-ci soit mal formulée. C’était pour cela en générale qu’il répondait de manière très simple et sans fioritures. Tous ceux qui côtoyer le professeur d’histoire étaient informé.

Il pressait doucement la touche d’appel sur sa messagerie pour découvrir la voix monotone et automatique. Lui annonçant qu’il avait reçu un nouveau message. Peut-être quelqu’un qui s’était trompé ? Jusqu’à finalement reconnaître immédiatement la voix qui avait tenté de le contacter. Une voix qu’il ne pensait pas vraiment réentendre un jour, mais qui dans un sens, réchauffait le cœur d’Abel. Son ami, Rhil, qui avait disparu de la planète, était de « retour » parmi eux. Lui demandant s’ils pouvaient rapidement se voir. Il ne semblait pas y avoir d’urgence ni raison particulière à cela. Il avait l’impression que c’était pour le revoir lui. Il supprimait rapidement le message enregistré avant de prendre une grande inspiration en se retrouvant face à une page de SMS vide. Nerveusement, ses doigts tapotaient le vide. Cherchant quoi répondre. Il jetait un œil à l’heure. Il finirait son dernier cours vers le coup dès quinze heures trente, en comptant le trajet jusqu'à un endroit adéquat pour revoir Rhil il finit par tapoter d’une main un peu tremblante d’appréhension « Pardon pour le retard. » Parce que oui, Abel s’excusait pour tout et rien. « Si je te donne, l’adresse de chez moi cela te va pour seize heures trente ? Ou tu préfères peut-être un endroit à l’extérieur. » Relisant une dizaine de fois son message, il finit par taper du pouce sur « Envoyer ».

Un soupir de soulagement passait ses lèvres de nouveau alors qu’en quelques secondes il y eut une réponse de sa part. Abel ne se ferait jamais à l’aplomb des gens à ne pas se mettre dans tous leur état pour un SMS. Mais après tout, c’est lui qui souffrait d'un petit souci de communication, pas les autres. Il jetait un coup d’œil à son téléphone qui s’illuminait doucement en voyant une réponse de son ami aventurier. Lui proposant plutôt de venir à l’Institut. Cela ne changeait pas grand-chose pour Abel, au contraire, cela le rassurait de ne pas avoir à sortir des locaux de l’école. Il répondait d’un simple « D’accord. » avant de ranger son téléphone pour de bon et sortir une bouteille d’eau de son sac pour pouvoir s’enfiler quelques gorgées. Il sentait ses mains moites sur le plastique et cela le dégoûtait un peu. Il se dépêchait d’aller aux toilettes les plus proches pour pouvoir les nettoyer et calmer son angoisse. Cela faisait terriblement longtemps qu’il n’avait pas vu le petit génie de la mécanique. Il se demandait s’il avait changé. Et si Rhil le trouvait changer ? Peut-être qu’il n’aimerait pas cela ? Allait-il lui faire des reproches en sachant qu’Abel n’était pas présent pendant la purge ? Qu’il s’était caché au Tibet six mois de plus ? Était-il seulement au courant de tout cela ? Il n’avait pas pu avoir son numéro au hasard, alors c’était peut-être Tommy qui lui avait passé. Il aurait la réponse bientôt quoi qu’il en soit. Il se passait un peu d’eau sur le visage avant d’essuyer celui-ci et filer directement en cours.
 
Comme à son habitude, il avait pris beaucoup de plaisir à faire son cours. À répondre aux élèves lorsqu’ils avaient des questions. Donnant peut-être parfois des réponses un peu trop pointues pour leurs âges et leur niveau actuel. Il rangeait tranquillement son sac alors que tous disparaissaient à travers l’école pour rejoindre un autre cours ou aller profiter du temps clément qu’offrait Los Angeles. Il passait sa sacoche de cuir par-dessus sa tête pour finalement quitter les murs du bâtiment rempli de jeunes mutants et de leurs professeurs. Se dirigeant d’un pas pressé et discret vers la sortie de l’école, il passait tranquillement le portail et se mit un peu sur le côté. Presque l'heure indiquée. Jouant nerveusement avec les manches de son pull, il ne savait pas trop quoi faire en attendant de voir l’ombre de Rhil dans son sillage. Qui ne manquait pas de tarder à apparaître à son regard. Toujours cette même démarche je-m’en-foutiste, un petit sourire en coin des lèvres. Abel retroussait doucement ses manches, relevant finalement ses yeux bleutés vers le visage de son ami « Rh…Rhil… Je suis content de te voir.» Sujet, verbe, complément, on tenait quelque chose finalement. Extrêmement nerveux, Abel se demandait bien ce que Rhil pouvait penser de lui là, tout de suite. « Tu as l'air... d'aller bien. »

love.disaster


Hi, I'm shy
I need someone who is confortable with awkward silences and doesn't mind me not to talking most of the time. ▬ Abel G. Black
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Rhil Trasam
Intergalactique
♠ EMPLOI : Mécanicien, ingénieur spatial, ex-mécanien du SWORD et Nova Corps, contrebandier, capitaine de vaisseau
♠ GIF :
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Good friends are like stars   Sam 1 Avr 2017 - 20:23
Abel & Rhil
Good friends are like stars
Wit & learning
Rhil Trasam était un excellent ingénieur, un très bon capitaine, un bon mécanicien, un bon pilote. Lorsqu’il s’agissait d’apprendre à des gamins à maîtriser leurs pouvoirs, et contrôler leurs émotions, il n’était même pas mauvais.
Il était cependant un mauvais ami. Un ami déplorable, ou un ami de merde, selon les cas. Comment appelleriez-vous autrement une personne qui donnait de moins en moins de nouvelles durant plusieurs années, avant de littéralement disparaître de la surface de la terre, sans donner de nouvelle, sans dire salut bisous, sans prévenir, pendant des années ? Et encore, lorsque cette personne n’était pas directement responsable de la mort de ses prétendus amis au passage.

Pour le soutien et l’implication dans la vie de ses petits camarades, on repassera. Noël, Nouvel An, les anniversaires, encore plus. Un coup de mou ? N’appelez pas Rhil. Envie d’aller au ciné ? Raté. Il était un ami inexistant, et on pourrait facilement croire qu’il était mort depuis longtemps ou qu’il avait oublié ses amis, rayés de sa vie. Qu’ils n’étaient plus amis – c’était loin d’être le cas. Cela ne voulait pas dire qu’il pensait tous les jours aux quelques personnes qu’il pouvait supporter sur Terra, mais… ça, c’était surtout dû à son mode de vie. Il y pensait. Parfois avec tristesse, nostalgie, joie. Mais il ne regrettait pas son départ, et ils ne lui manqueraient jamais assez pour l’empêcher de repartir. Il estimait beaucoup l’amitié, ce n’était pas le problème… c’était juste difficile pour lui. Reprendre contact, ressentir les émotions qui bouillonnait sous sa poitrine, être ému, tenir contact, s’engager sur la longueur… Pour de très nombreuses raisons, il avait du mal.

Ce qui expliquait qu’il n’avait pas encore reprit contact avec ses parents. Ni avec… son deuxième ami sur cette planète. Le premier, si, par accident presque. Quel ami digne de ce nom passait six mois dans la même ville qu’un de ses plus anciens et proches amis sans donner signe de vie ? Peut-être valait-il mieux faire profil bas, ne pas reprendre contact. Se laisser passer pour mort plutôt qu’organiser des retrouvailles et des pardons qui ne signifiaient rien puisque de toute façon, contre vents et marées, il ne resterait pas. C’était l’affaire de quelques mois, déjà trop. Pourtant, Rhil connaissait assez Tommy, et surtout Abel, pour savoir qu’ils ne pensaient pas comme lui. Sur tellement de choses, à part de leur manque de pratique sociale ( et encore, Rhil était différent d’eux, il singeait à la perfection… ) et la bonté qui émanait d’eux ( plus de Rhil, plus de Rhil trop cassé et trop écorné ).

Ce qui expliquait aussi qu’un biker au visage d’ange était adossé au mur d’un garage miteux, une cigarette dans une main, et dans l’autre un smartphone clairement volé dans la rue une vingtaine de minutes plus tôt.  Il savait très bien qu’il ne tomberait pas sur Abel du premier coup – même, il comptait là-dessus alors que le bip sonore lui offrait de laisser son message et que le commander n’avait plus de voix. Un temps de silence, extraordinairement long dans son esprit avant qu’il ne réussisse à parler, et à se souvenir de la façon qu’on les cordes vocales humaines d’enchaîner les mots. Avant d’avoir raccroché il était incapable d’envisager ce qu’il allait dire, ni même ce qu’il allait dire.
Revoir Abel.

