Partagez | 
 

Let me help you. [ft Evan Sabahnur]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Charles Xavier
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe Oméga & Professeur X
♠ EMPLOI : Fondateur & Co-Directeur de l'institut Xavier pour jeunes surdoués et Leader des X-Men
♠ GIF :
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Let me help you. [ft Evan Sabahnur]   Mar 12 Sep 2017 - 18:56
Let me help you
♣ Statut du sujet : Privé ft. Evan Sabahnur
♣ Date du rp : Présent.
♣ Météo & moment de la journée : Dans l'après midi, il fait assez beau et le ciel est dégagé.
♣ Autre : Maison en reconstruction. Inhabité.





Let me help you.
NE DEVIENS PAS CE QU'IL PENSE DE TOI. DEVIENS CE QUE TU VEUX DEVENIR.
Il y avait tellement de chose auxquelles il fallait s'habituer. Et bien que j'avais une capaci té d'adaptation sans nom, l'endroit où j'habitais. Le manoir Xavier me manquait réellement. J'avais passé toute ma vie dans cet endroit. Alors, maintenant, les nouveaux locaux. Je ne me plaignais pas mais ce n'était pas pareil.
Les cours se déroulaient plutôt bien au sein de l'école, quelques personnes rendaient la vie dure à d'autres. Mais rien qui ne puisse être incapable à calmer. Une fois tout les deux jours, je quitte le manoir pour pouvoir rejoindre New York. Cette bonne vieille ville qui m'a vu grandir, réaliser mes rêves, aider les autres ou encore voir la fin de ma vie. Temporairement. J'adorais New York et sa destruction m'a réellement anéantie.

Mais pour le moment, ma préoccupation, c'était Evan. Un ancien étudiant de l'école qui avait préféré prendre la fuite pour protéger tout le monde. Enfin, protéger les autres élèves de ses pouvoirs. Il avait une façon tellement négative de se voir que j'ignorais comment m'y prendre durant un bon moment. La psychologie, ça ne marchait pas. Tout comme l'honnêteté. Des mots, ce ne sont que des mots.
Alors, j'avais préféré agir simplement. L'aider à mieux gérer ses pouvoirs, se contrôler et ainsi mieux s'apprécier, s'aimer. Je ne voulais pas l'obliger à revenir. Ca ne servait à rien. Puisqu'il retournera simplement hors des murs à la première occasion.

Enfermé dans le Cerebro, je surveillais assez Evan. Squattant à droite et à gauche, le moyen était surtout de pouvoir le retrouver facilement lors de nos cours. Mais pas que. J'étais souvent inquiet pour lui, comme pour tout mes élèves. Alors, il le fallait. Pour calmer mes inquiétudes.
Et là, je le voyais déjà dans une maison, récemment rénové et encore en rénovation, mais dont personne n'ai encore en mesure d'habiter.
Une fois repéré, je sors de Cerebro et préviens tout de même où je suis. Depuis ma disparition, Ororo et James ainsi que d'autres s'inquiètent de plus en plus pour moi. Et c'est aussi adorable qu'embêtant. J'ai quand même quatre vingt un ans. Disons que maintenant, j'ai de l'expérience. Et je sais même me protéger, c'est le moins que l'on puisse dire.

- Je n'en aurai pas pour longtemps. Ne vous inquiétez pas.

Je souris doucement à mes amis de longues dates et quitte l'école dans la même voiture, je la prend toujours pour essayer de passer le plus inaperçus. Mais étant donné que l'on connait bien mon visage, c'est compliqué. Je rejoins les portes de New York et me gare dans la rue où j'ai vu Evan pour la dernière fois. Je sors et ferme à clé avant de me diriger à la porte avec un cabbat dans la main gauche. Je frappe à la porte.

- Evan ?

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Evan Sabahnur
Indépendants
♠ EMPLOI : Etudiant de l'Institut Charles Xavier, fugitif
♠ GIF :
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Let me help you. [ft Evan Sabahnur]   Mar 12 Sep 2017 - 22:40
Charles Xavier & Evan Sabahnur
Let me help you
Sous le regard du SHIELD et des Maraudeurs
Mes pensées sont majoritairement tournées vers le discours du Cavalier Fantôme, ce démon particulier qui a su dompter sa nature et m’a promis de s’occuper de mon cas si je viens à me perdre. Il pense que je suis capable de combattre ce que je suis, ce qui coule dans mes veines, mais ce n’est pas facile… Je dois me battre contre ma nature, contre ma destinée, contre les prédictions et contre ceux qui veulent profiter de ce pouvoir… C’est un tout qui m’a fait fuir, pas uniquement protéger les autres élèves de mes dons et d’un possible accident, mais aussi protéger mes professeurs de ceux qui pourraient leur faire du mal. Le Ghost Rider m’a dit que ce n’est pas de ma faute, que c’est leur choix, me le démontrant par un coup qu’il m’a collé en disant que c’était son choix, pas ma responsabilité. Mais je ne suis pas capable d’oublier ces images, celles de ces « mentors » qui sont venus me sauver des mains des Confréristes, qui se sont retrouvés en sang à se faire torturer alors qu’ils étaient venus me sauver… Je ne suis pas capable d’oublier les mots, de celui qui ne cessait de me dire que le seul moyen de les sauver serait de tuer. Je ne veux pas tuer, ni même les pires êtres de ce monde, je ne veux pas faire couler le sang car ce serait nourrir cette part qui vit surement en moi et qui a apporté déjà tant de maux au travers des millénaires. J’ai failli pourtant craquer, ma voix qui crie sur mes ravisseurs quand j’ai perdu le contrôle, les mots « Vous méritez de mourir. » Personne ne devrait avoir ce droit de décider qui mérite de vivre ou mourir, alors que cette phrase s’est échappée de mes lèvres dans un moment de colère… Cela en était trop.

