Merci de recensez vos actions rps ici pour que le contexte les prenne en compte !
N'oubliez pas de voter !

Partagez | 
 

Tu peux y aller, j'suis indestructible ft. Jean&Logan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

avatar
J. Logan Howlett
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 ☾ Wolverine
♠ EMPLOI : Anciennement militaire, mercenaire, bûcheron, à présent X-MEN & Professeur d'Histoire à l'Académie Xavier
♠ GIF :
MessageSujet: Tu peux y aller, j'suis indestructible ft. Jean&Logan   Dim 5 Nov 2017 - 23:30
«Tu peux y aller, j'suis indestructible »
Statut du sujet : Privé ft. Jean Grey ▬
Date du rp : Se déroule au début du mois de Novembre 2017
Météo & moment de la journée : Il pleut et nous sommes en milieux d'après-midi, vers quinze heures.
Autre : Se déroule dans l'une des nombreuses salles d'entraînement des XMEN.



La pluie battait fort contre les vitres de l'Institut Xavier. Un jour de pluie, un de ces jours où les étudiants sont tous à bout de nerfs parce qu'ils ne peuvent pas sortir, qu'ils ne peuvent pas se dépenser, qu'ils ne peuvent ni courir, ni crier sans se prendre des remarques de la part des profs. Ce genre de jour qui fout les boules à tout le monde en somme. Logan était adossé contre le mur du fond de sa salle de classe, les bras croisés contre sa poitrine. Un cours d'Histoire, encore et toujours. A vrai dire, oui, il la connaissait bien l'Histoire, il l'avait même traversé. Mais est-ce qu'il avait le don pour l'enseignement ? Pas sûr. A dire vrai, il en doutait même très fortement. Mais une chose était certaine : il s'y connaissait avec l'Histoire. Le mutant avait le regard pendu aux dos de ses étudiants. Un silence de plomb régnait dans la salle. Il venait de leur poser une simple question, qui semblait les rendre soudainement muets, ce qui était toujours assez amusant pour lui désormais. Logan n'avait pas été très longtemps à l'école, à vrai dire, il avait quitté l'école presque en même temps qu'il était devenu mutant. Il savait à peine écrire correctement, ce qui était assez cool pour les étudiants puisqu'il ne relevait pas vraiment les fautes sur les copies. En fait, il préférait largement les échanges oraux, qui étaient beaucoup plus constructifs selon lui. « Bon alors, personne n'a rien à dire à ce sujet ? » relança t-il en se décrochant du mur. On aurait pu entendre une mouche. Ca le faisait sourire autant que ça l'indignait, quelque part. Il commença à marcher dans les allées de la classe, attendant une réaction. « Mandy... un avis ? » lança t-il soudainement en direction d'une élève. « Heu... » « Aller lances toi » encouragea alors Logan. « Et bien... je trouve que c'est un sujet encore très moderne finalement... » Le professeur arqua un sourcil, attendant d'en savoir plus sur ce que la jeune fille annonçait. « Mandy, tu parles d'un truc qui s'est passé y'a deux cent ans... c'est pas ce que l'on appelle un sujet très moderne... on pourrait pas voir autre chose m'sieur ? » Logan se tourna vers lui, le regard un brin accusateur. « Alors si deux cent ans c'est désormais classé pré-historique, ça fait d'moi un fossile Patrick ? » Le gamin détourna le regard, confus. Logan continua sa lente marche dans les allées et continua « J'suis plutôt du même avis que Mandy, c'est un sujet qui sonne encore très moderne à nos oreilles... de mutants, n'est-ce pas ? » Un nouveau silence se fit entendre. Logan arriva à son bureau et y posa une fesse, regardant ses élèves qui semblaient un peu mous du genoux. Il soupira. « Ca ne vous parle pas l'extermination des américains natifs par les colons ? Ca ne réveille pas en vous quelque chose ? » relança t-il presque énervé de ne pas avoir de réaction. La sonnerie retentit alors subitement et avant que les élèves ne commencent à ranger leurs affaires dans un bruit assourdissant, il lança fortement « j'veux deux pages sur ce sujet pour mercredi, on verra si l'inspiration arrivera d'ici là ». Les élèves pestèrent mais très vite, Logan se retrouva seul dans sa classe. Il soupira, entendant comme bruit de fond la pluie battre contre les vitres. Très vite, il quitta sa salle de classe, vêtu de son jeans, de ses bottes et de son tee-shirt noir à manches courtes. Il traversa les couloirs de l'école. Maintenant que les cours étaient terminés pour aujourd'hui, il devait passer à la deuxième partie de sa journée : l'entrainement de Jean.

Depuis leur discussion nocturne d'il y a quelques semaines, Logan avait proposé à plusieurs reprises d'entrainer sa petite amie à s'exercer avec ses pouvoirs. Charles semblait être bon en théorie, mais désormais, il fallait qu'elle s'endure à la pratique et quoi de mieux qu'un mec amoureux et immortel pour ça ? Ca semblait couler de source, non ? Et puis ça rassurait Logan de pouvoir être là lors de ces entraînements, et surtout, il voyait ses progrès et ça le rassurait pour leur mission qui se préparait lentement à propos du réseau. Même si le fait d'attendre le rendait dingue, il fallait bien préparer cette mission pour ne pas la louper. Le mutant descendit les marches en direction des salles d'entraînement, les mains dans les poches. Il ne tarda pas à rejoindre les couloirs immaculés de blanc, qui menaient à différentes salles réservées aux XMEN. Logan entra dans l'une d'elles et découvrit Jean de dos, en train de s'étirer. Il sourit en la regardant, admirant bien évidemment les formes de son corps, somptueux. « Bonsoir Mademoiselle » lança t-il charmeur. Souriant, il arriva près d'elle, laissant sa main glisser le long des reins de Jean, jusqu'à ses fesses et vint capturer ses lèvres pour l'embrasser tendrement. « T'as passé une bonne journée ? » demanda t-il contre ses lèvres, avant de l'embrasser à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jean Grey
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix
♠ EMPLOI : anciennement professeur et médecin
MessageSujet: Re: Tu peux y aller, j'suis indestructible ft. Jean&Logan   Lun 6 Nov 2017 - 0:45
Avec le mois de novembre, l'automne était véritablement installé. Les arbres avaient grandement perdu leur feuillage, le ciel était gris et maussade … et la pluie battait son plein. A la fenêtre de sa chambre, Jean observait l'extérieur, ainsi que les gouttes venir s'écraser sur le carreau, pour ensuite glisser jusqu'au bas. Le son caractéristique produit était la seule chose qui perturbait le silence de la pièce. Portant une tasse de thé à ses lèvres, la mutante souffla dessus un instant avant d'en boire une gorgée. Puis, par réflexe, elle regarda sa montre.

