Merci de recensez vos actions rps ici pour que le contexte les prenne en compte !
N'oubliez pas de voter !

Partagez | 
 

Do the stars gaze back ? | Rhil & Blue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Rhil Trasam
Intergalactique
♠ EMPLOI : Mécanicien, ingénieur spatial, ex-mécanien du SWORD et Nova Corps, contrebandier, capitaine de vaisseau
♠ GIF :
MessageSujet: Do the stars gaze back ? | Rhil & Blue   Sam 7 Oct 2017 - 16:16
Do the stars gaze back ?
Statut du sujet : Privé ft. Blue
Date du rp : Octobre 2017
Météo & moment de la journée : Début de soirée, le temps commence à se rafraïchir, mais il y a eu du soleil toute la journée, chaude journée d’automne



⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆

They walk through space, stars their footprint and planets their perchs.

L’espace est infini et plein de terreurs. L’espace est infini, et plein de merveilles. L’appel du vide intergalactique aimante autant qu’il repousse, et s’il suffit de lever la tête pour les regarder, les étoiles semblent sourdes, tournées éternellement vers les joies du cosmos, trop lointaines pour voir la petitesse des âmes exilées sur Terra.

Le cœur de Rhil appartenait aux étoiles, le cœur de son être chérissait le souvenir anti-diluvien de l’époque où les particules de son être, les bribes de ce qui pourrait être sa conscience  appartenait encore à la matière du cosmos. Faire corps avec ce que l’on chérissait. Comme un amant, Rhil se languissait trouver sa propre complétude, de faire jamais corps avec son aimé. Il était toujours trop loin. Pourtant, il était là, presque les deux pieds au sol. Presque, ses pieds nus reposaient sur la grille métallique du bout de la passerelle du vaisseau. Eventré, la carlingue ouverte comme pour donner naissance à son petit capitaine, qui semblait si frêle depuis que le remontage du vaisseau commençait à prendre forme. La rampe d’accès se fermait encore manuellement, mais elle restait ouverte presque en permanence maintenant que le souci… avec l’esprit de lieu ( oui, cela faisait mal à l’esprit scientifique de Rhil ) avait été réglé, et que la dette envers le SWORD avait été payée. Le capitaine prenait un peu l’air, repensant déjà à l’intérieur, mourant déjà d’envie de retourner travailler d’arrache-pied.

Ithan méditait à l’intérieur, la porte étroitement fermée, rappel lointain d’un accord entre eux qui ne voulait plus rien dire. Mais le savoir là apaisait Rhil, surtout après leur expédition suicide. Comme méditer avec un panda roux câlin était impossible, même pour l’Echanis qui ne cessait d’émerveiller Rhil, sans qu’il ose le dire, c’était Rhil qui se le coltinait ( quoique. Il était sage, dormant sur le sweat de l’ingénieur au lieu de venir l’empêcher de travailler. ). Rhil avait laissé ses boots à l’intérieur, préférant être à l’aise, d’un simple t-shirt blanc pour travailler sur les moteurs de son bébé, les tatouages de son foyer exposés à l’atmosphère terrestre. Il tenait le bon bout. Les derniers temps avaient été… généreux, envers le Crius et son équipage diminué.

Il referme les yeux. Il voulait rentrer. vraiment rentrer, chez lui. Ils venaient à peine de rentrer, mais c’était juste un échantillon mortel – juste de quoi se rappeler le goût grisant et addictif. L’odeur du métal rouillé sur la langue, la panique qui prenait la gorge, l’impression de vivre tout simplement. D’être à sa place. Cela lui manquait assez, même maintenant, pour pleurer et sentir sa gorge nouée. Rhil se frotta les yeux du bas de sa paume pour chasser le manque criant dans ses veines – au bout de ses doigts pendait à peine tenue, la cigarette à moitié consumée, les doigts noirs de crasse et d’huile de moteur, collants encore du paquet de bonbons qu’il tient entre ses cuisses.
Sa nostalgie fut interrompit par l’appel à l’aide de C1, injectant la panique et l’alarme dans l’organisme de Rhil en même temps que les cliquetis familiers du droïde se traduisaient instantanément dans son esprit. Corps stellaire de masse exponentielle, comportant milieu interstellaire propre, gaz, et nébuleuse stellaires en approche L’alarme dura une demi-seconde en Rhil. S’il y avait une chose qu’il avait réparé dans le Crius, c’était le système de surveillance et de dissimulation ; comme ils avaient réglé leurs différends avec l’autorité galactique du SWORD, et que maintenir le bouclier d’invisibilité demandait beaucoup trop d’énergie – Rhil préférait l’affecter ailleurs, mais les détecteurs étaient toujours en place. Et euh. C’était impossible pour une étoile, encore moins une galaxie de venir ? Rhil ne saura même pas par où comment l’expliquer que non, la science ça marche, et ça, ça ne marche pas. Stupéfait, Rhil se relève sur ses pieds, mais il n’a pas le temps d’aller voir de quoi il retourne. Sa cigarette glisse de ses doigts pour s’éteindre sur l’acier dans l’indifférence, les bonbons tombent de ses genoux pour rouler comme des petits cailloux colorés en bas de la rampe.  


⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆

⇜ code by bat'phanie & egotrip ⇝


We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars.
I'm not getting draw into this mess, there's any army of you, there's only one of me. I'll talk, I'm happy to talk, but there is no way that I am fighting

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Singularity
A-Force
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Pocket Dimension
♠ EMPLOI : Héroine Cosmique, Baby des A-Force, En apprentissage constant de l'espèce humaine
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Do the stars gaze back ? | Rhil & Blue   Sam 7 Oct 2017 - 23:01



DO THE STARS GAZE BACK ?
Commander & Pocket Dimension

Elle ne connaissait pas vraiment l’intérêt de la relation entre Carol Danvers et ce Rhil Trasam. Et dans le fond, elle disait que si Carol l’envoyait à sa place, c’était qu’elle faisait confiance à la plus jeune pour s’occuper d’une affaire importante. Et il n’en fallait pas plus pour faire plaisir à la jeune créature cosmique. Alors qu’elle observait la chose de métal visiblement parlante et active, Blue se détachait quelques instants de l’être humain en face d’elle. Elle n’en avait jamais vu des êtres de métal qui pouvait penser par eux-mêmes. Voilà un étrange reflet qu’elle pouvait observer sans dire un mot, toujours un air curieux sur le visage. Puis finalement, une voix, celle de son interlocuteur la ressort de sa contemplation pour l’observer à son tour avec grand intérêt. Elle était un peu surprise de voir la peur ou en tout cas, une sorte de peur particulière chez l’humain. Mais aussi les bonbons qui tombent de nouveau entre eux. Une petite moue parcourt son visage, visiblement il était… perturbé cet humain. Par ce qu’elle venait de faire. Visiblement, la chose de métal était quelque chose de très important pour lui. Levant les doigts, les bonbons se remirent à virevolter autour d’eux.

Elle tendait l’autre main, venant saisir avec délicatesse le derrière de la main de Rhil pour que sa paume se trouve face au ciel. Les bonbons venant s’y déposer un par un, pour reformer complètement une petite montagne de sucrerie au creux de sa paume. « Rhil ne doit pas avoir peur. Singularity ne va pas faire mal à l’ami de Rhil. » Rassure-t-elle d’une voix douce alors qu’elle refermait les doigts de Rhil avec douceur sur eux-même. Gardant sa main un instant sur la sienne. Non, elle n’allait rien faire à son ami, ce n’était pas son but. Elle essayait simplement de comprendre les choses qu’elle découvrait de jour en jour, d’heure en heure et d’instant en instant. Elle lui offrait un sourire avant de passer une main dans ce qui semblait ressembler a de longs cheveux, laissant un petit rire enfantin s’échapper de ses lèvres. « Singularity. It’s what I am. » C’était le nom qu’elle avait donné à Nico Minoru là-bas, à Arcadia. Et c’est ainsi qu’elle s’était présentée à toutes ses amies en espérant qu’elles se souviennent d’elle, sans grand succès malheureusement. Mais maintenant… Ce n’était plus le cas.

Elle expirait lentement avant de relâcher sa prise sur lui en jetant un dernier coup d’œil à la chose de métal, se détournant pour continuer de flotter lentement à travers le couloir, observant la carcasse avec une certaine… peine. « Is Rhil… fine ? Accident ? » Carol ne lui avait pas expliqué pourquoi un vaisseau était caché ici. Mais il semble qu’il y avait eu quelques… non de très gros dégâts en effet. « Rhil is friend of Carol. So… Blue can help too! » Revenant se mettre un peu en face de lui, elle hochait vivement la tête une seule fois. Avant de continuer à observer autour d’elle. « Rhil voyage dans l’espace ? Comme Blue ? »
⇜ code by bat'phanie ⇝


There is an island
We are a team. We are friends. ✻  They were my friends. They were A-Force. But this -- this is not that world. I know, somehow, that world is -- gone.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Rhil Trasam
Intergalactique
♠ EMPLOI : Mécanicien, ingénieur spatial, ex-mécanien du SWORD et Nova Corps, contrebandier, capitaine de vaisseau
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Do the stars gaze back ? | Rhil & Blue   Mer 11 Oct 2017 - 13:25


⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆

They walk through space, stars their footprint and planets their perchs.

Ce n’est pas comme cela que ça devrait se dérouler. Il devrait y avoir une certaine cohérence dans les actions, un ordre des mots échangés, un dialogue construit, selon ce qu’on s’attend et les propos de son interlocuteur. Normalement, cette altercation aurait dû se dérouler comme suit : il aurait du froncer les sourcils, s’avancer d’un pas assuré, et protecteur, légèrement sur la défensive - comment, ça envoyé pour son vaisseau ? Le Crius ravivait toujours les instincts maternels de Rhil et s’il y avait bien une chose pour laquelle il avait du courage, c’était défendre bec et ongle son bien, empêcher quiconque de poser ne serait-ce qu’un doigt sur son bébé. Il aurait également protégé son paquet de bonbon, suspicieux. Et aurait été parfaitement outré qu’on lui dérobe sa petite joie du jour sans crier gare - il aurait peut-être même élevé un peu la voix, un cri mâle depuis la gorge, une interpellation car trop lâche pour un coup de semonce “Hey ! Stop !”. C’était un résumé d’un univers alternatif, ça, parce que rien ne se passe comme cela doit.

