Merci de recensez vos actions rps ici pour que le contexte les prenne en compte !
N'oubliez pas de voter !

Partagez | 
 

Entre rousses bien pensantes ft Donna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2

avatar
Jean Grey
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix
♠ EMPLOI : anciennement professeur et médecin
MessageSujet: Re: Entre rousses bien pensantes ft Donna   Lun 4 Déc 2017 - 17:40
Dos à la jeune femme, Jean s'immobilisa, l'écoutant malgré les refus qu'elle venait d'essuyer de la part de cette dernière. C'était comme si Donna, sentant qu'elle perdait sa chance d'obtenir de l'aide du médecin, tentait une ultime confession, un demi mea-culpa dans l'espoir de faire changer Grey d'avis. D'une certaine manière, elle exposait une nouvelle fois son point de vue, cherchant à justifier sa position. Ses frayeurs, cette vie nouvelle pleine d'inconnus et de nouveautés, cette crainte d'être rattrapée par son passé, tout ceci, la mutante l'avait bien saisi, même si Donna semblait penser le contraire … sauf que Jean souhaitait qu'elle s'en libère, quand bien même c'était effrayant. Or, il semblait bien que ces thématiques étaient continuellement ressassées par la jeune femme. Alors, oui, Grey en était arrivée à la conclusion qu'il était encore trop tôt. Pourtant, Donna continuait d'insister pour apprendre … campant sur ses positions de vouloir faire cela à sa manière … du haut de son expérience bien restreinte. Pourtant, il apparaissait évident qu'elle était sincère. Mais son entêtement et son obsession à ne pas vouloir écouter rendaient les choses terriblement complexes. Par moment, Jean avait presque l'impression de faire face à une autre personne qu'elle connaissait bien et qui était tout aussi têtue. Lâchant un long soupir, la rousse finit par se retourner, les mains jointes devant elle, faisant de nouveau face à Donna.

« Il faut parfois détruire pour pouvoir reconstruire. »

Cette phrase sonna curieusement dans l'esprit de Jean. Pas parce que c'était une phrase toute faite et presque bateau. Non … c'était autre chose. Quelque chose de bien plus viscéral … comme si c'était une vérité absolue et qui ne s'appliquait pas simplement à l'apprentissage chez une personne adulte. C'était plutôt comme si cette règle était universelle … et bien plus profonde qu'il n'y paraissait. Mais cette sensation ne dura que le temps d'un éclair … une fraction de seconde.

« Si tu n'acceptes pas certaines concessions, alors, tu vas rendre les choses beaucoup plus compliquées et désagréables. Je comprends que tu puisses avoir peur … mais, il faut parfois accepter de faire quelques pas en arrière pour pouvoir repartir de plus belle », lui annonça Jean d'une voix calme.

Donna était déjà une adulte, si bien que le travail d'apprentissage serait bien plus compliqué qu'avec un jeune adolescent. Généralement, lorsque les élèves arrivaient à l'Institut, leurs pouvoirs n'en étaient qu'à leurs débuts. Ils ne maîtrisaient quasiment pas leur aptitude, si bien qu'ils étaient particulièrement réceptifs aux conseils qu'ils recevaient, et suivaient les instructions sans se poser de question. Mais chez les individus plus âgés, les choses étaient moins simples, car ces derniers avaient déjà tenté par eux-mêmes d'apprendre à maîtriser leurs pouvoirs … souvent en s'y prenant mal, en adoptant de mauvaises techniques, des réflexes vicieux et délétères. Il était particulièrement compliqué de les pousser à changer leurs méthodes, de faire en sorte qu'ils désapprennent ce qu'ils avaient mis en place seuls, afin de les remettre sur la bonne voie. Or, avec Donna, c'était exactement ce problème là qui se posait. Par elle-même, elle avait tenté de comprendre et de contrôler sa télépathie, avec des résultats plus que discutables. Lui faire changer ses habitudes risquait de ne pas être une mince affaire, d'autant plus avec le tempérament qu'elle avait.

