Partagez | 
 

Au coin de la rue (Privé ft. Jean Grey)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

avatar
Jonathan Blaze
Marvel Knights
♠ CLASSE & NOM DE CODE : The Ghost Rider
♠ EMPLOI : Cascadeur
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Au coin de la rue (Privé ft. Jean Grey)   Lun 31 Juil 2017 - 18:25
Suite à mon intervention, j’avais pu voir de la joie, mais aussi de l’inquiétude. Cela se comprenait aisément. Après m’avoir remercié, elle me demanda quels genres de personnes, elle allait rencontrer. Avec un léger sourire, je lui répondis :

« Alors, oui, ce seront des gens avec des pouvoirs particuliers et, non, ils ne sont pas comme moi... Du moins, en ce qui concerne l’origine des pouvoirs. Là-bas, tu trouveras des mutants… »

Je m’apprêtais à finir mon explication mais, étant donné que Jane était amnésique, il me semblait bon de préciser qui ils étaient. Je continuai alors à parler :

« Puisqu’il est possible que tu ne t’en souviennes plus ou que tu es entendu des conneries sur eux, je crois qu’il est bon que je t’explique mieux qui ils ont. »

M’éclaircissant la gorge, je commençai mon explication.

« Bon, les mutants sont des humains ordinaires qui possèdent, ce qu’on appelle, le gène X. Ce gène X permet à la personne de développer des capacités surhumaines. Ces pouvoirs sont très variés. Cela peut être une augmentation de la force, de la vitesse, une meilleure régénération, de meilleurs sens ou de la télépathie. C’est d’ailleurs ces derniers que tu devras sûrement aller voir pour ta mémoire. M’enfin, je vais aussi t’expliquer quel est l’endroit où tu dois te rendre. C’est l’institut du professeur Charles Xavier. Là-bas, il apprend aux mutants à contrôler leur pouvoir et tu as de la chance, car c’est un mutant partisan de l’entende entre humains normaux et mutants. Tu ne seras sûrement chassée de l’endroit. Par contre, si tu sens que certains sont réticents à t’aider, ne leur en veut pas. Ils ont connu bien trop de persécutions de notre part… »

Après avoir fini mon explication, je bus une longue gorgée de ma bière pour me réhydrater, mais également pour cacher mon visage. En effet, malgré tous mes efforts, la peine et la colère liées à cette persécution des mutants ne cessaient de se manifester sur mon visage à chaque fois que j’y pensais.

Elle me demanda après si ma transformation était douloureuse. Cela me surprit. Peu de personnes s’étaient intéressées sur cet aspect de mon pouvoir. Juste pour cet attention et parce qu’elle m’était sympathique, je décidai de lui répondre en divulguant un peu plus de ma malédiction.

« Je ne vais pas mentir. Oui, ça fait mal. Mais je me suis habitué depuis. Tu sais, il y a un temps où je ne le contrôlais pas. C’est une puissance infatigable contre laquelle j’ai tenté de lutter. A chaque transformation, plus je luttais, plus la douleur s’éternisait. Je sentais mon corps, mon esprit et mon âme se consumaient à chaque fois. Et à chaque fois, je ne contrôlais plus rien. J’ai tué je ne sais combien de personnes. Oh, bien sûr, il n’y avait jamais un seul innocent. Cette chose sait différencier les coupables et les innocents. »

Je m’arrêtai. Avec un sourire las, je repris ma pensée.

« Mais ça, c’était avant. Lui et moi avons trouvé une sorte d’accord. Il me laisse désormais le contrôle de mon corps. Alors, oui, cette transformation est douloureuse mais, désormais, la sensation est de très courte durée. »

Je finis le restant de ma bière d’un trait et regardais mon interlocutrice dans les yeux, le regard rempli de souvenirs douloureux…
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jean Grey
X-Men
♠ EMPLOI : anciennement professeur et médecin
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Au coin de la rue (Privé ft. Jean Grey)   Ven 4 Aoû 2017 - 1:18
Comme Jane l'avait soupçonné, à cette adresse, elle trouverait des individus dotés de capacités hors normes. Johnny venait de le lui confirmait. Ainsi, il espérait que là-bas, elle trouverait au moins une personne en mesure de lui venir en aide, songeant notamment à celles dotées d'aptitudes télépathiques ou tout du moins, portées sur l'esprit et la mémoire. C'était un coup à tenter, et à dire vrai, la rousse ne croulait pas sous les options de toute manière, donc … cet endroit était pour le moment sa seule et unique piste pour retrouver ses souvenirs, et éventuellement, comprendre ce qui lui était arrivé. Toutefois, le motard la mit en garde. Même si la majorité des mutants regroupés dans cet institut se montraient ouverts et tolérants envers les gens normaux, il en existait certains qui avaient d'avantage souffert de la discrimination et du racisme. Jane ne devait donc pas s'attendre à ce que sa venue soit vue d'un bon œil pour tous les mutants qu'elle croiserait sur place.