« Merde ! »

Précipitamment, elle posa sa tasse. Tant pis, elle n'aurait pas le temps de la finir. Elle n'avait pas vu l'heure qu'il était. Rapidement, elle se changea pour adopter une tenue plus sportive, avec une brassière combinée à un débardeur, ainsi qu'un leggings et une paire de baskets. Sur le chemin du sous-sol, la mutante regroupa ses cheveux en un chignon qu'elle peaufina une fois dans l'ascenseur.

Avec la fin des cours, s'annonçait le début de l'entraînement de Jean avec Logan. Sachant son aversion pour le retard de ses élèves, elle avait toujours fait en sorte de se présenter au lieu de rendez-vous en avance. Par chance, elle fut la première arrivée sur les lieux. Après avoir poussé un soupir de soulagement, elle en profita pour commencer à s'échauffer, effectuant une série d'étirements. Vu la vitesse avec laquelle elle s'était rendue ici, ainsi que la pression qu'elle s'était mise, elle considéra que pour ce qui était de l'étape du cardio, elle était au point.

Derrière elle, elle entendit la porte s'ouvrir. Tournant son regard vers le nouveau venu, elle constata que Logan venait d'arriver. Se dirigeant vers elle, il la salua avec un ton charmeur qui la fit sourire, puis, il lui posa une main sur le bas de ses reins, avant de la faire glisser plus bas tout en se rapprochant d'elle. A son contact, Jean sentit un frisson lui remonter le long de l'échine. Il lui donna alors un tendre baiser qu'elle aurait souhaité poursuivre lorsqu'il se détacha d'elle pour lui demander comment s'était passée sa journée. Par chance, il lui en donna un second, une fois sa question posée. Elle en profita alors un maximum … sachant ce qui allait suivre.

« Oui, comme d'habitude. Une séance avec Charles … de la méditation … ce genre de trucs habituels … Bref, la routine », lui répondit-elle en souriant doucement.

Depuis plusieurs semaines maintenant, ses journées étaient toutes rythmées de la même façon. Les entraînements se succédaient afin que Jean retrouve le plus vite possible son plein potentiel. Cela nécessitait de la rigueur et de la persévérance. La mutante en avait conscience. C'était la seule manière de réussir. Mais parfois, elle trouvait cela épuisant … et doutait pouvoir retrouver le niveau qui avait été le sien … jusqu'à ce que Logan la rassure et lui rende du courage pour poursuivre. Par chance, aujourd'hui était une journée où le moral de la rousse était à son beau fixe. Elle était donc prête pour endurer cette nouvelle séance en présence de son professeur particulier.

Terminant de s'échauffer, elle sourit à Logan.

« Très bien … qu'est-ce que tu attends de moi aujourd'hui … professeur ? », lui demanda-t-elle, avec pour le dernier mot un ton quelque peu taquin, voire provocateur.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
J. Logan Howlett
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 ☾ Wolverine
♠ EMPLOI : Anciennement militaire, mercenaire, bûcheron, à présent X-MEN & Professeur d'Histoire à l'Académie Xavier
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Tu peux y aller, j'suis indestructible ft. Jean&Logan   Lun 6 Nov 2017 - 1:15
Logan ne pu s'empêcher de rire lorsque Jean l'appela « Professeur ». Il se gratta l'arrière de la tête, balayant ses cheveux en désordre avant de les remettre d'un geste de la main. Elle voulait savoir à quoi allait ressembler l'entrainement d'aujourd'hui. Logan avait plusieurs idées en tête. Mais l'une d'elles semblaient lui plaire davantage. « J'avais pensé à un entraînement qui pourrait potentiellement nous aider dans notre vie de couple, ça te tente ? » proposa t-il alors, à la fois mystérieux et malicieux. Le mutant fit quelques pas en arrière, ne détachant pas son regard de la jolie rousse. Ensemble, ils avaient alterné les entraînements entre la télépathie et la télékinésie, histoire que les pouvoirs de Jean se développent en même temps, à niveau égal. Aujourd'hui, c'était le tour de la télépathie, mais ça ne voulait pas dire qu'ils n'essayerait pas autre chose par la suite. Logan se gratta le nez avant de finalement reprendre la parole « tu arrives à lire dans les pensées, ok, mais est-ce que tu arriverais à me faire croire que je suis... ailleurs ? » il lui sourit, il sentait qu'il ne parvenait pas à se faire comprendre. Il rigola un moment devant la mine perdue de sa petite amie et souriant, il lui lança « ok, projette moi une image dans mon cerveau, donne moi l'impression que je suis... sur une plage au Caraïbes, hm ? » Les pouvoirs de Jean, en terme de télépathie, pouvaient aller jusqu'à projeter chez l'autre, une illusion. Un mirage créé de toutes pièces dans l'esprit de Jean, qu'elle parviendrait à transmettre à l'autre mentalement, lui faisant alors croire que tout cela est bien réel. Chaque bruit, chaque sensation. Tout était répertorié dans le cerveau humain sous forme de codage précis. Jean était capable d'écrire ces lignes de codes, donnant l'illusion à sa proie d'être véritablement dans ce monde parallèle. Mieux qu'un rêve, puisque le cerveau est conscient. Il croit ressentir le souvenir du vent sur son visage, il croit entendre le bruit de la mer. Pour cet exercice, c'était quelque chose d'apaisant comme illusion, de se croire sur une plage. Mais en terme de combat, c'était un avantage clef. Jean pouvait faire croire à n'importe qui qu'il se retrouvait dans le noir, le privant de la vue, de la visibilité, se montrant sous les feux de ses ennemis. Elle pouvait lui faire croire qu'il se noyait, ou bien qu'il brûlait dévoré par les flammes. Elle pouvait l'emprisonner, le laisser pourrir ou bien lui donner l'illusion qu'il se fait torturer, le faisant souffrir sans même le toucher. Ce pouvoir, s'il était maîtrisé, pouvait apporter une aide précieuse pour les X-MEN certes, mais surtout être un moyen de défense notoire pour la mutante et ça, Logan ne pouvait pas le négliger. Egoïstement aussi, il pensait à la protéger de lui. Si Jean parvenait à lui transmettre une image de paix, de calme, de sérénité lorsqu'il était tourmenté par ses cauchemars la nuit, le risque qu'elle se retrouve embrochée sous ses griffes devenait moindre et ça le rassurerait. Mais à côté de ça, il ne voulait pas « utiliser » Jean pour son pouvoir, pour obtenir les biens-faits de ce pouvoir là sur lui. Il laissa alors Jean se concentrer. Reliant ses mains dans son dos, se tenant droit, il attendait. Le mutant ne voulu pas fermer les yeux, ni se concentrer. Ca serait faciliter la tâche à sa petite amie et il n'en était pas question. Il n'était pas là pour la caresser dans le sens du poil, il était là pour la bousculer et l'aider à renouer avec ses capacités. Ca prendrait le temps qu'il faudrait, il s'en fichait, il avait l'éternité devant lui. Il ne voulait pas lui mâcher le travail, ni prendre des pincettes. Ca n'avait jamais fonctionné comme ça entre eux et ça ne commencerait pas maintenant. La respiration de Logan se fit lente, douce et calme alors qu'il attendait de ressentir, de voir, quelque chose qui ne serait pas produit par son esprit, mais réceptionné par ce dernier. Lire, comprendre et interpréter une image produite par un autre cerveau... la mutation était une chose grandiose, illimité, incontestablement fascinante, et il en était aux premières loges.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jean Grey
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix
♠ EMPLOI : anciennement professeur et médecin
MessageSujet: Re: Tu peux y aller, j'suis indestructible ft. Jean&Logan   Lun 6 Nov 2017 - 2:17
La petite intervention de Jean fit rire Logan, qui se gratta alors l'arrière du crâne d'une manière presque gênée … et si adorable. Mais ça … Jean ne lui dirait pas … non. Elle savait combien il pouvait parfois se montrer fier, et combien son ego d'homme pouvait avoir du mal avec ce genre de compliment. Elle se contenta donc simplement de le regarder avec des yeux amoureux, tout en souriant doucement. Oui … il était vraiment mignon lorsqu'il avait ce genre de réaction.

