Merci de recensez vos actions rps ici pour que le contexte les prenne en compte !
N'oubliez pas de voter !

Partagez | 
 

Tu peux y aller, j'suis indestructible ft. Jean&Logan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

avatar
J. Logan Howlett
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 ☾ Wolverine
♠ EMPLOI : Anciennement militaire, mercenaire, bûcheron, à présent X-MEN & Professeur d'Histoire à l'Académie Xavier
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Tu peux y aller, j'suis indestructible ft. Jean&Logan   Mar 7 Nov 2017 - 17:50
Une voix. Seulement quelques mots prononcés et lâchés dans l'immensité vide de son esprit. Un esprit privé de sa raison, de ses sensations, de ses expériences, de sa mémoire, de tout ce qui le constituait. A dire vrai, Logan avait reçu un profond choc qui lui avait fait perdre ses repères et qui avait envoyé son esprit au loin, telle un joueur de base-ball qui ferait un homerun. Néanmoins, il y avait cette voix, douce, un brin inquiète qui résonnait en lui. Telle une lumière, fine, délicate, douce qui venait le chercher dans les tréfonds de son propre esprit, derrière les barricades qu'il avait lui-même construit depuis tant de décennies. Logan se laissa guider et en très peu de temps, ses yeux roulèrent sous ses paupières. L'une de ses mains s'approcha de son visage, venant y frotter ses yeux et leur jointure. Logan se redressa sur un coude, toujours un peu sonné par ce qu'il s'était passé. Il avait besoin uniquement de quelques secondes. Si peu de temps pour se souvenir de la simulation, du robot, du laser et puis plus rien. Il releva les yeux vers Jean, croisant son regard et ne tarda pas à lui sourire, doucement en se redressant pour se retrouver assis, les genoux un peu relevés, écartés, avec ses bras au milieu. « Ça va ? » demanda t-il alors, passant doucement l'une de ses mains le long du bras de la mutante. Les souvenirs lui revinrent en tête. Il avait forcé les choses en précipitant cette mission, et puis il l'avait mise en danger -même si c'était contrôlé tout de même. Logan pinça ses lèvres face à Jean. Toujours assis, il récupérait son corps lentement, sentant ses muscles et ses blessures superficielles se guérir automatiquement, sans aucun effort de sa part. La mutante avait l'air de lui en vouloir, de lui en vouloir pour avoir précipité les choses, d'avoir lancé cette simulation sans la prévenir, sans attendre ni même lui demander son avis. Ouais, Logan avait chié dans la colle sur ce coup là. Il l'avait bousculé, pensant que ça lui ferait sans doute du bien, mais en fait, pas du tout. En fait, il avait juste voulu changer de méthode d'apprentissage. Il jugeait les méthodes de Charles-Xavier un brin trop... conventionnelles, trop légères, pas assez efficaces. Enfin, Jean était sans arrêt en train de se plaindre de ne pas avancer assez vite, de ne pas parvenir tout de suite à des résultats, il avait juste voulu essayer autre chose, afin de peut-être accélérer le mouvement de ce côté là. Et puis surtout, il avait voulu reprendre le dessus sur elle, parce qu'elle l'avait fait tourner en bourrique juste avant. Une réaction machiste, égoïste et complètement idiote, comme elle venait effectivement de le dire à voix haute. Logan perdit rapidement son sourire et se releva, seul. Il passa sa main sur son crâne et très vite, il lui lança « je voulais juste t'aider Jean et te pousser dans tes retranchements » entre ses dents serrées. Elle avait demandé son aide, et maintenant, il devait se justifier ? Non, ce n'était pas juste et puis Logan n'était pas du genre à se justifier. Et puis il était bien trop fier pour reconnaître à voix haute d'avoir chié dans la colle, et d'avoir été trop rapide. « Tu dis sans arrêt que ça n'avance pas assez vite et quand on te bouscule t'es pas contente non plus » il se retint d'être vulgaire, parce que c'était Jean quand même. Et puis, il n'était même pas vraiment en colère. Il était vexé dans sa fierté de mâle, c'était surtout ça en fait. Vexé que sa technique n'est pas fonctionné, vexé qu'elle lui en veuille, vexé de savoir qu'il avait chié dans la colle au lieu de l'aider. Et comme il était très fier et très machiste, beh non, il ne voulait pas s'excuser, du moins pas maintenant. « Souhaitez-vous enregistrer les statistiques de la simulation Professeur... » « Ta gueule ! » grogna t-il entre ses dents, lui coupant la parole, alors qu'il se mettait en marche, traversant dès lors la salle d'entraînement pour regagner la sortie, vexé comme un poux.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jean Grey
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix
♠ EMPLOI : anciennement professeur et médecin
MessageSujet: Re: Tu peux y aller, j'suis indestructible ft. Jean&Logan   Mer 8 Nov 2017 - 8:50
Doucement mais sûrement, Logan revint à lui. Reprenant ses esprits, il finit par se redresser, s’appuyant sur les coudes dans un premiers temps, puis finissant par s’asseoir. Jean était toujours à ses côtés. Elle était soulagée de le voir reprendre connaissance, mais d’un autre côté, elle nourrissait pour lui une légère colère. S’ils s’étaient tous les deux retrouvés en difficulté, c’était parce qu’il s’était précipité avec cette histoire de simulation, sûr de lui et de ce qu’il croyait Jean capable de faire, sans même lui demander son avis auparavant.

Lui caressant un bras avec douceur, il prit de ses nouvelles. Un instant, la télépathe hésita sur la réponse à lui fournir. Au sens littéral du terme, elle allait bien. Mais dans les faits, elle avait eu peur, et avait la désagréable sensation que Logan lui avait forcé la main. Mais son regard parlait certainement déjà pour elle. Elle le fixait avec des yeux plein de reproches et de désapprobation. 

« C’était trop tôt … et tu le sais ! Tu n’aurais pas dû lancer cet exercice sans m’en avertir avant … sans savoir si j’en avais envie ! »

Le mutant perdit son sourire, le remplaçant par un air dur et autoritaire. Les sourcils froncés, il lui répondit qu’il avait fait ça uniquement pour l’aider, pour la pousser à se dépasser. Ni une ni deux, la rousse lui répondit du tac au tac, soupçonnant les motivations secrètes qui se cachaient derrière cette décision. 

« Vraiment …? Et tu me garantis que ça n’a rien à voir avec mon petit tour de passe-passe qui t’as laissé impuissant … que tu n’as pas fait ça en partie simplement pour te venger … pour montrer qui est le patron ?! », lui dit-elle sans détour d’un ton assuré. 

