Merci de recensez vos actions rps ici pour que le contexte les prenne en compte !
N'oubliez pas de voter !

Partagez | 
 

Uprising #1.5 : Waiting

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
PNJ
MessageSujet: Uprising #1.5 : Waiting   Mar 10 Oct 2017 - 19:01

UPRISING

Episode 1.5 : Waiting


Bucky J. Barnes, Samuel Wilson & Mindy McCready

Base du SHIELD

Voilà trois heures qu'a eu lieu l'explosion dans l'immeuble où HYDRA avait décidé d'organiser une joyeuse petite sauterie. Ce qui, comme vous le savez très bien, ne s'est pas vraiment bien terminé pour les deux camps. Mais cela fait près d'une heure et demie que les survivants de cet incident sont ensemble. Bucky Barnes et Sam Wilson. Et les autres là-dedans ? Shaman a disparu lorsqu'il était avec Sam, sûrement plus intéressé par la cause mutante que par la renaissance d'HYDRA. Mais ce qui inquiète les deux hommes, c'est l'annonce glaçante par radio de Nick Fury leur annonçant peu de temps après leurs extractions respectives. L'agent Romanoff a été enlevé par l'hydre et ils ne savaient pas où ils ont pu l'emmener.

Bucky et Sam, vous vous entendez aussi bien qu’un chat et un chien coincés dans la même cage. Cependant, vous êtes soumis à quelques examens rapides et aux premiers soins par l'équipe médicale. Quelques ecchymoses ici et là, rien de bien grave pour des soldats comme vous. Et surtout rien qui n'inquiète les médecins. Rapidement, vous saisissez que vous êtes dans l'une des nombreuses bases secrètes du SHIELD et que Fury fait tout pour ne pas vous rencontrer alors que les informations arrivent au compte-gouttes. Le patron du SHIELD doit se dépêcher de prévenir les personnes adéquates. Vous êtes obligés de prendre votre mal en patience, et se séparer maintenant serait une erreur.

Actuellement, vous arpentez un couloir. Dans celui-ci, une vitre où vous pouvez observer la patiente se trouvant derrière. L’enfant ramené dans un sale état y dort ; semble être stabilisé alors qu’elle risquait l’overdose dans l’ambulance. Un écran est allumé au-dessus du lit, en plus des informations médicales qui feraient pâlir un véritable toxicomane; vous décelez aussi quelques informations : nom de l’inconnue et son âge. Mais ce qui est le plus intrigant sont les deux lignes suivantes : elle possède un numéro de matricule de prisonnière de SHIELD à moitié censuré. Et son statut : Retrouvé.

Vous n’avez pas d’autre choix : tout faire pour tuer le temps en attendant que Fury fasse appelle à vous.


▬ Bienvenue dans ce mini rp ! Ici, c’est un petit rp dynamique pour vous faire patienter en attendant que des nouveaux viennent vous rejoindre pour le chapitre II. Vous êtes les « seuls » survivants du premier chapitre (Natasha, ne nous déteste pas).

▬ Pas de limite au niveau du nombre de mots. Minimum 500 et vous pouvez en rester là si vous voulez. A votre guise !

▬ Vous êtes totalement libres de vos actions, vous pouvez bouger, restez, discutez autour de la machine à café pas très loin ou même faire un slow si ça vous chante.

▬ Mindy n’interviendra pas immédiatement, elle est encore endormie. Elle arrivera un peu plus tard. Le PNJ ne sera pas systématique à chaque tour, il interviendra de temps à d’autres si cela est nécessaire.