Le mutant lui annonça alors vouloir travailler sur quelque chose qui leur serait utile dans leur relation en tant que couple. A ces propos, Jean fronça légèrement les sourcils, sans perdre son sourire pour autant. De quoi parlait-il ? Ils n'avaient aucun souci …



Ils avaient des soucis ? Le sourire de Jean se crispa légèrement à cette idée.

A la manière dont il la regardait en s'éloignant d'elle tout en lui parlant sur un ton amusé, Jean comprit rapidement qu'elle n'avait pas à s'inquiéter. Leur couple se portait à merveille. Il lui révéla alors ce qu'il entendait par là. Il voulait qu'elle parvienne à manipuler son esprit afin de tromper ses sens. Est-ce qu'il était sérieux ? Visiblement … oui, même s'il se mit à rire comme un gamin fier de sa blague. Il lui demanda alors de le convaincre télépathiquement qu'ils se trouvaient sur une plage des Caraïbes. Jean haussa alors un sourcil devant cet énoncé. La première difficulté de la rousse … elle n'avait jamais été sur une telle plage … ou tout du moins, elle n'en avait pas le souvenir. Mis à part quelques photos, elle n'avait pas la moindre idée de ce que devait être une telle plage. Elle avait la base : le sable blanc, les palmiers, la mer turquoise, le soleil … mais, c'était tout … ce qui était bien insuffisant pour parvenir à berner un esprit.

Un instant, elle regarda Logan. Il était resté à distance d'elle, les mains croisés dans le dos, attendant. Il posait sur elle un regard plus sévère que d'ordinaire, les sourcils légèrement froncés, et pas l'ombre d'un sourire sur ses lèvres. Elle le savait … elle n'avait plus à faire à son petit ami, mais bel et bien à son professeur. A ce moment là, Jean comprenait mieux ce que ressentaient les élèves de Logan.

N'ayant plus vraiment le choix, la rousse prit une profonde inspiration, avant de se relâcher. Elle devait se détendre … faire le vide en elle, comme le lui avait appris Charles. Elle devait être la plus sereine possible afin de pouvoir se concentrer de la manière la plus efficace qui soit. Effectuant un petit mouvement de tête, elle chercha à détendre les muscles de sa nuque, alors qu'en même temps, elle secouait les mains pour décontracter ses bras, et qu'elle faisait quelques pas sur place, comme si elle piétinait le sol, pour en faire de même avec ses jambes.

C'était bon … elle était prête …

Prête à quoi ? Elle n'en avait pas la moindre idée. Alors … elle irait au feeling. Fermant les yeux, elle tenta de visualiser une plage … comme sur les cartes postales. Le genre d'endroit paradisiaque … où tout couple normal rêverait d'aller faire un séjour. Oui … c'était ce qu'il lui avait demandé … de l'emmener dans ce genre de décor idyllique. Respirant calmement en inspirant par le nez, puis en expirant doucement par la bouche, Jean regroupa sa concentration tout autant que les détails qui constituaient ce paysage de rêve. Oui … elle y était … s'imaginant le bruit des vagues … la douce et chaude brise sur sa peau … le bruissement des feuilles de cocotiers sous cette même brise maritime … le soleil … rayonnant et chaud … la mer azur et le sable blanc … et Logan, sur cette plage … en short de bain.

A ce moment très précis, Jean sentit un papillonnement dans son bas ventre … brisant totalement sa concentration. La simple pensée de son homme torse nu avait suffit à la déstabiliser. Ouvrant les yeux, un air confus sur son visage aux joues rosies, elle n'osa même pas regarder Logan dans les yeux … malgré qu'il fut habillé.

« Pardon …, lui dit-elle en se dégageant la gorge. Je m'y remets. »

Se forçant à se concentrer de nouveau, Jean pesta intérieurement contre elle-même. Ok, elle le trouvait à tomber et ne se lasser pas de lui ! Mais elle n'était plus une gamine ! Se faisant violence, elle s'obligea à regagner son calme et à recommencer. De longues secondes, qui ne tardèrent pas à devenir des minutes, elle mobilisa son esprit pour construire de nouveau le décor de cette plage. Puis, une fois qu'elle fut satisfaite, elle capta la conscience du mutant, l'effleurant dans un premier temps … s’immisçant doucement en lui … jusqu'à finalement venir y reconstituer ce qu'elle avait précédemment élaboré dans son propre esprit. Une fois qu'elle fut certaine de tout avoir mis en place, elle tenta de relier toutes ces informations aux différentes parties du cerveau de Logan responsables de la gestion de ses sens.