C’est la faute de Rhil, pas la peine de dire le contraire. Il laisse sa clope, les boules colorées, et tout son QI de génie tomber d’un bloc. Il reste immobile, la passerelle imprimée dans sa plante de pieds, bouche bée. Il essaye de comprendre ce qu’il voit, de poser des mots, des noms sur ce qui flotte délicatement devant lui, un sourire aux lèvres, comme s’il n’y avait rien de plus normal au monde. Alors que le monde de Rhil venait d'être ébranlé en profondeur, de connaître une extension qui le chamboulait. Et le rendait muet, ce qui n’était jamais une mince affaire. Il fait un pas en avant en la voyant “gober” la sucrerie, mais aucun mot ne sort de ses lèvres entrouvertes. Il cligne des yeux, une fois, deux fois, son regard se perdant entre les étoiles, les galaxies, les maelstrom de beauté de sa poitrine et la sphère de glucose qui y a disparu.
Puis, la merveille reprend les paroles, affiche des émotions qu’il parvient à discerner, à analyser et à traiter. Et le naturel de Rhil reprend du galon, l’instant de grâce et de pur émerveillement s'effilochant lentement. Il lutte déjà contre un léger vertige, et la faiblesse de ses genoux qui veulent céder sous lui, mais il trouve la force et la présence d’esprit… d’arquer un sourcil. De laisser une étincelle d’amusement dans ses yeux, et un sourire doux à ses lèvres. “- Ce n’est pas grave. C’est rien. ”

Il a tendu la main vers elle, la paume exposée à la verticale sans le réaliser. Elle tremble. Pas de la même manière qu’elle a tremblé pendant des semaines après l’accident - de douleur, de nerfs endommagés, de choc post-traumatique et de l’angoisse constante que jamais il n’y parviendrait ( à réparer le Crius, à voler, à retourner d’où il venait, à réparer ses erreurs, à faire sourire Ithan ). Ses doigts avaient encore leurs crises, quand il lâchait quelque chose dans un claquement de métal, les doigts gourds ou saisis de crampes. Mais il tremblait d’autre chose. Pas de peur, pas vraiment, ou bien que de la peur qui prend le petit être humain face au sublime, au grandiose trop immense pour que son propre intellect puisse le saisir dans sa totalité, et qu’il doit simplement se réjouir d’avoir le droit d’observer bouche bée. Emerveillement, admiration, choc. ”- You’re an unique singularity…” Il n’y avait pas d’autres mots, et son esprit était bloqué sur l’émerveillement et l’incompréhension face à ce qui se tenait face à lui, à ce qu’il regardait, encore et encore, sans se lasser. Sa main levée va pour la toucher mais il s’immobilise, le souffle coupé. Ce n’est pas poli, tu as été éduqué mieux que ça. Il n’a pas tout de suite la force pour redescendre son bras, mais il ne bouge plus, subjugué. Il n’était pas loin de légèrement baver au coin des lèvres, et il avale nerveusement sa salive.  “- Tu aimes ?” Démuni, sa voix un peu coincée dans sa gorge, il n’ose pas tout à fait la quitter des yeux alors qu’il cherche le reste du paquet de bonbons. Ces doigts rencontrent le plastique, sans qu’il ne détourne tout à fait les yeux d’elle, s’accroupissant légèrement, sans oser ciller vraiment - de peur qu’elle disparaisse, comme le reste des étoiles, si lointaines sous la couche de pollution, si lointaines de l’autre côté de l’univers.



⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆

⇜ code by bat'phanie & egotrip ⇝


We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars.
I'm not getting draw into this mess, there's any army of you, there's only one of me. I'll talk, I'm happy to talk, but there is no way that I am fighting

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Singularity
A-Force
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Pocket Dimension
♠ EMPLOI : Héroine Cosmique, Baby des A-Force, En apprentissage constant de l'espèce humaine
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Do the stars gaze back ? | Rhil & Blue   Dim 22 Oct 2017 - 18:37



DO THE STARS GAZE BACK ?
Commander & Pocket Dimension

L’impact que Singularity pouvait avoir sur le monde et surtout sur ses habitants était… Complexe. Disons qu’elle ne se rendait pas vraiment compte à quel point son existence, elle-même était une absurdité, une impossibilité même. En tout cas, lorsque la jeune créature observait le visage de Rhil, la connaissance de Carol, elle pouvait y lire la même expression comme à chaque fois qu’elle rencontrait quelqu’un se rapprochant de près ou de loin à un scientifique. Les autres étaient plus émerveillés ou suspicieux. Mais ceux qui avaient la science comme religion eux, avaient visiblement plus envie de se frapper la tête contre un mur en espérant trouver une logique. Sur le long terme, à présent, elle s’y était faite en tout cas. Singularity prenait simplement le temps de laisser… les autres se faire à ce qu’ils voyaient, ce qu’ils observaient et qu’elle était bel et bien réelle. Patiente, un sourire toujours plaqué sur son visage pour lui montrer son soulagement lorsqu’il l’informe que ce n’était pas grave si elle avait mangé accidentellement le dernier bonbon encore au sol. Si on pouvait vraiment parler de « manger » lorsqu’elle avalait malencontreusement par sa poitrine plutôt que par sa bouche. Cela lui arrivait rarement de faire cela. Et si elle le faisait, c’était pour y cacher ses amies.

« Le docteur Tempest dit la même chose que Rhil Trasam. Elle dit que ce n’est pas possible que quelqu’un comme moi puisse exister. » Ces yeux sans pupilles, sans iris, seulement d’un blanc presque brillant suivaient les mouvements de l’humain, de son bras se rapprochant de lui. Étrange. Sa réaction était différente des autres. Il y avait… Des étoiles dans les yeux de cet être humain. Ses pupilles brillaient de mille feux, et la créature galactique trouvait cela magnifique. Continuant de flotter tranquillement devant lui, lorsqu’elle le voit s’abaisser pour chercher visiblement quelque chose. « Que cherche Rhil Trasam ? » Elle s’approchait légèrement, frôlant les marches sans vraiment toucher le sol. « Candies ? Yes ! It’s very sweet. Take yours. » Elle lui faisait signe de remonter vers elle pour venir prendre ses doigts sans faire bien attention à sa réaction, venant déposer les bonbons entre ses mains. Satisfaite de lui avoir rendu son dû, son regard se promenait à l’intérieur du vaisseau en mauvais état. Mais il y avait des réparations en cours visiblement. Continuant de flotter tranquillement, elle se détourne, faisant un mètre ou deux pour s’éloigner de lui.

