Merci de recensez vos actions rps ici pour que le contexte les prenne en compte !
N'oubliez pas de voter !

Partagez | 
 

Au coin de la rue (Privé ft. Jean Grey)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

avatar
Jonathan Blaze
Marvel Knights
♠ CLASSE & NOM DE CODE : The Ghost Rider
♠ EMPLOI : Cascadeur
MessageSujet: Re: Au coin de la rue (Privé ft. Jean Grey)   Mer 6 Sep 2017 - 12:05
Cette amnésie n’était, à première vue, pas prête de se montrer coopérative. Cela devait vraiment être perturbant d’avoir la sensation de savoir quelque chose, mais d’être incapable d’y mettre le doigt. Face à la petite pique de Jane, j’essayais de trouver une explication convaincante :

« Tu sais, quand on a côtoyé le monde de la mécanique, on sait comment faire partir les tâches, masquer les éraflures et réparer la carrosserie. Ensuite, il suffit de passer un bon coup de chiffon et… Voilà, une moto neuve ! »

Il est vrai que cette explication pourrait sembler possible pour un inculte, mais un spécialiste pourrait facilement se douter d’un problème. Il était impossible de maintenir une moto dans un état aussi parfait. Non, c’était impossible, mais j’avais un secret. Cette moto était liée au Ghost Rider. Elle pouvait donc se réparer juste avec un peu de Hellfire. Cette information, je l’avais gardée pour moi. Il n’y avait aucune utilité d’en faire part à Jane. Cela n’aurait fait que la mettre mal à l’aise. Essayant de juger subtilement de sujet, je lui fis une offre, sur un ton de la plaisanterie :

« Si tu penses que je ne la conduis pas, je peux te prouver le contraire : ça te dit te faire un tour ? »
J’ignorai si elle accepterait une telle offre. Certes, elle ne risquait normalement rien. J’étais assez bon conducteur. Bien que je ne m’en serve jamais, je possédais également un casque. Bon, j’avais toujours un autre argument en poche.

« Si en voyant le véhicule, ça ne te dit rien, peut-être que la sensation sur une moto t’en dirait davantage. De toute façon, faudra bien qu’on trouve un moyen pour te ramener chez toi. A moins que tu veuilles d’aventurer de nouveau dans les rues. »

En effet, il devait être au moins minuit, et les quartiers n’étaient pas toujours sûr… Elle l’avait appris à ses dépens. Bien sûr, il m’aurait été possible de la raccompagner chez elle à pieds, mais il m’aurait fallu refaire tout le chemin à pieds et je n’en avais pas la force ou, plutôt, la volonté.

« A moins que tu préf… Non, laisse tomber. »

Du rouge me monta légèrement au rouge. J’avais failli dire une connerie. J’allais l’inviter à dormir ici. Cette demande aurait été purement innocente, mais c’était en la disant que je m’étais rendu compte à quelle point elle était déplacé et qu’elle pouvait porter à confusion. J’avais affronté des démons, j’avais voyagé en enfer et me voilà rougissant comme un simple adolescent devant une fille. Essayant de me ressaisir, j’essayai tant bien que mal de revenir à ma proposition.

« Alors… heu… tu en dis quoi ? De mon tour en moto ? »
Je m’étais en presser de dire le « de mon tour en moto ». J’avais l’impression que, plus je parlais, plus je m’enfoncé. Je devais avoir l’air totalement pathétique.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jean Grey
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix
♠ EMPLOI : anciennement professeur et médecin
MessageSujet: Re: Au coin de la rue (Privé ft. Jean Grey)   Dim 10 Sep 2017 - 1:33
D'après Johnny, il devait l'état de sa moto à ses seules connaissances en mécanique et en entretien. Jane l'écouta, un sourcil légèrement relevé de scepticisme devant cette explication simplette, pour ne pas dire foireuse. Elle était amnésique, pas stupide. Mais ce qui acheva de la convaincre que le motard dissimulait clairement la vérité fut cette histoire de coup de chiffon. Mais bien sûr …