Se concentrant intensément, Jean n'était pas certaine de réussir à parfaitement berner l'esprit du mutant … tout semblait si … factice et artificiel. Elle en était convaincue … l'illusion ne prendrait pas … C'était trop difficile.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
J. Logan Howlett
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 ☾ Wolverine
♠ EMPLOI : Anciennement militaire, mercenaire, bûcheron, à présent X-MEN & Professeur d'Histoire à l'Académie Xavier
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Tu peux y aller, j'suis indestructible ft. Jean&Logan   Lun 6 Nov 2017 - 11:34
La mutante commença par détendre son corps. Que ce soit sa nuque, qu'elle fit rouler lentement, ou bien ses doigts, qu'elle agitait rapidement ; son corps entier se déridait, se préparant à l'inertie de la concentration. Jean ferma les yeux et Logan pu la voir à l'oeuvre. Les traits de son visage se figèrent, doucement, alors que son corps tout entier entra dans une inertie impressionnante. Il l'observait, essayant d'imaginer ce à quoi elle pouvait bien penser dans sa tête. Comment faisait-elle pour se concentrer ? Comment parvenait-elle à réduire son esprit au silence pour pouvoir le modeler à sa guise ? Lui, c'était tout le contraire, son esprit était tellement en bordel qu'il ne pouvait ni le faire taire, ni essayer d'y faire du rangement, ou du nettoyage. Ce n'était clairement pas possible, alors oui, il trouvait ça fascinant de savoir sa petite amie capable de tant de concentration, de calme, d'acharnement et de persévérance. Son pouvoir lui demandait de gros efforts, un énorme travail et Jean restait assidue, elle était là, toujours à vouloir apprendre, écouter les conseils, essayer des techniques. Il trouvait ça admirable, et Logan avait énormément d'estime pour elle, pour sa rigueur. Au fil des secondes, puis des minutes qui défilaient dans cette salle d'entraînement, Logan se perdait dans ses pensées, ses pensées à propos de Jean, à propos de son pouvoir, du Phoenix... Elle ne lui en avait pas encore parlé. Quand elle parlait de ses pouvoirs, elle parlait uniquement de la télépathie et de la télékinésie, à croire qu'elle ignorait sans doute son don lié avec le Phoenix, alors il ne lui en avait pas non plus parlé. Tant que ça ne se réveillait pas, il n'y avait pas de raison de s'inquiéter... non ? A moins que lorsqu'il se réveille, ça ne soit trop tard ? Comme pour la dernière fois ? Non, il ne voulait plus repenser à tout ça. Ses sourcils se froncèrent, ses doigts se contractèrent alors dans son dos, et très vite, il continua de penser. Il pensait à Jean, à son pouvoir et aussi, à ces entraînements. Ils étaient bénéfiques pour Jean, parce que ça l'aidait à prendre ses aises au niveau de la pratique. Hormis avec Charles, elle ne pouvait pas s'exercer physiquement à l'utilisation et au développement de ses pouvoirs. Pourtant, c'était par la pratique, surtout, qu'elle pourrait évoluer, et se familiariser avec son don. Pour Logan, il n'y avait rien de plus important. La pratique valait mieux que tous les grands discours, non ? Jean avait fait de net progrès. Un truc tout con, mais elle mettait bien moins de temps qu'au début pour arriver à faire le vide, à se concentrer. Là où avant il lui fallait plusieurs longues minutes, il ne lui en fallait à présent que quelques unes. Logan respira alors profondément, attendant patiemment que sa petite amie arrive à entrer en lui. Il sentit tout de suite la différence. Son odorat était surdéveloppé et lors de cette grande inspiration, il lui avait semblé sentir des embruns marins. Logan ne pu s'empêcher de sourire doucement, fermant les yeux pour peut-être aider un peu Jean dans sa démarche. La première chose qui le frappa, c'était les embruns marins, qui venaient chatouiller doucement ses narines, et puis ce vent, à la fois chaud et frais. Chaud par la température des tropiques, mais également frais car emmené par les vagues, ces gros rouleaux d'eau de mer qui chantaient à présent contre les oreilles du mutant. Il entendait les vagues, il entendait les mouettes, et il sentait les embruns marins. Il se mit à sourire, attendant d'en voir plus. Bientôt, le sol se modela sous ses pieds, il s'enfonça légèrement dans celui-ci et se retrouva sur une plage de sable blanc, fin. Il sentait le sable crier sous ses bottes, alors que le soleil venait frapper sa peau. Il était habillé en noir, il avait chaud, vraiment. Le vent était trop rare, mais lorsqu'il débarquait pour venir caresser ses cheveux, c'était un vrai rafraîchissement. Devant lui, Logan pouvait voir l'immensité bleue, d'un bleu si pur, si clair, transparent. Et puis il y avait ces énormes rouleaux formés par l'océan et la marée, qui venaient mourir sur le bord de la plage, créant une douce écume qui restait capturée par les grains de sable. Les mouettes volaient au dessus du mutant, ce qui le fit se tourner sur lui-même, rigolant au passage. Il n'avait plus ses bras dans le dos, non, il avait ses mains devant lui, les observant. Il ne savait plus où il était, il avait l'impression réelle d'être sur cette plage. Se tournant sur lui-même pour admirer cette plage, cette vue, ce moment délicieux, il se rendit compte des arbres palmiers qui bordaient la plage, laissant leurs troncs longs, fins et sinueux onduler le long de la plage. Le vert de leurs feuilles était si pur, le soleil brillait à travers. Il leva la main pour tendre vers l'une de ses feuilles, mais elle était bien trop haute pour lui. Logan souriait, heureux, se sentant infiniment bien. Et puis presque un peu trop brutalement, ce fut comme un flash d'appareil photo. Une lumière intense et puis plus rien. Logan se rendit compte qu'il était dans la salle d'entrainement, essayant de retrouver son équilibre. Ses pieds tenaient fermement contre le sol, il n'avait pas l'impression de s'y enfoncer. Il ne faisait plus aussi chaud, il n'y avait pas de vent, pas de soleil sur sa peau. Les embruns marins avaient disparus, tout autant que les mouettes et le bruit des vagues. Il se tourna alors vers Jean, un sourire géant aux lèvres et lança « j'y étais vraiment ! » Sa petite amie était une putain de déesse, voilà tout.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jean Grey
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix
♠ EMPLOI : anciennement professeur et médecin
MessageSujet: Re: Tu peux y aller, j'suis indestructible ft. Jean&Logan   Lun 6 Nov 2017 - 17:55
Se relâchant, Jean ouvrit de nouveau les yeux. Elle se sentait passablement épuisée après l'effort de concentration qu'elle venait de faire. Même si physiquement, elle n'avait pas bougé, mentalement, elle avait dû mobiliser toutes ses ressources, ce qui à présent, lui laissait une sensation de lourdeur et de fatigue. Et dire qu'elle n'avait maintenu l'illusion que quelques secondes … au mieux une minute. Sur le terrain, une telle endurance signifiait l'échec, et ça, Jean en était consciente. Il lui fallait encore trop de temps pour se concentrer, pour un effet qui n'était pas à la hauteur. Elle n'avait clairement pas le niveau.