« Carol veut savoir comment avancent les réparations de Crius. Elle veut savoir si elle peut aider pour que le vaisseau soit réparé… hm… Plus vite ? » Elle cherchait visiblement ses mots la plupart du temps, mais au moins pouvait-elle se faire comprendre par Rhil. Mais son attention passe de l’humain au vaisseau spatial. Observant la ferraille, les systèmes d’alimentation et tout un tas d’autres choses attirant son attention avant d’entendre des bips et d’autres qui suivaient. Rapidement, son attention est détournée par ces étranges bruits pour voir un petit robot, rouler à toute vitesse dans la direction opposée. « Wait ! » Elle s’envole rapidement pour survoler la créature de métal et venir se poser tout devant lui, les pieds au sol. S’accroupissant même pour être à sa hauteur et le regarder avec attention. Encore des bips, qu’elle ne comprend pas. Elle fait la moue, voyant Rhil se dépêcher de venir les retrouver. Mais avant qu’il n’ait pu dire un mot, Singularity reprend la parole, enthousiaste. « Qu’est-ce que c’est ? Vivant ? Il n’a pas de trace… Rhil's friend ?» Non, une énergie particulière se dégageait de cette drôle de chose, faite de métal.
⇜ code by bat'phanie ⇝


There is an island
We are a team. We are friends. ✻  They were my friends. They were A-Force. But this -- this is not that world. I know, somehow, that world is -- gone.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Rhil Trasam
Intergalactique
♠ EMPLOI : Mécanicien, ingénieur spatial, ex-mécanien du SWORD et Nova Corps, contrebandier, capitaine de vaisseau
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Do the stars gaze back ? | Rhil & Blue   Mer 1 Nov 2017 - 12:45


⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆

They walk through space, stars their footprint and planets their perchs.

La partie rationnelle, scientifique, cela qui faisait voler des tonnes de métal et de circuits électriques au-delà de l’atmosphère avait besoin de faire rencontre son lobe frontal avec un mur de briques de manière répétée jusqu’à ce qu’un accident cérébral et/ou une lumière de génie lui permette de comprendre le phénomène inconcevable face à lui. Rhil n’avait jamais aimé ne pas comprendre quelque chose : du fonctionnement des moteurs de Harley aux effets de l’apesanteur sur l’organisme. Mais tout cela est saturé par l’émerveillement pur qu’il ressent. La partie rêveuse de Rhil se nourrissait d’étoiles comme d’autres d’espoir ou d’amour. Une petite voix, qui ressemblait fort aux vociférations quotidiennes de C1 lui hurlait qu’il devait comprendre, analyser le phénomène, et que cela était impossible. Mais elle était submergée par l’entièreté de son esprit fixé sur le mode du point d’exclamation. Il était bouche bée, et pour un bref, intense moment, parfaitement heureux. Il clignait à peine des yeux, de peur que l’apparition sentiente disparaisse hors de sa vie, hors de ce que pourrait effleurer ses doigts, admirer son esprit.

Que cherche Rhil Trasam ?  Si la montagne ne vient pas à toi, va à la montagne. Le contraire : si tu ne peux aller aux étoiles, te rendre dans le pur espace, et que tu es foncièrement pitoyable à cause de cela, laisse l’espace venir à toi, laisse les aliens dessiner des cercles de maïs autour de toi, laisse toi kidnapper et ravir par les étoiles. Que cherche Rhil Trasam ? « - Toi. » Le murmure passe ses lèvres sans passer par la case de son cerveau. Il est bas, peut-être que l’être ne l’a pas entendu. Rhil ne l’a pas vraiment entendu. C’est plutôt une réponse automatique, mais sincère. Il la cherche elle. Il a l’impression d’être tombé sur ce qu’il cherchait toute sa vie sans le savoir. Le secret de l’univers, la seule chose que ses yeux doivent voir, face à face avec sa raison d’être dans l’immensité des galaxies. N’est-ce pas ? Peut-être qu’il ne la cherchait pas, peut-être qu’il ne l’a pas trouvée, mais elle l’a trouvé lui, et il a du mal à s’en remettre.  Non, Rhil Trasam cherchait les bonbons. Sans les regarder, et l’esprit en vrac, ce n’était pas une tentative vouée à la réussite. Ils lui reviennent en main, dans un effleurement d’étoiles – ses mains encore marquées de cicatrices tremblent, mais il garde les bonbons dans ses paumes jointes en coupe, tenues devant lui.