Il serait surement amusant de calculer le temps que je passe à juste réfléchir, restant sur place dans un coin sombre sans bouger, à me perdre dans les tréfonds de mes pensées, à m’égarer dans le dédale de mon esprit torturé. Me remettre en question, repenser aux paroles encourageantes et celles plus négatives. C’est difficile de croire ceux qui s’adressent à moi car pour un être qui va me dire que je ne serai jamais un monstre, un autre lui insiste sur le fait que je ne saurai jamais autre chose. Mais une chose qui me surprend petit à petit, c’est que j’arrive à ressentir un manque… Oui, moi qui pense si souvent que je suis socialement inadapté, le genre de personne qui pourrait vivre dans le vide et la solitude, certaines personnes me manquent… Pourtant je considère souvent que ma vie n’est que mensonge, surtout depuis que j’ai appris mon enfance virtuelle, que mes amis du collège et de l’école élémentaire n’étaient que des programmes comme mes parents, aujourd’hui je ressens l’absence de ceux qui ont su m’approcher à l’Institut Charles Xavier, comme Rhane, Broo et Quentin. Ce sont mes plus beaux souvenirs en tant qu’élève, les personnes qui étaient les plus proches. Certes Broo ne savait pas du tout qui était « Apocalypse », ce qui avait aidé et Quentin lui c’était le mystère, celui qui m’avait nommé Kid Apocalypse, qui avait fait de moi son souffre douleur avant de devenir finalement mon meilleur ami. Mais justement, c’est aussi car j’adore ces trois personnes que je dois me tenir loin d’eux, me demandant souvent comment j’aurais réagi si cela avait été Rhane qui s’était faite noyer par mes Ravisseurs, Quentin à qui ils auraient arraché le visage et Broo qu’ils auraient torturé devant mes yeux. Je soupire en ouvrant doucement les yeux pour regarder cette maison vide avec cette odeur envahissante de peinture fraiche, me rendant compte que je viens de passer la nuit et une partie de la journée sans bouger, juste assis dans un recoin à réfléchir.

Mon esprit s’éveille un peu plus quand j’entends un bruit, quelqu’un cognant à la porte et ma première réaction est de me redresser vivement, de jeter un regard vers les fenêtres pour voir qu’il n’y ait point d’ombres ou de personnes qui seraient occupées à faire le tour de la bâtisse, analyser aussi une sortie possible jusqu’au moment où j’entends cette voix, mon prénom… J’ai droit de me calmer pour l’instant, ce n’est pas une menace ou une forme d’autorité venue pour me chasser ou m’attraper, même si une part de méfiance reste présente car après tout qui sait si cette personne est venue seule ? J’ai souvent crainte qu’un jour il vienne avec justement Quentin, Rhane ou Broo pour tenter de me convaincre de revenir, qu’il vienne avec un de ces Professeurs ayant souffert par ma faute, ou avec Oncle Cluster pour me raisonner. Je ne suis pas quelqu’un de fort psychologiquement et j’ai peur de céder à des personnes proches pour éviter de les blesser… Mais du coup à la fin je m’en voudrai d’être revenu ce qui risquerait de me mettre dans un état de stress que je préfère amplement éviter. Je tente de calmer ma respiration, laissant du coup un instant avant de répondre.

« Entrez… la porte est toujours ouverte… »

En même temps, c’est normal c’est une demeure qui n’a pas fini d’être rénovée, qui subit encore des travaux et n’a rien à cacher, du coup personne ne ferme la porte pour laisser libre accès aux travailleurs avant de lui trouver un propriétaire. C’est encore un bon squat, pas de saleté, pas trop de personnes qui passent par ici, et les inconvénients comme le froid ou la toxicité des produits fraichement utilisés ne sont pas des problèmes pour organisme qui s’adapte naturellement. Par réflexe je recule un peu de la porte, la fixant comme pour m’assurer qu’il serait seul quand cette dernière s’ouvrira, légèrement crispé. La méfiance est devenue une chose courante maintenant, et ce n’est pas contre le Professeur Xavier, non c’est plus quelque chose de commun, de généralisé. Puis depuis le Shadow King et ses illusions, j’ai appris que la tromperie est un art qui sait se montrer très perfectionné. A peine cette porte ouverte, ma voix ne montre plus aucune assurance, un mélange de nervosité, de timidité aussi, de craintes…

« Désolé… les lieux ne sont pas très… accueillants… »

Restant debout et ne pouvant point proposer de chaises pour l’instant, mais ce lieu ne me servait que de coin de repos. D’ailleurs j’étais toujours la avec ce vieux sweat qui commence réellement à être marqué par le temps, mais pour une fois je n’ai pas la capuche sur ma tête, cet homme connaissant mon visage et ces traits rappelant mon modèle génétique.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Charles Xavier
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe Oméga & Professeur X
♠ EMPLOI : Fondateur & Co-Directeur de l'institut Xavier pour jeunes surdoués et Leader des X-Men
♠ GIF :
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Let me help you. [ft Evan Sabahnur]   Mer 13 Sep 2017 - 10:10