Elle le vit alors s’empourprer et chercher une justification qui aurait pu le disculper de tels soupçons. Haussant le ton, il lui reprocha de ne pas savoir ce qu’elle voulait, avant d’envoyer paître l’intelligence artificielle et de tourner les talons d’un pas furieux en vue de quitter la salle d’entraînement. Jean, abasourdie par cette réaction, le regarda s’éloigner, bouche bée. Venait-il réellement de décider que cette conversation était terminée ? Avait-il vraiment décrété que le sujet était clos et qu’il n’avait aucun tort ? S’il pensait pouvoir s’en sortir aussi facilement, c’était qu’il avait oublié à qui il avait à faire. 

« James Logan Howlett ! », l’interpella-t-elle. 

À ce moment précis, la porte automatique de la salle s’ouvrit, prête à laisser le champ libre au mutant. Jean, serrant les poings à s’en faire blanchir les phalanges, bloqua le système, provoquant la fermeture du panneau métallique juste devant le nez de son homme.

« N’espère pas t’en sortir si facilement,
lui annonça-t-elle avec froideur. Et inutile de hausser le ton, pas avec moi. Tes méthodes de Cro-magnon ne m’intimident pas. »

Calmement, elle marcha vers lui. Dans ses pas, il n’y avait aucune précipitation … c’était même tout le contraire … un calme presque plus inquiétant. Une fois qu’elle fut plus proche de lui, elle reprit. 

« Je ne te reproche pas d’avoir voulu me pousser à me dépasser … mais j’aurais aimé que l’on prenne cette décision ensemble … comme devrait le faire un couple. »

Un instant, elle resta silencieuse, réfléchissant à ses prochaines paroles. Elle l’avait vu prendre des risques pour elle, pour lui venir en aide … pour la protéger, se mettant par la même occasion en difficulté et finissant par être blessé. Elle préféra ne rien dire … sachant qu’il ne pourrait entendre raison à ce sujet. Après tout, elle aurait fait pareil pour lui, et rien n’aurait pu la dissuader d’en faire autrement.

Détournant le regard avec un soupir, elle sembla gagnée par une sorte de lassitude face à cette situation. 

« Je n’ai pas envie de me fâcher avec toi … et encore moins pour un truc aussi stupide. Mais tu pourrais au moins reconnaître que tu as une part de responsabilité … et surtout ne pas me laisser en plan comme tu t’apprêtais à le faire, uniquement parce que tu es trop obtus pour faire des concessions … d’autant plus après ce que je viens de traverser. »

Les bras croisés devant elle dans une attitude attristée, Jean vint s’appuyer contre le torse du mutant, enfouissant son visage contre lui, sans rien dire de plus.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
J. Logan Howlett
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 ☾ Wolverine
♠ EMPLOI : Anciennement militaire, mercenaire, bûcheron, à présent X-MEN & Professeur d'Histoire à l'Académie Xavier
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Tu peux y aller, j'suis indestructible ft. Jean&Logan   Mer 8 Nov 2017 - 10:14
Les reproches fusèrent. Jean lui en voulait d'avoir prit la décision seul, d'avoir précipité les choses et surtout, qu'il ait voulu avoir encore une fois le dessus sur elle. Il l'écoutait parler, alors qu'il était en train de se relever. Elle était en train de se plaindre de lui, de l'incriminer. Lui, il avait juste voulu l'aider, lui proposer une autre méthode que celle de Charles-Xavier, parce qu'elle n'arrêtait pas de lui dire qu'elle n'avançait pas assez vite -selon elle. Alors oui, il avait voulu la faire courir alors qu'elle venait tout juste d'apprendre à marcher, mais en même temps, sous la peur, le stress et une situation qui ne lui laisse pas le choix : elle s'était bien mise à courir non ? Jean était parvenue à créer un bouclier de protection, chose qu'elle n'était pas encore parvenue à faire. Alors sa technique à Logan -aussi violente soit-elle, elle avait fonctionné. Quand il essaya de lui expliquer ça, elle entra dans un procès sans avocat. Elle lui envoya à la gueule que c'était très certainement une histoire de vengeance personnelle, suite au petit tour qu'elle avait eu contre lui à le faire tourner en bourrique. Elle parlait d'impuissance, de vengeance. Logan passa une main dans ses cheveux en gueulant contre la voix robotique qui venait de se faire entendre, la renvoyant alors au placard. A ce moment là, Jean l'interpella, comme on interpelle un gosse qui vient de faire une connerie. Elle était sérieuse ? C'était quoi cette façon de faire ? Il n'allait certainement pas rester là à l'écouter lui taper dessus avec un marteau sans rien dire. Logan sentait la rage qui grimpait en flèche à l'intérieur de lui. Son corps bouillonnait de l'intérieur, comme une source d'eau chaude qui commencerait à bouillir lentement, pour finalement exploser. Il commençait à en avoir marre et bien qu'il essayait de se retenir de ne pas répondre à Jean, ça devenait compliqué. Il ne voulait pas lui répondre parce qu'il savait très bien qu'il allait s'énerver. Il savait qu'il allait lui balancer tout ce qu'il pensait et qu'elle allait être blessée par ses mots. Il ne voulait pas lui faire du mal. Il n'avait qu'à tout accepter comme un bon chien et puis fermer sa gueule. C'était ce que faisaient les hommes amoureux n'est-ce pas ? Logan n'avait aucune envie de rester ici, dans cette pièce, avec elle. Mais lorsque la porte de la salle se ferma devant lui, par la volonté de Jean, il se tourna lentement pour lui demander « t'es sérieuse là ? » Jean était en train de prendre le dessus sur lui, par tous les moyens qui puissent exister. Elle essayait de prendre le dessus par la rhétorique, puis ensuite par l'intimidation, l'humiliation, pour finalement prendre le dessus par les sentiments, et enfin, physiquement. Elle voulait prendre le dessus, qu'elle le fasse. Logan serrait les dents autant qu'il serrait les poings. Il ne se serait jamais cru capable de résister à autant de rage, de pression intérieure, pourtant... c'était Jean. Elle essayait de le faire culpabiliser, en lui rappelant avoir courru un danger et très vite, elle voulu se coller contre lui. Non. C'était la goutte d'eau. Logan lui prit les poignets et la fit s'éloigner de lui tout de suite après qu'elle soit entrée en contact avec lui. « Tu ne peux pas me dire que je suis un sale con et puis venir me faire ton numéro juste après Jean » cracha t-il entre ses crocs. Il se retenait, de dire tout ce qu'il pensait. Qu'il pensait qu'elle en faisait trop, qu'elle le manipulait, qu'elle avait été odieuse avec lui qui avait simplement voulu l'aider, maladroitement certes, mais ça partait quand même d'un bon sentiment. De plus, il ne l'avait pas abandonné, il avait été là pour elle tout au long de la simulation. Il l'avait protégée, elle n'était pas en danger. Mais ça à la rigueur, elle semblait s'en foutre royalement. Elle se plaignait de lui, qu'il soit un homme bourru, grognon, impulsif, arrogant et orgueilleux, et bien ouais, il était comme ça et alors ? Elle n'aimait pas ça ? Alors qu'est-ce qu'elle foutait avec lui ? Jean lui paraissait bien hypocrite pour le coup. Elle parlait de décision de couple, de ne pas prendre la fuite, d'impuissance, de vengeance, de patronna, mais que faisait-elle là ? Elle prenait le dessus sur Logan sur tous les plans, elle adoptait une attitude maternelle, comme pour lui faire une leçon de morale, d'éducation, et c'était plus humiliant qu'autre chose : pourtant, il ne disait rien. Qu'est-ce qu'il pouvait faire contre elle ? Rien. Parce qu'il l'aimait. Et se sentir déjà si faible face à ses sentiments, ça le rendait dingue, mais alors savoir que là, elle était en train d'en jouer pour l'affaiblir encore plus, ça le dégoûtait. « J'suis en train de me retenir de te dire ce que je pense, mais t'avises même pas d'entrer dans ma tête Jean » lança t-il alors, en la regardant droit dans les yeux. Oui, il n'en pouvait plus de ces télépathes qui entraient dans son esprit sans même qu'il s'en aperçoive, sans qu'il ait son mot à dire, ni un avis à donner. Dans ces moments là, il se sentait humilié d'être mis à nu de la sorte, il se sentait vulnérable aussi, il n'avait ni intimité, ni pudeur aux yeux de n'importe quel télépathe et est-ce qu'il en faisait tout un foin à chaque fois ? Non. Jean était-elle si parfaite que ça ? Ne faisait-elle aucune erreur ? Non.
Logan se tourna et sortit ses griffes en même temps, les faisant fendre le métal de la porte que Jean avait fermée un peu plus tôt. Le bruit des métaux s'entrechoquant était désagréable, mais il n'était pas sa marionnette, ni son chien. Après avoir affaibli le métal, Logan donna un grand coup de pied dedans, ce qui provoqua une ouverture dans un lourd fracas. Il rentra les griffes et sans même un regard vers Jean, il quitta cet endroit. Il se sentait humilié, manipulé, et profondément blessé par les paroles de la rousse, mais surtout aussi par l'attitude qu'elle avait avec lui. Il avait envie de voir autre chose, de partir de l'école, il fallait qu'il respire. Jean était tellement peu indulgente... il n'en revenait pas. Oui, il avait commis une erreur, une maladresse, mais il ne s'était rien passé de grave. Et puis elle s'était permise de totalement le castrer là, pour qui elle se prenait ? C'était ça la vie de couple ? Bravo. Logan avait besoin de quitter l'école au plus vite. Il remonta au premier niveau. Les étudiants avaient un quartier libre à cette heure, mais le visage de Logan fendait l'espace devant lui. On voyait sur ses traits que non, il valait mieux ne pas lui parler, ni même se trouver sur son chemin. Logan arriva à sa chambre, il prit sa veste en cuir, ses clefs et quitta à nouveau l'étage pour regagner le garage. Il fallait qu'il parte, tout de suite.