Le biker eut un sourire attendri qui ne collait clairement pas à sa barbe rugueuse ou à sa veste de cuir éraflée. Abel n’avait pas changé, et peut-être, peut-être que son monde arrêterait de le faire vomir tant il était bancal ces derniers mois. Rien n’allait. Rien n’était… comme il faut. Le vaisseau. Ithan. C1. Tommy, même – Rhil était plus que ravi qu’il ne soit plus marié à… elle, certes, mais il n’aurait pas vraiment cru être celui choqué de leur retrouvailles. Et pourtant il avait traversé plusieurs fois le cosmo et vu ( et plus si affinités ) des centaines d’espèces extra-terrestres plu ou moins sentients et plus ou moins humanoïdes. Ca lui laissait les nerfs à vif et n’aidait à rien. Il voulait pleurer, juste partir, nier l’évidence des années et la sensation irrépressible d’enfermement. Parce qu’au final, Rhil n’était pas sûr d’avoir changé – oh il avait appris, oh, il s’était pris d’innombrables coups sur la gueule ( il avait quelques bleus actuellement répartis sur son corps, de son poignet à son abdomen qui en témoignaient ), oh il avait découvert, avait mûrit et avait été incroyablement détruit jusqu’à ce que son équilibre psychologique ne tienne plus que par pure obstination. Mais son âme chantait toujour vers les étoiles et il repartirait. 16h30 à l’Institut. Au nouvel Institut, parce que son foyer avait détruit à la fin de la « Purge ». Après lui avoir pris son patrimoine génétique, il fallait que ces enfoirés prennent la dernière chose de pierre qui avait pu être sa maison.

Rhil fumait en attendant l’heure jusqu’à voir les élèves sortir du bâtiment et il se redressa, écrasa son mégot, fit un clin d’œil à une jeune fille dont le regard s’attardait et se faufila au milieu de la masse de jeunes mutants. Pas grand-chose n’avait changé – il avait exactement la même angoisse et incapacité d’être maître de son don comme de ses sentiments la première fois qu’il avait passé la porte de l’autre Institut. Et il y avait toujours un type aux cheveux sombres en train de jouer avec les manches de son pull. Il sourit, un poids enlevé de sa poitrine en croisant son regard, s’approchant de lui. Je suis content de te voir aussi – voilà ce qu’il aurait dû dire, mais il se contenta de l’observe de haut en bas, un sourire au coin des lèvres et un nœud dans la gorge. Tu as l’air d’aller bien.

« - Au moins je suis toujours bon menteur, » gloussa presque Rhil, légèrement hystériquement mais avec bon cœur. Il rejeta un peu la tête en arrière tandis qu’il expulsait l’air de ses poumons. Il haussa les épaules et reposa son regard sur Abel. « - Je suis en vie, tout est possible à partir de là. Mais toi tu as l’air bien. Sans bouger du nid. Tu enseignes toujours l’histoire ? »

Il inspira un peu, détournant le regard tandis que ses yeux se faisaient trop vifs et trop brillants. Avant de l’observer à nouveau, se gorger de la vision de son ami. Voilà pourquoi il ne faisait pas dans les retrouvailles.  « - I really want to hug you right now, you know ? »

La joie incandescente, la taquinerie je-men-foutiste, le sentiment, réel. Il ne fit pas de mouvement, pourtant, sans oser amorcer le rapprochement. Rhil fonctionnait au contact physique, la seule chose qui pouvait lui faire croire qu’on l’aimait pour de bon, la seule chose qui pouvait apaiser ses émotions. Mais ce n’était pas le cas de tout le monde et Rhil était bien trop… poli, respectueux du consentement et de l’espace de chacun pour s’imposer. Même si cela lui faisait faire des yeux de chiot battus involontairement bien trop souvent. Autrefois, il aurait pu enlacer Abel. Là, il se contenta de jouer nerveusement avec ses bagues, et de changer de sujet maladroitement.

« - Est-ce que…il y a un endroit où s’asseoir ? »



We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars.
I'm not getting draw into this mess, there's any army of you, there's only one of me. I'll talk, I'm happy to talk, but there is no way that I am fighting

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Abel G. Black
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 | Hyppocampus
♠ EMPLOI : Professeur à l'Institut Xavier, Historien et Chercheur
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Good friends are like stars   Dim 2 Avr 2017 - 18:16


 

 
GOOD FRIENDS ARE LIKE STARS

 
“A friend is one of the nicest things you can have, and one of the best things you can be.” D. Pagels


  Rhil, c’était le genre de gueule mignonne. Le genre qui attirait les hommes et les femmes naturellement vers lui. Abel avait toujours pensé que même sans son pouvoir d'attirance, il été un aimant à personne. Il avait un visage mignon, un sourire à faire craquer n’importe qui, avec ce petit air provocateur qui lui allait si bien. Autant dire qu’en plus d’en avoir l’air, le mutant un peu plus jeune que lui savait s’attirer les problèmes et été incapables de rester loin des combats. Quoiqu'Abel n’eût pas de souvenir d’avoir vu Rhil vraiment se bagarrer au sein même de l’institut. Beaucoup trop traumatisé par l’ampleur de son pouvoir, il n’osait plus laisser passer un seul atome de son pouvoir qui pouvait se révéler destructeur. Un peu comme Abel à l’époque qui avait fini par retirer la mémoire de son père à plus de soixante-dix pourcents sans jamais pouvoir s’en excuser. Un souvenir douloureux qui venait de revenir à la mémoire du professeur qui malheureusement pour lui ne pouvait absolument rien oublier. Bien sûr que depuis plus de trente ans, il aurait pu essayer de les recontacter. Chacun avait ses propres démons de toute façon. Et ce n’était pas un sujet qu’il aimait aborder.

Revoir le visage de son ami d’enfance offrait une étrange sensation chez le professeur. Il n’avait pas beaucoup changé. Il se revoyait passer les portes de l’institut Xavier avec ce blond à l’air perdu et au troisième membre de la bande, Tommy. Il lui devait une fière chandelle. Non, la vie en fait. Si Abel était revenu durant la purge, étant classé comme un membre dangereux de la communauté mutant -bien qu’inoffensif- il aurait certainement été… éliminé. Rhil avait disparu depuis des années de Terra, sans grand étonnement de l’historien, bien qu’il se soit fait un sang d’encre à son sujet avec l’homme sirène. Tommy et Abel savaient mieux que n’importent qui -au moins autant que les parents de Rhil- qu’il ferait tout pour quitter la planète. Il était bien trop obsédé par les étoiles pour rester pied à terre. Abel l’enviait un peu, de pouvoir partir à l’aventure ainsi. Découvrir, apprendre… Tout se qu’aimait le professeur dans le fond. Mais il craindrait peut-être que sa mémoire ne puisse accumuler toutes les informations… Bien que pour l’instant, rien ne saurait arrêté son cerveau d’emmagasiner autant d’informations pour un seul être vivant. Il jetait de petits coups d’œil à Rhil, avant de secouer la tête.

« Tu sais pourtant que tu n’as pas besoin de mentir avec moi. » rappelait doucement Abel avec un petit sourire en coin des lèvres. Il plissait légèrement le nez, frottant légèrement celui-ci avec l’ongle de son pouce, les yeux fuyants comme à son habitude. Nerveux, mais moins qu’il n’aurait pu le penser. « Cela fait un petit moment… que je n’ai pas quitté les Etats-Unis. » Abel se passait nerveusement ma main pour retirer sa capuche et retourner au hobby favori de ses mains : jouer avec ses manches encore et encore. Entre 2013 et 2014, date où il aurait dû revenir de son voyage, n’était pas le bon minutage pour un mutant de rentrer chez soi. « Mais oui. J’ai toujours ma place à l’institut. On me l’a proposé après notre éva…évacuation. J’ai pu aussi avoir une place dans une université, ici. » Tout comme Tommy, il était assez doué et reconnu dans son métier pour être sûr d’avoir toujours un job proposé dans une université. Il n’aurait pas eu de second boulot dans une faculté, cela ne l’aurait pas particulièrement dérangé. Mais au moins, il pouvait continuer ses recherches en paix. Et s’occuper des mutants. « Je ne change pas beaucoup… Désolé. »

Il offrit à Rhil un petit sourire d’excuse avant de cligner un peu des yeux. Tommy et Abel n’étaient pas particulièrement affectifs. Alors que Rhil était tout le contraire. Il avait sans cesse besoin d’un contact physique avec les gens, ce qui rendait l’historien plutôt nerveux de son point de vue. Déjà parce qu’il ne savait pas s’y prendre. Mais en plus il avait une tendance à devenir extrêmement nerveux en plus de sentir son corps commencer à transpirer sans pouvoir rien contrôler. Ce qui lui procurait un sentiment de honte. Ne voulant pas passer pour quelqu’un de « sale ». Il posait ses yeux sur les bagues de Rhil avec lesquels il jouait avant d’hocher vivement la tête à sa question. « Bien sûr… Suis-moi. » Il allait enclenchait la marche à suivre avant de se retourner vers lui. Un peu hésitant avant de décoller ses bras de son torse pour légèrement les écarter, faisant un pas en avant. « S’il… te plait. » Non, il ne savait pas faire de câlins. Mais Rhil oui. Alors, il préférait le laisser venir à lui et faire ce qu’il savait faire le mieux. Hormis rendre fou ses interlocuteurs et construire des machines intelligentes. Il resserrait doucement sa prise autour du blond, passant gentiment une main dans son dos. C’était étrange de retrouver. Rhil. Très étrange. Mais ce contact lui était familier et la tension qu’il pouvait ressentir jusque-là semblait un peu s’évaporer.