Let me help you.
NE DEVIENS PAS CE QU'IL PENSE DE TOI. DEVIENS CE QUE TU VEUX DEVENIR.
La voix d'Evan se fait entendre et je me concentre pour fermer mon esprit et ne pas avoir accès au sien. Avec le temps, j'ai réussi à dompter ma mutation, à ne pas entendre tout ce qui est autour de moi. Tout ce que pense les autres, leurs secrets, jardin personnel. J'avais déjà remarqué plus d'une fois qu'Evan semblait se méfier, foncièrement décidé que je n'étais qu'une illusion. Alors, j'avais décidé une chose avec lui. Une chose que j'ai ôté de sa mémoire peu de seconde après. A chaque visite, j'emmenais quelque chose. Un vêtement, un bijou dont lui et moi uniquement avait connaissance. Et ça, simplement pour lui prouver que c'était moi. Et pas quelqu'un d'autres.
Je poussais la porte et m'arrêtait à quelques pas de lui, un sourire rassurant sur le visage.
« Désolé… les lieux ne sont pas très… accueillants… » Oh, je savais très bien qu'il était resté dans des lieux bien plus délabrée que la maison dans laquelle il se trouvait. Je glisse la paume dans ma poche et lui montre le dit bijou. Une chevalière armé d'un X taillé dans une émeraude. J'étais la seule personne à connaître son existence. Moi et mes parents. Personne. Et c'était l'unique chose que j'avais pour prouver qui j'étais à Evan.

- Ne t'excuse pas, j'ai vu bien pire que ça. Comment vas-tu ?

Je referme la porte derrière moi et repose le sac que j'avais pris avec moi. Je lui souris et m'installe en premier sur le sol, en tailleur. Il avait l'air bien et même si l'envie de le ramener à l'institut était bien présent, je faisais des efforts. Je ne peux pas obliger quelqu'un à rester. C'est une de mes règles. Je l'ai appliqué avec Raven... Alors, Evan aussi.

- J'ai ramené de quoi manger et te changer. Je pourrais faire laver les vêtements que tu portes si tu veux ?

Même hors de l'école, je m'occupais encore de lui comme de quiconque. J'avais toujours été comme ça. Et je me doute que ça le sera toujours. Je lève finalement les yeux vers son visage, lui indiquant de s'asseoir et de se détendre surtout. Je sais me protéger et je me doute qu'il le sait aussi. Et je n'avais jamais peur d'un de mes élèves. Simplement pas. Il y a toujours du bon en quelqu'un. Et je le sais. Erik. Beaucoup de ses agissements sont dépassés du bon coté de la barrière mais il peut changer et aider la cause que je plaide.
Ce n'est jamais blanc ou noir. Comme dans la vie.

- Oh Quentin m'a demandé de te dire bonjour mais je me doute qu'il communique avec toi autrement.

Je souris doucement. Je connaissais les capacités de Quentin. Elles s'égalaient aux miennes bien que j'ai l'expérience derrière moi. Pour son âge, sa mutation était réellement incroyable. Autant dire que si je n'étais pas à 100% maître de mes pouvoirs, impossible pour moi de le gérer.

- Tu manques à tes amis. Je voulais que tu le saches.

code by bat'phanie





Are you in Trouble ? Let me guide you.
X-MEN
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Evan Sabahnur
Indépendants
♠ EMPLOI : Etudiant de l'Institut Charles Xavier, fugitif
♠ GIF :
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Let me help you. [ft Evan Sabahnur]   Mer 13 Sep 2017 - 20:49
Charles Xavier & Evan Sabahnur
Let me help you
Sous le regard du SHIELD et des Maraudeurs
Un regard porté sur ce qu’il dévoile et je m’apaise un peu même si une part de moi reste assez crispé par habitude, souvent mal à l’aise avec les autres, surtout depuis « l’accident ». Je me sens responsable, même si il m’est dicté le contraire, je me sens aussi comme ingrat face à la confiance qui avait été posé sur mes épaules, je me sens indigne des intentions comme celles de ce professeur qui se montre souvent bien trop généreux à mes yeux. Après tout je n’ai rien fait ni apporté qui mérite un tel traitement, que je considère comme de faveur. Mon regard se porte une dernière fois sur la porte avant que celle-ci se ferme et un soupire, de soulagement, s’échappe de mes lèvres. Il faut dire que je me sens de moins en moins en sécurité… Surtout depuis que je sais que des serviteurs du Clan Akkaba seraient heureux de me voir annihilé, ce qui signifie un risque en plus. Mon regard suit lentement Charles, le regardant s’installer après m’avoir fait une formule de politesse habituelle et pourtant assez complexe. Il est toujours difficile de répondre à cette question car mentir serait une forme d’irrespect, mais dévoiler toute la vérité serait aussi pousser ce dernier à vouloir agir encore plus pour moi, chose que je ne peux pas accepter. Mes doigts battent nerveusement dans le vide alors qu’il s’installe sur le sol, n’ayant même pas une chaise à lui offrir.

« Je n’ai pas à me plaindre de ma condition, beaucoup de personnes vivent dans une situation semblable dans ce pays, et personnellement je ne souffre pas des affres du climat ou des possibles toxicités. »

Une façon d’exprimer que ma condition est surement meilleure que beaucoup de non mutants, surtout quand je vois les squats humides, ou emplis d’amiante… Des conditions défavorables pour la santé des êtres qui s’y trouvent, sans parler des saloperies se trouvant dans leur alimentation qui ne devrait point être considérée comme consommable. Je sais que cette réponse est une forme de « non réponse » mais au moins ainsi je ne mens pas. Me rapprochant finalement, je m’installe en face de ce professeur, mes jambes aussi en tailleur et les mains sur mes genoux en les regardant comme par reflexe, comme un besoin de les surveiller.