HRP : on peut faire une ellipse si tu veux !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jean Grey
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix
♠ EMPLOI : anciennement professeur et médecin
MessageSujet: Re: Tu peux y aller, j'suis indestructible ft. Jean&Logan   Mer 8 Nov 2017 - 16:04
Lorsque la mutante s'était rapprochée de Logan, se posant contre lui, il la saisit par les poignets, l'écartant et la foudroyant du regard. Surprise par cette réaction qu'elle était loin d'attendre, elle resta interdite, le fixant avec une forme de stupeur et de peine. Sa poigne était ferme, sa voix abrupte et son regard impitoyable. Le mutant la rejeta, n'acceptant pas qu'elle puisse tenter de se rapprocher de lui après ce qu'elle venait de lui dire … de lui faire. La rousse comprit alors qu'il était furieux … déçu … et vexé. Avec toujours autant de rancœur, il lui révéla ne pas vouloir lui dire ce qu'il avait sur le cœur … c'était donc terrible à ce point … Ces mots frappèrent Jean en pleine poitrine … là où Logan pouvait être le plus douloureux avec elle. Il lui déconseilla de lire en lui pour tenter de comprendre. Cette nouvelle phrase frappa une fois encore la télépathe au cœur … Jamais elle ne s'était permise cela … jamais elle ne s'était introduite dans son esprit afin d'y dénicher des informations. S'il estimait que dresser une illusion pour trafiquer ses sens, ou encore le ramener de son inconscience, étaient de l'intrusion psychique … c'était qu'il était très loin d'imaginer ce dont un tel pouvoir était capable. Non … elle le respectait bien trop pour oser lui faire cet affront … pour ne pas respecter son intimité. Pourtant, avec cette mise en garde, c'était la preuve qu'il la pensait capable d'un tel geste. Estomaquée par ce qu'il venait de se produire, la rousse resta immobile et silencieuse, incapable de dire ou faire quoi que ce soit lorsqu'il découpa la porte pour ensuite quitter les lieux. De longues minutes, elle resta seule, sur le seuil de cette entrée dévastée, les larmes ruisselant sur ses joues, étouffant ses sanglots autant qu'elle le pouvait. Que venait-il de se passer ?

Le reste de la journée sembla bien morose pour la télépathe. Apathique, la mine fermée et minée, elle ne parla pas beaucoup, se contentant des réponses les plus brèves lorsque les gens s'adressaient à elle. De Logan, elle n'eut aucune nouvelle, ni même ne le croisa. Il avait sans doute quitté les lieux. Lorsqu'elle revint dans sa chambre un peu plus tard dans la journée, elle y retrouva son thé, à présent froid, qui l'attendait sur le bord de la fenêtre. Vidée de toute volonté, elle ne trouva même pas l'énergie de s'en débarrasser, le laissant là …

Plus tard dans l'après midi, lorsqu'elle se décida de nouveau à quitter sa chambre pour rejoindre le Professeur, elle tenta bien de rester vigilante sur le chemin de son bureau, guettant le moindre signe de Logan. Plusieurs fois, elle crut apercevoir sa silhouette au bout d'un couloir, dans l'embrasure d'une porte, ou encore à un tournant … mais chaque fois, c'était une déception. Il n'était pas là. La séance avec Charles fut une catastrophe, la rousse n'arrivant pas à oublier pour un temps ce qu'il s'était passé plus tôt, sa concentration restant trop fragile et hasardeuse. Jean ne parvint à rien … pas même à réaliser les choses les plus simples. Elle n'avait qu'une seule obsession … une seule idée en tête : Logan. Elle soupçonna le Professeur d'avoir compris le problème … pourtant, il n'y fit jamais référence, ni ne dit un mot à ce sujet, ou même au sujet des résultats médiocres de la rousse. Il avait compris le trouble de son élève, mais estimait sans doute que ce n'étaient pas là ses affaires … préférant laisser les choses rentrer dans l'ordre d'elles-mêmes.