« Oui … oui, je comprends. Je saurai me montrer prudente … en espérant ne pas découvrir que dans mon ancienne vie, j'étais une xénophobe de première ordre … »

L'idée pouvait paraître saugrenue … mais après tout, tout était possible et aucune éventualité ne devait être écartée. Rien ne prouvait que la Jane qu'elle était aujourd'hui, n'était qu'un reflet de celle qu'elle avait été avant de perdre la mémoire. C'était ce genre de mauvaise surprise que redoutait de découvrir la rousse lorsqu'enfin la vérité lui serait rendue.

Johnny sembla surpris lorsque son interlocutrice lui demanda si sa transformation était douloureuse. Il resta un court moment à la fixer, sans répondre … c'était comme si c'était la première fois qu'on le lui demandait … comme si c'était la première fois que l'on prenait le temps de s'inquiéter pour lui. Puis, finalement, il lui répondit, avec un air plutôt à l'aise. La surprise des premiers instants passée, il avait retrouvé son aplomb habituel. Comme elle s'y était attendue, ce pouvoir était douloureux lors de son déclenchement. Mais avec le temps, Johnny avait appris à faire avec, et surtout à rendre le processus moins pénible. Un premier point qui interpella la rousse fut la manière dont il parlait de son pouvoir … c'était comme s'il le considérait comme un individu propre, quelqu'un ou quelque chose de parfaitement indépendant de lui. Etait-ce une façon de parler … ou bien cette capacité disposait-elle réellement d'une véritable personnalité ?

Le second point qui retint l'attention de la jeune femme, c'était que Johnny avait déjà tué par le passé … et il ne semblait pas s'en cacher. Il justifia son geste par le fait qu'aucun parmi ses victimes, n'étaient innocents. Il n'en demeurait pas moins qu'il se faisait juge, jury et bourreau à lui tout seul. Ce concept avait quelque chose de clairement dérangeant pour la rousse, qui sentit alors une boule se nouer dans sa gorge. Il avait fait cet aveu avec tellement de désinvolture … comme si, c'était banal et sans gravité.

« Donc … cette 'chose' te dit qui … tuer. C'est ... effrayant ... sans compter que je doute que ce soit recevable devant un juge comme excuse. »

Mal à l'aise, Jane but une longue gorgée de son cocktail, comme pour l'aider à surmonter cette révélation, et tout ce qu'elle impliquait.

« Pourquoi lui obéir ? Enfin … j'ai bien compris que lutter contre elle est rapidement une source de souffrance, mais … ne peux-tu pas tout simplement t'en débarrasser ? Même si tous ces gens sont des malfrats et des criminels … ça n'en reste pas moins des meurtres, non ? »

Jane fronça alors des sourcils, tout en secouant la tête négativement.

« Désolée … tu me sauves la vie … et ensuite, tu m'aide pour mon amnésie et tu te confies à moi … et la seule chose que je fais, c'est te juger … Je … oublie ce que je viens de dire. C'est sans doute ce cocktail qui me fait trop parler. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jonathan Blaze
Marvel Knights
♠ CLASSE & NOM DE CODE : The Ghost Rider
♠ EMPLOI : Cascadeur
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Au coin de la rue (Privé ft. Jean Grey)   Lun 21 Aoû 2017 - 11:38
J’avais pu vider un peu mon sac et cela m’avait fait un bien fou. Néanmoins, je mettais laissé emporter et je n’avais pas correctement pesé mes mots. Cela eut pour effet de déconcerter mon interlocutrice. Celle-ci avait l’air particulièrement troublé par mes actes. Cependant, cela était compréhensible. Cette vie m’était devenu ordinateur et, à force, j’avais essayé de me convaincre que je n’étais pas responsable et que ces personnes méritaient, en quelque sorte, leur sort. Tout le monde cherche un moyen de combattre ces démons…

Je ne pouvais également pas en vouloir à Jane de ses jugements à mon écart. Les gens ne peuvent comprendre ce que c’est que d’être possédé par une force surnaturelle. Ils pensent la plupart du temps qu’on peut y faire quelque chose. J’avais abandonné l’espoir de leur faire comprendre ma situation. Personne ne peut la comprendre…

Malgré cela, l’amnésique ne cessait de me surprendre. Elle avait bien des raisons de me craindre et de se méfier de moi, mais elle s’excusa de ses paroles aussitôt les avoir prononcé. Avec un sourire las, j’essayais de la rassurer.