Elle put voir Logan, tournant lentement sur lui-même, regardant autour de lui avec un air extasié, comme s'il … comme s'il observait quelque chose qui n'existait pas et que lui seul pouvait voir. A en juger par l'expression sur son visage, il appréciait ce qu'il pouvait observer. Puis, à son attitude, la rousse comprit que peu à peu, il revenait à la réalité. Se tournant alors vers la télépathe, il lui adressa un large sourire, plein de satisfaction, lui annonçant qu'il avait été sur cette plage. A cette phrase, Jean roula des yeux. Il ne fallait pas exagérer non plus …

« Tu parles … j'ai même pas réussi à tenir une minute … », lui répondit-elle d'un air blasé.

Jean n'était pas encore satisfaite des résultats qu'elle obtenait. Certes, elle était consciente de ses progrès, mais elle savait également que dix ans auparavant, elle avait été capable de bien plus. Elle était encore loin de la maîtrise qu'on lui avait décrite … très loin. Or, elle savait que pour sortir d'ici, elle devait retrouver un niveau décent. Avant cela, elle serait condamnée à être confinée dans cette école.

La rousse alla s'adosser au mur, puis, se laissa glisser le long de celui-ci jusqu'à finir par s'asseoir par terre. Un instant, elle tenta de faire le vide dans son esprit, afin de restaurer son énergie. Si elle voulait poursuivre cette séance d'entraînement, elle devait se ménager. Se focalisant sur sa respiration, elle ne tarda pas à retrouver un certain équilibre psychique bien plus confortable que cette sensation d'épuisement qui l'habitait jusqu'à maintenant. Elle se releva, s'éloignant du mur pour se remettre en position au milieu de la salle. Les plages et les cocotiers, c'était bien joli, mais dans une vraie situation de combat, c'était bien trop long à mettre en place … et puis, offrir un voyage au Bahamas à son adversaire, ce n'était pas non plus vraiment ce que Jean appelait une attaque digne de ce nom.

Pour l'heure, elle n'avait pas encore le niveau ni la maîtrise pour confectionner une illusion de cette ampleur. Il fallait qu'elle vise moins haut ... moins complexe ... qu'il y ait moins de détails à gérer ... moins d'informations à modeler et à altérer. Créer tout un paysage était trop audacieux pour l'heure ... alors puisqu'elle ne pouvait pas faire croire à sa cible qu'elle était ailleurs ... il fallait que Jean s'y prenne autrement pour rendre son adversaire incapable d'agir sur elle.

Se concentrant de nouveau, fixant intensément Logan, la rousse laissa son esprit effleurer une nouvelle fois la conscience du mutant … s'infiltrant en lui insidieusement … sans qu'il ne s'en rende compte. Petit à petit, elle investit sa psyché, jusqu'à se sentir parfaitement harmonisée avec cette dernière. A tour de rôle, elle altéra les sens de Logan. Dans un premier temps, elle s'assura qu'il ne puisse plus la sentir … le parfum de la rousse se dissipant peu à peu … jusqu'à disparaître. Puis, elle s'attaqua à son ouïe, le rendant incapable de détecter le moindre son émanant du corps de la jeune femme. Et enfin, elle modifia l'information nerveuse que ses yeux envoyait à son cerveau, la faisant littéralement disparaître de sa vue. Logan était à présent seul dans la pièce d'entraînement, toute trace de Jean s'étant totalement effacée. Pourtant, elle se tenait encore à quelques mètres de lui.

Délicatement, la jeune femme se déplaça dans la pièce, tournant autour de Wolverine, se rapprochant progressivement, et avec précaution … jusqu'à se retrouver derrière lui. Elle se forçait à se déplacer pour tenter de voir jusqu'à quel point sa concentration pouvait lui laisser de la liberté d'action, sans pour autant rompre son influence mentale. Finalement, dans le dos de Logan, elle posa son menton sur son épaule, saisissant ses fesses à travers son jeans dans chacune de ses mains, avant de dissiper l'illusion.