Le pas traînant, Jean arpenta les couloirs de l'école une fois sa séance terminée, se rendant d'un pas nonchalant jusqu'à sa chambre, où une nouvelle fois, elle alla se réfugier. Dans son regard, comme sur son visage, on pouvait aisément y lire l'abattement … mais également le fait qu'elle était absente … trop occupée qu'elle était à ressasser inlassablement la succession d'événements et de choix qui les avaient conduits Logan et elle à une telle situation. Jean comprenait ses erreurs et ce que lui reprochait Logan. Il lui reprochait de ne pas l'avoir respecté, de ne pas comprendre sa démarche … de ne pas l'accepter tel qu'il était … Chaque fois qu'elle songeait à tout ceci, elle sentait un douloureux pincement au niveau du cœur. Il pensait qu'elle jouait avec lui … abusant des faiblesses qu'il avait avec elle … pourtant, il se trompait … plus qu'il ne pouvait l'imaginer.

Ce soir là, Jean se coucha avec une boule au ventre, ne trouvant que très difficilement le sommeil … sommeil qui fut tout aussi agité que son esprit l'avait été tout le reste de la journée.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
J. Logan Howlett
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 ☾ Wolverine
♠ EMPLOI : Anciennement militaire, mercenaire, bûcheron, à présent X-MEN & Professeur d'Histoire à l'Académie Xavier
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Tu peux y aller, j'suis indestructible ft. Jean&Logan   Mer 8 Nov 2017 - 16:46
Logan avait quitté l'école, énervé. Il avait prit sa moto en direction du centre de Los Angeles, roulant sans vraiment savoir où il allait. Le vent fouettait violemment son visage, mais il s'en fichait. L'air frais lui faisait du bien et surtout, ça le calmait. Le mutant roulait vite, essayant de calmer ses nerfs au fur et à mesure que la moto mangeait les kilomètres de route. Très vite pourtant, il su où est-ce que son inconscient l'emmenait. Longeant les rues de la ville, le mutant se retrouva après une bonne promenade à moto devant la librairie de sa petite protégée Donna. Il gara sa moto et entra, sous la petite sonnerie de la clochette pendue à la porte. A l'intérieur, il faisait plutôt bon. Il y avait quelques personnes installées un peu partout, qui lisaient, buvaient un thé et discutaient tout bas. Les yeux se posèrent sur lui, mêlant de l'inquiétude à de la curiosité. Depuis plusieurs années maintenant, les gens savaient qui il était et sa renommée le précédait. Ils devaient se demander ce qu'il fichait ici. Logan fit quelques pas, les mains dans les poches de son jeans avant de trouver le visage qu'il était venu chercher. Avant même d'avoir ouvert la bouche, elle su qu'il était là. Se tournant vers lui pour l'accueillir avec un grand sourire. Mais très vite, Logan vit sur le visage de la petite rousse qu'elle avait à faire aux émotions du mutant. Un mélange de colère, d'humiliation, de peine et de remords. Il s'approcha d'elle, pour la saluer et puis très vite, elle lui demanda comment il allait. Il grogna, il n'avait pas envie de lui parler de ce qu'il venait de se passer et en même temps, il sentait bien qu'elle était déjà au courant. Ca l'ennuyait, mais ni elle, ni lui, n'y pouvaient rien. « Je n'ai pas envie d'en parler, j'voulais juste te voir » lança t-il alors, le visage un brin fermé. Il était ailleurs, encore prit par sa récente dispute avec Jean, la première de leur histoire. Donna l'invita alors à prendre un café, mais il lui avoua préférer une bière. Seulement elle n'en avait pas, alors il accepta un café. Les deux mutants s'installèrent donc sur une table de la boutique, autour de leurs tasses respectives et très vite, face au mutisme du mutant, Donna lui parla de son nouveau projet, qu'elle avait simplement évoqué lors de leur première rencontre sur la plage. Elle prévoyait de partir quelque part, de quitter le territoire américain pour quelques temps. Il sourit à cette nouvelle, il trouvait ça très bien. Il trouvait ça bien qu'elle veuille voir le monde, voyager, et apprendre par elle-même, apprendre à appréhender ce nouveau monde qui l'entourait depuis sa libération de sa cave. Il l'y encouragea et même si la mutante ne lui avoua pas sa destination, il ne pu que la conseiller et lui apporter son soutien. Finalement, les heures défilèrent plus vite qu'il ne l'aurait imaginé et Logan invita la jeune fille à aller manger un truc en ville. Ils se retrouvèrent donc dans une pizzéria pour le dîner, et là encore, les deux mutants discutèrent. A la fin du repas, il racompagna la jeune femme à son hôtel et lui, décida de passer par la plage afin de finalement rentrer à l'école. Le soleil se couchait lentement sur l'océan, lui proposant une vision apaisante, calme et magnifique sous les yeux. Sa moto brisait le vent, dévorant la route alors que le soleil glissait lentement dans l'infini à présent teintée de rose. Ce paysage apaisa un peu Logan, mais très vite, il ressentit le stress à l'idée de se présenter à l'école. Il ne savait pas quoi faire, ni quoi dire à son retour. Est-ce que Jean voudrait le voir, ou bien est-ce qu'il devrait aller dans sa propre chambre pour se coucher, sans elle ? Il se doutait qu'elle soit encore énervée de leur dispute et de sa réaction. Avec le recul, Logan comprit que oui, il avait été excessif, mais il se sentait toujours blessé par Jean et ses comportements. Il ne se sentait pas prêt à faire le premier pas, du moins pas ce soir. Le mutant arriva à l'école alors que la nuit tombait tout juste. Il croisa quelques élèves qui étaient en train de traîner. Il aurait pu leur conseiller d'aller dormir, mais il n'était pas leur père, alors il se passait bien de ce genre de conseils. Le mutant sentait le stress envahir son corps alors qu'il longeait le couloir des chambres. Il passa devant la porte de la chambre de Jean et il ralenti. Personne n'était dans ce couloir, il y était seul. Le mutant soupira longuement, venant coller sa main contre le bois de la porte. Il n'y avait aucun bruit à l'intérieur, elle ne devait pas être là. Il soupira et fit demi-tour pour avancer jusqu'à sa chambre. Il referma la porte, passant ses mains sur son visage avant d'avancer vers la fenêtre pour fermer ses stores. Après quoi, il retira sa veste en cuir qu'il déposa sur le vieux fauteuil qui lui avait servi de lit durant leur... leur premier moment de couple. S'asseyant sur le bord de son lit, il commença à frictionner ses mains. Perdu dans ses pensées, dans sa fierté qui était bien amochée, il ne savait pas comment réagir. Elle devait être trop énervée pour le voir. Après tout, elle n'avait pas essayé de le retenir lorsqu'il s'était barré de la salle d'entraînement, et puis, elle n'avait pas essayé de le joindre depuis. Il resta assis là, les coudes posés sur ses genoux séparés, soupirant longuement. Il revoyait la scène dans sa tête, et oui, tout était partit d'un sentiment d'humiliation, lorsqu'elle s'était fichu de lui, le mettant dans l'embarra. Et puis ensuite, elle avait continué, elle l'avait enfoncé, elle l'avait poussé à bout et voilà. Mais et lui dans tout ça ? Il s'était braqué, il avait voulu prendre le dessus, il n'avait pas prit en considération ses angoisses par rapport à son pouvoir. Alors quoi ? Au final, n'avaient-ils pas chié dans la colle autant l'un que l'autre ? Il n'allait pas rester à bouder là indéfiniment. Logan prit néanmoins de longues minutes à se décider, avant d'ouvrir sa chemise pour la retirer, se retrouvant en marcel et jeans. Il retira ses chaussures et ses chaussettes, se retrouvant pieds nus, face à son lit. Il le fixait, et quand il réalisa que la situation était stupide, il serra le poing. Faire un pas. Juste un pas. Pour ne pas qu'elle puisse lui reprocher de ne pas l'avoir fait. Il l'avait déjà perdu trop de fois, c'était vraiment trop con. Logan quitta sa chambre pour faire les quelques pas qui séparait sa chambre de celle de Jean. Il ne toqua pas, il voulait savoir si elle était là ou non. Il tourna la poignée, la porte s'ouvrit. Il fronça les sourcils. La pièce était plongée dans le noir, il n'y avait pas un seul bruit. Le mutant entra et referma la porte derrière lui, en essayant de ne pas faire de bruit. Il retira son jeans, ainsi que son marcel et entra lentement dans le lit. Ouvrant le drap, il ne tarda pas à trouver le corps étendu de Jean. A la voir comme ça, il se sentait à la fois jaloux qu'elle trouve le sommeil -elle s'en battait les couilles en fait- et en même temps, coupable. Il se tourna sur le côté, passant alors son large bras autour du corps de la mutante pour venir la coller contre son corps allongé, sur le côté. Collant son dos et son bassin aux siens, il vint soupirer doucement dans la nuque de Jean, sentant qu'elle remuait déjà.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jean Grey
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix
♠ EMPLOI : anciennement professeur et médecin
MessageSujet: Re: Tu peux y aller, j'suis indestructible ft. Jean&Logan   Mer 8 Nov 2017 - 18:20
Quelque chose réveilla Jean … une présence. Cela devait faire moins de trente minutes qu'elle était enfin parvenue à trouver le sommeil, si bien qu'il lui fallut quelques secondes pour qu'elle émerge et qu'elle puisse comprendre ce dont il s'agissait. Un corps s'était glissé sous les draps à ses côtés, pour ensuite venir se coller à elle, puis l'enlacer pour s'en rapprocher un peu plus. Elle sentit alors un souffle sur sa nuque. Cette étreinte … ce corps, sa taille tout autant que son poids sur le matelas … cette douce poigne … cette force … cette odeur … elle aurait pu les reconnaître entre mille. Il avait fini par revenir … pour le plus grand soulagement de la mutante qui se détendit à la seconde où elle le reconnut.