« Ne t’inquiète pas, c’est tout à fait normal. J’aurais réagi de la même façon si on m’avait dit la même chose. Tu dois croire que je suis une sorte de monstre sans scrupule. Je ne peux décemment pas t’en vouloir. Je ne sais plus depuis quand je suis incapable de faire la différence entre l’homme et le démon… »

Prenant ma bouteille en main, je comptais boire un coup mais, me souvenant que je l’avais vidé depuis peu, je la reposais. Cette conversation était entachée de malaises. Cela avait commencé dès le début. Certes, elle semblait avoir diminué au fur et à mesure de la conversation, mais elle avait repris de plus belle. De plus, je ne savais quoi dire. Je ne pouvais, ou plutôt, ne voulait rien dire sur le reste de ma vie : ma famille était quasi inexistante. J’aurais pu parler clairement de mon esprit de vengeance et de Zarathos, mais cela n’aurait été guère pertinent. Premièrement, elle m’aurait pris pour un fou. Certes, mon apparence de Ghost Rider ressemble à une description d’un démon, mais croire qu’il s’agit d’un démon, ou d’un ange déchu, au choix, c’était une autre paire de manche. Deuxièmement, si  elle me croyait, cela lui aurait donné de nouvelles craintes. Elle devait déjà réassimiler l’existence de mutants, d’héros et de dieux nordiques. Il ne lui était pas utile de savoir qu’il existait, en plus, des démons. J’aurais également aimé en apprendre plus sur Jane, mais son amnésie ne pouvait guère aider.

Je jetais un coup d’œil dans la salle pour m’assurer que personne ne nous avait écoutés. Mes craintes ne furent que de courtes durées. Tous les clients étaient partis. Je vis dans un coin la serveuse baillé en nous regardant mais, vu la distance, elle n’aurait rien pu entendre. Je me retournais alors vers ma compagne du soir pour voir si elle était capable d’égayer un peu la conversation.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jean Grey
X-Men
♠ EMPLOI : anciennement professeur et médecin
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Au coin de la rue (Privé ft. Jean Grey)   Mar 22 Aoû 2017 - 15:16
Johnny voulut rassurer la rousse, prétextant que sa réaction était tout à fait compréhensible, et qu'en d'autres temps, il aurait certainement agi de même. Pourtant, à en juger par le timbre de sa voix, il ne semblait pas si évident que les propos de Jane l'avait tant que ça épargné. C'était comme si d'une certaine manière, elle l'avait rappelé à la triste réalité de sa situation : tuer n'était jamais anodin, qu'importait la cible. La jeune femme n'aurait su expliquer comment, mais, c'était comme si elle avait parfaitement conscience de la peine et de la souffrance que ressentait Blaze à cet instant précis. Il se sentait plus seul que jamais. Ainsi, elle n'était pas dupe, percevant l'état émotionnel de son sauveur à cet instant précis … et la personne qui avait ravivé cet état d'âme, c'était elle.

Un long silence s'en suivit … une gêne palpable entre les deux clients … silence que Johnny tenta de combler en buvant une nouvelle gorgée de sa bière. Malheureusement pour lui, cette dernière était déjà terminée. Dans le bar, la soirée avançant, les clients étaient peu à peu partis. Il ne restait donc plus que la serveuse, qui vraisemblablement, attendait que ses derniers clients s'en aillent à leur tour pour pouvoir fermer le bar et rentrer chez elle. Ce n'était donc sûrement pas le meilleur moment pour réclamer une deuxième bière pour Johnny. Mais après tout … le client est roi.

D'un signe de main, Jane attira l'attention de la serveuse. Dans une attitude blasée, cette dernière quitta l'arrière du comptoir pour venir à leur table d'un pas traînant.

« Une deuxième bière pour mon ami, s'il vous plaît.

- Sérieux … ?, désespéra la serveuse.

- Oui, sérieux », insista Jane en la fixant droit dans les yeux.

Résignée, l'employée du bar alla chercher la commande de cette même démarche vide de motivation. Les sourcils légèrement froncés d'agacement, Jane la regarda s'éloigner, encore surprise par le manque de professionnalisme dont elle venait d'être témoin … et pas tout à fait sûre de ce qu'elle venait de voir. Ce léger différent passé, la rousse reporta son attention sur Johnny, lui adressant un léger sourire comme pour tenter de lui redonner un peu de baume au cœur.

« Veste en cuir de motard … cascadeur, notamment à moto … j'imagine donc que tu es toi-même propriétaire d'une moto. »

S'accoudant à la table et joignant ses mains avant de poser son menton dessus, elle le regarda tout en lui souriant. Il n'était pas utile de s'attarder sur le sujet précédent, car c'était devenue une source de malaise évident, pour l'un comme pour l'autre.

« Je ne suis pas capable de dire pourquoi … mais j'ai la sensation que par le passé, ce genre de véhicule a pris part dans ma vie … une impression familière. »


Non pas qu'elle savait en faire, loin de là même, mais … ce monde là ne lui semblait pas si inconnu. C'était tout du moins le cas en ce qui concernait l'attachement qu'éprouvait le pilote pour son bolide. Peut-être connaissait-elle quelqu'un qui était motard … et qu'elle avait été témoin de cette sorte de relation intime entre l'homme et la machine. Mais curieusement, il y avait également une impression de conflit lié aux motos … de la rivalité peut-être. Chaque fois que Jane se concentrait sur ces sensations … ces brides de souvenir, c'était comme si ces dernières s'atténuaient de plus en plus, s'éloignant jusqu'à finir par lui échapper. Une expérience des plus frustrantes.