▬ Amusez-vous bien !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Bucky J. Barnes
Marvel Knights
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Winter Soldier
♠ EMPLOI : Winter Soldier, traqueur d'HYDRA, père au foyer
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Uprising #1.5 : Waiting   Mer 25 Oct 2017 - 15:50
Piaf & Babydoll &
Grumpy
Uprising 1.5
On s'fait un scrabble ?
Le Winter Soldier est appuyé contre le mur blanc du couloir à la lumière trop blanche de la base secrète. C’est une statue immobilisée dans l’ombre, un chevalier sombre qui tient garde dans un couloir, et que personne ne remarque tant il fait partie des meubles. Ou qu’on ne peut ignorer parce qu’il prend une bonne partie de la largueur du couloir, ses bottes de commando au beau milieu comme il a les omoplates appuyées sur le mur, et les jambes tendues en diagonales. Debout, immobile, depuis les trois heures d’attente. La sueur des combats, la poussière d’un étage s’effondrant, de la fumée des grenades ont fini par sécher et s’effacer et le chien d’HYDRA est en équipement tactique, son fusil sur son dos, ses bras gantés de mitaines de cuir croisées sur son cuir pare-balles. Il attend. Il attend que son « maître » vienne lui donner une mission et des informations pour la compléter. Il est gardé dans l’ombre de l’objectif réel de sa mission, des enjeux, il n’a pas le droit de poser de questions, pas le droit à une opinion. Il attend.
C’est comme une sensation de déjà vu et en général, Barnes ne croit pas que le logo du SHIELD fasse une différence avec le poulpe. Il a commis des atrocités pour les deux, et pour d’autres encore. La seule différence avec autrefois c’’est que son esprit n’est pas blanc – au contraire, il sature d’interrogations, de pensées éparses et discordantes. Que fait-il là ? Encore combien de temps ? Quand est-ce qu’on arrive ? Aurait-il vaincu Zemo, en aurait-il eu la chance d’un combat à la loyale pour assassiner ses propres cauchemars ? Est-ce qu’il aurait fini à genoux, le cerveau en bouillie, chien loyal incapable de mordre son maître ? Que mijotait Fury ? Avait-il vraiment un coup d’avance ou HYDRA allait-elle gagner ? Est-ce que Natasha allait bien ? Savait-elle qu’il l’attendrait et la retrouverait où qu’elle soit ? Qu’il était en mission depuis des semaines pour saboter le travail de l’hydre, à débusquer chaque base qu’il trouver pour éliminer systématiquement chaque agent à l’intérieur ? Partiellement à cause de l’homme qui attendait avec lui et sur lequel le regard de Buck ne se posait pas une seule fois, volontairement.
Au moins faisait-il meilleure figure que dans ces pyjamas.

La différence d’avec toutes ces fois où il avait attendu docilement que ses maîtres tirent sur sa laisse, c’était qu’il était réellement là. Et que son visage marquait des ombres, le regard troublé, incapable de lâcher la gamine du retard. Elle ne devrait pas avoir un numéro de matricule, elle avait quoi, dix ans ? Natasha avait eu un numéro, à une époque. Avant de faire ses preuves. Retrouvée ? Perdue ? Il connaissait une bonne partie des drogues qu’elle avait dans le système, pour les avoir eu dans le sang, et avoir lentement eu la sensation de mourir dans l’immensité sibérienne. Il se rappelait son regard, ses yeux qui dansaient dans sa mémoire où qu’il regarde. La différence avec le temps du Winter Soldier, c’est que ses traits sont tirés, pâles, et que ses doigts métalliques pianotent contre son biceps. Nerveux. Anxieux. Impatient. Terrifié parce que qui allait leur tomber sur la tête, mais calmement prêt à y faire face – râler, jurer comme un beau diable en même temps, mais il allait participer à la fin d’Hydra, à prendre soin de « Mindy » et à assister à la magnificence qu’était Natasha en action. « - Etre un héros c’est toujours aussi fun ? » Il finit par lâcher sans s’en rendre compte, la bouche pâteuse. Un peu acerbe, un peu moqueur. Las, surtout. Il n’avait aucune idée de la réelle mission de Falcon et Black Widow lors de cette réception, et au final il s’en foutait. Mais on pouvait facilement penser que assister au véritable retour d’HYDRA, voir l’un de leur meilleurs agents kidnappée, la mise à mort mise en scène du grand patron et une gamine-soldat-esclave sur un lit d’hôpital, sans parler d’un étage effondré, du Winter Soldier par la fenêtre et d’un ancien membre du conseil de sécurité de l’ONU et membre d’HYDRA blessé par balle : tout ça n’était pas prévu.