Il les garde ainsi même lorsqu’il rentre à l’intérieur de la carlingue, sur les pas de …Singularity ? Est-ce vraiment son nom ? Son prénom ? Ou la façon dont le monde extérieur la désigne sans la comprendre ?   « - Danvers a fait tout ce qu’elle a pu. » Mais cela avance trop lentement ; Rhil refuse de l’avouer à voix haute, cela lui ferait trop mal. Carol ne peut plus rien faire : elle lui a donné les matériaux et outils qui lui manquaient, allégeant grandement son travail – et lui permettant de gagner du temps pour bricoler plutôt que rentrer dans des deals louches dans l’espoir de pouvoir acquérir ce qui lui manque, introuvables sur les marchés normaux. Ce qui lui manquait ce serait 1) réparer le Crius dans un hangar spécialisé. Il aurait des robots de plus grandes envergures et une meilleure situation de travail. Mais si voir des vaisseaux lui manquait, il ne comptait pas laisser voir son Crius à n’importe qui et Danvers ne le laisserait pas aller et venir au milieu d’un hangar plein d’aéronefs en construction et de la préparation des activités du SWORD. Ca lui manquait, un peu. 2) il lui aurait fallu de la main d’œuvre. Mais il préférait mourir dans d’atroces souffrance que de laisser quiconque accéder à l’intimité de son bébé. Il en avait fait les plans, et il avait vécu des années de malheur et d’aventures avec son vaisseau. Il ne l’abandonnerait pas à quiconque.

Et à ce propos… « - Non ! » Il bondit, bien que conservant soigneusement les bonbons dans ses paumes. Sans réfléchir, il court après Singularity qui a bloqué C1. Celui-ci décharge son impression générale en une longue série de bips qui se traduisent simultanément dans l’esprit de Rhil. Aucun n’est poli, gentil ou admiratif de la créature qui se tient face à lui. Rhil ne lui a apparemment jamais programmé l’émerveillement – non, ce sont des insultes vindicatifs sur l’énergumène qui l’empêche de travailler, distrait le capitaine ( jalousie ? ) et qui n’a aucun sens de politesse. Rien que Rhil tient à traduire à l’être innocent face à lui. Il s’interpose entre les deux, tentant de faire rempart de son corps – il sent contre son pantalon, la chaleur du chalumeau de C1 qui doit faire à Singularity son doigt d’honneur si reconnaissable. « - Ne le touche pas. » Rhil implore doucement : c’était ce qu’il avait de plus important au monde. Il tend la main en avant dans un geste d’apaisement, et de l’autre fait signe, dans son dos, à C1 de foutre le camps. Tant pis pour les bonbons à nouveaux. Rhil se fiche de leur goût. « - C’est mon ami. Il…il est un peu comme toi, une singularité. Ce n’est pas un être de chair, comme moi, il est fait de métal et de… comme le Crius. Pas vivant. Mais il a des émotions, un caractère, des pensées, comme toi et moi. Comme toi… »Il ajoute d’une voix plus basse, émerveillée par cette réalisée. Un univers pensant, ressentant. Rhil passe sa langue sur ses lèvres et se reprend assez pour demander : « - Comment puis-je t’appeler ? Singularité ? » Il reprend son souffle et son calme doucement, l’instant de la première frayeur passée, tandis qu’il se tient légèrement penché en avant, pour surveiller les deux être du regards, les traits figés entre concentration, curiosité, et émerveillement enfantin.



⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆

⇜ code by bat'phanie & egotrip ⇝


We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars.
I'm not getting draw into this mess, there's any army of you, there's only one of me. I'll talk, I'm happy to talk, but there is no way that I am fighting

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Singularity
A-Force
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Pocket Dimension
♠ EMPLOI : Héroine Cosmique, Baby des A-Force, En apprentissage constant de l'espèce humaine
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Do the stars gaze back ? | Rhil & Blue   Dim 26 Nov 2017 - 22:37



DO THE STARS GAZE BACK ?
Commander & Pocket Dimension

Elle ne connaissait pas vraiment l’intérêt de la relation entre Carol Danvers et ce Rhil Trasam. Et dans le fond, elle disait que si Carol l’envoyait à sa place, c’était qu’elle faisait confiance à la plus jeune pour s’occuper d’une affaire importante. Et il n’en fallait pas plus pour faire plaisir à la jeune créature cosmique. Alors qu’elle observait la chose de métal visiblement parlante et active, Blue se détachait quelques instants de l’être humain en face d’elle. Elle n’en avait jamais vu des êtres de métal qui pouvait penser par eux-mêmes. Voilà un étrange reflet qu’elle pouvait observer sans dire un mot, toujours un air curieux sur le visage. Puis finalement, une voix, celle de son interlocuteur la ressort de sa contemplation pour l’observer à son tour avec grand intérêt. Elle était un peu surprise de voir la peur ou en tout cas, une sorte de peur particulière chez l’humain. Mais aussi les bonbons qui tombent de nouveau entre eux. Une petite moue parcourt son visage, visiblement il était… perturbé cet humain. Par ce qu’elle venait de faire. Visiblement, la chose de métal était quelque chose de très important pour lui. Levant les doigts, les bonbons se remirent à virevolter autour d’eux.

Elle tendait l’autre main, venant saisir avec délicatesse le derrière de la main de Rhil pour que sa paume se trouve face au ciel. Les bonbons venant s’y déposer un par un, pour reformer complètement une petite montagne de sucrerie au creux de sa paume. « Rhil ne doit pas avoir peur. Singularity ne va pas faire mal à l’ami de Rhil. » Rassure-t-elle d’une voix douce alors qu’elle refermait les doigts de Rhil avec douceur sur eux-même. Gardant sa main un instant sur la sienne. Non, elle n’allait rien faire à son ami, ce n’était pas son but. Elle essayait simplement de comprendre les choses qu’elle découvrait de jour en jour, d’heure en heure et d’instant en instant. Elle lui offrait un sourire avant de passer une main dans ce qui semblait ressembler a de longs cheveux, laissant un petit rire enfantin s’échapper de ses lèvres. « Singularity. It’s what I am. » C’était le nom qu’elle avait donné à Nico Minoru là-bas, à Arcadia. Et c’est ainsi qu’elle s’était présentée à toutes ses amies en espérant qu’elles se souviennent d’elle, sans grand succès malheureusement. Mais maintenant… Ce n’était plus le cas.