« Je t'ai eu ... », lui dit-elle calmement.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
J. Logan Howlett
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 ☾ Wolverine
♠ EMPLOI : Anciennement militaire, mercenaire, bûcheron, à présent X-MEN & Professeur d'Histoire à l'Académie Xavier
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Tu peux y aller, j'suis indestructible ft. Jean&Logan   Lun 6 Nov 2017 - 18:51
Lorsqu'il croisa le regard de Jean, il vit à son expression qu'elle n'était pas satisfaite d'elle-même. Lui pourtant, avait vraiment eu la sensation d'être sur cette plage. C'était étrange de se sentir si fier de quelqu'un qui se sentait pour sa part, si peu fier de lui-même. Jean s'efforça de lui dire à voix haute ce qu'il lisait déjà sur son visage. Il soupira. La mutante alla s'asseoir le long du mur de la salle d'entraînement, il la regarda faire. « Jean, sois pas aussi dure avec toi, c'est normal » lança t-il. Et c'était pas pour la réconforter, c'était la vérité. Elle était bien trop exigeante avec elle-même. Peut-être que le fait de savoir que Logan préparait une mission lui donnait davantage de pression, qu'elle se forçait à vouloir réussir au plus vite à atteindre un fantasme d'idéal alors que dans le fond, ce n'était pas le bon moment ? Il ne voulait pas la décevoir, mais si jamais elle n'était pas prête quand il serait l'heure pour lui d'aller au front, non, elle ne viendrait pas. Il ne prendrait aucun risque. Le mutant la laissa alors se poser quelques secondes, lui, il en profita pour refaire son lacet qui s'était défait. S'accroupissant au dessus de sa chaussure, le mutant laissa ses doigts enrouler son lacet sur lui-même. Lentement pourtant, il se rendit compte de quelque chose. Quelque chose de différent. Reniflant l'espace, il se rendit compte qu'il ne sentait plus rien. Pas sa propre odeur, pas l'odeur de cette pièce et encore moins, l'odeur du parfum de la jolie rousse. Il n'entendit pas le corps de Jean bouger de contre le mur, pour venir marcher dans cette large pièce. Il n'entendait pas sa respiration, il n'entendait pas ses pas contre le sol, il n'entendait pas non plus le bruit de la friction entre ses vêtements. Logan releva la tête, pour voir ce qu'il se passait, quand soudainement, il ne la vit plus. Il se tourna sur lui-même, il était seul. « Jean ? » appela t-il alors, pensant devenir fou. Pourtant non, elle n'était plus là, il ne la voyait plus, il ne la sentait plus, il ne l'entendait plus. Son cœur s'accéléra : est-ce qu'il se passait quelque chose dans cette pièce, qu'il ignorait ? Fermant les poings pour se préparer à accuser une attaque, Logan se sentait privé du monde qui l'entourait. Lui, le mutant instinctif, le mutant primitif, qui se basait sur ses sens, sur ses expériences sensorielles, il en était désormais privé. Il ne supportait pas cette idée, ça le piquait au vif, ça le rendait agressif. Il n'était qu'une proie, qu'une victime, laissé là au bon vouloir d'il ne savait pas trop qui et ça ne lui plaisait absolument pas. Le mutant attendit donc la suite, il sentit quelque chose contre son épaule, puis deux mains serrant ses fesses, pour finalement retrouver tous ses sens et entendre Jean lui dire qu'elle l'avait eu. Il desserra les poings et sourit doucement. C'était donc elle. D'un côté, il fut soulagé et puis de l'autre, quelque part, il lui en voulait de jouer ainsi avec lui, à entrer dans son esprit, à le tromper, à le faire devenir une proie. Elle voulait jouer ? Ok, ils allaient jouer. Logan prit le bras de Jean, se pencha à nouveau et la fit basculer sur son dos, pour venir la faire tomber dans ses bras, devant lui plutôt que derrière lui, endroit où elle se trouvait il y a encore quelques secondes. Plongeant son regard dans le sien, il sourit doucement, effleurant ses lèvres sans les toucher et lui murmura « fallait me dire que tu voulais jouer ». Il la lacha et se relevant alors il lança à voix haute, interpellant l'intelligence artificielle qui régnait dans cette salle d'entraînement « Simulation numéro 13 ! » « très bien professeur Logan » répondit la machine robotique. Très vite, les lumières s'éteignirent d'un coup. La simulation prenait forme dans cette pièce, en trois dimensions, donnant alors l'illusion d'une base militaire prise d'assaut par l'ennemi. Elle voulait de l'entrainement, elle allait être servie. Logan sortit les griffes et très vite, jeta un coup d'oeil à ce qui l'entourait : des voitures, des flammes, des gravas et puis là, devant lui, un robot immense qui.. merde ! Il tourna sur lui-même pour se retrancher derrière une voiture afin d'éviter l'attaque du robot. « Alors mon amour, tu te caches ? » gueula t-il en rigolant. Très vite, le mutant du reprendre sa course à travers le décor, afin d'éviter les attaque du robot géant. Il courait, se cachant de gravas en gravas avant de se rendre finalement compte qu'il n'y avait pas qu'un seul robot, mais bel et bien trois. Le mutant ne tarda pas à soupirer, avant de grimper sur des gravas en gueulant, pour finalement se jeter dans le vide, espérant y croiser l'un des robots sur sa route. Il tomba sur l'un, il y enfonça ses griffes dans le métal pour le détruire et ne tarda pas à lui trancher littéralement la tête, qui finit par tomber lourdement sur le sol. Logan profita de la gravité pour redescendre lentement, attendant l'instant avant la chute du reste du corps pour sauter et regagner la terre ferme.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jean Grey
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix
♠ EMPLOI : anciennement professeur et médecin
MessageSujet: Re: Tu peux y aller, j'suis indestructible ft. Jean&Logan   Mar 7 Nov 2017 - 8:40
Elle le savait. En agissant ainsi, Jean avait piqué le mutant au vif. Elle l’avait vu à son comportement lorsqu’il avait réalisé la disparition de la rousse. Il s’était inquiété pour elle, ne comprenant pas ce qu’il s’était passé. Il s’était soudainement tendu, les poings serrés, adoptant une position de combat, prêt à passer à l’action … à riposter en cas d’attaque. Elle avait également senti dans l’esprit de Logan, cette frustration de ne plus pouvoir compter sur ses sens dans une situation critique. Si bien qu’elle ne fut pas surprise de sa réaction lorsque la saisissant par le bras, il la fit basculer par dessus son épaule. Contenue par la poigne de fer du mutant, elle haussa un sourcil lorsque l’effleurant des lèvres, il lui fit pressentir la suite sur un air de défi.

La libérant tout en se relevant, Logan ordonna à l’intelligence artificielle de la salle de lancer une simulation. Ayant entendu parler de ce genre de protocole, Jean se remit sur pieds rapidement.

« Attends … c’était pour plaisanter … pas la peine de le prendre à cœur comme ça », tenta-t-elle de le raisonner. 

La télépathe était consciente de ses capacités, et savait pertinemment qu’elle n’était pas prête pour ce type d’entraînement. Mais déjà, la voix synthétique de la salle annonçait le lancement des hostilités. Plongée dans le noir, la pièce ne tarda pas à dévoiler son décor de zone de combat, un terrain accidenté et jonché de débris et d’épaves en tout genre. Déjà, Logan se lançait à l’attaque de l’un des adversaires. Des androïdes gigantesques et bardés d’armements en tout genre. De son côté, Jean alla trouver refuge derrière une carcasse de voiture, le temps de rassembler ses esprits. Tout ceci semblait si … réaliste. Elle entendit Logan rire d’elle. Il ne payait rien pour attendre ! La rousse pestait secrètement contre le fanfaron.

Lorsqu’un pointeur laser dériva du sol vers son épaule, elle sut qu’elle avait été repérée par l’une des sentinelles. D’une roulade sur le côté, elle esquiva le tir qui alla alors arracher l’arrière du véhicule. Ripostant, Jean relâcha son pouvoir, tendant une main vers l’épave pour ensuite l’orienter vers son adversaire … surestimant largement ses capacités. Seul le rétroviseur fut arraché de la carlingue, voltigeant vers la machine pour la frapper au niveau de la tête … sans causer le moindre dégât, mis à part le miroir qui vola en éclats. 

« Ah … », constata-t-elle avec angoisse. 