Buck déplie enfin ses bras, le droit ankylosé, mais le genre de douleur qu’un sniper patient sait ignorer. Il fait quelques pas, se décollant du mur dans un grand silence. Il vient s’appuyer au rebord de la vitre, les bras tendus – qui tremble, pour le droit -, un peu penché, et expire, exhale lentement. Sans quitter Mndy des yeux, alors qu’il pense à une autre femme. « Elle aura besoin d’un taxi. » Natasha. Il n’avait strictement aucun doute de son habileté à s’en sortir seule d’une base d’Hydra extrêmement bien gardée. Cela ne l’empêcherait pas de la couvrir – elle aurait besoin d’un taxi, si possible un hélico pour sortir de là plus facilement. Il jette un coup d’œil à Sam, enfin – est-ce qu’il en était ?


To know what they did to you, it would break your captain's heart.

My dreams are the worst I've ever had. Images of the Winter Soldier fold in on each other... I see things I forgot happened... Like a door unlocking in my mind... Torture... Slaughter... And training others in their use... So much horror... I wake up vomiting


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Mindy McCready
Fugitif
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Hit-Girl ou The Little Bitch pour les intimes.
♠ EMPLOI : Ex-justicière mise aux arrêts pour PTSD & fugitive sous la garde de Bucky Daddy Bear Barnes
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Uprising #1.5 : Waiting   Dim 5 Nov 2017 - 21:36


「Don't come near me,
I'm unstable I am ready to break. 」

Frank & Mindy
Bip… Bip... Bip...
Rythme cardiaque stable. Oxygène : tout semble bon. C’est difficile de dire mieux lorsqu’on comate dans son lit et que tout semble blanc autour de vous. La motricité ? Pas en meilleure forme. Le corps est engourdi au possible. La bouche est pâteuse, elle meurt de soif. Le bruit autour d’elle ? Il n’y en a aucun hormis le bruit de la machine affichant le rythme de son cœur, inlassablement. Et puis, petit à petit, elle cligne des yeux, ses yeux reprennent leur fonction avec une lenteur qu’elle ne connaissait pas, qu’elle avait peut-être oublié. Qui sait. Elle était dans un lit d’hôpital, cela y ressemblait avec les barrières pour éviter qu’elle ne tombe par terre et se pète une côte ou deux. L’impression d’être la moitié d’elle-même, ou pas du tout. Étrangère dans son propre corps. C’était quoi cet endroit ? Ça ne ressemblait pas à l’hôpital qui était dans la base où Rumlow la traîné partout derrière lui comme un petit toutou bien mignon et qu’il aimait exposer avant de l’envoyer au travail pour lui. Rumlow… Zemo… La soirée ? Des tirs, des cris… Effondré. Un bras en métal, puissant, impossible de s’en défaire.

Bip.. Bip.. Bip..
Le cœur s’accélère. Les yeux se font plus vifs. La situation, qu’elle était la situation ? Où était-elle ? La respiration continue de prendre en vitesse. Des intraveineuses partout. Dans ses bras. Il faut les enlever avant que tout ne reprenne une fois encore. Elle gémit faiblement, avant de commencer à forcer sur ses bras qui ne viennent pas tout de suite a elle une fois, deux fois… trois fois. Les sangles l’empêchent de bouger autant les pieds que les mains. Impossible de faire quoi que ce soit. Aux grands mots, les grands moyens. Elle approchait la tête des tuyaux disparaissant dans son corps. Pour en attrapant un ou deux avant de tirer violemment dessus. Il en reste encore un, mais il est trop loin pour l’atteindre. Elle grogne une fois encore avant de forcer sur son bras. Rien à faire une fois encore. Détournant enfin la tête, son regard se perdait sur la vitre et les ombres se cachant derrière. Bras de fer. Son regard se glisse sur l’homme un instant puis deux avant de sentir sa peau et sa poitrine, comme en train de brûler de l’intérieur. Une sensation ignoble et des sueurs commençant à couler le long de son dos.