« Vous faites déjà beaucoup pour moi… Ne vous tracassez pas pour cela, surtout que leur durée de vie est souvent bien courte. »

Il est vrai que mes pertes de contrôles n’aident en rien, une petite frayeur et mon organisme réagit comme pour se préparer… Mon Sweat a, par exemple, la manche droite totalement déchirée, mais d’une façon assez nette, à cause de mon bras qui s’était transformé en hache à cause d’une frayeur dans une ruelle sombre. C’est aussi une des choses qui me tracasse souvent… Moi qui ne désire pas blesser autrui, mes reflexes me font créer des armes comme des haches, des épées, des marteaux voir même des canons, mais jamais une forme d’objet plus défensif comme un bouclier. Cela me donne l’impression que c’est inscrit dans mes gènes, que ma nature profonde a une préférence pour ce qui est létal ou destructeur.

« Je vous remercie, mais vous savez… vous n’êtes pas obligés de faire tout cela pour moi… Je ne le mérite pas. »

C’est vrai non ? Qu’ai-je fait pour avoir un tel soutien de cet homme qui a surement un emploi du temps déjà bien chargé avec l’institut ? Sans parler de tous les problèmes concernant les mutants, surtout avec le déménagement à Los Angeles. Il m’est arrivé de me demander si ce n’est pas pour me surveiller qu’il venait ainsi me voir et veiller sur moi… S’assurer que je ne sombre pas ou ne devienne pas une menace pour les autres… Mais de toute façon ces pensées ne restent pas car même si c’est le cas, il aurait tout a fait raison et je préfère de loin être surveillé par l’Institut que par des membres d’un Gouvernement ou d’une Organisation comme celle qui avait conçu Oncle Cluster.

La suite des mots libérés m’intéresse grandement, même si c’est quelque part toujours un peu difficile à accepter. Je sais que Quentin est persuadé que je reviendrai, que ce n’est qu’une forme de recherche de liberté. Surement qu’il se base sur ses propres expériences, ses propres fautes, me souvenant quand il m’avait conté sa perte de contrôle, ce moment où il avait enfermé des professeurs dans un monde télépathique qu’il avait créé tel un jeu vidéo, ou encore des attaques contre d’autres membres de l’Institut. Mais je sais que dans le fond, cette rébellion n’est pas sa nature, il avait été victime de cette drogue que certains mutants prennent, cette drogue qui fait perdre l’esprit et renforce les pouvoirs. Je ne lui ai jamais exposé la véritable raison de mon départ, mais je suppose qu’il s’en doute.

« Oui, il communique certaines fois… Mais je préfère ne pas tout lui dire, qu’il croit que tout aille bien. »

Je ne veux pas lui dire tout ce qu’il s’était passé avec le Shadow King, préférant éviter de le voir retomber dans ses habitudes plus guerrières. Connaissant Quentin, il serait capable de former une équipe en douce et traquer ces Confréristes… Du coup si il y aurait des blessées, j’en serai responsable.

« Comment vont-ils ? Vous arrivez à rebâtir l’Institut dans cette ville ? »

C’est vrai que cela a été un enchainement de malchance, entre l’attaque des Agents de la Purge, et l’évacuation… Beaucoup de dommages, beaucoup de pertes, je n’ose pas imaginer ce que cela a dû couter. Bien entendu quand je demande comment ils vont, je parle autant de ces amis à qui je « manque » que pour les professeurs et l’homme devant moi. Petit à petit ma respiration est posée, mes doigts bougent encore un peu nerveusement mais ce n’est finalement rien à coté de certains états de stress.

« Tout cela doit vous prendre bien du temps, je n’ose pas imaginer toutes les complications auxquelles vous devez faire face… et pourtant… vous sacrifiez de ce temps pour venir ici. »

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Charles Xavier
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe Oméga & Professeur X
♠ EMPLOI : Fondateur & Co-Directeur de l'institut Xavier pour jeunes surdoués et Leader des X-Men
♠ GIF :
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Let me help you. [ft Evan Sabahnur]   Jeu 14 Sep 2017 - 10:20


Let me help you.
NE DEVIENS PAS CE QU'IL PENSE DE TOI. DEVIENS CE QUE TU VEUX DEVENIR.
Comme toujours, je demandais simplement s'il allait bien. Mais Evan ne répondait jamais réellement. Pas de oui, pas de non. Mais une phrase qui te laissait toujours dans l'incompréhension. Mon sourire se dessine sur mon visage. C'est vrai que sa capacité d'adaptation à l'environnement devait lui faciliter énormément la tâche. Il est vrai que beaucoup de personne vivaient dans des situations précaires souffraient plus que lui. Mais on avait tous nos propres souffrances.

« Malgré moi, on ne peut pas sauver tout le monde. J'en ai fais les frais plusieurs fois. »

Avec autant d'années derrière moi, j'avais forcément un peu plus d'expérience qu'Evan. Mais je ne le prenais pas pour un jeunot non plus. Il avait cette sensibilité propre à son âge mais une maturité presque propre à mes années. Souvent, j'apportais à manger, ou des vêtements, où encore des livres pour qu'il puisse se divertir. Je me doute qu'il ne reste pas réellement longtemps là où il est. Aussi, je le laisse choisir en général.

« Beaucoup. Pas vraiment. Je fais ce qu'il me semble juste pour toi. Et tu le mérites autant que quiconque. Ne pense pas que tu es différent. Ce n'est pas le cas. Et n'écoutes pas les avis négatifs sur toi.. C'est destructeur. »

Et je le savais. Plus jeune, j'ai subis les affronts et autres méthodes d'intimidation par mon demi-frère. Ca n'a pas durée très longtemps mais suffisamment pour que je me sens aussi négatif qu'Evan. Mais ça, peu ou pratiquement aucune personne n'étaient consciente de ça. Je n'en parlais pas. Je ne parlais pas de moi. Parce que tout chez moi est une expérience que je dois faire bénéficier aux autres. Et ne pas m'enfermer dans mes propres problèmes.