« Ne va pas croire que tu pourras apprendre à contrôler tous les aspects de ton don en quelques jours. Il te faudra du temps … beaucoup de temps … d'autant plus si tu refuses que l'on simplifie les choses en entravant tes capacités ne serait-ce que deux ou trois jours, la prévint Jean. Et ce sera d'autant plus difficile que tu as sûrement déjà pris de mauvaises habitudes en cherchant à l'utiliser et à le maîtriser ces dernières années. »

Jean fit dériver son regard sur le reste de la pièce, cherchant à rendre ses propos plus limpides. Finalement, elle tomba sur les livres qu'elle avait apportés et que Donna avait saisis entre ses mains.

« C'est un peu comme apprendre à lire … ça ne se fait pas en une semaine, et sans un guide, on risque de partir dans des impasses. Mais même lorsque l'on connaît les bases, il faut encore plusieurs mois, voire années, de pratique pour que cela devienne naturel. Avec les pouvoirs, c'est la même chose … en plus dangereux si jamais on se rate. »

La rousse glissa une main dans ses cheveux, les ramenant en arrière avec un geste fluide, avant de la reposer sur son autre main, les joignant de nouveau devant elle.

« Pour fermer ton esprit, tu dois … faire obstacle aux pensées des autres. Dit comme ça, ça semble ne rien vouloir dire, mais avec le temps, ça deviendra une évidence … un peu comme respirer. Au début, concentre-toi sur une pensée qui t'appartient … comme la préface d'un livre par exemple ou une image, et sers-t-en pour ne pas laisser de place dans ta conscience aux pensées extérieurs. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Donna Holloway
Civils
♠ EMPLOI : Libraire dans un endroit magique où se mêle musique, pâtisseries et coin cocooning.
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Entre rousses bien pensantes ft Donna   Mer 6 Déc 2017 - 19:19
Entre rousses bien pensantes.

Il y avait une autre complainte, un autre appel à l’aide, mais aussi et surtout, je ne voulais pas qu’elle parte. Je ne voulais pas rester seule d’avantage. Je voulais qu’elle reste, qu’elle me guide autant qu’elle pouvait, qu’elle discute avec moi, qu’elle me parle du monde, qu’elle fasse un peu tout, un peu rien, mais qu’elle ne me laisse pas seule.  J’aimais les nombreuses visites de Logan, il arrivait toujours à me faire sourire, mais je voulais connaitre Jean. Loin de m’immiscer dans leur vie, je ne voulais pas savoir qui partagé sa vie, je voulais, surtout, la connaitre elle. D’une certaine manière, elle était un modèle à suivre.  Une télépathe qui a survécut, qui s’est construit une vie, qui arrive à fonder quelque chose, sur des bases saines et solides. Alors oui, évidemment que son idée de supprimer les pouvoirs, elle était bonne, puisqu’elle l’avait vécu, mais j’avais besoin d’autre chose. D’autres opportunités avant de céder à ce que je pensais être de facilité. Avoir mes pouvoirs, c’était encore, compter sur moi.

Tout détruire… Ne l’étais-je pas assez pour tenter de me battre avec les armes que j’avais ? Je n’avais rien de plus à détruire, je n’avais rien à moi, si ce n’est mes faibles croyances et j’avais besoin d’elles, puisqu’elles étaient la seule chose qui me restait.  Elle n’avait pas tort, je l’admettais sans fierté, pourtant, j’avais envie de croire à autre chose de possible.

- C’est ce que je fais. Peut-être pas assez, mais c’est ce que je fais.

Je fais comme j’ai du faire pendant des années à survivre seule. C’était un peu perturbant, d’être ici et de devoir tout abandonner. S’abandonner aux mains de certains et même si j’ai confiance en lui, m’abandonner à lui faire confiance, à leur faire confiance, à les suivre… C’était ça le deal ? Donc, tant que je ne maitriserais rien, je ne pourrais faire ce que je veux ? Ca fait mal d’y penser…  Pourtant, je me dois de leur faire confiance. Je crois.