Ils se séparèrent en échangeant un petit sourire gêné, avant que Abel ne se détourne de lui pour l’inviter à rentrer dans la nouvelle académie pour mutants. Ils marchèrent dans les allées, afin d’arriver enfin vers les cours de jeux des étudiants, des bancs étant à disposition. Il en proposa un peu à l’écart, venant s’y asseoir immédiatement, son cartable en cuir sur les genoux. « Tommy m’a expliqué pour… le vaisseau. J’espère que les réparations avancent bien… » Il regardait un peu autour de lui. « Il a dit aussi que tu étais accompagné de quelqu’un… Il n’est pas ici ? » Abel avait environ mille questions à poser à. Rhil. S’il y avait bien un trait de caractère qu’ils partageaient tous les deux, c’était bien la curiosité et l’envie de découvrir de multiples choses. Au lieu de jouer avec ses manches, il préférait jouer avec le cuir de son sac. « Comment est-ce... là-haut ? » Il inspirait lourdement, avant de se sentir de nouveau un peu gêné. « Pardon. Je ne voulais pas t’interrompre. » Bien que Rhil n’ait encore rien dit. Le professeur était un professionnel des excuses. Elles étaient sincères, loin d’être dans le vent. Il ne pouvait juste pas s’empêcher de toujours se sentir de trop. Et de s’excuser presque de son existence. « Je… Si tu restes encore un peu… J’aimerais bien que tu me racontes. Si tu veux bien. »

love.disaster


Hi, I'm shy
I need someone who is confortable with awkward silences and doesn't mind me not to talking most of the time. ▬ Abel G. Black
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Rhil Trasam
Intergalactique
♠ EMPLOI : Mécanicien, ingénieur spatial, ex-mécanien du SWORD et Nova Corps, contrebandier, capitaine de vaisseau
♠ GIF :
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Good friends are like stars   Ven 14 Avr 2017 - 21:06
Abel & Rhil
Good friends are like stars
Wit & learning
Rhil singeait mieux l’assurance et la sociabilité qu’Abel, bien sûr, mais il n’en menait pas bien large de son côté. Suspendu aux lèvres de son ancien camarade, fasciné par la voix familière qui résonnait à ses oreilles. Il voulait savoir ce qu’il lui était arrivé - Abel s’excusait, une litanie qui sonnait comme une ritournelle d’enfance. Familière, jusqu’à détendre ses muscles comme lorsqu’ils étaient encore adolescents et qu’un Rhil muet et sage comme une image devait à tout prix
Abel était peut-être aussi émotif et troublé que lui, mais paradoxalement, peut-être parce qu’il renvoyait au monde un reflet opposé à celui du contrebandier,  cela l'apaise un peu. Il n’avait pas changé - et honnêtement Rhil était heureux d’avoir quelque chose à se raccrocher sur Terra. Il perdait bien progressivement, ne tenant bon que parce que Ithan comptait sur lui, parce qu’il pouvait occuper ses mains sur les réparations du vaisseau. Mais cela n’était pas une bouffée d’air. Il esquissa un sourire maladroit lorsque Abel commença à l’entraîner plus loin. Sa requête à demi-mots est esquivée, mais Rhil n’attendait pas vraiment autre chose d’Abel. C’était tout bon pour lui. Il avait juste eu besoin de lâcher ce qu’il avait sur le coeur alors que les souvenirs lui revenaient. Et qu’il avait réalisé que peut-être tous ceux qui l’aimaient lui seraient un à un arrachés. Rhil avait l’habitude et n’en demandait jamais trop, ce qui se révélait être jamais assez pour son cœur bourdonnant à ses oreilles.

Il venait d’enfoncer ses mains dans les poches de son jean trop grand qui tombait sur ses hanches lorsque Abel se retourna vers lui, timidement. Mais même s’il semblait déjà regretté d’ouvrir les bras… Rhil sentit un sourire envahir ses traits avant même de réaliser ce qui se passait et il s’approcha prudemment de son ancien ami pour venir l’enlacer. Le serrer un instant contre son torse, ses doigts solidement accrochés dans sa veste qui le rendait si “professeur”, si adulte alors que Rhil malgré sa barbe et ses cicatrices jouait toujours à esquiver ses responsabilités. Abel aidait ses prochains même si jamais Rhil oserait le lui dire à voix haute. Et il l’aidait lui alors qu’il posait son menton sur son épaule, laissant les cheveux trop longs lui frôlait la joue. Une étrange madeleine de Proust qu’un câlin sans mutation, endorphines 100% naturelles.

« - Merci. » chuchota le blond à l’oreille d’Abel alors qu’il pressait brièvement sa nuque. Avant de se reculer presque timidement, à petits pas loin de son ami. Un peu gêné, parce qu’il savait que Abel le serait même si son coeur à lui s’était presque étendu dans sa poitrine, ravivant le sang dans ses doigts douloureux.  Cela lui avait fait pourtant du bien - plus que l’étreinte malhabile d’Abel c’était… il l’avait accepté. Il avait accepté de le revoir alors même que son message vocal avait dû exiger de lui un effort conscience, il avait accepté de lui offrir le réconfort et l’amitié de son accolade. Qu’avait-il fait dans une autre vie pour mérite de tels amis ? Il ne les méritait pas, pas plus qu’il ne méritait les sacrifices qu’ils faisaient pour l’accomoder. Rhil avait conscience de revenir tel un boulet de canon dans leurs vies, qu’il apportait les ennuis là où il allait comme une traînée d’étoile filante. Il était reconnaissant à Abel et le sol semblait un peu plus stable sous ses pieds, le ciel moins lourd. Rhil lui jeta un regard curieux, en coin, analysant ces gestes empruntés pour y déceler ce dont sa mémoire se souvenait. Timidité, embarras certes - mais il finissait par être à l’aise en sa présence.

Rhil vint se jucher sur le dossier du banc sur lequel s’était installé Abel. Tout ayant conscience qu’ils devaient renvoyer une image bien différente de ce qu’ils étaient en réalité. Le professeur, sa serviette sur les genoux, qui osait à peine regarder le caïd assis à côté de lui, les avant-bras appuyés sur ses genoux. Et pourtant, lorsque Rhil baissa les yeux, c’était bien de honte et d’embarras. Le Crius. Tommy. Ithan. Il se frotta un peu la nuque maladroite, mâchant les mots à prononcer mentalement, pour les faire sortir de sa gorge enrouée. Expirer, respirer, compter les secondes pour accorder toute son attention à Abel. C’était précieux, cet instant dans une cour de récréation à l’autre bout de l’univers avec l’un des rares êtres qui connaissait ce qu’il était au fond. Jusqu’à ce que Rhil secoue la tête et se morde la lèvre inférieure pour réprimer tant bien que mal un pouffement amusé. Envers n’importe qui d’autre, il aurait sauté en bas du banc, placé ses mains sur ses genoux et son regard rivé dans le sien pour le tranquilliser et obtenir sa complète attention. Il n’avait rien du séducteur qu’on le pensait être, mais certes, il avait besoin d’attention comme une fleur a besoin de soleil. Combien de fois avait-il dérivé les regards qui gênaient Abel sur lui, gratuitement ? Envers son vieil ami, il contint son geste.

« - Abel. Abel.» Rappela-t-il la voix apaisante. C’est moi, n’aie pas peur, je peux écouter. Cela il ne le dit pas et il promit doucement, une certaine tendresse malicieuse dans la voix : « - C’est moi qui vait t’interrompre, à un moment ou à un autre, je ne résisterais pas. » Ils avaient passé leur première année dans un silence presque complet, seulement rompu par les tentatives d’Abel et de Tommy, pour entrer en contact avec le blond malingre et têtu qui voulait terriblement les aider, communiquer avec eux, faire preuve de gentillesse et qui était terrifié par le moindre son qu’il pourrait émettre. Avec la maîtrise et la disparition de son don, il était revenu à son naturel : impertinent, audacieux, toujours le mot de trop.