Bref, si Johnny ne souhaitait pas en dire plus, c'était son choix. Aussi, la rousse n'insista pas et … fit mine d'accepter cette explication. Visiblement, la petite remarque de cette dernière avait d'ailleurs piqué le hors du soir au vif, puisqu'il justifia le fait qu'il se servait de son bolide en proposant à son interlocutrice de faire un tour. L'argument qu'il sortit ensuite tenait la route. En effet, la sensation de l’asphalte dévorée par cette moto lui évoquerait peut-être d'avantage de choses que de simplement la regarder.

Par la même occasion, Johnny lui proposa de la ramener chez elle. A l'évocation de rentrer seule, Jane fit un tour d'horizon des ruelles sombres et peu engageantes qui entouraient les entrepôts. Il était clair qu'elle ne se voyait pas arpenter en solitaire ce quartier. Etait-ce la nuit ou bien l'expérience de cette soirée qui exacerbait sa peur ? Quoi qu'il en fut, elle voyait cet endroit comme un véritable coupe gorge. Décidément, ce Johnny ne cessait de lui sauver la mise ce soir. Il alla alors pour proposer une autre alternative, mais se ravisa en plein milieu. Jane n'en était pas certaine au vu de l'éclairage, mais il lui semblait bien que … non … La rousse esquissa un discret sourire qu'elle tenta de contenir autant qu'elle le put. Johnny était en train de rougir. Pas besoin d'être médium pour imaginer ce qu'il avait failli lui proposer. Inconsciemment, Jane fit dériver son regard sur la caravane qui se trouvait quelques mètres plus loin.

« Tu as raison. Il se fait tard et je ne me vois pas rentrer à pied et encore moins seule. Alors, puisque tu me le proposes, je veux bien faire un tour sur ta moto, et par la même occasion, que tu me raccompagnes chez moi », lui répondit-elle en souriant.

Sentant bien que Johnny n'était pas très à l'aise après ce petit cafouillage, elle préféra ne rien dire ou faire, faisant mine de n'avoir rien remarqué, et agissant le plus normalement possible. Elle se saisit du casque qu'il lui tendit, puis, après avoir coiffé spontanément ses cheveux de manière adéquat, elle l'enfila. Ces quelques gestes, elle les avait faits sans réfléchir et le plus normalement du monde, sans même s'en rendre compte. Elle le laissa ensuite sortir sa moto du hangar, avant de refermer celui-ci, pour ensuite prendre place derrière le guidon.

Elle vint alors prendre place derrière lui, calant ses semelles sur les cales pieds, enserrant ses bras autour de la taille de Johnny, tout en se serrant contre lui tel un sac à dos et finissant par refermer ses jambes sur les cuisses de ce dernier, afin de parfaitement suivre les mouvements qu'il ferait durant le trajet, notamment lors des virages. Tout ces gestes, tous ces positionnements, elle les avait effectués sans qu'il ne lui indique quoi faire, elle les avait effectués d'elle-même. C'était comme si son corps se souvenait, comme si sa mémoire musculaire avait pris le relais.

Tout en prenant place, elle lui indiqua son adresse, ainsi que la manière de s'y rendre en partant de ce quartier. A présent qu'elle était prête, elle lui indiqua, rapprochant son casque, visière relevée, de l'une de ses oreilles.