Délicatement, elle se cala d'avantage contre lui, pour assouvir son besoin viscéral d'être avec lui, au plus près … de lui appartenir. Cette journée avait été une véritable torture, et lui avait semblé durer une éternité … et ce moment … ce geste … cette étreinte … c'était comme une bouffée d'air frais … un espoir que tout n'était pas perdu. C'était comme l'annonce de la fin du cauchemar … de cette douloureuse séparation … qui déchirait Jean au plus profond de son âme. Car oui, elle aimait Logan à la folie … et de se savoir en conflit avec lui, cela lui était insupportable. C'était un poids dans sa poitrine … la sensation de ne pas être entière … d'être déchirée.

Elle l'avait compris, il lui en voulait terriblement … il n'avait pas accepté les reproches qu'elle lui avait faits … il n'avait pas accepté qu'elle lui parle comme elle l'avait fait. Il s'était senti non respecté … rabaissé … humilié … Elle avait eu le temps d'y penser toute la journée. Pourtant, Jean n'avait jamais voulu cela … elle avait simplement voulu lui faire comprendre combien elle avait été dépassée par cet entraînement et la tournure qu'il avait pris. Mais c'était sans compter le caractère de loup solitaire de Logan … ce besoin qu'il éprouvait d'être le leader … de dominer … cet esprit de mâle alpha. Pour la première fois, Jean n'avait pas été capable d'apprivoiser l'animal en lui … pour la première depuis qu'ils étaient en couple … elle avait douté d'elle … et si elle n'était plus en mesure de lui apporter ce dont il avait besoin ? Si elle n'était plus à la hauteur pour être sienne ? … et si elle était tout simplement en train de le perdre ? Sous le coup de l'émotion de ses retrouvailles, mais également de cette remise en question, elle tremblait de la tête aux pieds, sentant ses yeux devenir humides. D'un revers de main qu'elle voulut le plus discret possible, afin que le mutant ne le soupçonne pas, la rousse finit par essuyer une larme.

« Je suis désolée », finit-elle par prononcer d'une petite voix nouée dans l'obscurité.