Rhil se frotta un peu le visage, enfouissant ses mains dans ses cheveux, et son visage entre ses genoux avant de se redresser, prenant une profonde inspiration.  « - C’est magnifique là-haut. » Il rit un peu, se moquant de lui-même. Une réponse très loin de la réalité - là haut, c’était parfois aussi horrible qu’ici. Sale, puant, peuplé d’individus qui vous veulent du mal et qui ne partagent rien avec vous. Les choses et les gens s’achètent, les guerres sont violentes. Mais ce n’était pas que ça et Rhil était sourd au reste, aux cicatrices de sa peau, aux centaines de fois où il avait cru mourir.  « - Certains peuples sont si différents de nous, certains bien plus avancés d’autres ayant ignoré la technologie. L’espace est si vaste, la multitude si riche, Abel... il y a une planète, une base, constituée intégralement d’épaves de vaisseaux » Il s'emballait légèrement, les yeux étincelants « - Je ne nie pas y avoir eu beaucoup d’ennuis et ne pas être...avoir d’activité légale. Mais Ithan, l’homme dont a du te parler Tommy. Il me protège de tout. » Il ajouta sa confession un ton plus bas, presque inaudible, parce que Ithan lui-même était l’une des merveilles que recelait l’espace et le monde dont il était coupé, mais il était aussi la marque de son échec. « - Il est tout ce qu’il me reste. Il est resté au Crius, il n’est pas vraiment...» Le blond lança un regard amusé à l’historien avant de lâcher : « - Sociable. » Il avait réussi à le convaincre de rester parce qu’il craignait l’effet qu’il aurait sur Abel - et parce qu’il avait envie de revoir le mutant seul à seul. Ithan présent… les deux parties de son existence étaient irréconciliables. Il devait les réconcilier, se faire à la vie sur Terra. Mais si son ombre était présente, il redoutait de se sentir encore plus décalé que ce n’était déjà le cas. Il avait quelque chose pour Abel, à dire vrai, qu’Ithan avait aidé à réparer lorsqu’il avait les mains trop brisées pour faire quoi que ce soit et l’esprit trop épuisé pour se concentrer sur l’envergure du Crius, mais  il repoussa le moment, pour répondre plutôt à ces questions. « - Les réparations n’avancent pas.» Il tient ses mains l’une dans l’autre pour les empêcher de trembler « - Le Crius est cloué au sol, il me manque du matériel. Du scotch et trois vis ne suffisent pas à décoller. »

Vient le moment le plus délicat, et Rhil fait comme il l’a toujours fait : parler avant de réfléchir. Parce qu’il n’a pas besoin de lui mentir, si ? Et il est l’une des rares personnes qui puissent comprendre, qu’on puisse haïr quelque chose et pourtant crever lorsqu’on s’en trouve délaissé de force. « - J’ai perdu ma mutation.» Comme un cheveu sur la soupe. Il enchaîne aussitôt, fixant ses bagues: « - J’ai le Crius, et je ne peux pas… Je ne peux pas abandonner Ithan. Mais… j’aimerais revenir, par intermittence ? Tommy a dit qu'il y aurait peut-être des petits boulots pour moi » Il relève les yeux vers lui pour l’observer. Sa bouche sourire, une fossette au coin de sourire, mais les étoiles dans ses yeux sont troublées, humides. Mais c’est avec confiance et un rien de fragilité qu’il déclare tranquillement « -  Si tu en as vraiment envie, je crains que d’avoir du temps pour tout te raconter, mon ami. »


We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars.
I'm not getting draw into this mess, there's any army of you, there's only one of me. I'll talk, I'm happy to talk, but there is no way that I am fighting

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Abel G. Black
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 | Hyppocampus
♠ EMPLOI : Professeur à l'Institut Xavier, Historien et Chercheur
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Good friends are like stars   Lun 24 Avr 2017 - 22:28


 

 
GOOD FRIENDS ARE LIKE STARS

 
“A friend is one of the nicest things you can have, and one of the best things you can be.” D. Pagels


  Les échanges avec Rhil, c’était toujours quelque chose. Un homme en constant besoin d’affection, d’attention de ses congénères. Ou en tout cas de ceux qui entouraient son monde. Ironique quand on savait qu’il était ami avec Abel. Mutant ne supportant guère le contact physique sans souffrir de sueurs et de craintes inexpliquées. Et il avait fallu pas mal d’années à Abel avant de céder ne serait-ce qu’un serrage de main au pilote interstellaire en guise de signe d’affection. Ce n’était que dans les dernières années, avant que Rhil ne disparaisse complètement de l’institut et de cette planète que le professeur avait enfin céder à sa demande de réconfort et de contact physique. Et il était heureux, parce que son ami savait l’effort surhumain que cela représentait pour Abel de garantir un tel contact pendant plus de trois secondes. Mais enfin, ils n’en n’étaient plus là tous les deux. Ils étaient bien des années après, sur terre, dans un nouvel institut et à l’abris de tout problème pour le moment. Il finit par se relaxer un peu, commençant pour une fois à parler et non pas à écouter sagement. Ça aussi, c’était un problème. Les gens ne connaissant pas Abel, le voyant rarement parler en dehors des cours, pensaient qu’il était froid voire même pédant. Alors que non. Point du tout.

Finalement, il se tut après s’être excusé auprès de Rhil d’avoir posé autant de questions d’un seul coup. Cela ne lui ressemblait pas vraiment. Mais c’était une journée que l’on pourrait dire de spéciale après tout. De particulière. Son ami était de retour sur terre, il s’était inquiété pour lui, il avait bien le droit d’être perturbé dans son comportement. Alors sans l’interrompre dans un premier temps, il écoutait sagement ce que Rhil voulait bien lui dire. Sans crainte, il levait les yeux vers le ciel bleu et chaud de Los Angeles pour imaginer, pour coller des images et des idées à ce que pouvait lui raconter Rhil. Tout était bien différent, sans grande surprise pour le doctorant en anthropologie, tout était très différent. Cela pourrait faire un sublime projet de recherche pour lui. Mais il n’était pas vraiment d’un caractère aventureux alors on ne risquait pas de voir Abel à bord d’un vaisseau avant un petit moment. D’ailleurs quand il abordait un sujet sur l’illégalité de ses multiples entreprises dans l’espace, il n’était pas non plus très surpris. Mais il ne voyait pas non plus Rhil faire quelque chose d’assez atroce non plus. De la contrebande de matériel et autres missions suicidaires de ce qu’il avait à peu près compris de son ami et collègue océanologue. Le professeur n’avait pas vraiment d’avis sur le sujet et n’était pas du genre à faire la leçon de toute manière.

Pas sociable ? Au moins, cela aurait fait deux personnes ayant du mal avec le contact social. Mais ça aurait donné une rencontre un peu étrange. Peut-être valait-il mieux qu’il n’y ait qu’un seul asocial par groupe. Il n’avait cependant aucun mal à imaginer son ami faire la conversation pour quatre. De toute manière ce compagnon de Rhil ne pouvait pas être pire que lui. « Peut-être… une prochaine fois si tu veux. » Proposait doucement Abel en lui jetant un rapide coup d’œil. Personne aux alentours d’ailleurs, étrange. Les élèves devaient être en pause avant de tous rentrer pour faire leurs devoirs pour le lendemain ou le reste de la semaine. Il avalait difficilement sa salive… Rien n’avançait ? Comme disait Rhil, un trombone et un élastique ça ne réparait pas grand-chose sur un vaisseau spatial. Malheureusement, Abel n’avait pas forcément les compétences pour l’aider. Cependant, une idée germait dans son esprit alors que Rhil continuait de lui expliquer la situation pour se faire un peu d’argent. « Ici aussi… » murmurait le professeur avant de s’éclaircir la gorge « Ici aussi, on a besoin de mains-d’œuvres… Le bâtiment est neuf, mais… Y’a des petits soucis. Et puis niveau personnel… Tu étais doué pour t’occuper des plus jeunes et les rassurer. » Avec Abel, on avait plus peur qu’autre chose. On ne se sentait pas rassuré.