BIP.BIP.BIP.BIP.BIP.
Elle gémissait. Elle tentait de se tourner, de se retourner. Ça grattait. Sa peau grattait à présent. « I need one… just one… » Le manque. L’état de manque était là. Rapide ? Trop peut-être est anormal. Quand on vous habitue à vous droguer toutes les cinq à six heures, pouvant varier selon le cocktail qu’on lui administrait. Il allait revenir si elle n’avait rien. Elle allait le voir au bout de son lit, le sourire aux lèvres, tordus alors que son crâne ne ressemble plus à rien qu’a de la bouillie. « GIVE ME ! ... please...» Non, il n’était pas là, il ne pouvait pas être là. Impossible. Son cri déchire la chambre, lui prenant le peu de force qu’elle était arrivée à se reconstituer depuis les dernières heures.
.
Uprising #1.5 : Waiting





I am damaged, far too damaged.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Bucky J. Barnes
Marvel Knights
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Winter Soldier
♠ EMPLOI : Winter Soldier, traqueur d'HYDRA, père au foyer
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Uprising #1.5 : Waiting   Dim 12 Nov 2017 - 11:51
Piaf & Babydoll &
Grumpy
Uprising 1.5
On s'fait un scrabble ?

Ils perdaient un temps précieux, aux yeux de Bucky habitué à travailler seul et à remonter la piste de ses proies en solitaire, comme un chasseur qui ne s’arrêtait jamais de traquer. La piste serait bientôt froide, et Natasha loin. Il avait une confiance absolue en l’espionne, il savait qu’elle ne craignait rien, qu’elle les mènerait sur le bout du nez, mais il ne pouvait s’empêcher d’établir une liste de missions, d’objectifs, d’étapes nécessaires pour démanteler Hydra et parvenir à Natasha. Il n’entend pas la réponse de Sam, noyée sous les bips des machines qui maintenaient la jeune recrue d’HYDRA sur son lit d’hôpital. Bucky relève les yeux, soudainement alerté et lance, en direction des couleurs dont on leur a interdit l’accès. “- Hey ! Elle a besoin d’un médecin.”. Il n’y avait personne, à part lui et Sam, mais il y avait des caméras. Il les sentait sur sa peau, les lunettes de combat qu’il avait ôté cherchant à les localiser en permanence. Il détestait ces diodes rouges, perpétuels chiens de gardes prêts à tirer sur sa laisse, rappel d'objectivation permanente, même aujourd’hui. Personne. ”- Merde.” Peste Bucky en ouvrant la porte qui les sépare de la petite - la serrure, la poignée, les gonds grincent sous la force de sa poigne métallique, mais aucune alarme se déclenche.