« C'est quoi comme modèle ? Non, attends … laisse-moi deviner ... »

Plissant les yeux, la rousse fixa son interlocuteur, étudiant ce qu'elle savait de lui, du peu qu'elle avait pu voir tout du moins … et tentant de faire la bonne déduction. Après de longues secondes de réflexion, elle donna enfin son hypothèse.

« Harley ? »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jonathan Blaze
Marvel Knights
♠ CLASSE & NOM DE CODE : The Ghost Rider
♠ EMPLOI : Cascadeur
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Au coin de la rue (Privé ft. Jean Grey)   Mer 23 Aoû 2017 - 16:56
Finalement, Jane avait su relancer la conversation. Pour se faire, elle avait commencé par me commander une deuxième bière. Cette demande n’avait pas l’air de plaire à la serveuse qui ne souhaitait certainement qu’une chose : qu’on s’en aille et qu’on lui foute la paix. Malgré ses réticences, elle obéit et alla chercher ma boisson.

« Merci. Mais, à la base, tu devais juste m’en payer une. Je te rembourserai celle-là alors. Et c’est non discutable. »

J’essayais tant bien que mal de diminuer la tension et, à ma plus grande satisfaction, Jane laissa tomber la conversation que nous entretenions il y a quelques minutes. Elle me parlait désormais un peu de motos. A première vue, elle avait de vagues souvenirs ou, plutôt, des impressions concernant ce magnifique véhicule. Elle devina sans grande difficulté que j’étais l’heureux propriétaire d’une moto. Elle se mit alors en tête de deviner quel type de moto je pouvais bien conduire. Sa réponse me surprit. Une Harley ! Elle avait bien deviné.

« Pas mal ! Et du premier coup en plus ! Je te tire mon chapeau… Enfin, si j’en avais un. »

La serveuse arriva alors avec ma bière et la « déposa » avec une certaine force sur la table. Ce geste plein de « délicatesse » eut pour effet de faire sortir le liquide de son récipient, éclaboussant la table et, surtout, ma veste et mon pantalon. Certes, ma veste était encore humide, mais elle avait commencé à sécher, en formant des auréoles blanches au passage. Prenant un ton ironique, elle me dit :

«Désolé. Ce sera tout ? »

Son ton ne laissait aucun doute sur son humeur. Elle n’était guère satisfaite de notre présence. Je commençai à comprendre pourquoi ce bar avait aussi peu de succès.  

« Une serviette, si c’est pas trop demandé. »
« Désolé, on en a plus. »

Soudain, une vive douleur se répandit dans mon crâne. Me concentrant, j’essayai de rejeter le démon.

«Vous avez des toilettes au moins ? »
« Heu, oui, c’est là-bas… au fond. »

Elle me montra un coin de l’établissement. Me levant, je pus lire de la surprise et de la consternation sur son visage. Mon visage devait assez bien marquer ma souffrance. M’adressant à Jane, j’essayai de la rassurer :

« Je reviens, c’est juste une migraine. »

Ne lui laissant pas l’occasion de parler, je fonçai aux toilettes. Comme je m’y attendais, l’endroit était des plus sales. Je m’approchais du lavabo le plus proche et m’appuyant dessus, j’essayai de reprendre mes esprits. Quand, soudain, une voix plus profonde et plus spectrale sortit de ma bouche :
« Tu as une vengeance à accomplir. Sa vie ne nous concerne pas. »
Je repris alors ma voix normale :
« Ce n’est pas toi qui décide ! »

« Elle n’est pas ce qu’elle semble être. Elle est dangereuse. »
« Ferme-là ! »
« Bien, mais je t’aurais prévenu. »
« Je t’ai dit de LA FERMER ! »
Ces dernières paroles, je les avais pratiquement criées. Je me sentis alors mieux. La douleur avait disparu. Zarathos était retourné dans ma tête. Cependant, ses paroles me perturbèrent. Nous avions affronté des démons à la puissance extraordinaire mais, à aucun moment, il avait pris la peine de me mettre en garde, même contre Méphisto. De plus, ça n’avait aucun sens. J’avais lu dans son âme, elle était innocente… Faisant couler un peu d’eau, je rafraichis mon visage. Alors que je ruminais ses pensées, je sortis des toilettes pour reprendre ma place, espérant n’avoir pas fait trop de bruit.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jean Grey
X-Men
♠ EMPLOI : anciennement professeur et médecin
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Au coin de la rue (Privé ft. Jean Grey)   Jeu 24 Aoû 2017 - 16:15
YES !