« Ta mutation ? » Il clignait des yeux avant de le presser de nouveau de questions « Quand ? Qu’est-ce qui s’est passé ? » ça c’était intrigant. Et bizarre. Il savait que ça arrivait à quelques mutants, mais il ne pensait pas que Rhil pourrait le perdre un jour. « J’ai… fais quelques recherches. C’est presque impossible de perdre une mutation. Tu… Il n’est qu’en sommeil. Ou quelque chose comme ça. » Il ne pouvait pas vraiment expliquer tant qu’il n’aurait pas mené de recherches un peu plus approfondies. Peut-être que son prochain papier pour l’université attendrait un peu finalement. « Il faut que tu ailles voir le Professeur Xavier. Je… suis sûr qu’il sera content de te revoir. Il doit déjà savoir que tu es là… Comme d’habitude. » Plus rien ne le surprenait avec le professeur depuis toutes ses années quoi qu’il en soit. Il s’éclaircissait doucement la gorge « A moins que… Tu ne veuilles pas retrouver plus rapidement ta… ta mutation… » sa voix se mourrait un peu dans sa gorge, visiblement gêné. Il n’avait pas pensé une seconde à ce que pouvait penser Rhil. Son pouvoir lui avait créé des ennuis du plus jeune et il savait que son ami culpabilisé pour ce qu’il avait fait… Mais ce n’était qu’un enfant à l’époque.

Le professeur avait fait du mal à ses proches aussi alors qu’il n’avait que onze ans. Pour finir dans les services sociaux pendant quelques semaines avant d’être trouvés par les mutants de l’institut. Il serrait nerveusement le cuir sous ses doigts, avant de les décontracter de nouveau. S’enfonçant un peu dans son siège. « Je suis sûr qu’il y a du boulot ici… Je… je pense. » il lui en trouverait de toute manière. Il n’avait pas vraiment le choix. Ne voulant pas mettre plus Rhil dans l’embarras, il se redressait un peu, changeant de sujet « Ton… ton compagnon de voyage c’est… il n’est pas de la terre, c’est ça ? Si… ce n’est pas i-indiscret. Pardon. »
love.disaster



Hi, I'm shy
I need someone who is confortable with awkward silences and doesn't mind me not to talking most of the time. ▬ Abel G. Black
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Rhil Trasam
Intergalactique
♠ EMPLOI : Mécanicien, ingénieur spatial, ex-mécanien du SWORD et Nova Corps, contrebandier, capitaine de vaisseau
♠ GIF :
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Good friends are like stars   Sam 6 Mai 2017 - 10:10
Abel & Rhil
Good friends are like stars
Wit & learning
Autour d’Abel, une zone de calme sans turbulences, qui incitait Rhil à s’approcher malgré lui. Se mettre à l’abri. Rhil s’était toujours senti à l’aise avec Abel. Contrairement aux apparences, ce n’était pas un vain compliment. Rhil n’avait que peu d’amis, juste des connaissances, et ceux qui avaient conscience de ce qu’il dissimulait derrière sa carapace, ses hontes et ses silences étaient encore plus rares. Le calme timide de l'hippocampe avait le don d’apaiser ses nerfs - non, de le faire se sentir en sécurité. Abel pensait toujours qu’il faisait peur - parce qu’il était un bloc difficile à percer
Il n’avait rien à redouter de lui. Peut-être même son aîné n’avait-il rien à craindre de lui, peut-être pourraient-ils s’en convaincre mutuellement et juste partager un silence, des doutes, des sourires, comme lorsqu’ils étaient des gamins mal à l’aise. Un ami qui ne l’obligeait à rien et qui comprenait - c’était dur à trouver lorsque votre vie se résume à courir. Et à causer la mort de ceux qui s’accrochaient trop fort à vos étoiles.

Une prochaine fois ? Une lueur de plainte surprise traversa un instant les yeux de Rhil - défigurant son visage jusqu’à lui donner, un bref instant, l’air de l’adolescent muet qui découvrait qu’il était libre et apprécié pour qu’il était. La bouill d’une gamin tout content, le sourire qui lui monte aux yeux. Il acquiesca doucement, plus mesuré. Yeah, yeah. Cela lui plairait et rassurerait sans doute Ithan. Une part de lui n’avait pas pensé revoir Abel - Abel avait une vie, ici,sur Terre, quelle place pour un renégat comme lui ? Rhil était toujours prêt au départ, à se faire la malle d’un pivot de talons. Imaginer… S’imaginer une vie, sur Terra, ravivait la douleur dans sa poitrine, la peur de crever six pieds sous terre jusqu’à tirer les coins de son sourire pour le transformer en crispation fatiguée, derrière la sincérité première. Il aimerait revoir Abel, ce serait l’une des rares choses positives à se retrouver les boots dans la gadoue. Mais il préférait ne pas penser à la perspective de rester assez longtemps pour ça - au risque à s’angoisser, les paumes tremblantes et moites à murmurer qu’il ne voulait pas.

“- Avec Tommy, aussi..”   Ce n’était pas une manière d’essayer d’éviter de revoir Tommy au… “Sancto Sanctorum”, quoique ce nom désigne véritablement. L’ambiance des lieux avait troublé Rhil jusqu’au plus profond de son être, comme si la combinaison de son ADN y réagissait. Ca, et son instinct de survie en alerte. L’institut serait un meilleur endroit… même s’il était censé être un havre pour les mutants.

Rhil n’était pas sûr de pouvoir encore mériter ce nom - on l’avait appelé par beaucoup de noms, il y avait beaucoup de termes qu’il avait choisi pour se désigner, auquel s’identifier. Mutant, il l’avait subi, contre son gré. Aujourd’hui… Il fixa ses paumes, son pouce frottant machinalement l’intérieur de son autre main, alors qu’il inspirait. Il secoua la tête avec une grimace alors qu’il se redressait : il n’irait pas voir le Professeur Xavier. Il n’avait jamais été grand fan des dons du directeur de l’Institut - de son calme, de ses méthodes, oui et il avait trouvé un refuge où grandir et s’épanouir ici. Il avait juste choisi de trouver de la joie et de la fierté dans les capacités de ses mains et de son intellect plutôt que dans ses capacités spéciales, sans juger ceux qui les utilisaient. Il préférait ne pas … utiliser Xavier sur lui, aussi terrifié qu’à l’idée d’utiliser sa persuasion sur Abel. Il lui sourit d’un air réconfortant, gentiment. Il ne lui en voulait pas de sa maladresse - il ne savait pas lui-même ce qu’il voulait. ”- J’ai toujours voulu la perdre. ” Ce n’était pas un secret, mais il grimace. “- Mais maintenant… les moments où elle pourrait m’être utile m’apparaissent avec une claireté.. une vivacité toute particulière, tu sais ? Là, je pourrais m’en sortir. A ce moment précis, je pourrais, et … non.” Les choses seraient différentes. “- Je ne serais jamais devenu un contrebandier, sans ça. Peut-être que c’est une bonne chose alors. ” Darren serait mort, 4 ans avant ses funérailles.Ithan servirait un autre capitaine, s’offrirait le corps aux coups pour quelqu’un à qui il n’adressait pas un mot et qui l’abandonnerait. C’était impossible, aux yeux de Rhil.

Il calma le tremblement de ses mains en les rivant l’un à l’autre et reposa ses yeux ves Abel, soudain conscient d’avoir été absent un moment, la gorge nouée et les yeux clos. Des visages et des astres absents sous ses yeux. “- Pardonne moi. Cela… fait 3 ans ? Un peu plus peut-être. Je me suis conduit, comme un abruti, à vouloir jouer aux héros. Il n’en avait encore jamais parlé à quiconque, réalisa-t-il. Il avait honte, c’était un secret honteux, à nouveau - pas un B en maths, pas les problèmes avec les flics, pas les bêtises faites à l’Institut, pas les crimes commis sans le vouloir, pas sa mutation ou son incapacité à faire ce qui était attendu d’un type dans son genre. Il avait honte, une crasse qui imbibait jusqu’à la moelle, et qui le rendait humble - trop humble. Loin d’Abel. “- Tu vois. Je ne suis pas.. plus qualifié, pour m’occuper des petits. Des petits mutants.” Il aimait bien pourtant, leur apprendre à maîtriser leurs émotions, voir leur yeux s’éclaircir par la fierté - ils n’étaient pas condamnés à subir. Il n’était qualifié à rien si on entendait Rhil. Il admirait Abel d’être capable de faire cours, de partager - de partager pour de vrai des connaissances. A ce propos, il se mordit la lèvre alors que les propos d’Abel le forçait à réfléchir. “- Tu as peut-être raison, cependant. Je crois que je l’ai utilisé, malgré moi. Une … enfin, une variation. Mais ça a capoté.” Il n’aime pas en parler, mais il ne l’exprime pas à voix haute par égards pour son ami. A la place, il farfouille dans sa poche pour dégoter une sucette qu’il se concentre à déballer. Darren, Darren mort, et le cri sans voix de Rhil accroché à Ithan jusqu’à faire partie de sa peau et de son âme.