Le Winter Soldier en équipement complet vient se pencher au-dessus du lit de l’enfant, avant de s’y asseoir lentement. Il ne voulait plus entendre crier, il ne voulait pas ajouter un cri spectral au choeur des fantômes qui l’assiégeaient la nuit. Il attrape presque délicatement le poignet de la gamine de ses doigts pour l’empêcher de se gratter ou d’arracher quoi que ce soit. Il avait passé dix ans à jouer un aide-soignant pour un Steve Rogers décharné et têtu comme une mule, cela ne devait pas être beaucoup plus difficile. ”- Doucement, doucement. Tout va bien. Tu es en sécurité.” … soldat. L'appellation passe presque ses lèvres, mais il se retient, passant sa langue sur ses lèvres. Elle n’était pas un soldat, c’était une petite fille. Bien que ce soit troublant que de se voir comme dans un miroir, version pâle, blonde et moue adorable. Il s’était retrouvé dans cette situation des centaines de fois et son sang se glaçait d’horreur. Une part de lui était terrifié, angoissé et sous le choc de la voir dans cet état, si semblable à lui, lorsqu’on le sortait de ses tubes, haletant, confus, hallucinant, tout son corps lui étant étranger. Les mois à dériver en Sibérie, à hurler, enrager contre des fantômes absents, à sentir la drogue et la bile se vider hors de son organisme.   “- Mindy. You’re home. .” appelle calmement l’ancien tueur, cherchant à attirer son attention, à croiser son regard.“- Ca va passer, doll. Tiens bon. ” Doll,  comme sa petite soeur, il y a… Bucky se mord la lèvre - ne pas penser à ses soeurs, pas maintenant. Comment disait Wilson déjà ? Il avait passé assez de temps à se morfondre en pyjama sur son propre sort. Son initiative, au repas d’Hydra n’avait pas évolué comme prévu, mais si au moins il avait pu sortir la gamine de là, la “retrouver” quoi que ça puisse signifier, il prenait. Elle devait se sentir comme une merde, si les symptômes étaient révélateurs de son passé - et ne pas le croire, ne pas croire que l’enfer dans son corps passerait. Mais ça finissait toujours par passer, même au bout d’une agonie organisée en 70 ans.


To know what they did to you, it would break your captain's heart.

My dreams are the worst I've ever had. Images of the Winter Soldier fold in on each other... I see things I forgot happened... Like a door unlocking in my mind... Torture... Slaughter... And training others in their use... So much horror... I wake up vomiting


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Samuel Wilson
Avengers
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Uprising #1.5 : Waiting   Dim 12 Nov 2017 - 17:26
Uprising 1.5Ceux qui sont doués
Quitter le bâtiments sans la femme avec laquelle il était entré n’avait pas plus à Sam. Et c’était un euphémisme de le penser. Peut-être dû à son passé dans l’armée ou les principes qu’il avait depuis qu’il était gosse, mais Sam n’avait pas vraiment apprécié être rapatrié comme il l’avait été alors que Natasha était, dans son esprit, toujours à l’intérieur du bâtiment. Mais les choses étant ce qu’elles étaient, Sam avait bien dû se rendre à l’évidence que Natasha s’était faite enlevée par l’HYDRA. Et cette situation n’était pas faite pour lui plaire non plus. Comme être de nouveau enfermé dans une base du SHIELD. En bref, toute la situation n’était pas pour lui plaire et cela depuis le début de cette journée pourrie. Depuis le début de cette mission. Il avait l’impression d’avoir fait un bond en arrière de plusieurs décennie. Pas qu’il ait vécu une situation identique lorsqu’il était enfant mais toute la situation elle même. HYDRA, le SHIELD… Cette lutte continuelle pour savoir qui avait la plus grosse. Le genre de lutte qui durait depuis des milliers d’années et qui avait tendance à faire lever les yeux au ciel à l’ancien soldat. Toute sles guerres suivaient ce fil rouge et essayaient par tous les moyens de le montrer. Il n’y avait qu’à regardé ce qu’HYDRA avait fait avec Barnes et le reste des expérimentations qu’ils avaient menées.

Un soupir passa les lèvres de l’ancien militaire alors qu’il regardait la petite silhouette allongée dans le lit qui se trouvait de l’autre côté de la vitre. Les bras dans le dos, la posture droite, Samuel n’avait pas quitté la gamine des yeux depuis que lui et Barnes étaient entrés dans la pièce. Derrière lui, il entends les doigts métalliques de James pianoter sur son bras et il réprime vraiment l’envie de lui dire d’arrêter. Ou de les lui faire manger. La nervosité, qui s’était installée depuis qu’il avait quitté les lieux de l’opération, pouvait parfois lui donner des envies de meurtre. Ou bien était-ce parce qu’il s’agissait de Barnes. Franchement, il hésitait vraiment. Et… Ouai, après la phrase qui venait de sortir de la bouche de Barnes, c’était clairement parce que Barnes était… Eh bien… Barnes.