« Si tu lui dis tout, je pense qu'il viendrait te voir. J'en suis même sûr. Et lui, je ne peux pas lui permettre de airer dans la nature. Il peut s'avérer bien plus dangereux que quiconque. L'esprit.. En détruisant l'esprit, le corps ne tient pas. »

C'est tout à fait normal. L'un comme l'autre est indispensable. Aussi, même le plus fort des mutants peut être anéantit si son esprit est touché. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle beaucoup tente de se protéger des télépathes.
Mais sa question. Elle me fait lentement sourire. Les élèves et les professeurs vont biens. Le "président" a beaucoup aidé, financer les reconstruction. Mais, je ne sais pas. C'est de mon coté que ça bloque.

« Tout se passe, bien. L'institut s'en sort bien aussi. Mais.. Comment dire. Pour être honnête, je bloque un peu.. J'ai passé toute ma vie dans le manoir Xavier.. Et, le voir détruit et devoir reconstruire tout ça dans une autre ville.. C'est un peu difficile. Je pense que je suis un peu matérialiste sur ce point. Ce sont des souvenirs, de moi, de ma famille, des débuts.. Alors.. c'est un peu compliqué. »

J'étais honnête avec Evan. Le manoir avait été toute ma vie. J'y suis né, j'ai grandi, fait toute ma vie.. Construit mes rêves d'écoles, de tolérance. Alors, y dire adieu m'avait profondément attristé.

« Je ne suis pas seul alors tout devient plus ou moins simple. Il reste beaucoup à faire et il restera toujours à faire. Mais, je prends le temps pour chaque personne. C'est normal. Et puis, ce n'est pas un sacrifice puisque chaque chose que je t'apprends te servira. »

code by bat'phanie





Are you in Trouble ? Let me guide you.
X-MEN
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Evan Sabahnur
Indépendants
♠ EMPLOI : Etudiant de l'Institut Charles Xavier, fugitif
♠ GIF :
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Let me help you. [ft Evan Sabahnur]   Jeu 14 Sep 2017 - 14:06
Charles Xavier & Evan Sabahnur
Let me help you
Sous le regard du SHIELD et des Maraudeurs
Ne pas pouvoir sauver tout le monde… C’est malheureusement une lourde vérité, une qui devrait pouvoir changer. D’un coté je sais que mes Professeurs se battaient pour les élèves, mais aussi se battaient en tant que X-men pour protéger les mutants et non mutants contre d’autres menaces. Ce qui est triste c’est qu’il y ait justement toutes ces menaces, ces Maraudeurs, les Confréristes, le Clan Akkaba et j’en passe… Des factions qui veulent renverser la situation sans se soucier des dommages collatéraux. Les menaces sont si nombreuses en ce monde, les combats divers et je me montre égoïste en restant de mon coté, en me comportant d’une façon qui pousse un homme avec tant de missions à venir me voir, à refuser de me battre car j’ai peur de blesser, de faire couler du sang ou de tuer, peur de me nourrir de cette violence même si c’est pour une juste cause. Après tout, je sais que j’ai cela en moi, la première fois que je suis sorti de la cuve de The World, c’était sous la demande d’Oncle Cluster qui avait besoin de moi pour vaincre un Cavalier Immortel d’Apocalypse, et il n’avait fallu que quelques minutes pour un gamin d’à peine douze ans pour vaincre un adversaire qui semblait indestructible, juste à cause de cette violence qui vit dans mon corps… La seule chose qui me rassure dans cette affaire, c’est que je ne semble posséder aucun don télépathique de mon modèle génétique, ce qui laisserait toujours à la possibilité à des mutants comme Charles de m’arrêter si je perdais le contrôle, ou à des êtres comme le Ghost Rider de me détruire… Enfin c’est ce que j’espère.

« Certains cours disaient que ce monde est fait d’équilibre, un bien pour un mal, une personne qui souffre pour une personne heureuse… Je suppose que sauver tout le monde serait un paradoxe qui briserait cet équilibre et créerait surement plus de répercutions après… » Dis-je un instant en réponse à mon interlocuteur, insistant sur ce point à cause du malgré moi qu’il avait utilisé en début de phrase. « Donc finalement je pense que si vous étiez capable de sauver tout le monde, indirectement vous seriez responsable de la création d’une menace pouvant condamner tout le monde… Alors je pense que tout ce que vous faites actuellement est juste et surement le meilleur que vous pouvez offrir à ce monde. »

Je ne sais pas si cette brève thèse va aider le Professeur ou être compris comme je la sous entends mais je tiens à l’exposer malgré tout, d’une voix certes avec un manque d’assurance habituel, une tête baissée mais avec un esprit croyant sincèrement à cette forme d’équilibre. Oncle Cluster me disait souvent que si il m’avait donné vie c’était aussi pour cela, l’équilibre… En tuant Apocalypse en pleine réincarnation, il craignait d’avoir bouleversé les puissances de ce monde et voulait alors donner une chance à une nouvelle vie qui compenserait cette perte, espérant que l’éducation me guiderait vers une autre voie que celle inspirée par mes gènes. Mais comme l’avait sous entendu le Cyborg à l’époque, cette théorie signifierait que malgré tout pour garder la balance équilibrée, je deviendrais celui qu’ils avaient voulu éliminer.