- Je n’ai pas peur de prendre du temps pour apprendre. J’ai assez pris sur moi pour me battre.

A dire vrai, je ne savais pas qui j’étais censé rassurée. Moi ? Elle ? Lui montrer que je n’étais pas juste brisée, que j’avais autre chose en moi, qu’elle ne voyait peut-être pas. Que je ne voyais sans doute pas plus. C’était peut-être quelque chose de cacher, ou d’inexistant, où de bien visible. Se forger un être est quelque chose de compliqué, surtout quand on est censé tout savoir de par l’âge.

- Logan pense beaucoup de bien de cet endroit. Je suis sûre qu’en étant ici…J’y arriverais.

Dangereux… Je ne voulais faire de mal, à personne ici, comme ailleurs et pas à moi non plus. J’avais déjà eu assez mon lot de douleur et je ne voulais plus voir la seule forme d’un bleu ou d’une crainte sur mon visage ou mon corps. Je ne suis plus seule, je n’ai plus rien à craindre. Une pensée qu’il faut que je marque au fer rouge dans mon esprit.

- Je n’ai pas peur de prendre mon temps. Il est vrai que…Je ne vais pas vous le cacher, je suis impatiente de savoir de quoi je suis capable de faire. Jack m’a dit ce qu’en théorie j’étais capable. Il connaissait quelqu’un capable de lui dire ces choses là… J’ai pu, parfois, surtout quand je craque, manipuler les émotions les autres. Et il pensait que j’étais capable de manipuler les souvenirs. Je sais que ça peut impliquer des dangers, c’est pour ça que je veux tout maitriser, même avec du temps. Je ne veux pas que l’on puisse se servir de ça, où moi-même, être un danger.

Savoir que l’on est capable de faire certaines choses, sans pouvoir les faire, ça a quelque chose d’assez frustrant. Je ne voulais pas li caché, parce que même si je ne sais pas me maitriser, je sais de quoi je suis capable, du moins, quand je saurai. Et je saurais un jour.

C’était donc ça. Le secret, est de repousser les autres, du moins, leur penser. Se concentrer sur une idée, un fait, un geste, un rien, pour les repousser.

- Si je comprends bien… Ici, vous n’entendez vraiment pas les élèves ? Ni les professeurs ? Vous n’entendez plus rien, que vous-même ? Vous avez repoussez leur esprit. Et la nuit…Comment vous faites ?

Parce que finalement, la nuit, on ne peut pas s’aider, se concentrer. J’aurais aimé savoir comment elle faisait, la nuit et quand son esprit vacillais.


Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jean Grey
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix
♠ EMPLOI : anciennement professeur et médecin
MessageSujet: Re: Entre rousses bien pensantes ft Donna   Jeu 7 Déc 2017 - 14:58
Jean crut percevoir une évolution dans le discours de la jeune femme, ainsi que dans son attitude. Finalement, peut-être accepterait-elle d'être un peu plus souple et ouverte à ce que l'Institut avait à lui offrir, même si ce ne serait pas simple. Mais Donna semblait moins réfractaire à ce que la mutante lui proposait … plus encline à faire confiance à ceux qui vivaient ici. C'était un bon début. Malgré tout, une nouvelle phrase de la protégée de Logan fit hausser un sourcil chez Grey. Donna n'avait pas peur de devoir prendre son temps … elle était prête à se battre. C'était visiblement la seule chose qu'elle avait connu durant sa vie … se battre pour survivre … lutter pour ne pas abandonner … Mais ici, il n'était pas question de se battre … d'ailleurs, se battre contre qui ? Hormis contre soi-même, ici, il n'y avait pas d'adversaire. Il n'était donc pas question de se battre … mais plutôt de s'accepter … de s'ouvrir … de se libérer. Dans l'apprentissage, il n'y avait aucune bataille à livrer.