- Nan, parfois on se retrouve devant des gens censés être morts depuis 70 ans et qui veulent vous tuer, contra-t-il acerbe en ne daignant pas lui jeter un regard.

Ce ne fut d’ailleurs pas la peine puisque quelques secondes plus tard, Bucky venait s’appuyer contre la vitre qu’ils fixaient tous les depuis de longues minutes. Dans sa tête, Sam refait le cours de la soirée. Du moment où il était entré dans le complex à la seconde où il avait comprit que Natasha ne ressortirait pas. La mission qu’on leur avait attribué avait tourné court et une autre s’était profilée à l’horizon. Pour une fois Barnes avait raison, Natasha aurait besoin d’un taxi et Samuel était prêt à le lui apporter. Un regard lui le côté et un hochement de tête répondit à la question implicite de l’assassin. Alors qu’il ouvrait la bouche pour répondre, la voix de la gamine derrière la vitre se fit entendre et détourne Samuel de la question qu’il allait poser à James. Un froncement de sourcil vint plisser son regard alors qu’il se demander ce qu’il doit faire pour la fille qui se trouvait de l’autre côté de la vitre.

- Qu’est-ce qu’il lui ont fait nom de dieu ? murmurra-t-il plus pour lui même que pour Barnes, les poings serrés.

Mais Barnes n’était déjà plus dans la pièce et venait de défoncer la porte de la chambre. Sur le moment, Sam eut envie de se taper le front du plat de la paume. Mais il devait avouer que l’appel qu’avait lancé Barnes au personnel soignant avait fait un bide et que même lorsqu’il entra à son tour dans la chambre, personne n’était encore là pour prendre en charge l’enfant qui venait de hurler. Et comme Sam n’était pas aveugle et qu’il connaissait ce genre de symptôme, il ne lui fallut pas plus d’une seconde pour comprendre ce qu’il se passait. Peut-être aurait-il dû lire les bilans qu’avaient fait les médecins à son arrivé ? Dans tous les cas, Sam s’approcha à son tour du lit, sans pour autant s’approcher comme Bucky l’avait fait. Ce dernier, assis sur le lit, essayant de calmer l’enfant étonna un peu Sam. Fallait dire que le centenaire et lui n’entrenaient pas vraiment de bonnes relations et que la dernière fois qu’ils avaient discuté tous les deux, il avait plus ou moins dit à Bucky se sortir la tête de son fondement. L’amitié en somme. Ne voyant toujours pas de médecin arriver, Sam prit l’initiative d’ouvrir quelques tiroirs, trouver une seringue et un trocard et de la remplir avec une solution qu’il savait efficace pour ce genre de situation. Seulement, il ne s’approcha pas du lit avec, de peur d’effrayer un peu plus l’enfant.

- Barnes ? demanda-t-il doucement en se plaçant au bout du lit, les mains sur le cadre.

La question en valait mille et il voulait surtout entendre que tout était sous contrôle. Mais après la journée qu’il venait de passer, Sam n’allait pas s’avancer dans la réponse.

HRP:
 



Revenir en haut Aller en bas

avatar
Mindy McCready
Fugitif
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Hit-Girl ou The Little Bitch pour les intimes.
♠ EMPLOI : Ex-justicière mise aux arrêts pour PTSD & fugitive sous la garde de Bucky Daddy Bear Barnes
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Uprising #1.5 : Waiting   Mar 14 Nov 2017 - 19:51