Comprenant qu’elle était dans une position plus que délicate, Jean prit ses jambes à son cou, fuyant entre les décombres, pour mettre le plus de distance possible entre elle et cette machine de mort. D’un mouvement habile, elle passa par dessus un muret, pour venir trouver abri juste derrière ce dernier, tandis que les tirs ennemis détonnaient tout autour d’elle. Recroquevillée sur elle-même, les mains plaquées sur les oreilles, elle serra les dents et ferma les yeux, attendant la fin de ce déluge de feu et d’acier. Lorsque finalement, le silence retomba, quelques secondes après, ce qu’il restait du muret s’écroula, laissant la mutante totalement à découvert. Se relevant, elle vit alors le colosse de métal avancer d’un pas menaçant vers elle, puis lui décrocher un coup de poing descendant pour l’aplatir. Une nouvelle fois, elle esquiva l’attaque. Concentrant son pouvoir, elle brandit les mains en direction de son assaillant, libérant une grêle de débris rocheux issus de la destruction de son abri précédent. Criblée d’éclats de taille variable, la carrosserie de la sentinelle s’en trouva perforée en de multiples endroits. Les dégâts, bien qu’insuffisants pour mettre la machine hors d’état de nuire, la rendirent moins précise dans ses attaques suivantes, permettant une nouvelle fois à la rousse d’échapper à ses assauts, évitant de peu chacun des coups de poing portée de l'androïde. Mais tôt ou tard, la chance finirait par tourner … d'ailleurs, d'avantage 'tôt' que 'tard' …

Jean venait de trébucher en arrière, son pied s'étant pris dans des décombres et lui ayant fait perdre l'équilibre. Avant qu'elle n'ait eu le temps de se relever, le lourd poing d'acier du robot infernal se précipitait sur elle. Par instinct, la rousse leva un bras au dessus d'elle, déployant dans un même temps, un bouclier télékinétique sur lequel vint s'écraser le coup. Stoppé net à quelques dizaines de centimètres d'elle, la masse métallique continuait de forcer sur le mur invisible, dans l'espoir de le faire céder pour enfin atteindre sa cible. Usant de toutes ses ressources pour rester concentrer et maintenir son ultime défense, la mutante savait pourtant qu'elle ne pourrait plus tenir bien longtemps. Le visage crispé par l'effort, elle se sentait peu à peu faiblir.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
J. Logan Howlett
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 ☾ Wolverine
♠ EMPLOI : Anciennement militaire, mercenaire, bûcheron, à présent X-MEN & Professeur d'Histoire à l'Académie Xavier
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Tu peux y aller, j'suis indestructible ft. Jean&Logan   Mar 7 Nov 2017 - 10:12
Logan venait de toucher le sol, la tête du robot s'arrêta de rouler devant lui. Il arqua un sourcil, regardant autour de lui. Comment Jean se débrouillait-elle ? Le mutant entendit du bruit provenant sur la gauche, il en prit donc la direction. Il pouvait voir les rayons de lumière du robot briller entre la poussière relevée de l'endroit. C'est à peu près à ce moment là que Logan vit Jean. Elle était à moitié allongée sur le sol, une main en l'air. Elle avait réussie à créer un bouclier de protection qui retenait la main du robot géant au dessus d'elle. Logan sourit à cette vision, elle y était parvenue. Mais bien vite, le sourire du mutant se disloqua. Il voyait bien que Jean était fatiguée, qu'elle ne tiendrait pas, qu'elle était déjà en train de faiblir, laissant alors d'énormes fissures apparaître sur le bouclier qui la protégeait. Ni une, ni deux, le mutant avança en courant vers elle et se laissa glisser sur le sol pour la rejoindre sous le bouclier. Logan leva alors ses poing face à lui, pour qu'ils viennent frapper le poing du robot dès que Jean lachera prise avec son bouclier. « Sors de là » lança t-il à sa petite amie. Bien évidemment, quand Jean quitta cet endroit, le bouclier disparu avec elle. Le poing du robot vint frapper Logan de plein fouet. Le mutant serra les dents et fit sortir ses griffes de ses mains, tendues devant lui afin de les faire entrer dans le poing du robot. Il ne devait pas perdre de temps, sinon il allait rester coincer sous le métal de la sentinelle. Logan quitta à son tour cet endroit, grimpant alors sur le robot, il ne tarda pas à enfoncer ses griffes à travers le métal, à plusieurs reprises, comme machinalement. Au bout de longues minutes, le robot en trop mauvais état -suite aussi aux attaques de Jean- fini par totalement ralentir, jusqu'à se bloquer sur lui-même. Logan sauta du robot et chercha Jean des yeux, il ne la trouva pas tout de suite. Il pensait que ce stratagème, cette illusion, ce combat allait la stimuler. Que Jean allait découvrir de nouveaux pouvoirs, qu'elle allait se surprendre elle-même. Et ça avait fonctionné, la preuve en était de ce bouclier créé. Seulement voilà, Jean ne semblait pas prête à affronter des monstres pareils. Logan vit le dernier robot courir et pointer son rayon laser vers un tas de débris. Logan avait envie de la voir se sortir de là toute seule, il voulait qu'elle n'est pas le choix que de se faire confiance. Si Logan n'intervenait pas, elle allait mourir, ou être durement blessée : il fallait atteindre ce stade pour provoquer ses instincts primitifs qui faisaient ressortir nos pouvoirs. Il le savait bien. Mais Jean ne semblait pas en être là. Quelque part, il ne comprenait pas, puisque c'était si simple pour lui ; alors il lui en voulait de ne pas se donner à fond. Et puis surtout, il la comprenait, et il s'en voulait d'avoir préparé un exercice aussi dur pour elle, qui avait déjà très peu de confiance en elle. Logan soupira et s'élança vers Jean. Il vit le robot et sans crier gare, le mutant sauta sur lui. Le robot chercha à se débarrasser de lui. Logan grimpait sur son métal comme un insecte sur une peau humaine et très vite, il enfonça ses griffes à travers le métal. Il laissa ses griffes glisser à travers le métal, jusqu'à ce que les pieds de Logan touchèrent le sol. Le robot était déstabilisé, mais pas encore désarmé. Logan soupira, il était increvable ce bordel ! Le robot se tourna vers Logan qui lui, fit demi-tour afin de prendre de la hauteur par les gravas, pour lui tomber dessus d'en haut. Il ne mit pas très longtemps à y parvenir et alors qu'il s'élançait d'en haut, pour lui tomber dessus, toutes griffes dehors, un halo de lumière rouge explosa. D'une puissance rare, chaude et telle une onde de choc, le mutant fut stoppé dans son élan pour finalement voler lentement avant de lourdement chuter sur le sol. L'épaule de Logan frappa un gravas, et sa tête s'y cogna à son tour, ce qui le fit perdre connaissance. Logan n'était plus apte à quoi que ce soit. Inerte contre un gravas, sous le choc de l'explosion qu'il avait prit de plein fouet, le mutant était sonné. Il ne se rendit pas compte que l'illusion prenait fin, ramenant alors la salle d'entraînement comme elle est à l'origine : une salle vide, neutre. Le corps de Logan, à présent non maintenant par les gravas, tomba lourdement sur le sol. Allongé sur le dos, il était encore inconscient.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jean Grey
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix
♠ EMPLOI : anciennement professeur et médecin
MessageSujet: Re: Tu peux y aller, j'suis indestructible ft. Jean&Logan   Mar 7 Nov 2017 - 17:24
Soudain, comme surgit de nulle part, Logan apparut, glissant sur le sol jusqu'à venir s'interposer entre la mutante et la créature mécanique. Brandissant les poings sous le bouclier faiblissant, il ordonna à Jean de sortir d'ici. Une fraction de seconde, encore surprise par une telle intervention, tout autant que par la détermination dans la voix et dans le regard du mutant, elle resta figée. Puis, comprenant que de toute manière, elle ne pourrait rien faire de plus ici, et ayant confiance en son partenaire, elle se dégagea.