D’ailleurs j’ai plus facile à parler sur le Professeur qu’à répondre quand ce dernier parle de moi, de ce que je mérite, de ne pas écouter ce qui est négatif… Mais ignorer le négatif serait se diriger vers une illusion et la désillusion… Je dois tenir compte de tous ces avertissements, de toutes les menaces que je peux représenter, de toutes les attaques contre ma personne. Je soupire finalement en ne répondant que par quelques mots autour de ma nature même.

« Je suis différent… Je ne suis pas naturel, j’ai été conçu artificiellement… Par cette nature même je suis différent et ne devrais pas avoir les mêmes droits qu’autrui. »


Il est vrai, me donner autant de droit qu’à un être naturel, ce serait comme dire qu’une intelligence artificielle aurait autant de droit qu’un être humain. Je suis certain qu’en étudiant certains dossiers de notre législation, je serais considéré comme un bien et non comme un être, un peu comme si j’étais une sentinelle. Mais je ne m’attarde pas plus longuement sur cette partie de notre conversation, regardant mes mains en pensant à tout cela, regardant mes paumes semblant si propres, sans marques, sans cicatrices. J’hoche la tête quand le Professeur me parle de Quentin et du fait qu’il pourrait être dangereux sans surveillance.

« Je le sais… Surtout qu’il n’aime pas les non-mutants… Et la rue représenterait surement trop de tentations. »

Pensant autant à la drogue qu’aux possibles conflits, surtout que je l’ai déjà vu réagir, je sais qu’il n’hésite jamais et fonce dans le tas sans réfléchir. Je préfère éviter qu’il se mette à partir à ma recherche et qu’il crée d’autres accidents par ma faute, après tout il a déjà connu l’enfermement, l’isolement, le temps que l’Institut trouve comment l’aider et qu’il ne soit plus sous l’effet du Kick, appelé aussi Hypercortisone D. Passant donc vite ce sujet, ne voulant pas trop trahir mes connaissances sur Quentin, j’écoute attentivement la partie la plus intéressante… Comment ce passe l’institut, comment vont ceux que j’ai connu. C’est d’ailleurs quand il parle du « blocage » que, pour la première fois de notre échange, mon visage se redresse vers lui, écoutant attentivement une sensation que je sais comprendre malgré mon jeune âge. Bon ce n’est pas totalement comparable, mais la sensation d’avoir perdu tout ce qui pourrait rappeler l’enfance, le passé et les souvenirs, je connais… C’est ce que j’ai ressenti le jour où j’ai appris que mon enfance, ma ferme, mes parents et mes amis n’étaient que des simulations d’une réalité virtuelle.

« Ce n’est pas évident de perdre son passé et son histoire… Je ne pense pas que ce soit matérialiste… Une pierre sait posséder beaucoup d’histoire, elle est marquée par le temps et par ce dont elle a été témoin. Le Manoir était ainsi, un témoin de la vie, de la votre et de votre histoire… Ce n’était pas juste un bien immobilier vous appartenant, c’était une part de vous où chaque local, chaque couloir pouvait compter une histoire, un souvenir qui vous était propre… » Je marque un petit arrêt, fermant les yeux un instant en repensant à mon arrivé à l’Institut Charles Xavier, à ce qui a été finalement ma première maison réelle dans cette vie. « Maintenant vous n’avez plus ces pierres, ces meubles pour vous conter ces souvenirs, mais c’est uniquement à vous de vous battre pour les garder en votre esprit sans les laisser disparaître dans l’oubli… » Comme je dois me souvenir de cette ferme et de ces parents qui n’existaient finalement pas, pour éviter que cette période de ma vie s’efface simplement de ma mémoire, ne pouvant pas compter sur un retour aux sources.

« Veuillez m’excuser… je ne devrais pas me permettre de vous faire ce genre de discours… »

Pour qui je me prends à parler philosophie avec le Professeur Xavier, il a bien plus de sagesse, de connaissances et d’expériences que moi, tout ce que je dois dire doit lui paraître d’une grande futilité. Je me sens mal à l’aise soudainement d’avoir osé exposer de telles choses, espérant ne pas avoir éveillé une blessure en parlant du Manoir, et comme par réflexe nerveux, je me redresse, marche un peu dans la pièce, quelques pas chaotiques qui n’ont de raison que d’évacuer le stress soudain. Il n’a surement pas besoin d’entendre un jeune égaré parler de son histoire et de son passé, surtout un être comme moi qui se montre bien souvent perdu et illogique à cause de spectres le hantant.

« N’avez vous jamais eu peur qu’un jour… ce que vous m’apprenez serve à faire du mal ? »


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Charles Xavier
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe Oméga & Professeur X
♠ EMPLOI : Fondateur & Co-Directeur de l'institut Xavier pour jeunes surdoués et Leader des X-Men
♠ GIF :
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Let me help you. [ft Evan Sabahnur]   Sam 16 Sep 2017 - 15:05


Let me help you.
NE DEVIENS PAS CE QU'IL PENSE DE TOI. DEVIENS CE QUE TU VEUX DEVENIR.
J'écoutais Evan. Ces cours. Je les connaissais bien puisque j'étais celui qui les expliquait avant d'être remplacer suite à un manque cruel de temps. En étant polyvalent comme je le suis, autant dire que je deviens rapidement occupé. « Où devenir la propre menace que je tente d'arrêter. » Mon sourire s'agrandit. Le bon, le mauvais. Il y avait tellement de chose dans ce monde que même mes nombreuses années me laissaient encore découvrir.
Plus d'une fois, j'avais dit à Evan qu'il était tout à fait normal que je prenne du temps pour le voir. Savoir s'il allait bien ou encore s'il avait besoin de quoi que ce soit. Et ça, parce que je voulais prendre soin de lui, faire basculer toute cette négativité. Mais c'était difficile. Il avait tellement entendu de chose sur lui que sa propre vision en été distordu. « Evan. Dans ce monde, tout le monde doit avoir les mêmes droits. Les mutants, les humains, les personnes conçu artificiellement ou qui sont devenu des être d'ôté de pouvoir grâce à une piqûre d’araignée ou encore parce que des tests ont été fait sur eux. Tout êtres vivants sur Terre et ailleurs ont des droits. Tu ne déroges pas à la règle. Loin de là. »