「Don't come near me,
I'm unstable I am ready to break. 」

Frank & Mindy
Personne, il n’y avait personne dans la pièce et pourtant elle avait l’impression qu’ils étaient des centaines à la fixer. La descente était dure. Et le fait d’être seule n’arrangeait guère les choses pour elle. Tout ça n’avait aucun sens, quel était ce nouvel endroit inconnu ? Encore une idée de Rumlow, c’était ça. C’était encore un moyen pour la perdre un peu plus dans ses repères. Juste pour le plaisir de la voir tourner en rond et recommencer tout depuis le début. C’était ça ? Et maintenant il la laissait redescendre aussi pour lui faire sentir qu’elle n’était rien, plus rien sans lui et sans son ordre pour dire « Envoyez la dose ». Elle a envie de mordre le coussin, mais à la place elle griffe les draps sous ses ongles trop courts et donc qui ne lui donne pas satisfaction dans son envie de détruire quelque chose. Enième griffures avant de se sentir brutalement stopper (en tout cas c’est l’impression qu’elle a, mais la poigne est douce en réalité.) sans attendre, elle montre les dents et son corps se tend. L’homme en face d’elle n’est qu’un fantôme. Pâle, les cheveux sombres et les cernes tirées comme si on avait appuyé dessus avec force.

Son regard trop vif se pose sur l’autre homme qui est rentré dans la pièce. Inconnu, elle ne connaît pas ces visages. Brock ou pas Brock ? Il était toujours derrière, quelque part derrière une caméra à ricaner avec sa sale gueule. L’autre parle de sécurité comme si c’était une évidence. Ce n’était pas une putain de certitude, elle a envie de cracher sa rage, mais elle a la gorge trop sèche pour ça. Bonne idée d’avoir décroché la moitié des tubes qui devaient l’hydrater. Assez. Elle en avait assez d’être comme ça, d’être là sans y être. Son poing férocement fermé, elle est prête à frapper l’homme aux cheveux mi-long s’il veut s’amuser à venir voir sa gueule de plus près. Mais ses yeux s’écarquillent lorsqu’un mot interpelle et vient gratter le fin fond de sa mémoire. Mindy. C’était son prénom. C’était ça, enfin elle pensait. Elle se rend à peine compte que ses jambes sous les draps bougent lentement, comme pour chercher un appui qu’elle a déjà. Cette sensation de tomber alors qu’elle était bien accrochée au lit. « Mindy… Hit-Girl… Mindy… » Flash. Une image d’une pièce froide et sans lumière. Les bruits de talons militaires qui se répètent encore et encore dans le couloir sans que ça s’arrête.

Une image se superpose à celle de l’homme au bout du lit apparut de nulle part. Encore ce même visage, un sourire tordu sur le visage, mais elle ne voit toujours pas le haut de son crâne déformé par la balle qui l’avait traversé il y a des années. « Tell them babydoll. Tell them. LOOK AT ME. » Elle secoue violemment la tête alors que la douleur qu’elle savait à cause du manque lui fait plaquer la tête vers l’arrière. Ses doigts se serrant et se resserrant sans pouvoir se contrôler. Barnes, héros de… guerre de quarante. C’est la seule information qui lui traverse l’esprit à ce nom. L’autre homme est un total inconnu. Sa poitrine se soulève rapidement alors qu’elle arrive finalement à articuler après un gros effort… Pourtant son visage est défiguré. De la haine, pure, comme Mindy en avait rarement montré avant de se retrouver dans cette situation. « FUCK YOU RUMLOW. FUCK YOU, YOU AND YOU GODDAMN MOTHERFUCKING JOKES. I will kill you one day, TRUST ME !» Elle était littéralement terrifiée par les mots qu’elle prononçait parce qu’elle connaissait la sentence pour de tels mots. Elle envie de pleurer, de vomir tellement elle avait peur, tellement Rumlow s'était immiscé jusqu'au creux de son être. Mais depuis des mois, elle avait été incapable de bouger, de se plaindre, de se battre. Alors avant qu’on ne la replonge sous amphétamines..
Uprising #1.5 : Waiting





I am damaged, far too damaged.
Revenir en haut Aller en bas
 

Uprising #1.5 : Waiting

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


 Sujets similaires

-
» 05. What the hell are you waiting for.
» Waiting for the miracle to come - Prio Morpheus.
» Waiting for the Grand BAYAKOU
» Libya: Scratching beneath the surface...[/
» Aristide must be part of solution to Haiti crisis





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: Los Angeles :: Extérieur de Los Angeles :: Base du SHIELD-