Immédiatement, l'écran psionique se dissipa, laissant libre cours à la sentinelle de poursuivre son œuvre. Lorsque le lourd poing du robot rencontra ceux de Logan, ce dernier fit surgir ses lames d'adamantium, causant d'importants dégâts dans le membre mécanique. Puis, enchaînant les acrobaties et les coups de griffes, il grimpa sur la machine tel un chat et lacéra son adversaire en de multiples endroits. Trop endommagé, l'androïde finit par se mettre hors service et devenir inerte. Cette seconde menace éliminée, Logan pouvait de nouveau s'inquiéter pour Jean.

De son côté, la rousse avait suivi les instructions du mutant, et s'était trouvée un nouvel abris afin d'éviter la troisième et dernière créature d'acier. Le souffle court, elle tentait de reprendre des forces, accroupie derrière un bloc de béton, sans doute une relique d'un bâtiment autrefois détruit. Dans les environs, elle entendait le son sourd des pas titanesques du robot traqueur sur le sol meurtri. Il n'était pas loin, certainement en train d'analyser le terrain à la recherche de sa cible. Si déjà de base, Jean ne disposait pas vraiment d'assez de puissance pour venir à bout d'une seule de ces redoutables choses, à présent qu'elle était épuisée, la conclusion de cette aventure semblait déjà toute faite. Tout reposait donc sur les épaules de Logan … En fait … il avait fait le plus gros du travail, Jean s'étant simplement contentée de survivre à cette simulation.

Le rythme des pas s'accéléra alors, se faisant de plus en plus proches, tandis que les tirs de laser commencèrent à fuser tout autour de la position de Jean. Sous les impacts, les éclats de roche et de terre saturaient l'environnement d'une pluie de shrapnel minéraux, forçant la télépathe à rester à couvert. Elle le savait, cette chose l'avait sans doute trouvée, et à présent, elle s'assurait de la coincer pour empêcher toute fuite avec ce tir de barrage, le temps qu'elle se rapproche de cette position pour porter le coup de grâce. Mais aussi soudainement que ce nouvel assaut avait commencé, il se stoppa, alors qu'au loin, des bruits de coups résonnaient. S'osant à jeter un coup d’œil prudent par dessus son couvert, Jean put voir Logan, une nouvelle fois grimpé sur la dernière sentinelle, et se démenant à la mettre hors d'état de nuire … jusqu'à ce qu'il soit fauché en plein saut par un puissant tir de laser. Sous la force de l'impact, le farouche mutant fut éjecté, pour aller lourdement retomber sur des décombres. Inconscient, il ne bougea plus. Se relevant, Jean voulut lui porter assistance, quand bien même le dernier adversaire restait opérationnel et dangereux, comme venait de le prouver cette ultime attaque.

Mais déjà, le décor de la zone de combat se désagrégeait, laissant place à la salle d'entraînement, vide et spacieuse, telle qu'elle avait été en ce début de séance. Le corps inerte de Logan, privé de soutien, retomba sur le sol d'acier de la pièce. Sans perdre plus de temps, Jean se précipita à sa rencontre, finissant sa course à genoux auprès de lui. Inquiète, elle l'examina rapidement. Les égratignures sur le visage bourru du mutant terminaient de disparaître lorsqu'elle arriva. Mais Logan restait malgré tout inconscient.

« Allez … allez … », s'impatienta-t-elle, penchée au dessus de lui.

N'y tenant plus, la télépathe posa un index et un majeur joints sur le front du mutant. Fermant doucement les yeux, elle plongea dans la conscience de Logan. Elle le savait, il n'aimait pas qu'elle fasse cela. Mais pour le coup, il n'était pas en état de le lui rappeler, et puis … ça lui apprendrait à jouer les casse-coups. Isolant son propre esprit, Jean prit soin d'écarter toutes sortes de souvenirs erratiques issus de la mémoire du mutant. C'était de ce genre de choses qu'il voulait la protéger … alors, pour se donner bonne conscience, la rousse fit en sorte de ne pas être exposée à ces images. Puis, finalement, elle trouva ce qu'elle était venue chercher : la volonté de Logan. Cette dernière était partie loin à la dérive suite au choc encaissé. Si son corps pouvait guérir de tout type de blessure, son esprit, lui, restait plus fragile. Saisissant psychiquement ce noyau de conscience, Jean le fit alors remonter en surface progressivement, afin de ramener l'homme qu'elle aimait dans un état d'éveil et de vigilance.

- Logan ... c'est Jean ... suis ma voix ... tout ira bien -, l'encouragea-t-elle mentalement.

Lorsque Jean ouvrit de nouveau les yeux, elle sentait Logan tout proche de revenir à lui.

« Pertes au sein de l'équipe des X-men : échec de la simulation numéro 13 », annonça d'un ton monotone la voix synthétique de l'intelligence artificielle.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Tu peux y aller, j'suis indestructible ft. Jean&Logan   
Revenir en haut Aller en bas
 

Tu peux y aller, j'suis indestructible ft. Jean&Logan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant


 Sujets similaires

-
» je ne suis pas bavard, je peux quant même? mwhaha
» Je suis un peu Perdu..
» Je ne peux m'empêcher de facepalm '-'
» Je suis heureux quand il pleut [Terminé]
» Je suis égoiste de vouloir te garder. Mais je ne peux te laisser à un autre. # Heather





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: Los Angeles :: Extérieur de Los Angeles :: Locaux de l'Institut Xavier-