Terrifiée à l'idée de mal faire les choses une nouvelle fois, elle n'osait même plus bouger, de peur qu'il prenne cela comme une forme de rébellion … d'insoumission à son autorité. Etait-ce cela finalement qu'il recherchait ? … une femme soumise ? Elle avait beau l'aimer de tout son cœur et de toute son âme, elle n'était pas certaine de pouvoir accepter une telle relation. Lui appartenir, oui … être à sa botte, non. Mais pour l'heure, elle avait besoin de lui … besoin de le sentir à ses côtés. Pourtant, elle s'osa malgré tout à poser une main sur l'avant-bras épais du mutant, le lui caressant ensuite à tendresse.

« Pourras-tu me pardonner ? Je n'ai jamais voulu te blesser ou … te faire le moindre affront, Logan. Je me suis laissée emporter par mes angoisses … mais je sais que ce n'est pas une excuse. »

Après cette mise à nu, une nouvelle vague de frissons déferla à travers le corps de la mutante.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
J. Logan Howlett
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 ☾ Wolverine
♠ EMPLOI : Anciennement militaire, mercenaire, bûcheron, à présent X-MEN & Professeur d'Histoire à l'Académie Xavier
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Tu peux y aller, j'suis indestructible ft. Jean&Logan   Mer 8 Nov 2017 - 18:55
Il la sentit doucement, lentement, coller son corps au sien. Il ferma les yeux une seconde, profitant au maximum de ce calme avant la tempête. Il savait que ce moment d’accalmie ne durerait pas. Que bientôt, l'un d'eux allait prendre la parole, voulant régler cette histoire qui les tourmentait, mais qui allait générer un tourbillon entre eux. Comme un vent chaud et un vent froid qui se rencontreraient pour faire naître une douloureuse et violente tempête entre les deux corps. Comme si la fusion calme de ces deux éléments n'était pas possible, comme si le drame était la seule réponse à l'équation. Logan soupira à nouveau et très vite, Jean interrompit le silence qui régnait paisiblement dans cette chambre. Ce silence qui était pourtant si rassurant, parce qu'il n'annonçait rien d'autre qu'une pause bénéfique, un break, un moment de paix si jamais il devait en être autrement. La mutante s'excusa, alors que sa main effleura le bras du mutant pour venir près de son visage, sans doute pour essuyer une larme coulante sur sa joue, vu les tremblements qu'il y avait dans sa voix. Logan serra un peu plus son étreinte sur Jean, la rapprochant davantage de lui. A peine quelques secondes après qu'elle se soit excusée, il murmura tout bas à son oreille « moi aussi j'suis désolé Jean ». Très vite, la jeune femme lui demanda pardon, ce qui le fit froncer les sourcils. Lui qui pensait se retrouver face à une femme en colère, il se retrouvait avec une femme blessée, apeurée et frissonnante. Il comprit que sa réaction lui avait causé beaucoup de peine et il s'en voulait. Il avait pu réagir comme ça par le passé, parce qu'il avait toujours -ou presque- été seul, vécu seul, sans jamais personne à ses côtés, mais à présent... à présent il ne pouvait plus vivre ainsi. Il ne pouvait plus être aussi égoïste, aussi impulsif, aussi négligeant envers elle. Sinon, il allait la perdre et ça, ce n'était juste pas envisageable. Elle semblait tellement triste, tellement angoissée. Oui, il s'était senti blessé par ses paroles, par son comportement, mais elle n'avait jamais le droit à l'erreur ? Bien sûr que si, et d'autant plus parce qu'il l'aimait et qu'elle l'aimait en retour. C'était bien la seule femme pour qui il n'est jamais ressenti de tels sentiments, s'il n'acceptait pas son droit à l'erreur, à la maladresse, c'était l'hôpital qui se foutait de la charité, non ? Après tout, il était le roi de ce genre de boulette, la preuve en étant aujourd'hui encore. Ils avaient tous les deux fait du mal à l'autre, sans le vouloir. Simplement parce qu'au delà de leurs pouvoirs respectifs, ils étaient humains, avec un ascendant animal pour les deux. Alors oui, ils allaient se retrouver encore face à cette situation, à se faire du mal sans le vouloir, mais c'était aussi ça un couple. Venir se coucher près de l'autre chaque soir, peu importe ce que l'autre a pu dire, ou fait, tant que ça n'est jamais aussi grave que ça. Pardonner, être humble, reconnaissant et savoir passer à autre chose. Logan aurait pu insister s'il avait été parfait, mais ce n'était pas le cas. Il était même très imparfait, il commettait beaucoup d'erreurs, il ne trouvait pas toujours le bon mot, ni le bon moment. « Tu n'as pas à me demander pardon Jean, j'crois que... » il se recula, afin de lui laisser l'espace nécessaire pour qu'elle se tourne vers lui. Même s'il ne pouvait pas la voir, il voulait l'avoir en face de lui. Le mutant caressa alors son visage, du bout des doigts et continua « je crois qu'on a tous les deux fait du mal à l'autre sans s'en rendre compte, et sans le vouloir... ». Il marqua une pause, laissant son pouce caresser la joue de la jolie rousse et puis reprit « j'aurai pas du prendre la mouche comme ça, j'aurai pas du m'énerver sans chercher à te comprendre non plus » avoua t-il, même si ça lui faisait un peu mal au cul de le reconnaître à voix haute, sa fierté encore beaucoup trop présente en lui. Serrant les dents, il marqua une pause avant de trouver à nouveau les mots, doucement « c'est juste que... t'es mon talon d'Achille et que dès que ça te touchera de près ou de loin... j'arrive pas à me contrôler » c'était une façon douce -pour lui- de lui dire qu'elle était son point faible, qu'elle était sa vulnérabilité, et qu'à ses côtés, il se sentait inconditionnellement faible. Oui, avec elle, il était vulnérable. Et il détestait se sentir ainsi. Il ne voulait pas paraître faible, paraître faible au point de tout accepter, de ne jamais lui dire non, de ne jamais se rebeller s'il le fallait. « On a le droit de ne pas être d'accord, on a le droit de s'engueuler Jean... mais j'reviendrai toujours me coucher à tes côtés, j'te l'promets » avoua t-il alors, en approchant ses lèvres du front de la jolie rousse pour venir y déposer un tendre baiser, plein de tendresse et d'excuses. Sa main finit par glisser dans la nuque de la mutante, caressant sa peau et ses cheveux, avant de venir caresser la peau de son bras doucement, jusqu'à atteindre sa main, qu'il prit dans la sienne.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jean Grey
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix
♠ EMPLOI : anciennement professeur et médecin
MessageSujet: Re: Tu peux y aller, j'suis indestructible ft. Jean&Logan   Jeu 9 Nov 2017 - 0:09
Resserrant son étreinte sur la rousse, Logan s'excusa à son tour d'une voix douce et loin de la colère qu'elle lui avait connu plus tôt dans la journée. Dans ses bras et suite à ces mots, Jean commença à se sentir rassurée. Il lui manifestait encore cette tendresse qu'elle lui avait connu. Il l'écouta ensuite en silence, la gardant précieusement contre lui. Il la rassura encore, lui disant qu'elle n'avait pas à plus demander pardon que lui, chacun ayant sa part de responsabilité dans cette histoire. Un instant, elle le sentit se détacher d'elle, comme dans l'attente de quelque chose. Jean se tourna alors, lui faisant face dans l'obscurité. Pourtant, elle connaissait les courbes de son visage buriné et de son corps solidement bâti par cœur, si bien qu'elle aurait pu les reproduire de tête, même dans le noir total. A la manière dont il respirait, à son intonation ou même à ses silences, elle savait deviner quelle expression son visage affichait. Elle sentit alors les doigts épais du mutant caresser son visage avec tendresse. A ce moment, elle ferma les yeux, puis, glissant une main sous le bras de ce dernier, elle l'enlaça avec douceur. Elle en profita également pour nouer ses jambes fines avec celles plus robustes et poilus de Logan, se rapprochant d'autant plus de lui. Une nouvelle fois, les dents serrées, il lui rappela combien elle était sa faiblesse. Sans elle, il avait toujours été fort … inébranlable. Mais depuis qu'elle était dans sa vie, il avait une vulnérabilité … une mortalité nouvelle pour lui … qu'il ne gérait pas encore. Enfin, il lui annonça que malgré toutes les épreuves qu'ils pourraient rencontrer en tant que couple, jamais il ne l'abandonnerait. Elle sentit alors les lèvres de Logan se déposer sur son front, faisant naître en elle une douce et réconfortante chaleur. Ce genre de baiser lui avait tant manqué aujourd'hui … les retrouver était un véritable délice. Après une caresse qui la fit frémir de bonheur, il vint lui saisir la main.