Mais je fini par ne plus y revenir et parler un peu plus de ses amis. Quentin notamment. Un élève dont la mutation et fantastique mais dont le caractère ainsi que la rébellion est plus que compliqué à gérer. Forcément. Evan m'appuie d'ailleurs sur ce sujet.
La tentation. En voilà un mot peu approprié à ce genre de chose. Comment peut on être tenté de faire du mal aux autres. Aux humains qui peuvent être de sa famille.
L'institut demeure quelque chose d'une importance capitale pour moi. C'est ma vie, après tout et chaque phrase, chaque mot que je dit à Evan sur ce sujet sont d'une très nette sincérité. Je l'écoute, lui laissant me faire part de ce qu'il pense de tout ça. Et mon regard se perd un peu dans le vide à tout ce qu'il me dit. Aussi et sans que je ne me rend réellement compte de ce qui se passe sur mon visage, je me surprend à sentir une larme glisser sur ma joue. Je l'ôte rapidement et ajoute. « Oh, je doute clairement que je serais capable de l'oublier. Ne t'excuses pas. Ton avis m'intéresse. »

Evan s'agite un peu et marche dans la pièce, comme pour se donner une contenance. Mon sourire reste tout de fois encré sur mon visage. Mais sa question n'est pas déroutante. Je l'ai déjà entendu. Et ma réponse n'a pas changé. Pas du tout.

« Un oiseau apprend aux petits à voler mais à forcément peur du jour où il s'envolera pour ne plus revenir. Ce que j'enseigne, Evan, ce sont des connaissances, des aides pour toi. Pour tout le monde. Je n'ai pas peur mais mes conseils, mes leçons, tu décides d'en faire ce dont tu as envie. J'ai aidé Erik a développé ses dons et il s'en est servi pour des choses horribles à des moments. Jean aussi, j'ai développé pas mal de ses capacités et le Phoenix a fait beaucoup de mal. Tu fais ce que tu veux faire de ta vie. Je ne suis qu'un enseignant. »

Je n'ai pas peur mais je ne suis pas à l'abri qu'un de mes enseignements soient détournés. Il y a toujours un risque. Je souris doucement.


code by bat'phanie





Are you in Trouble ? Let me guide you.
X-MEN
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Evan Sabahnur
Indépendants
♠ EMPLOI : Etudiant de l'Institut Charles Xavier, fugitif
♠ GIF :
MARVEL EVOLUTION REBORN



MessageSujet: Re: Let me help you. [ft Evan Sabahnur]   Sam 16 Sep 2017 - 20:06
Charles Xavier & Evan Sabahnur
Let me help you
Sous le regard du SHIELD et des Maraudeurs
Avoir les mêmes droits… C’est un sujet qui pourrait surement paraître simple mais dont l’humanité n’a jamais su tolérer le concept. Notre histoire est couverte de guerres pour une histoire de droits, de manifestations, de terrorismes… Le droit d’égalité quelque soit le niveau social, le droit d’égalité quelque soit le sexe, la croyance, l’orientation sexuelle, les origines… Puis cela a été les conflits avec le Front de Libération des Mutants et la Confrérie pour les droits des mutants… La Purge… Le recensement des surhumains et méta humains… Avec tout cela, toute l’histoire de notre monde, il est difficile de concevoir que nous avons tous les mêmes droits alors que cette vision n’est pas partagée par la majorité des êtres vivants. Du coup, en devenant « égal » de droit, c’est comme empiéter sur la liberté de ceux qui ne voient pas cela ainsi… J’aurais bien envie de lancer d’ailleurs ce débat, de demander si Charles considère alors qu’un être comme Ultron, ou une Sentinelle intelligente aurait des droits aussi à ses yeux ? Mais cela pourrait surement engendrer que d’autres réflexions plus complexes et je ne souhaite pas le souler avec toutes mes visions de ce monde. En faite, j’ai juste une question face à ce qu’il m’a dit, une forme de définition en quelque sorte.

« Un être vivant est un organisme doté de vie, ce qui signifie qu'il nait, se développe et finit par mourir. Mais est ce que je peux considérer que je suis né ? Vu que j’ai été conçu. De plus la définition d’être vivant comprendre les formes de vies telles les plantes et bactéries, pourtant ces dernières ne possèdent pas ces droits… »

C’est peut-être le défaut de ma façon de percevoir ou étudier, prenant les choses d’une façon trop théorique, mais malgré tout cela reste une forme de vérité. Je suis presque certains que si mon cas devrait être étudié par le gouvernement, je n’aurais aucun droit et serais traité comme une arme ou un objet, non comme un être vivant. Je vois déjà le système législatif mettre en avant ma conception pour faire pencher la balance de leur coté, tout comme je sens revenir aussi les discours de craintes envers les mutants, amplifiés envers une création basée sur un mutant ennemi de toutes les formes de vies qui ne correspondent pas à sa vision.