Le changement de sujet d’Abel touche droit au but, puisque Rhil le fixe surpris, sans comprendre, avec une sincérité presque enfantin, naïve. Quoi, que, où ?  C’était un dédoublement de la pensée à laquelle il était meilleur, étant jeune. Savoir à l’avance de quoi Abel allait s’excuser pour pouvoir jouer un jeu délicat de lui éviter ça. Et là, pendant une longue minute, Abel fut rivé par des grands yeux bleus qui le regardaient, confus et perdu. Avant de raccrocher les wagons et sourit, embarrassé à son tour.   - Oui. Je n’ai pas l’habitude … qu’on soit gêné pour ce genre de question. Plutôt gêné de me demander ce que mange un Terran, tellement nous sommes inhabituels.” Il sourit, plus joyeux pour reprendre d’un ton enthousiasme, mais concentré - comme s’il ne voulait pas se tromper sur un sujet important. Il porte son pouce à ses lèvres, s’appuyant un peu sur ses genoux : “Oui. Il vient d’une planète que je n’ai pas encore vu de mes propres yeux. Très loin d’ici, les Echanis. Des humanoïdes, très semblables à nous en apparence, mais plus pâles, plus lumineux, grâcieux … Plus proches de la perfection que nous, en tous points cependant, il est… spécial.” Il sourit un peu rêveusement avant de porter un regard plus lucide sur Abel. ”- Ce sont des guerriers, c’est comme ça que je l’ai engagé. J’espère vraiment pouvoir le ramener chez lui, découvrir cette planète. Vraiment… Cela ferait du bien, à tous les deux.” Il grimace, et a la mine d'un enfant pris en faute, désolé, mais pas tant que ça. "Désolé pour ça... je parle trop de lui, de là-haut, je ne suis pas sûr que ça soit... Ce n'est pas bien de ma part." La vérité c'était qu'il ne pourrait jamais s'en empêcher.


We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars.
I'm not getting draw into this mess, there's any army of you, there's only one of me. I'll talk, I'm happy to talk, but there is no way that I am fighting

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Abel G. Black
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 | Hyppocampus
♠ EMPLOI : Professeur à l'Institut Xavier, Historien et Chercheur
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Good friends are like stars   Dim 21 Mai 2017 - 22:16


 

 
GOOD FRIENDS ARE LIKE STARS

 
“A friend is one of the nicest things you can have, and one of the best things you can be.” D. Pagels


  Le professeur hochait simplement la tête. Oui. Avec Tommy ce serait certainement une très bonne idée. Voir même agréable. Non c'était même une excellente idée à vrai dire. Cela faisait une éternité qu'ils n'avaient pas mangés, ou juste discutés tous ensemble autour d'une tasse de thé ou il ne savait quelle mixture encore. Juste profiter d'un moment tranquille, sans faire plus attention à ce qui pouvait les entourer. L'endroit où vivait le mutant sirène n'était pas mal en soi… Abel avait bien l'habitude de l'ambiance particulière de l'institut, vivre au milieu d'êtres extraordinaires, hors du commun. Tout comme lui était censée l'être visiblement. Mais concernant l'habitat de Tommy… Et bien disons que c'était un autre genre d'ambiance bien particulière. La magie, c'était bien différent de la mutation des X-men. Et étrangement, il avait la sensation que le compagnon de son ami océanologue s'amusait du malaise que pouvait éprouver Abel en sa présence. Bien que ce ne soit pas fixer particulièrement sur Stephen Strange. C'était pour tout le monde en vérité. Hormis quelque personnes avec Rhil, Bobby, les gens de l'école… Enfin il n'empêchait qu'il n'aimât pas cette sensation. Donc quitte à faire une réunion du trio des weirdos de l'institut dans un endroit calme et où tout le monde se sentirait bien.

Les yeux d'Abel se posèrent sur lui, avant de glisser sur les mains tremblantes de Rhil. Des mains abimées par l'accident et son travail de mécano. Toujours les mains dans le cambouis. Comparés aux siennes, on aurait dit des mains de bébés. Si on enlevait le fait qu'il transpire les trois quarts du temps. Donc que c'était certainement bien plus dégoûtant pour les autres. Il soupirait doucement, avant de se frotter doucement les mains à son tour, bien qu'il ne se sente pas assez stresser pour commencer à avoir les mains toutes moites. C'est vrai. Rhil avait toujours désiré perdre sa mutation. Il s'en était toujours voulu pour ce qu'il avait pu faire à des gens. Mais justement… Ce n'était pas sa faute. C'était comme tous les enfants qui faisaient une bêtise. Après avoir pris conscience de ce qu'ils avaient fait, il suffisait… de ne plus commettre une fois encore cette erreur. Il ne savait pas quoi répondre à Rhil. Il n'était pas dans sa tête, il n'était pas lui non plus pour décider des choix qu'il avait fait durant ces dernières années. Et il n'était pas là pour les juger de toute manière.

Abel secouait tranquillement la tête, il pouvait comprendre le besoin de pause. Et puis, c'était aussi ça l'amitié. Être capable de ne pas parler pendant de longues secondes, sans qu'il y ait un malaise. Trois ans que sa mutation avait disparue… Ce n'était pas un phénomène rare ou étrange. Mais disons que ce n'était pas commun non plus. Cela arrivait tout simplement. Abel se demandait comment il ferait sans sa mutation. Oublierait-il tout ? Ou garderait-il tout ce qu'il avait emmagasiner depuis que sa mutation ? Aucune idée. Mais l'idée lui faisait un peu peur en tout cas « Ce n'est pas ta faute Rhil… Tout comme le fait que nous sommes des mutants… Ce n'est pas de notre faute. On est comme ça. C'est tout. » C'est vrai. Tout comme la sexualité, ça ne se contrôlait pas. Ils naissaient comme ça. Ils ne pouvaient rien y faire. Il fermait doucement les yeux, avant de les rouvrir vers Rhil. Il secouait de nouveau la tête, mais avec bien plus d'énergie et moins de timidité dans sa voix. « C'est faux ! Tu es bien avec les gosses… Justement parce que tu connais trop bien à quoi mènent les émotions moi… Moi je ne sais pas le faire. »

Lui c'était le cérébral. Un peu la psychologie. Mais les émotions, ce n'était définitivement pas son domaine en tout cas. Il fronçait un peu les sourcils. Une variation hein… Il verrait ça un peu plus tard avec lui. Le professeur préférait simplement changer de sujet pour le moment. En tout cas, il avait l'impression qu'il avait bien fait. Rhil semblait reprendre des couleurs et son enthousiasme légendaire, avec son sourire à la fois gamin et charmeur sur le visage. Un Echanis… Le professeur notait tout ça dans un coin de son esprit. Il le retranscrirait certainement plus tard. « … Ne t'excuse pas. On dirait moi… » murmurait doucement Abel avant de reprendre. « Si je te pose la question, c'est que je veux savoir non ? Ça serait bien… Si tu pouvais visiter sa planète… Tu as tant à découvrir Rhil… Je sais que tu repartiras. Je le sais. » Il ne savait pas quand, ni comment, mais son ami repartirait un jour. « Je ne dis pas ça… pour te faire de la peine. Mais je sais que rien ne peux t'arrêter lorsque tu as quelque chose en tête. »

Il lui offrait un sourire, avant d'approcher un peu sa main de lui et frotter quelques secondes son épaule avant d'inspirer longuement. « Je me renseignerai pour les petits boulots pour ici… Mais… Mais je crois que ce serait bien… Enfin… Que tu viennes aider les plus jeunes. Et pour ton pouvoir… Si tu veux en reparler ou… ou bien essayer de le retrouver… Je peux t'aider. Mais bien sûr, j-je ne te force à rien Rhil. » Affirmait tout de suite le professeur gêné, avant de se recroquevillé un peu dans le banc. Réfléchissant visiblement. Venant cacher son nez et sa bouche dans la manche de son pull. Il était l'un de ces seuls amis sur cette planète… Il ne pouvait pas le laisser tomber. Rhil était Rhil. Il ne lui en avait jamais voulu d'être parti. Il le savait depuis longtemps qu'il ne pouvait pas rester en place. Depuis l'instant même où il l'avait rencontré, il l'avait su.
love.disaster


Hi, I'm shy
I need someone who is confortable with awkward silences and doesn't mind me not to talking most of the time. ▬ Abel G. Black
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Rhil Trasam
Intergalactique
♠ EMPLOI : Mécanicien, ingénieur spatial, ex-mécanien du SWORD et Nova Corps, contrebandier, capitaine de vaisseau
♠ GIF :
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Good friends are like stars   Ven 23 Juin 2017 - 18:20
Abel & Rhil
Good friends are like stars
Wit & learning
C’était sa faute. Mais le démonstratif indéterminé pouvait recouvrir beaucoup de choses. Du visage fermé de son père la première fois qu’il avait dû le récupérer chez les flics, de la première soirée passée à l’Institut, à vomir dans les toilettes du dortoir parce qu’il réalisait ce qu’il avait fait jusqu’à… chacun des échecs et mises en danger de son équipage, la fois où il avait dû payer une rançon, la fois où Darren était mort et où l’équilibre mental de Ithan, son roc, son combattant, avait volé en éclat, par sa faute. Il prenait l’entière responsabilités de ses actes, et surtout de leurs conséquence – une des premières choses que ses parents lui avaient inculqué, et qui lui collait à la peau. A la conscience et qui alourdissait son pas si caractéristique.