Jane était parvenue à deviner du premier coup la marque de la moto de Johnny, et ce fut avec une certaine fierté qu'elle afficha un sourire victorieux. Comment avait-elle fait pour deviner ? L'intuition féminine sans doute. Qui s'en souciait ? Pas elle en tout cas.

Ce fut alors que la serveuse revint avec la nouvelle commande, la déposant avec un certain agacement sur la table de ses clients, éclaboussant par la même occasion le pauvre Johnny. Par réflexe, la rousse sursauta lorsque le liquide houblonné s'échappa de son contenu. Il fallait vraiment qu'elle change de métier celle-là … Le motard s'adonna alors à une petite joute verbale avec la serveuse, toujours aussi peu encline à satisfaire ses clients. Mais soudain, Johnny grimaça, comme pris de douleur. Inquiète pour lui, Jane haussa un sourcil tout en approchant une main vers lui comme pour le soutenir. Mais avant qu'elle ne puisse l'atteindre, ce dernier s'était levé pour se rendre aux toilettes, en suivant les indications de la serveuse caustique, tout en rassurant son interlocutrice.

Une migraine … c'était vraiment pas de bol. Décidément, il passait une sale soirée. Après s'être fait braquer, puis trempé par la pluie, il s'était vu éclaboussé de bière. Et à présent, c'était un mal de crâne qui le frappait.

Mal de crâne … Crâne !

Jane déglutit péniblement à cette idée. A présent seule, elle attendait assise à sa place, les mains jointes posées sur ses jambes, espérant que Johnny allait bien. Mais à présent, elle craignait que la contrariété provoquée par cette stupide serveuse n'ait éveillé ce truc en Johnny. La rousse ignorait la manière dont fonctionnait cette chose … et l'avoir vu à l’œuvre une fois dans la soirée lui avait amplement suffit … elle n'avait vraiment pas envie de le revoir une seconde fois. Elle sursauta lorsqu'elle entendit des cris venant du fond du bar. Se penchant légèrement sur le côté de sa chaise, elle tenta d'en voir un peu plus, fixant la porte derrière laquelle le motard avait disparu. La peur au ventre, elle ne trouva pas le courage de se lever pour aller voir s'il avait besoin d'aide. Et si ce n'était plus lui dans ces toilettes … si c'était l'autre …

Finalement, Johnny réapparut. Il s'était visiblement rafraîchi le visage comme en attestaient les quelques gouttes d'eau sur son front et dans ses cheveux. Silencieuse, Jane le regarda reprendre sa place en face d'elle, les mains toujours posées sur ses jambes, les paumes à présent moites.

« Est-ce que ça va aller ? … ou bien, il faut que je me prépare à revoir le Johnny des mauvais jours ? », tenta-t-elle de demander timidement, tant pour se rassurer que pour détendre l'atmosphère.

D'un rapide coup d’œil à droite et à gauche, la rousse s'assura qu'une nouvelle fois la serveuse s'était plantée dans un coin, loin de leur conversation. Ceci fait, elle se pencha par dessus la table, s'approchant un peu plus de Johnny pour pouvoir rester audible, même en chuchotant.

« Ok, c'est une garce … mais ne me dis pas que ça fait d'elle une criminelle qui mérite d'être offerte à Skeletor … »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jonathan Blaze
Marvel Knights
♠ CLASSE & NOM DE CODE : The Ghost Rider
♠ EMPLOI : Cascadeur
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Au coin de la rue (Privé ft. Jean Grey)   Ven 25 Aoû 2017 - 16:11
Jane semblait paniquer et elle avait de bonnes raisons de l’être. Zarathos voudrait probablement la voir morte pour une raison qui mettait totalement inconnu. Néanmoins, je fis en sorte de la rassurer. Je n’allais pas tuer une innocente juste sous l’envie soudaine de Zarathos. Je pourrais aussi partir comme il me l’a conseillé mais, si elle était dangereuse, elle ne se serait pas laissé prendre en otage. A moins que son amnésie lui ait fait oublier ses capacités… Non, ça n’avait pas de sens. Une créature considérée comme un danger pour Zarathos ne pourrait perdre la mémoire aussi facilement. Ca n’avait aucun sens. Laissant ces pensées dans un coin de ma tête, je pris la parole d’un ton le plus rassurant possible :

« Non, si j’étais dans un mauvais jour, je crois que tu ne te poserai même pas la question… »

Comme elle appela Zarathos « Skeletor », je ne pus réprimer un sourire.

« Non, la connerie n’est pas considéré comme une faute. Sinon, je crois qu’on ne serait pas sortie de l’auberge. »

Me frottant de menton, je réfléchissais à ce qu’elle m’avait dit plutôt. Il lui semblait qu’elle avait un lien avec les motos. C’était une piste qui pouvait être intéressante.