Elle expirait lentement avant de relâcher sa prise sur lui en jetant un dernier coup d’œil à la chose de métal, se détournant pour continuer de flotter lentement à travers le couloir, observant la carcasse avec une certaine… peine. « Is Rhil… fine ? Accident ? » Carol ne lui avait pas expliqué pourquoi un vaisseau était caché ici. Mais il semble qu’il y avait eu quelques… non de très gros dégâts en effet. « Rhil is friend of Carol. So… Blue can help too! » Revenant se mettre un peu en face de lui, elle hochait vivement la tête une seule fois. Avant de continuer à observer autour d’elle. « Rhil voyage dans l’espace ? Comme Blue ? »
⇜ code by bat'phanie ⇝


There is an island
We are a team. We are friends. ✻  They were my friends. They were A-Force. But this -- this is not that world. I know, somehow, that world is -- gone.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Rhil Trasam
Intergalactique
♠ EMPLOI : Mécanicien, ingénieur spatial, ex-mécanien du SWORD et Nova Corps, contrebandier, capitaine de vaisseau
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Do the stars gaze back ? | Rhil & Blue   Lun 11 Déc 2017 - 11:13


⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆

They walk through space, stars their footprint and planets their perchs.

Toucher l’univers du doigt, caresser les étoiles, danser entre les astres. Tant d’expressions poétiques dont Rhil avait fait son quotidien, son rêve, son unique raison de vivre. Viser la lune pour atterrir dans les étoiles. Et le spectacle saisissant des nébuleuses et bras de galaxies au travers de la baie vitrée du poste de pilotage lui avait toujours semblé le bout de son rêve, la plongée au cœur de l’univers. Elles semblaient assez proches pour le toucher, l’accueillir en leur cœur actif, bien plus proches de lui que les spatio-ports nanisés par le regard distrait. Et voilà qu’un univers touchait ses doigts, le prenait par la main. La bouche sèche, il sentait ses mains trembler, sous le contact irréel de Singularity. Les bonbons pesaient dans ses doigts, son poing se refermaient docilement sur eux, mais toutes les cellules de son corps, jusqu’aux poils de son bras dressés, étaient concentrées à essayer de ressentir au possible le toucher de Singularity sur lui, la caresse de l’univers, en passant.

Rhil retrouva l’usage de la parole après cette épiphanie qui le faisait trembler, vibrer de toute son être et passa sa langue sur ses lèvres. « - Je suis plus inquiet que lui te blesse. Il a des pinces. » Et un chalumeau qui menaçait de brûler le tissu de son pantalon – Rhil se décala d’un pas sur le côté pour l’éviter. Ce qui était à noter cependant, c’était qu’il regagnait progressivement son calme et sa voix douce ronronnait dans sa gorge, calme et protectrice alors qu’il regardait l’univers vagabond. Oh, son être était bouleversé. Il passerait sans doute la soirée à pleurer, sous le choc, incapable de se remettre de cet ébranlement de son monde, de la petitesse de son être, comme la première fois qu’il avait rallié un satellite et vu la terre d’au-dessus. Mais pour l’heure, il était chanceux. Il était un miracle, que même sa mutation n’aurait pu lui offrir. Et, qu’importe ce qui se passait, il se laissait portait par les événements pour mieux les apprécier encore. Hors de question de perdre cet instant en s’évanouissant.

Rhil was not… fine. Very not fine. Ni maintenant, ni en général. Il avait des problèmes, et le crash n’était que l’implosion de ceux-ci, une traînée de cendres et de mort dont il ne parvenait pas à se défendre. Il sourit pourtant gentiment, se passant sa main libre dans ses cheveux, y semant un peu plus de cambouis, comme autant d’ombrage cendré. « - Accident. » Il inspire cherchant ses mots.  « - Nous sommes tombés de l’espace. » Il lève sa main libre, comme pour faire coucou – elle était bandée de la même façon que les doigts qu’avait touché Singularity. Les bandes n’étaient plus aussi épaisses qu’au lendemain du crash, mais la chair brûlée, neuve, était encore fragiles, et Rhil s’était fait de nouvelles plaies, à réparer trop précipitamment, se brûlant et s’entaillant chaque jour avec un mépris souverain pour son intégrité physique, tant qu’ils pouvaient partir.  « - Mais cela va mieux. Je répare le Crius, petit à petit. » Il sourit, avec douceur, malgré la boule dans sa gorge. Il étouffe un rire en la voyant revenir, fière et déterminée. Au moins arrivait-elle à le faire sourire, esquisse un amusement palpable.  « - I don’t know how you could help, kind one. »

Son cœur se serra, se brisa. C’était douloureux. Un aveu de faiblesse, l’envie de pleurer comme un enfant. Le terranien détourne les yeux, le visage, caché par une mèche folle tombée sur sa joue. Il n’expire même pas pour la chasser. Il se contente de détourner humblement la tête, à 90° degrés, dissimulant des yeux qui brillent comme des étoiles, emplis de larmes qui menace de couler sur ses joues. Il inspire, serre les poings, bonbon compris et se force à articuler.  « - Avant. Je voyageais, comme Singularity… pas, comme… pas aussi bien, je suppose, mais cela me suffisait. Plus.. depuis longtemps. » Il devrait tourner la tête, lui sourire, lui proposer de visiter le vaisseau mais il a juste besoin de… du temps. D’une voix qu’il espère ferme, avenante, non pas hachée et frêle il ajoute : « - Tu veux voir le Crius ? »


⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆

⇜ code by bat'phanie & egotrip ⇝


We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars.
I'm not getting draw into this mess, there's any army of you, there's only one of me. I'll talk, I'm happy to talk, but there is no way that I am fighting

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Singularity
A-Force
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Pocket Dimension
♠ EMPLOI : Héroine Cosmique, Baby des A-Force, En apprentissage constant de l'espèce humaine
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Do the stars gaze back ? | Rhil & Blue   Sam 23 Déc 2017 - 16:51



DO THE STARS GAZE BACK ?
Commander & Pocket Dimension

Le visage cosmique se tordait très légèrement aux mots de Rhil. Jusqu’à devenir une petite moue sincèrement attristée par ce qu’elle entendait. Par ce qu’elle voyait. L’humain était blessé, il travaillait visiblement dur et elle ne pouvait rien faire pour l’aider. Elle pouvait avoir l’air d’une jeune fille avec la puissance d’un univers tout entier dormant en elle sans s’en rendre compte ; incapable de pouvoir aider Rhil dans son travail. Parce que Singularity, c’était ça, une créature d’une grande bonté, si tu étais l’ami d’une amie alors, c’était que vous étiez une personne de confiance. Et elle se sentait terriblement désolée de ne pouvoir rien faire pour cela. Elle se frottait un peu les mains, visiblement gêné. « Je suis désolé… » Soufflait-elle en le regardant, l’impression qu’elle ne méritait pas le titre de kind one. Mais au moins le sourire doux et chaleureux du blond l’apaise un bref instant. Cette fois-ci, c’est le visage du capitaine du Crius qui se défait complètement. Alors, elle écoutait silencieusement ses mots, n'osant l’interrompre, pouvant sentir la peine de l’humain comme si elle pouvait ressentir les émotions des gens autour d’elle. Non, il avait envie de pleurer, elle pouvait le sentir.

« Rhil is… sad. » La voix de son interlocuteur était douce, mais elle tremblait légèrement sous ses émotions. Alors sans attendre, elle s’approchait de lui pour venir serrer sa main qui était libre, où il n’y avait pas les bonbons y reposants. Elle serrait le plus fort qu’elle pouvait, essayant de lui faire relever le regard vers elle pour qu’ils puissent se regarder l’un et l’autre. « Rhil aime espace. Rhil retrouvera les étoiles. I believe in Rhil ! » Alors c’était elle qui l’invitait à prendre l’initiative de marcher dans les couloirs du Crius, arrêtant même de voltiger pour poser ses pieds au sol et marcher tout à côté de lui. Observant chaque recoin qu’il voulait bien lui montrer. Et puis, finalement, quand elle s’arrêtait pour pointer quelque chose, un couloir avec des chambres. Il y avait eu quelqu’un ici. Il y a peu de temps, mais il n’était pas là. « Ami de Rhil parti ? Je sens quelqu’un vivant ici. Mais pas présent sur le Crius. » Ce n’était pas une présence humaine non plus. Quelqu’un comme elle. Qui ne venait pas de cette planète. Quel dommage, elle aurait pu rencontrer une nouvelle personne, certainement belle et extraordinaire.

Continuant de serrer sa main dans la sienne, elle pouvait entendre le petit robot de tout a l’heure rouler de droite à gauche dans la bête de métal. Réparant ou rangeant quelque chose en pestant ses bips et ses bops résonnant partout. Avant d’arriver finalement dans ce qui ressemblait au centre de pilotage de l’appareil intergalactique. Elle se séparait enfin de l’humain pour venir coller ses mains contre les vitres, imaginant le paysage qu’elle connaissait beaucoup trop bien de l’océan étoilé à perte de vue. « Est-ce que Rhil veut venir sur la station de Carol ? » Pourquoi pas ? Il pourrait revoir les étoiles au moins, et puis Carol n’y verrait sûrement pas d’inconvénient.
⇜ code by bat'phanie ⇝


There is an island
We are a team. We are friends. ✻  They were my friends. They were A-Force. But this -- this is not that world. I know, somehow, that world is -- gone.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Rhil Trasam
Intergalactique
♠ EMPLOI : Mécanicien, ingénieur spatial, ex-mécanien du SWORD et Nova Corps, contrebandier, capitaine de vaisseau
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Do the stars gaze back ? | Rhil & Blue   Dim 11 Fév 2018 - 13:05


⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆

They walk through space, stars their footprint and planets their perchs.