« Tu peux y aller, je suis prête- »

A cette instant précis, elle voulut prononcer un prénom. Un prénom qui n'était pas celui de Johnny. Le prénom d'une personne avec qui elle avait pour habitude de faire de la moto de cette manière par le passé. Pourtant, elle fut incapable de le prononcer … incapable de s'en rappeler.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jonathan Blaze
Marvel Knights
♠ CLASSE & NOM DE CODE : The Ghost Rider
♠ EMPLOI : Cascadeur
MessageSujet: Re: Au coin de la rue (Privé ft. Jean Grey)   Mar 12 Sep 2017 - 18:01
Jane n’avait pas tenu compte de ma gène ou ne l’avait pas remarqué. Elle accepta donc mon offre de la reconduire chez elle. J’entrai alors dans ma caravane pour aller chercher un casque. Enjambant des vêtements entassés sur le sol, je pris l’objet qui était déposé négligemment sur le sol. Frottant un peu la poussière qui s’ y était installé, je sortis et tendis à la rousse le casque. Prenant ma moto et la faisant rouler à coté de moi, je sortis de l’entrepôt et fermai celui-ci.

Nous nous installâmes sur la moto et, le plus naturellement possible, elle s’installa parfaitement à l’arrière. Je n’avais pas eu besoin de lui donner la moindre consigne. Elle semblait avoir l’habitude d’être sur une moto en tout cas, du moins comme passagère. Passant machinalement une main dans les cheveux, je lui demandai son adresse. Elle me répondit alors. Bien que cela ne faisait que quelques mois, je  savais plus ou moins où se trouvait la rue. Déposant mes mains sur le guidon, je mis en marche le moteur. Une légère vibration se répandit dans le véhicule. Il dégagea également un léger  ronronnement. D’un coup, je donnais plus de puissance au moteur et le ronronnement devint un rugissement. Nos corps portés par la bête de métal, nous avancions à grande vitesse. L’air me fouetta le visage et une sensation de bien être m’envahit. Je me sentais libre et confiant : une sensation que j’aimais particulièrement. Pris par cette liberté et vu l’absence de personnes dans les rues, j’accélérai. Les rues défilaient, les immeubles longeant le chemin devenaient de plus en plus flous.  J’aurais pus encore accélérer, mais je me souvins que je n’étais point seul. Je décidai donc de ne pas accélérer, au contraire, je réduis même  ma vitesse. Avec une vitesse plus modérée, nus arrivâmes finalement dans sa rue. M’arrêtant en face du bâtiment, Jane descendit du véhicule. Tendant la main, je récupérai mon casque et l’enfilai. Non, pas que j’en avais besoin, mais plutôt parce que cela aurait été très inconfortable de le transporter sous  le bras.

Cette soirée semblait toucher à sa fin. Elle avait été des plus intéressantes. J’avais rencontré une amnésique qui était des plus sympathiques. Elle m’avait invité à boire un verre alors qu’elle m’avait vu sous mon aspect le moins attrayant. Cependant, bien que j’essayais de ne pas y penser, il n’y avait quand même un problème. Pourquoi  Zarathos se méfiait-elle ? Avais-je fait le bon choix en la conduisant vers un possible retour de son amnésie. Non, je ne pouvais croire qu’elle était profondément mauvaise et puissante. Toute cette soirée m’avait montré le contraire. Je pris la parole en premier :

« Je crois que nous sommes bien arrivé. C’était une bonne soirée, enfin, par rapport à son commencement, ça a plutôt bien fini. En espérant que nous nous recroisions plus dans les mêmes conditions. »

Je tendis alors ma main, avec un léger sourire aux lèvres.

« C’était un plaisir Jane. J’espère que tu retrouveras la mémoire. Bonne chance et bonne nuit. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jean Grey
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix
♠ EMPLOI : anciennement professeur et médecin
MessageSujet: Re: Au coin de la rue (Privé ft. Jean Grey)   Mer 20 Sep 2017 - 2:01
Le moteur démarra, avec le ronronnement si caractéristique des Harley, un son unique dans tout le monde de l'automobile, et reconnaissable d'entre tous, une symphonie mythique due à la spécificité de son moteur et de son pot. Un instant, Jane ferma les yeux, un fin sourire apparaissant sur ses lèvres, se laissant reposer sur le dos de son chauffeur. Elle apprécia alors la sensation de ces vibrations qui se répandaient depuis cette moto, jusqu'à travers l'ensemble de son corps. C'était un ressenti des plus agréables … annonciateur d'un bon moment. Pourtant, c'était la première fois qu'elle se trouvait assise sur un tel véhicule … tout du moins depuis ces derniers mois.