Ce n’était pas sa faute. Combien de fois Ithan le lui avait-il murmuré, son regard trop profond dansant dans les yeux dans un effort vain de convaincre son capitaine. C’était sa faute songeait Rhil en écoutant Abel et il ne pouvait pas s’empêcher d’avoir l’équivalent d’une pierre émotionnelle dans la poitrine. Pourtant… le contexte était différent. Abel connaissait une partie de ses péchés qu’il avait cachés à tous ces dernières années, et ignorait les chaînes nouvelles qu’il portait. Rhil n’était pas encore prêt à lui avouer qu’il avait causé la mort d’un homme qu’il avait juré de protéger. Peut-être que cela viendrait plus tard, peut-être même en compagnie de Tommy. Il aurait besoin… d’en parler, à quelqu’un d’autre qu’Ithan. Quelqu’un qui ne connaissait pas Darren – ou plutôt quelqu’un avec qui il ne semblait pas tout partage. Il aurait de parler de Darren, du crash, de sa vie en lambeau pour rendre tout ça… réel. L’accepter, au moins en partie – cela faisait des mois et il oscillait toujours entre émotions à vif et déni hyperactif. Ithan… Ithan était trop. Trop proche de lui, comme une part de son être, de son corps, de son âme. Lui parler, ce n’était pas vider son sac, c’était rentrer à la maison.

Mais cela, Rhil ne le conceptualise pas à l’instant. Il se contente d’être… soulagé. Les mots d’Abel, il n’y croit pas vraiment : bien sûr qu’il a une part dans responsabilité dans sa propre vie. Mais la tournure… il secoue la tête, amusé. La tournure, cela le ramène des dizaines d’années en arrière, assis dans une cour intérieure semblable, à côté d’un ado emmitouflé dans un pull et un gamin avec une paire de lunettes trop grandes sur le nez. On est comme ça, c’est tout. « - Ne me donne pas « the talk » je t’en prie, j’ai passé l’âge. » Il sourit même s’il roule des yeux. Mutant. A l’orientation sexuelle peu concernée. Ses dons empoisonnés. Pourtant il était né comme ça – une vie semée d’embûches mais paradoxalement les capacités et les rencontres pour tout surmonter.

Il se laissa emporter un instant par la légèreté des retrouvailles, des propos d’Abel - qui le touchaient plus qu’il ne le laissait paraître. Blesser plutôt que de se cacher derrière le blindage de ses sentiments, se laisser approcher tout doucement, sans se laisser submerger par la vague qui menace à chaque pas. « - Parce que je suis un gosse. » Il corrige, amusé, comme s’il continuait les paroles d’Abel sur ce qu’elles sous-entendaient. Evidemment, chassez le naturel, il revient au galop, il était bon pour apaiser des gamins troublés et les obliger à lui prêter une oreille attentive. Et il était un gamin – qui s’était mangé le sol une bonne centaine de fois ces trois dernières années, mais malgré l’air plus taciturne qu’il affichait parfois, son aptitude à séduire d’un sourire en coin ou à afficher une moue impertinente à toute épreuve.. Il était encore un grand gamin, il comprenait leurs peurs dans un sens. Mais… il hoche la tête plus sombrement après son éclat de malice. Il savait de quoi il fallait protéger les gamins, oui. « - J’ai confiance en toi, Abel. C’est à ta manière, mais tu leur apportes beaucoup plus que tu ne le penses. Chacun son truc. » Il n’avait pas besoin d’assister à ces cours pour le savoir, il l’avait vu expliquer des choses aux plus jeunes, il connaissait sa soif d’apprendre et surtout son cœur. Et l’effet qu’il pouvait avoir sur les gens contre son gré. Exemple, lui-même.

Rhil baissa les yeux sans le vouloir. Il n’avait pas honte de son désir de repartir sans cesse – c’était inscrit dans la moelle de ses os, qu’il appartenait aux étoiles. Mais il savait qu’il… pouvait faire de la peine. Etre mal compris, passer pour un connard sans cœur. C’était délicat. Presque incompréhensible pour beaucoup, mais il n’avait jamais eu l’occasion d’établir ces priorités. C’était juste ce qu’il était et il ne pouvait se soustraire à l’appel de l’infini de l’espace. Il releva le visage, et grimaça, comme un gamin désolé. « - Je ne pars pas pour vous fuir ou vous faire de la peine. » Je pars parce que je ne peux pas vivre autrement. Ce n’était pas eux qui étaient en défaut – mais Rhil, qui n’appartenait pas à ici, qui était trop, ou pas assez en fonction de l’angle sous lequel on regardait sa fuite vers les étoiles. Les mots d’Abel le touchaient, assez pour faire s’embuer ses yeux alors qu’il soufflait doucement. « - Merci du fond du cœur Abel. » Merci de comprendre, au moins un peu. De lui donner du temps et une chance, et de comprendre sans le juger. C’était précieux pour lui – et merci d’oser le toucher, de la réconforter comme s’il lisait en lui sans effort. « - Pour ton aide, et pour ton amitié. » Cela sonnait solennel, mais c’était dit avec sincérité. Il se resaissit un peu, inspirant. « - Et pour le boulot, si tu m’en trouves. Réparer un évier qui fuit, aider les gamins… Je veux aider. Et nourrir mon echanis. » Il se mord la lèvre sous la taquinerie avant de continuer plus… laissant voir la blessure béante qu’il ignore fermement. « - Je pense que tant que je suis sur Terra, je pourrais en profiter oui, essayer de tout reprendre depuis le début. Je ne sais pas si ça servira à grand-chose, mais… Je ne veux juste pas que X soit au courant, ni les… nos profs. Tu me donnerais un coup de main ? » Contempler ses échecs est terrifiant, et Rhil ressentait une angoisse qu’il n’avait plus connu depuis longtemps à l’idée de tenter de reconstruire quelque chose depuis sa voix et émotions. Tout seul, il n’y arriverait pas. Et il y avait peu de gens de qui il pourrait supporter le regard. Ce devait être une étrange sorte d’amitié et de confiance, que d’être prêt à décevoir quelqu’un en toute connaissance de cause.


Rhil lui laisse quelques minutes pour se remettre de ses émotions derrière son pull avant de se relever, sauter en bas du banc. Il inspire, et ébouriffe ses cheveux, gagnant points de confiance en lui et de charisme par secondes maintenant que l’abcès est crevé. Il ouvre le sac usé jusqu’à la corde qu’il avait bazardé en bas du banc à leur arrivée ici. Rhil s’accroupit devant, relevant des yeux lutins et pétillants vers Abel.
« Prêt ? » Il ressort un objet emballé d’un reste de tissu qui en a vu de meilleurs jours mais du paquet cadeau n’est pas une denrée très courante à bord d’un vaisseau crashé et il avait besoin de toute la bande adhésive qu’il pouvait trouver. Il le dépose précautionneusement sur les genoux d’Abel, sur son cartable. « - Pour que je te manque pas trop. » Son minois légendaire, avec son sourire à la fois gamin et charmeur sur le visage. Sous le tissus ? Une boite d’un métal inconnu, brossé et finement décoré, de la taille d’une tablette, mais extrêmement fine. Une fois activé, elle libère un hologramme qui vous permet d’accéder aux bases de données de la galaxie entourant Xandar. Normalement mise à jour régulièrement en temps réel, grâce aux réseaux là bas… ici, elle resterait fixé à la dernière connexion de Rhil mais elle retenait tout de même l’ensemble des connaissances historiques et sociales, les dernières actualités et évolutions d’une autre galaxie, et était prête à les dérouler telle une encyclopédie sur demande.