C'était bien là un reflet de ce qu'avait énoncé un peu plus tôt Jean. Donna avait déjà pris de mauvaises habitudes … une philosophie inadaptée. C'était certes une manière de penser qui lui avait sans doute valu de survivre par le passé … mais qui à présent, était obsolète. Elle qui ne connaissait que ce mode de vie, accepterait-elle de faire autrement ? Avec le temps, peut-être … mais ce ne serait sans doute pas facile.

Donna évoqua alors les possibilités que lui offrait son pouvoir. Elle semblait impatiente de découvrir son potentiel … la manipulation des émotions, l'altération de la mémoire … des armes bien dangereuses entre des mains mal avisées. La frontière était si fine entre l'éthique et l'immoral … surtout avec ce genre de pouvoirs. Elle allait devoir en prendre conscience, ou bien elle risquait de basculer sans même s'en rendre compte vers des extrêmes qui n'étaient pas en accord avec les valeurs que tentait de transmettre l'Institut.

« Ce sont là des pouvoirs qui ne sont pas sans conséquence … et tu dois avoir conscience que jouer avec l'esprit des gens ne doit jamais être une solution de premier recours … bien au contraire, la prévint Jean. Et c'est d'autant plus vrai lorsqu'il s'agit de leur mémoire … le fondement même de leur identité. »

Pour le coup, Jean savait parfaitement de quoi elle parlait. S'il y avait bien un sujet qui lui parlait d'avantage que les autres, c'était bien celui en rapport avec la mémoire. Elle-même avait été dépossédée de ses souvenirs, jusqu'à ne plus se rappeler de sa propre identité. Depuis peu, elle apprenait à redevenir elle-même, regagnant progressivement ses souvenirs. N'être plus personne était sans doute l'une des pires punitions … en perdant sa mémoire et son identité, on perdait tout. Alors avoir le pouvoir d'agir sur ce genre de chose ne devait jamais être pris à la légère.

Finalement, Donna s'étonna que la mutante soit capable de fermer son esprit au point de ne plus être parasitée par les pensées des autres. Pourtant, c'était un fait, Jean parvenait à faire barrage à toute pensée qui n'était pas sienne, vivant ainsi comme n'importe qui d'autre.

« C'est ça. En fermant mon esprit, je réussis à ne plus entendre les pensées des personnes qui vivent ici. Parfois, lorsque des pensées sont émotionnellement trop fortes, elles percent mes défenses et s'imposent à moi … mais la plus part du temps, je suis tranquille. De cette manière, je ne lis les pensées des autres que lorsque je le souhaite vraiment … ce qui me permet aussi de préserver leur intimités au quotidien. »

Pour ce qui était de la nuit, Jean préféra aller au plus simple, histoire de ne pas inquiéter inutilement la jeune femme.

« Quand tu dors, tu continues de respirer sans même avoir besoin d'y penser … et bien, avec la pratique, c'est la même chose pour la télépathie. Au bout d'un moment, ton esprit parviendra à se protéger même dans ton sommeil. »

Dans les grandes lignes, Jean n'avait pas menti. Elle parvenait à rester hermétique aux pensées des autres même lorsqu'elle dormait.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Donna Holloway
Civils
♠ EMPLOI : Libraire dans un endroit magique où se mêle musique, pâtisseries et coin cocooning.
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Entre rousses bien pensantes ft Donna   Lun 11 Déc 2017 - 21:08
Entre rousses bien pensantes.

J ’avais conscience de ce qu’elle avait finit par dire. Je pouvais être dangereuse. C’était un fardeau plus qu’un don, j’avais toujours vu mes pouvoirs de cette manière. Espérant une vie meilleure si j’en étais débarrassée. J’avais refusé cette proposition, qu’elle venait pourtant de me faire. Parce qu’en sachant que Jack était en vie, la donne avait été changée et je devais rester forte et droite. Je devais me battre, contre moi, contre lui, contre mes peurs. Devenir celle que je voulais être, dans un temps imparti plus rapide que prévu.