Vinrent alors ces impressions si savoureuses provoquées par les accélérations et les virages, se sentir se déporter sur le côté, changer d'axe, pour ne faire qu'un avec le bolide, ce fut une délicieuse explosion de sensations. La rousse n'aurait su dire combien de temps avait duré le trajet. Trop peu de temps à son goût. Elle ne s'était pas sentie aussi sereine depuis … en fait, elle ne s'était jamais sentie ainsi depuis aussi loin qu'elle se souvenait. C'était la première fois qu'elle se sentait aussi proche de sa vie d'avant. Une expérience unique depuis ces quelques mois passés dans cette ville si impersonnelle et étrangère.

Arrivés à destination, Johnny stoppa son véhicule, coupant le moteur et stabilisant l'engin pour permettre à sa passagère de descendre. Retirant le casque, Jane secoua instinctivement la tête pour faire retomber naturellement sa chevelure qui se déroula sur ses épaules. Elle rendit alors le couvre-chef à son propriétaire qui le coiffa à son tour, avant de la remercier pour cette soirée. Il finit alors par lui tendre la main et lui souhaiter bonne chance pour la suite, notamment pour la quête de ces souvenirs. Quelques instants, elle lui sourit avec douceur, le fixant droit dans les yeux. Combien de temps resta-t-elle ainsi à l'observer ? Un battement de cœur ? Le reste de la nuit ? Sans doute une fraction de seconde, tout au plus … mais ce fut pour la rousse quelque chose d'étonnamment intense … comme une sorte de connexion inexplicable. Ou bien était-ce son imagination … elle commençait à fatiguer, cela n'aurait rien eu d'étonnant.

Dans son regard, il lui sembla percevoir un bref moment une lourde solitude et une profonde tristesse … un fardeau qui lui fit frissonner l'échine. Peut-être était-ce de la culpabilité ? Les tourments d'un homme seul et endeuillé … Ou bien n'était-ce encore une fois que son imagination …

Mais alors d'où lui venait ce prénom qu'elle avait en tête à ce moment précis ? Roxanne … Il devenait urgent qu'elle se glisse sous sa couette … elle déraillait complètement, son esprit lui jouant des tours.

Baissant le regard sur la main qu'il lui tendait, elle laissa échapper un léger rire en le voyant si réservé. Se rapprochant de lui, elle l'enlaça sans complexe et le serra dans ses bras, le visage calé contre son casque.

« Merci Johnny … pas seulement pour m'avoir sauvé la vie tout à l'heure … merci pour toute cette soirée … pour m'avoir écouté, pour m'avoir filé un tuyau pour mon amnésie … »

Elle marqua une pause, sans pour autant cesser de l'étreindre contre elle.

« Pour ce tour de moto aussi, c'était génial. »

Finalement, elle le relâcha et se redressa pour de nouveau lui faire face, avec un sourire.

« Quoi qu'il advienne … garde l'espoir. L'espoir que les choses peuvent toujours s'arranger. Et si jamais tu venais à avoir un moment de doute, alors, repense à cette soirée qui malgré son début chaotique, s'est finalement terminée d'une manière aussi inattendue qu'appréciable. »

Pourquoi lui avait-elle dit ceci ? Quelque part au fond d'elle, Jane avait la certitude qu'il avait besoin de l'entendre. Après un dernier signe de main pour lui dire au revoir, elle le laissa et regagna son appartement.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

Au coin de la rue (Privé ft. Jean Grey)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3


 Sujets similaires

-
» Fiche Jean Grey
» Jean Grey - Un bébé phénix
» Jean Grey
» Jean Grey || Just a Girl, a Marvel Girl.
» I believe I can fly || Charles F. Xavier & Jean Grey





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: Los Angeles :: Le reste de Los Angeles :: South Los Angeles-