We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars.
I'm not getting draw into this mess, there's any army of you, there's only one of me. I'll talk, I'm happy to talk, but there is no way that I am fighting

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Abel G. Black
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 | Hyppocampus
♠ EMPLOI : Professeur à l'Institut Xavier, Historien et Chercheur
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Good friends are like stars   Ven 14 Juil 2017 - 19:59


 

 
GOOD FRIENDS ARE LIKE STARS

 
“A friend is one of the nicest things you can have, and one of the best things you can be.” D. Pagels


  Il avait envie de lui redire une fois encore qu’il ne voulait pas lui faire de la peine. Bien avant qu’il ne rentre à la NASA, Abel avait bien pressenti que ce ne serait pas le genre d’oiseau à vouloir rester en place. Le mutant n’aurait certainement jamais imaginé plus jeune que son ami d’enfance finirait par s’envoler dans des univers lointains, à mener des courses-poursuites comme à la Star Wars et ce genre de choses. Mais en tout cas qu’il n’aurait jamais trouvé sa place sur dans cette ville, ce pays, cette planète sans pouvoir en bouger. Il savait que Rhil ne voulait pas leur faire de mal en repartant le plus possible. Mais il était comme ça. Même sans espace, il ne l’aurait peut-être pas vu avant aujourd’hui. À se promener quelque part ailleurs que dans New-York. En tout cas, le peu de mots que le professeur avait prononcé avaient fait mouche sur le contrebandier. Visiblement très touché par la compréhension naturelle d’Abel. Il continuait simplement de sourire à son ami sans prononcer plus de mots. Il n’avait pas beaucoup d’amis en réalité. Même si Abel était entouré de mutants qu’il considère au final comme sa grande famille d’adoption. Alors il ne voulait pas perdre Rhil… Parce qu’il était simplement lui-même.

Il haussait tranquillement les épaules en le regardant avant d’avoir un léger rire passer ses lèvres fines. « Il y a des enfants… Il y a toujours des choses à réparer. » Sans mauvaise foi, mais il y avait souvent des soucis d’ordre matériel. Avec des gamins de tous les âges, il fallait s’attendre à pas mal de petits incidents. Et puis naturellement, avec certaines personnes aux pouvoirs encore non contrôlés au minimum, il pouvait y avoir des dégâts. Heureusement que les autres professeurs étaient présents étant bien plus offensifs que Abel ne le serait jamais. Quoi que concernant ses propres pouvoirs étaient tellement dangereux qu’il avait eu de la chance d’être perdu au fin fond du Tibet sinon il serait certainement mort à l’heure qu’il est. Exécuter comme un vulgaire animal. La simple idée le fait frissonner et l’autre pensée de tous les mutants qui ont subi tortures et meurtres comme s’ils n’étaient que des animaux lui donne une sueur froide. Il fermait quelques secondes les yeux pour chasser ces pensées de son esprit pour revenir à la rencontre des mots de son interlocuteur calmement.

« Terra… » Murmure le plus vieux des deux, visiblement amusé. Il avait même pris les expressions de l’espace plutôt que de dire la Terre. Ce n’était pas gênant, mais cela égaye un peu Abel. « Tu sais très bien que le Professeur est déjà au courant de ta présence… » Murmure-t-il sans insister dessus. Bien sûr qu’il le savait, mais il connaissait assez Rhil pour savoir que le pouvoir de X le terrifiait et préféré être dans le déni à ce propos. Ce qui naturellement ne faisait qu’amuser un peu plus le professeur d’université. Mais il hochait tranquillement la tête pour continuer « Bien sûr Rhil, tu peux… compter sur moi. » S’il ne l’aidait pas, c’est lui qui ne méritait pas le titre d’ami dans ce cas-là. Dans son for intérieur, il savait que le blond retrouverait bientôt ses pouvoirs. D’autres y étaient arrivé avant lui, il n’y avait pas de raison pour que cela ne marche pas avec lui. De plus, le pouvoir de Rhil n’était pas à prendre à la légère, il n’avait pu disparaître comme ça. Si Abel pouvait détruire la personnalité de quelqu’un, Rhil aussi pouvait le faire sur le plan émotionnel s’il le voulait. Et s’il n’avait pas été lui, alors il y aurait eu beaucoup de victimes… Mais son ami était quelqu’un de bien.

Lorsque Rhil se relève, il le pense sur le départ ou simplement faisant quelques étirements avant de revenir auprès de lui. Mais au contraire, il prend quelque chose dans un sac qui avait un peu trop voyagé et vécu à son goût. Abel avait tendance à avoir plutôt des sacs en beau cuir, mais solide. Des objets qui pouvaient tenir trois guerres sans grand problème. Mais lorsqu’il voit quelque chose d’emballé dans du papier, le chercheur sent son cœur dans sa poitrine manquer un battement avant d’accélérer de rythme violemment. Il n’espérait tout de même pas que Rhil avait pensé à lui ramener quelque chose alors qu’il était sous les étoiles et puis maintenant il devait même réparer son vaisseau pour décoller. Prêt ? Pas vraiment, mais il n’avait visiblement pas le choix. Les mains redevenant moites, des couleurs commencèrent à gagner le visage du mutant, sa timidité revenant au galop. Il laissait Rhil déposer le paquet sur son cartable, l’autre ne sachant plus où mettre ses mains ou pouvoir ouvrir la bouche pour ne pas sortir que des bégaiements à la suite. « Je… peux pas accepter… ».

Abel était vraiment gêné. Il n’osait même plus bouger ni même relever les yeux pour affronter le regard radieux de son ami. Mais naturellement qu’il approchait ses mains du paquet pour venir le déballer avec prudence, comme si c’était la chose la plus précieuse au monde pour y découvrir un objet ressemblant à une tablette. « Qu’est-ce que… » murmure Abel, intrigué et curieux avant de toucher à ce qui ressemblait à un écran pour voir un hologramme s’activer devant ces yeux. Le regard brillant de curiosité observait intensément ce qu’il avait sous les yeux avant de commencer à toucher un peu au hasard pour voir des milliards d’informations défiler sous ses yeux. Un peu hébété, il relevait enfin les yeux vers Rhil et son air satisfait de voir Abel dans cet état-là. « Rh-rhil tu… c’est beaucoup… trop. » Il n’arrivait pas à parler normalement, torturé entre son désir profond, son envie boulimique de découvrir les autres merveilles de l’appareil et sa gêne monstrueuse face à un tel présent. Alors qu’il débattait avec lui et lui-même. Il se mordait la lèvre inférieure avant de se relever en tenant l’objet précieusement, faisant glisser la sacoche de cuir sur le banc. « M…merci. Je ne sais pas quoi dire. Merci beaucoup… Ça me touche beaucoup. »

Il ne pouvait pas refuser un cadeau pareil. C’était vraiment beaucoup d’honneur pour Abel de pouvoir accéder à une connaissance extraterrestre et qui semblait extrêmement bien fournie. « Même sans ça, tu sais que je ne t’oublierai pas Rhil. » Avant d’avoir un léger rire. « C’est impossible pour moi ! » Autant plaisanter d’un pouvoir à double tranchant. Il finit par reposer avec précaution la tablette pour s’approcher de Rhil, avant de le prendre avec force contre lui. Pour le remercier de son cadeau et d’être encore en vie. C’était très rare de voir Abel aussi fervent physiquement envers quelqu’un en tout cas.

love.disaster


Hi, I'm shy
I need someone who is confortable with awkward silences and doesn't mind me not to talking most of the time. ▬ Abel G. Black
Revenir en haut Aller en bas
 

Good friends are like stars

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 Sujets similaires

-
» "Good friends are like stars: you don't always see them, but you know they're always there." Remus
» “If you have good friends, no matter how much life is sucking , they can make you laugh.”
» Dallas' Stars
» Friends, we need your feedback
» Liste des célébrités plastifiée : femmes





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: Los Angeles :: Extérieur de Los Angeles :: Locaux de l'Institut Xavier-


Coup de pouce
Un petit vote toutes les deux heures - notez le ici

Un petit mot d'amour sur Bazzart ou PRD c'est 50% reversé aux psys d'HYDRA

Rps entre amis
Vous cherchez un rp ? America Chavez et PanPan et aussi Jared cherchent un rp ! Pan a ouvert un rp libre !
> 2 missions cherchent encore des participants, hop hop allez rp !

#Important stuff
Premier post d'un nouveau rp ? Utilisez code de situation du rp | Votre staff vous supplie : Recensez vos actions & événements rps ici

#Membres du mois

Ashitaka Pan
#1 9 rps par ses cornes !


Ash Westwood
#2 8 rps pour jouer un mauvais tour !


Gamora & Bobbi
#3 5rps pendant son absence : joli !