« J’ignore si ça peut aider mais, puisque ça vous dit quelque chose, que dirais-tu d’aller voir ma moto ? Si ça se trouve, tu faisais de la moto, ou alors tos parents en faisaient. Peut-être même un de tes amis… Tu étais peut-être même une cascadeuse. »

Certes, je ne croyais pas trop qu’elle en était une. De toute ma vie de cascadeur, je ne l’avais jamais aperçu. Je me serai souvenu si j’avais vu une fille rousse cascadeuse à moins qu’elle fût peu connue. Dans ce cas, c’était normal que je ne la connaisse pas. De plus, cela nous permettrait de nous éloigner de ce bar et de sa serveuse pour le moins désagréable.

« Bien sûr, ça peut attendre un autre jour. Tu dois sûrement être crevée après une journée comme celle –ci. »

En effet, j’aurais compris aisément qu’elle  souhaitait aller se reposer. Le lendemain, elle devrait certainement se lever tôt pour aller travailler. Enfin, c’était ce que je supposais. Je connaissais très mal le monde de la restauration. Quoiqu’il en soit, ce n’était pas la seule raison qui pourrait expliquer un refus. Elle avait vécu une prise d’otage, vu un squelette enflammé, appris que son héros du jour était un serial-killer. Et, en plus de tout ça, elle venait de me voir foncer vers les toilettes et avait, à raison, suspecté Zarathos d’être à l’origine du problème. Elle devait être paniquée. Néanmoins, elle restait là. C’était profondément courageux de sa part… ou profondément stupide, selon le point de vue.

Attendant la confirmation ou l’infirmation de ma proposition, j’attrapai ma bière, ou du moins, ce qu’il en restait et bus une gorgée. Déposant ma bouteille, je regardai mon interlocutrice, tout en essayant d’être le plus rassurant possible ce qui n’était pas une chose aisée.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jean Grey
X-Men
♠ EMPLOI : anciennement professeur et médecin
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Au coin de la rue (Privé ft. Jean Grey)   Lun 28 Aoû 2017 - 0:40
A la mine débonnaire qu'il afficha en entendant la question de Jane, et au sourire amusé qui l'accompagna, cette dernière comprit assez rapidement que le squelette n'allait débarquer. Ce fut d'ailleurs ce que lui confirma Johnny juste après. Se sentant soudainement quelque peu ridicule d'avoir pu penser une telle chose, la rousse se mit à rire tout en le fuyant du regard durant un instant. Il avait raison : si la bêtise humaine devait être considérée comme une faute grave, alors, peu de monde serait épargné par la créature qui vivait en Blaze.

Finalement, Johnny brisa le silence et la gêne ressentie par son interlocutrice, en lui proposant de l'accompagner, pour qu'ensemble ils aillent voir sa moto. Il soumit d'idée qu'en voyant son bolide, alors, la mémoire de Jane serait peut-être stimulée, et que de cette manière, elle parviendrait à récupérer quelques souvenirs. C'était une expérience à tenter, les médecins de l'hôpital lui ayant expliqué que c'était une chose qui fonctionnait dans certains cas.

« Pas d'inquiétude … ça ira pour demain. Je serais vraiment ravie de voir cette moto maintenant, lui répondit-elle. Avec un peu de chance, cette rencontre éveillera quelque chose en moi … et dans le cas contraire, j'aurai eu l'occasion de voir une Harley de prêt. »

Se levant, elle reprit sa veste, à présent sèche, et déposa de quoi payer l'addition sur la table. Puis, suivant Johnny dans la rue, elle se laissa guider vers leur destination.

« Une chose est sûre, je n'étais pas cascadeuse, lui dit-elle en chemin, avec une voix rieuse. Ou alors, j'ai vraiment tout oublié … parce que je n'ai rien d'une sportive … et je suis même plutôt trouillarde quand il y a un risque de se faire mal. »

S'apprêtant à parler du peu qu'elle soupçonnait de son passé, Jane resta un instant silencieuse, réfléchissant à la manière de présenter les choses … rassemblant pour un ainsi dire, le peu qu'elle savait. Machinalement, elle glissa ses mains dans les poches de son jeans, comme si elle ne savait pas de quelle manière les occuper. C'était une façon de gagner en stabilité … de se rassurer.

« Je crois que j'ai connu quelqu'un qui appréciait les motos … c'est assez flou. Le problème, c'est que lorsque j'ai cette sensation, cette impression de me souvenir de quelque chose … c'est un peu comme quand on a des brides d'un rêve au réveil. J'ai beau me concentrer … je n'arrive pas à rendre le souvenir plus clair. Au contraire … plus j'insiste, et plus j'ai l'impression qu'il s'étiole … qu'il m'échappe. »

Jane tourna son visage vers son interlocuteur, lui adressant une moue d'acceptation en coin de lèvres, accompagnée d'un haussement d'épaule impuissant.