Je ne suis pas réellement d’accord sur le fait qu’il ne serait pas capable d’oublier… Certes il y aura toujours les souvenirs de l’environnement, mais les détails s’effacent, les petites histoires disparaissent dans la brume… Il suffit de passer dans une pièce, ou de regarder un meuble, pour se souvenir d’une petite anecdote anodine mais qui sait rendre le sourire, mais sans avoir ces « biens » matériels, les histoires s’échappent, ils deviennent vague, puis s’effacent totalement. Je me souviendrai surement toujours de la ferme et de mes faux parents, mais je sais que dès fois j’ai difficile à me rappeler de petits évènements, que je confonds en tentant de retrouver un détail. Je pense que tout être est victime d’un tel effet, mais cela reste surement la perception du manque d’expérience, ou de ma propre faiblesse. Je soupire d’ailleurs en y pensant, marchant encore un peu dans la pièce, me sentant mal à l’aise par tout cela. Je sais que dans le fond le Professeur débat avec moi pour tenter de voir comment je vais, peut-être aussi pour voir que je ne me laisse pas emporter par la folie ou par le vide.

Je m’arrête de gigoter quand il commence à parler de l’enseignement, qu’il me répond à ma question surement étrange. Je connais l’histoire de Magneto et de Jean, ayant lu beaucoup d’articles et livres quand j’étais à l’Institut, mais je considère ces cas comme particuliers, et surtout différents. Un temps de réflexion se forme, ne voulant pas blesser mon Professeur en exprimant mon point de vue, ne voulant pas non plus le décevoir.

« Mais justement… Magneto avait une histoire propre, il avait et a toujours une chance de profiter de votre enseignement en bien. C’est un choix qu’il a adopté suite à des blessures du passé, suite à un combat qu’il désire mener sans avoir foi à des actes diplomatiques. Jean est une mutante qui a montré posséder un grand cœur dans son histoire passé et l’influence du Phoenix est une intervention extérieure qui n’était pas prévisible… Qui restait une forme d’inconnu dans votre histoire. » Je marque une légère pause après avoir tenté de mettre en avant les différences de ces deux exemples. « Ce que je veux dire, c’est que les actes plus destructeurs qu’ils ont libérés n’étaient pas prévisibles… Ils ne sont pas liés à leur propre nature et que sans votre enseignement, cela aurait pu être bien pire. » C’est vrai que personne ne sait ce que serait devenu Magneto si il n’avait pas rencontré un homme comme Charles, qui sait ce qu’aurait fait Jean si elle n’avait pas eu ses attaches sentimentales avant l’éveil du Phoenix ?

« Pour ma part, vous connaissez exactement d’où je viens, ce qui fait ma nature et les probabilités d’avenir ne sont pas réellement en ma faveur. C’est un risque réel que vous prenez alors que vous pourriez décider de me mettre en stase et m’enfermer pour que personne ne cherche à m’utiliser. Cela ne serait en rien un crime. »

Je ne connais peut-être pas l’existence de Muïr Island mais je sais qu’il existe des lieux comme cela dans notre monde, des lieux comme The World où j’ai été conçu… Secrets et où j’aurais pu rester une éternité si Oncle Cluster n’avait pas décidé de m’éveiller.

« En plus, en m’aidant vous prenez d’autres risques… Comme l’ont fait les Professeurs qui sont venus m’aider. Des risques dont vous n’avez pas besoin et qui pourraient se répercuter sur l’Institut. Sans pour autant avoir la garantie que ce que vous faites mènera à la bonne voie. »

Un enseignant à tes espoirs, tes attentes et sait avoir peur… J’insiste sur ce fait car je veux réellement savoir si il pense à tout cela, si il prend bien compte de ces points. Peut-être aussi savoir si il a prévu quelque chose en cas de perte de contrôle.

« Quand vous lisez dans mon esprit… Voyez vous juste le jeune que je suis ? Ce dont je suis conscient ? Ou voyez vous autre chose plus profondément enfoui ? Quelque chose de dissimulé dont je n’ai même pas conscience ? »

Parlant bien de cette chose qui m’a rendu si différent quand j’ai craqué contre mes agresseurs, quand j’ai voulu les massacrer. Sous entendant par cette phrase que le professeur a déjà dû fouiller dans mon esprit. D’ailleurs je pense sincèrement qu’il l’a fait et qu’il devait le faire, c’est la moindre des sécurités pour savoir si je suis honnête, savoir si je ne suis pas un autre jouant un jeu ou tentant de cacher ce qui se libère.


Revenir en haut Aller en bas
 

Let me help you. [ft Evan Sabahnur]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 Sujets similaires

-
» Justin Gabriel Vs Evan Bourne
» Evan Blurder, et fier de l'être. ( en cours )
» Evan Bourne VS Alberto Del Rio
» Evan Bourne Vs Dolph Ziggler
» Evan Gibson





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: Los Angeles :: NY Town-


Coup de pouce
Un petit vote toutes les deux heures - notez le ici

Un petit mot d'amour sur Bazzart ou PRD c'est 50% reversé aux psys d'HYDRA

Rps entre amis
Vous cherchez un rp ? N'oubliez pas d'aller voir les recherches déjà postées !
Une mission cherche encore des participants, hop hop allez rp !

#Important stuff
Premier post d'un nouveau rp ? Utilisez code de situation du rp | Votre staff vous supplie : Recensez vos actions & événements rps ici

#Membres du mois

Tommy & co
#1 ...20 rps la lune de miel tout ça tout ça


Strange & Pan
#2 Toujours modeste avec 13 rps!


Wanda
#3 6 rps, la sorcière se déchaîne !