« Je t'aime, Logan », lui souffla-t-elle spontanément dans un murmure, comme pour ne pas perturber l'obscurité de la pièce.

Se pressant un peu plus contre lui, étreignant d'avantage ses jambes avec les siennes, elle releva le visage pour venir coller ses lèvres sur celles du mutant et l'embrasser avec tendresse durant de longues secondes. Durant ce temps, Jean fut authentique … s'offrant totalement au mutant … sans retenue … et pourtant, avec simplicité et tendresse. Elle ne souhaitait qu'une seule chose : laisser toute cette histoire derrière eux … pouvoir repartir de nouveau l'esprit tranquille. Elle l'enlaça alors d'avantage, avec douceur, enfouissant son visage dans le cou du mutant, et prenant une profonde inspiration … s'enivrant de son odeur. C'était là qu'elle voulait dormir, et nulle part ailleurs … entre ses bras … tout prêt de lui … à portée de lèvres.

Tendrement, de sa main, elle lui caressa le dos en douceur, comme pour s'assurer qu'il était bien là, mais également pour lui manifester l'importance qu'il avait pour elle.

« Tu avais raison …, confessa-t-elle dans l'intimité de son cou. En me poussant à me dépasser … en me mettant en difficulté, j'ai obtenu des résultats que je n'aurais pas espéré avoir avant des semaines. J'aurais dû te faire confiance … tu entraîne ces gamins depuis des années … tu sais ce que tu fais. »

Car oui, il n'avait pas échappé à Jean les trésors de talents qu'elle avait su déployer durant cette simulation. Même si elle manquait encore de précision et de puissance dans la précipitation, elle avait su trouver en elle des ressources qu'elle ne soupçonnait pas jusqu'à ce matin. Et cela, c'était à Logan qu'elle le devait.