« C'est très agaçant … mais, maintenant, c'est mon lot quotidien. »

Pourtant, la rousse n'aimait pas s’apitoyer sur son sort, et elle aimait encore moins que quiconque le fasse pour elle. Ce fut pour cette raison qu'elle ne perdit pas de temps pour rebondir sur cette confidence, et ainsi, changer totalement de cap.

« Mais au moins, qu'importe ce qui a constitué ma vie avant tout ça … je ne m'en soucie plus ! Les coups durs, les peines, les regrets … envolés ! Jane Doe a le droit à une seconde chance, elle repart de zéro ! »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jonathan Blaze
Marvel Knights
♠ CLASSE & NOM DE CODE : The Ghost Rider
♠ EMPLOI : Cascadeur
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Au coin de la rue (Privé ft. Jean Grey)   Lun 28 Aoû 2017 - 18:25
Finalement, Jane avait accepté ma proposition d’aller jeter un coup d’œil sur ma moto. Nous décidâmes alors de partir. Puisque j’étais invité et vu que je n’avais plus d’argent sur moi, Jane régla l’addition. Alors que nous sortions, je jetai un dernier coup d’œil sur l’établissement et pus voir la serveuse mettre le panneau fermé. Elle semblait pour le moins ravie.

Sur la route, j’en appris un peu plus sur la philosophie de ma compagne. Elle montrait un sacré optimisme. Elle me disait que tous ses soucis étaient envolés et que c’était une bonne chose. Pouvais-je lui donner tort ? J’aurais bien aimé oublier mes souffrances, mais le prix à payer est trop grand. Je ne voudrais pour rien au monde oublié Roxanne et mes enfants… Elle avait déjà réfléchir à ce problème. Elle préférait sûrement ne pas y penser et je ne pouvais la blâmer. De plus, malgré son amnésie, ses fantômes du passé reviendront la hanter et elle ne pourra rien y faire. Je ne le savais que trop bien. Cependant, je restais muer.

Au bout de plusieurs minutes, nous arrivâmes face à une série d’entrepôts privés en pleins airs. Ils étaient petits et servaient  stocker quelques matériels. Certes, l’endroit n’était pas fort sécurisé mais, au moins, ce n’était pas cher pour une location. Avançant dans l’allée, je m’arrêtai près d’une porte qui pouvait être aisément celui d’un garage. Sortant une clé, je me penchais et l’insérai dans la serrure située en bas de la porte. Après l’avoir déverrouillé, j’ouvris la porte. A l’intérieur, on ne distinguait qu’une énorme masse sombre et immobile. Avançant à l’intérieure, je tendis mon bras et appuyais sur l’interrupteur. Une lumière apparut, éclaircissant l’endroit. Les murs étaient gris et il n’y avait pas le moindre meuble. En réalité, la seule chose présente était une caravane qui aurait pu être blanche, mais qui était désormais gris et sale dû à mes longs voyages. Les phares étaient face à nous de sorte que je devais aller chercher ma moto à l’arrière du véhicule.

« Attends ici, je reviens. »

Sur ces mots, je fis le tour de mon habitation et allai vers ma Harley. Baissant un levier, la plateforme transportant mon bolide fit le même mouvement. Détachant la chaîne, je l’enroulai autour de mon torse en le faisant passer sur mon épaule gauche et mon flanc droit. Prenant ma Harley par le guidon, je la fis rouler jusqu’à Jane. Ainsi, dans la lumière, elle pourrait mieux l’analyser que dans le fin fond de cet entrepôt.

« La voilà ! »

Une pointe de fierté perçait dans ma voix. Certes, certaines personnes pourraient trouver que c’est une simple moto, mais pour un passionné, on y verrait une petite merveille. Sa carrosserie était noire et d’une propreté hallucinante. Autre fait intéressant était son absence totale de bosses et d’éraflures ce qui pouvait sembler bizarre pour un véhicule de cascade. Mais cela s’expliquait aisément… Ce n’était pas seulement une moto, mais une moto que j’ai hérité en devenant Ghost Rider.

« Alors, ça te rappelle quelque chose ? »
De ce qu’elle s’en souvenait, elle n’était pas cascadeuse. Le monde de la moto concernait davantage une personne proche d’elle. Peut-être que cela l’aiderait tout de même…
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jean Grey
X-Men
♠ EMPLOI : anciennement professeur et médecin
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Au coin de la rue (Privé ft. Jean Grey)   Mer 6 Sep 2017 - 0:13
En silence, Johnny écouta la rousse lui révélait sa manière d'appréhender son amnésie. Fallait-il y voir dans cette absence de commentaire une forme de désapprobation ? Ou bien se contentait-il simplement de la laisser parler sans vouloir l'interrompre avec son point de vue ? Sans doute Jane ne le saurait-elle jamais. Mais d'une certaine manière, elle ne s'en souciait pas. Avoir pu se confier comme elle venait de le faire lui avait fait le plus grand bien. Curieusement, elle ne se souvenait pas avoir autant discuté de son cas avec une personne qui ne soit pas médecin … et cette absence là n'avait rien à voir avec son trouble de la mémoire. Simplement, c'était un sujet délicat, et qui souvent, faisait peur aux gens. Parfois, Jane avait l'impression d'être une extra-terrestre lorsque ses collègues la regardaient du coin de l’œil, pensant qu'elle ne les voyait pas faire. Il lui arrivait même de les surprendre en train de discuter d'elle entre eux. Malgré les semaines qui passaient à leur contact, c'était comme si l'inconnu qui voilait son passé continuait de les effrayer. Lasse, la rousse avait tout simplement cessé de tenter d'aller contre ces attitudes, préférant se dire qu'avec les temps, les choses finiraient par s'arranger d'elles-mêmes.