A ce moment précis, Rhil maintenait à peine le contrôle sur ses émotions à fleur de peau, il ne tenait qu’à grande peine debout, vacillant sur ses talons, à la lisière de ses souvenirs. Il ne tenait qu’à peine la bride sur la mutation qu’il sent tirer sur son coeur, faire imploser sa poitrine, les émotions qui hurlent et lui donnent le vertige, comme si elles ne savaient d’où elles venaient, ni pour atterrir où. Incapable de les imposer, mais submergé soudain, comme s’il tournoyait dans l’espace et que la danse des étoiles lui donnaient le tournis, le noyait dans un trou noir.  
Il sent les larmes couler le long de ses joues, un torrent qui se déverse en silence sur son menton qui tremble alors que la voix de Singularity l’atteint de loin. Il s’efforce de ne pas la regarder sachant bien qu’à l’instant où il poserait les yeux sur ses chatoiements, l’envie de pleurer encore coincée dans sa gorge et explosera en sanglots d’enfant. Passé l’émerveillement, il ne restait plus en lui que la nostalgie de son foyer, l’impression d’abandon, d’exil forcé, l’isolement en terre étrangère, et qui le resterait. Rhil est triste, Rhil est perdu. ”- Rhil est loin de chez lui.. Il a honte de sa voix étranglée, mais il marche main dans la main avec ce qui a tous les traits d’un enfant, et l’essence de son rêve.
Il y a un sourire au travers du rideau de ses larmes qui voilait son regard. Comment être triste face à cette espérance venue d’une étoile ? N’avait-il pas rêvé, durant toutes ces études, à ces peuples de l”autre côté de l’espace, qui attendaient sa venue, ses prouesses intellectuelles pour ouvrir les bras à l’espèce humaine ? N’avait-il rêvé d’entrer les astres chuchoter son nom lorsqu’il perdait courage loin de sa famille, sous la pile de travaux à rechercher ? Y avait-il meilleur soutien qu’un univers qui croit en vous ? Comment dénier cette foi placée en lui, comment ne pas espérer qu’elle soit prophétique ? Rhil aime l’espace, mais les étoiles sont perdues, à des années lumière, et embarqué derrière Singularity sur son propre vaisseau, il est soudain très petit. Très humain. Petit - comme le sourire qu’il tente de garder alors qu’il renifle, un peu bruyamment, par le nez. Rhil glisse les bonbons dans sa poche avant de se pincer le nez, et inspire profondément. Une fois, deux fois.Il cligne des yeux, chasse les larmes.

Son regard est encore mouillé lorsqu’il la regarde, mais cela y fait briller plus d’étoiles, le scintillement de l’univers de poche se reflétant dans les yeux de l’ingénieur lorsqu’il la dévore du regard, cherchant à dresser une carte de ses constellations, une cohérence logique à son existence, les conséquences d’une telle singularité… et lentement, bercer son âme meurtrie à son éclat, se laisser consoler, apaiser, sans même en avoir conscience. Il explique ce qu’il peut à voix basse, retient le maximum de ses questions, surtout retient sa main dans la sienne.
”- Ithan.” Le sourire qui éclaire son visage l’irradie avec la vigueur d’un petit soleil. Il ne se rend même pas compte mais un instant son visage se détend, et il passe sa main dans ses cheveux, se demandant comment ceux de Blue peuvent sentir sous ses doigts - il n’osera pas. ”- Il médite, dehors… il a besoin d’un peu de temps à lui. C’est un Echani.” Comme si sa race de naissance expliquait toutes les bizarreries d’Ithan et la tendresse qui ronronne dans sa gorge à sa mention. C’était l’accord initial, de respecter ses silences et ses solitudes, bien qu’Ithan s’isole de moins en moins… Rhil avait honte de l’accaparer ainsi, mais depuis le crash, il avait besoin de la présence de l’homme pour respirer.

La vision du poste de pilotage lui brise le coeur, à nouveau - les arbres et la verdure à perte de vue par les vitres, au-delà des buildings. Ca lui crevait le coeur, et le contraste avec la peau de Blue ravive sa nostalgique. Devait-il faire comme dans sa chambre à l’Institut, étant adolescent ? Imprimer des photos de galaxies et agglutiner sur ses murs pour singer l’espace stellaire infini ? Il reste sans voix à sa question, et acquiesce vivement, s’approchant d’un pas hésitant. ”- J’aimerais, plus que tout… ce serait…” On ne l’en descendrait jamais. Une station, ce n’est pas l’espace, mais il se souvenait de son émerveillement lorsqu’il bossait pour le S.W.O.R.D. et ses lèvres s’ourle déjà d’un sourire, avide comme son coeur. Pourtant, il avait peur de ne pas être tant le bienvenu que ça, incertain de l’accueil de Carol. Il se sentait encore coupable. Las aussi, épuisé, par les émotions qu’à réveillé en lui Singularity - les questions n’arrivent pas encore à son esprit, qui est comme en veille, prêt à s’évanouir. Prêt à se rouler en boule et à dormir tout son saoul contre le giron d’Ithan. Et surtout…
Rhil expire bruyamment, et secoue soudainement la tête.   “- Ithan… Je ne peux pas partir sans lui.” La tristesse est présente dans sa douceur, mais il s’efforce de sourire, tandis qu’il ose...toucher du doigt Singularity, comme pour attirer son attention. ”- Tu repasseras, ici ? … Amie ?” Il lui tend un bonbon, tenant la sphère colorée entre deux de ses doigts. “- Jouer avec C1, avec Ithan… Si tu ..veux jouer. Partager une glace. M’emmener là-bas… s’il te plaît ? Il y a un espoir fou dans sa voix, si mal placé mais… revoir la station, les étoiles de près, tenir un jour de plus en espérant y être bienvenu…


⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆

⇜ code by bat'phanie & egotrip ⇝


We are all in the gutter, but some of us are looking at the stars.
I'm not getting draw into this mess, there's any army of you, there's only one of me. I'll talk, I'm happy to talk, but there is no way that I am fighting

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Do the stars gaze back ? | Rhil & Blue   
Revenir en haut Aller en bas
 

Do the stars gaze back ? | Rhil & Blue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 Sujets similaires

-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» San Jose Sharks && Columbus Blue Jackets (2)
» Blue max
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: Los Angeles :: Extérieur de Los Angeles-