« Si tu acceptes encore de superviser mon entraînement … promis, je me plierai à la moindre de tes volontés sans rechigner. Mais si tu estimes que ce n'est pas une bonne idée … je comprendrai aussi. Tu as plus d'expérience que moi dans ce domaine … tu sauras faire un meilleur choix que moi. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
J. Logan Howlett
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 ☾ Wolverine
♠ EMPLOI : Anciennement militaire, mercenaire, bûcheron, à présent X-MEN & Professeur d'Histoire à l'Académie Xavier
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Tu peux y aller, j'suis indestructible ft. Jean&Logan   Jeu 9 Nov 2017 - 13:59
Jean avait prononcé ces trois mots plein d'amour contre les lèvres du mutant, avant de venir se coller davantage contre son corps chaud. Enroulant ses jambes à celles de Logan, collant chaque parcelle de son corps autant que possible contre la peau du mutant, il sourit contre sa peau, fermant les yeux un instant pour profiter de ce moment de calme et de douceur. Ce moment qui se suffisait à lui-même finalement. Il n'en fallait pas plus pour le bonheur du mutant. Il laissait ses doigts caresser la peau de Jean, doucement, du bout des doigts et il ne tarda pas à sentir sous ses doigts une chaire de poule envahir et faire frémir l’épiderme de la jolie rousse. Il pouvait sentir son souffle chaud caresser la peau de son cou, le faisait conserver les yeux fermés, profitant alors de ce moment. Leurs lèvres ne tardèrent pas à se trouver, lentement. Se caressant mutuellement, leurs langues se trouvèrent sensuellement, alors que Logan approchait le bassin de Jean contre le sien. Prenant finalement un peu de recul, il sentit la main de Jean caresser sa peau dorsale, délicatement, alors qu'elle prenait la parole, doucement. Elle reconnaissait que la technique de Logan avait fonctionné, finalement. Le mutant ne pu s'empêcher de sourire dans l'obscurité. Ils s'étaient prit la tête pour quoi alors, si finalement ils s'avéraient d'accord sur tout ? Elle lui avoua ne pas avoir su lui faire confiance, et il acquiesça. Sa méthode n'était pas la bonne et ce n'était pas parce qu'elle l'aimait qu'elle devait tout accepter de lui sans broncher, sans pouvoir partager son mécontentement, ou son avis contraire quand c'était le cas. « Jean... » murmura t-il alors, mais il ne parvenait pas à formuler correctement ce à quoi il pensait. Au fait que non, il n'était pas obligatoire qu'ils soient toujours d'accord sur tout, qu'il n'était pas obligatoire qu'ils doivent tout accepter de l'autre sous prétexte qu'ils s'aimaient et ce, même très fort. Sa méthode n'avait pas été la meilleure, même si les résultats parlaient d'eux même, dans le fond, il avait eu raison, mais pas dans la forme et meme, très loin de ça. Elle lui demanda alors de reprendre les entrainements en sa compagnie, qu'elle allait l'écouter, lui faire confiance et qu'elle ne broncherait plus. Il soupira longuement, se laissant tomber sur le dos, amenant une main sur son visage. Ses doigts vinrent masser violemment les différentes parties sensibles de son visage et très vite, il lança tout bas « Jean... » il marqua une pause et continua « je sais pas... à vrai dire... ça risque d'arriver souvent, qu'on ne soit pas d'accord... » il tourna son visage vers elle, meme s'il ne pouvait pas la voir vraiment, il la sentait. Sa main collée à ses reins, il reprit « on est en couple dans la vie... et sur le terrain... je... je vais pas te traiter comme une de mes élèves et je le sais... je vais te ménager... » avoua t-il « je l'ai fait aujourd'hui, j'suis venu t'aider alors qu'avec mes élèves, je les laisse se démmerder... » continua t-il enfin. Il marqua une pause et reprit « je... j'ai peur que notre duo en tant qu'XMEN vienne pourrir notre relation... » ouais, c'était con, mais il avait peur de ne pas parvenir à faire la différence entre les deux univers et que l'un vienne jouer sur l'autre. Inversant alors les deux tableaux, ça amènerait des situations complexes qu'il n'était pas sûr de parvenir à gérer que ça soit sur le terrain, ou dans le lit conjugal. Après... il avait envie de l'aider, de la faire évoluer, il savait qu'il pouvait l'aider, sans prétention. Il avait juste peur de ne pas utiliser la bonne manière et de finir par tout gacher : chez les XMEN, et entre eux. « Ecoute je... on en reparlera, d'accord ? On va y réfléchir et... on est pas obligé de se décider ce soir, ok ? » demanda t-il alors.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jean Grey
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix
♠ EMPLOI : anciennement professeur et médecin
MessageSujet: Re: Tu peux y aller, j'suis indestructible ft. Jean&Logan   Jeu 9 Nov 2017 - 23:18
La réponse de Logan tarda à se faire entendre. Le sujet était complexe et délicat, d'autant plus après la journée qu'ils venaient de passer. Leur dispute était encore fraîche, et les douloureuses conséquences qu'elle avait eues, étaient encore vives dans leurs esprits. Jean comprenait bien que le mutant veuille prendre toutes les précautions pour ne pas risquer une nouvelle fois de provoquer un conflit. Elle le sentit s'étendre sur le dos, fixant sans doute le plafond, alors qu'il avait gardé une main au creux des reins de la télépathe. Il lui révéla alors ne pas être certain que cela soit une bonne idée de poursuivre ainsi. Il n'était pas aussi intransigeant avec elle qu'avec ses élèves, ce qui d'après lui, faussait l'entraînement. Jean pouvait le comprendre. Logan craignait également que cette situation ne compromette leur vie amoureuse ou bien leur travail au sein des X-men. Mais plutôt que de donner une réponse définitive, il préféra prendre le temps de la réflexion. C'était sans doute la chose la plus sage à faire.

« Oui, tu as raison. La nuit porte conseil. »


Venant se caler contre lui, Jean déposa son visage sur le haut du torse du mutant, tout en glissant une main sur lui. Se laissant doucement bercer par la respiration de Logan, elle finit par s'endormir, relâchant toutes les tensions accumulées au cours de cette journée, grâce à la simple présence de son homme à ses côtés.

* * *

En plein milieu de journée, la plus part des élèves étant en cours, une grande partie des salles communes de l'établissement étaient désertée. Jean avait donc choisi la salle principale comme lieu d'entraînement pour ce qu'elle voulait expérimenter ce jour là. C'était un endroit spacieux … elle aurait de la place … beaucoup de place … surtout une fois qu'elle aurait poussé quelques meubles. Et puis, grâce à ses nombreuses fenêtres, cette pièce était également lumineuse … avec de la vraie lumière … rien d'artificiel et de fade comme dans les sous-sol de l'école. Jean n'en pouvait plus de passer des heures et des heures sous des néons … enfermée à se concentrer et à méditer. Elle avait besoin d'espace et de verdure … mais vu les températures extérieures du moment, elle avait opté pour … la salle principale.

Assise en tailleur au milieu de la pièce, les yeux clos, elle se concentrait, aussi bien sur son environnement que sur son corps. Elle cherchait à ressentir la matière autour d'elle … l'espace environnant. De cette façon, elle était capable d'agir sur les objets et les personnes qui l'entouraient, pouvant alors les manipuler et les déplacer à sa guise. Donc, en théorie, elle devait être capable de faire de même avec son propre corps. C'était ce que lui avait expliqué Charles le jour où il lui avait révélé que par le passé, elle était capable de mettre son corps en lévitation, et ainsi, de se déplacer comme si elle flottait dans les airs. A présent que Jean parvenait à déplacer des objets plus lourds qu'au début de ses entraînements, elle souhaitait tenter l'expérience.

Prenant une profonde inspiration, la rousse bloqua ensuite cette dernière un instant, le temps de parfaitement prendre conscience de son corps, et au cours d'une longue expiration, elle relâcha son pouvoir afin de se mettre en mouvement. Doucement, elle se sentit se relever … non pas en se servant de ses jambes, mais plutôt comme si tout son buste était soulevé par une force invisible. Centimètre par centimètre, elle se redressa de toute sa hauteur … et finalement, sentit ses pieds quitter le sol.

Lorsqu'elle réalisa ce qu'elle était en train de faire, elle sourit béatement de satisfaction et ouvrit les yeux, réalisant qu'elle flottait à quelques centimètres au dessus du parquet, mais également, qu'elle n'était plus seule. Trop concentrée sur ce qu'elle faisait, elle n'avait même pas entendu Logan arriver. Surprise par cette intrusion, sa concentration s'effrita, la faisant retomber au sol où elle se réceptionna de justesse sur ses pieds.

« Je … je remettrai tout en place avant la fin des cours … promis », lui dit-elle gênée en jetant un coup d’œil au mobilier.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Tu peux y aller, j'suis indestructible ft. Jean&Logan   
Revenir en haut Aller en bas
 

Tu peux y aller, j'suis indestructible ft. Jean&Logan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant


 Sujets similaires

-
» je ne suis pas bavard, je peux quant même? mwhaha
» Je suis un peu Perdu..
» Je ne peux m'empêcher de facepalm '-'
» Je suis heureux quand il pleut [Terminé]
» Je suis égoiste de vouloir te garder. Mais je ne peux te laisser à un autre. # Heather





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: Los Angeles :: Extérieur de Los Angeles :: Locaux de l'Institut Xavier-