Le duo finit par arriver devant une série d'entrepôts tout juste éclairés. Si en plein jour, cet endroit n'avait rien d'inquiétant, en cette heure tardive, Jane ne se serait jamais aventurée ici toute seule. Cet endroit avait tout d'un coupe gorge. C'était bien parce qu'elle se savait accompagnée de Johnny et de son coloc' d'enfer qu'elle avait bien voulu le suivre jusqu'ici sans rechigner. Les mains croisées devant elle dans un futile réflexe de protection, elle le regarda ouvrir l'un des hangars, puis pénétrer dans l'obscurité de celui-ci, avant d'en allumer la lumière. Légèrement éblouie l'espace de quelques secondes, la rousse fronça les sourcils, parvenant tout de même à distinguer une caravane à l'intérieur de l'entrepôt. A en juger par son état, elle n'était pas de première jeunesse, et semblait avoir pas mal de kilomètres à son compteur.

Lorsque Johnny lui demanda de l'attendre, elle l'écouta, se contentant simplement de tenter de voir où il allait en tendant le cou … jusqu'à ce qu'il finisse par disparaître derrière la caravane. Seule, Jane se frotta les bras avec les mains, comme pour se donner du courage, tout en se répétant qu'il ne pouvait rien lui arriver. Mais finalement, ce qui la soulagea réellement, ce fut de voir Johnny revenir vers elle, poussant sa moto pour l'amener en pleine lumière.

La fierté dans son regard et dans sa voix lorsqu'il lui présenta son véhicule, fit sourire Jane. Il était clair qu'il était complètement fan de cette moto. Se rapprochant, la rousse examina alors le bolide. C'était une véritable merveille, et qui ne manquait pas d'entretien. S'accroupissant au niveau du réservoir, elle étudia chacune des pièces visibles, cherchant en elle si l'un de ces détails pouvait lui évoquer le moindre souvenir.

Mais comme à chaque fois, Jane savait que c'était là, tout prêt … et pourtant, hors de portée. Plus elle cherchait à se remémorer ses souvenirs en lien avec les motos, plus les choses devenaient incertaines et lointaines. Elle poussa alors un long soupire.

« Non, rien de précis. Je sais simplement qu'il y a quelque chose … sans parvenir à en découvrir d'avantage », lui répondit-elle presque blasée.

A dire vrai, elle commençait à avoir l'habitude de ressentir cette sensation. Cela devenait presque familier à force. Alors, un peu plus ou un peu moins, elle n'était plus à cela prêt.

« Mais je dois te féliciter … elle est magnifique et … en parfait état. Rassure-moi, lui demanda-t-elle en relevant le regard vers lui, tu t'en sers j'espère. On a l'impression que tu l'as achetée ce matin tellement elle semble neuve. Pas une bosse, pas une éraflure, pas une trace d'huile de moteur … on pourrait presque croire que le cuir de cette selle n'a jamais vu un postérieur de toute sa vie », finit-elle par dire pour le taquiner, sur un air amusé.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

Au coin de la rue (Privé ft. Jean Grey)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant


 Sujets similaires

-
» Fiche Jean Grey
» Jean Grey - Un bébé phénix
» Jean Grey
» Jean Grey || Just a Girl, a Marvel Girl.
» I believe I can fly || Charles F. Xavier & Jean Grey





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: Los Angeles :: Le reste de Los Angeles :: South Los Angeles-


Coup de pouce
Un petit vote toutes les deux heures - notez le ici

Un petit mot d'amour sur Bazzart ou PRD c'est 50% reversé aux psys d'HYDRA

Rps entre amis
Vous cherchez un rp ? N'oubliez pas d'aller voir les recherches déjà postées !
Une mission cherche encore des participants, hop hop allez rp !

#Important stuff
Premier post d'un nouveau rp ? Utilisez code de situation du rp | Votre staff vous supplie : Recensez vos actions & événements rps ici

#Membres du mois

Evan & Otto
#1 ...20 rps, ça va il s'intègre bien


Blaze & Spector
#2 Le rider passe, les rps trépassent : 12 rps


Pan & Doc Bizarre
#3 11 rps, petite forme le bouc