- Je refuse de jouer avec l’esprit. Je sais ce que ça fait. Je sais que, déjà, la télépathie passe mal auprès des autres alors, les autres facettes de ce que je suis… La mémoire… J’ai vu le ressenti de Logan, sur sa propre perte de mémoire, je sais à quel point c’est dangereux et je n’ai pas le choix. Je dois apprendre pour ne pas faire d’erreur et ne pas attaquer la mémoire des autres. Je fais ça pour ceux qui partage ou partageront ma vie.

C’était vrai. Une ligne directrice que j’avais prise pour ma vie, c’était de ressembler à tout, sauf à mon père. Je ne voulais pas lui ressembler, de près comme de loin. Alors je devais abattre mes cartes, tout faire pour faire de mon esprit une forteresse, imperméable à Jack, aux problèmes, à mes peurs. A moi. Je devais me dépasser. Je savais, un peu, légèrement, que Jean souffrait d’une perte de mémoire, elle connaissait le souci, aussi bien que Logan. J’étais un danger, elle le savait. Et c’est en voyant ces deux personnes réagir, se battre, que je compris d’autant plus l’impact que pouvait avoir cette facette de mon pouvoir.

Fermer son esprit. La clé de tout. Difficile. Mais pas impossible. Les télépathes l’ont fait, alors je peux aussi.  Alors, si les émotions sont trop fortes, ça peut passer ? Elle m’explique l’avenir, la possibilité, les facilités, les hésitations, les soucis. L’honnêteté de me dire que parfois, ça peut flancher, mais qu’en général on pouvait réussir. Alors, moi aussi.

- Frank… Parce qu’on a pas mal discuté, vu notre temps libre… M’a dit qu’il se sentait mis à nu. Je n’ai pas envie qu’on me craigne où que l’on se sente mal à l’aise avec moi. Alors, je fermerais mon esprit.

Quel est donc ce sourire que je sens perler sur mes lèvres ? Ce début de rictus en coin, juste à l’énonce du Punisher. Je devrais le détester pour ce qu’il fait, mais… Il le fait pour la bonne cause, non ? Une bonne cause qui lui tenait à cœur, alors pour le reste, je ne pourrais et ne voulais pas le juger, ni lui, ni les autres.
Alors, la nuit, c’était faisable. C’était une habitude. Y arriver en journée, y arriver en soirée et la nuit. C’était possible, faisable, ça promettait un avenir sans maux de crâne, sans mise à nu, sans cri de la part de Logan.

- Quand je suis arrivée au Canada, dans la montagne, la première chose qui m’a frappé, c’est le silence. C’était la première fois où, pendant des heures, j’étais seule avec moi-même. J’ai rencontré quelqu’un qui m’a fait usé de carabine dans un parc d’attraction et… J’ai réussi, en me focalisant sur ma respiration, sur l’arme, pour y réussir, quelques secondes.

Dire ça pour lui montrer, que malgré tout, j’avais pu réussir, ne serait-ce qu’une demi-seconde.

- Je… Vous avez des armes ici ? Je veux dire… Je n’ai pas les capacités pour me défendre. Alors, je dois me défendre, autant mon esprit que mon corps. Je n’aime pas les armes et j’espère ne jamais avoir à m’en servir, mais tirer m’a aidé à me canaliser, je suis obligée de me contrôler et puis…  C’est aussi quelque chose qui peut m’aider, plus tard. Je n’ose pas demander à Logan… Je sais qu’il va refuser, parce qu’il va refuser que je me mette en danger, avec la pensée que je puisse vouloir m’en servir…

J’hésitais un peu pour parler. Je lui demandais à me mettre une arme dans les mains, mais aussi autre chose. Avec ma main brisée et ma cheville dans le même état, je ne pouvais rien faire, mais je voulais qu’elle comprenne, aussi, qu’elle m’aide avec Logan, aussi, que j’avais besoin d’entrainer mon corps, comme mon esprit. Je ne pouvais pas faire l’un sans l’autre, j’avais appris, dernièrement, à mêler les deux.  A dire vrai, je voulais surtout qu’elle comprenne que j’étais prête à me dépasser, à me surpasser pour survivre.



Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jean Grey
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Classe 5 - Marvel Girl ou Phénix
♠ EMPLOI : anciennement professeur et médecin
MessageSujet: Re: Entre rousses bien pensantes ft Donna   Hier à 4:44
Avec un certain soulagement, Jean constata que la jeune femme avait conscience que manipuler les souvenirs des autres n'avait rien d'anodin. Le pouvoir qui était le sien ne devait pas être pris à la légère, ni comme une solution de facilité ou un loisir. Il y avait des vies en jeu, et Donna semblait bien le comprendre. Si ce point d'éthique était réglé, alors ce serait une chose de moins à travailler, ce qui n'était pas pour déplaire à Grey.

La jeune irlandaise semblait également particulièrement intéressée par la faculté de Jean à fermer son esprit, et ainsi ne plus entendre les pensées des personnes qui l'entouraient. Après avoir entendu les bases de la technique qui permettait cette parade, la jeune femme confirma souhaiter ne plus être aussi intrusive au quotidien, ayant bien compris combien sa vie sociale pouvait pâtir de son manque de contrôle. Jean lui adressa alors un discret sourire en coin, attendrie par ce qu'elle venait d'entendre. Si seulement Donna savait ce que lui réservait le monde … ou plutôt la société.

« Je préfère te prévenir tout de suite. Même si tu sais contrôler ton pouvoir … aux yeux des autres, tu resteras une menace pour leur intimité. C'est le lot quotidien de tous les télépathes. Et même s'ils te font confiance, au plus profond d'eux, il y aura toujours cette petite voix pour leur rappeler qu'à n'importe quel moment, tu peux apprendre leurs plus sombres secrets. C'est comme ça … il faudra t'y faire. »

Donna partagea l'une de ses expériences lors de son voyage au Canada. Elle était parvenue à fermer son esprit un bref instant alors qu'elle se concentrait sur une autre activité. C'était exactement ce que lui avait expliqué un peu plus tôt Jean. Pour ne plus entendre les pensées des autres, elle ne devait pas leur laisser de place dans sa conscience, occuper totalement cette dernière avec ses propres pensées, sa propre volonté, afin de faire barrage. C'était dans un premier temps la meilleure manière d'obtenir des résultats. Par la suite, avec de la pratique, elle apprendrait à se préserver simplement en le désirant, sans pour autant avoir besoin de penser à quelque chose de précis, ou même en focalisant son attention sur une activité particulière.

Mais alors, la conversation prit une tournure des plus étranges. Donna demanda s'il y avait des armes à l'Institut. Loin de s'attendre à une telle demande, Jean haussa un sourcil de surprise … mais également de scepticisme. La mutante avait déjà une petite idée de ce que sa patiente souhaitait en faire avant même qu'elle ne le lui révèle. Bien entendu, Donna voulait apprendre à s'en servir pour se défendre, en plus d'avoir une activité pour s'occuper avant de mieux maîtriser son pouvoir. Lorsqu'elle indiqua que Logan serait sûrement opposé à une telle activité, Jean manqua d'étouffer un rire.

« Donna … tu es dans une école ici, lui rappela-t-elle. Alors, non, nous n'avons pas d'arme. D'ailleurs … nous n'en avons pas besoin. Et puis, comme tu l'as si bien souligné, Logan serait opposé à cette idée … et je n'ai vraiment pas envie de m'opposer à sa décision … et encore moins dans son dos. Désolée. Il y a sûrement un tas d'autres activités qui peuvent réclamer toute ton attention pour t'aider à fermer ton esprit. J'en suis certaine. »

Il apparaissait également évident que Donna ne se sentait pas en sécurité, d'où cette demande d'apprendre à se défendre. Si elle avait réellement été sereine à ce sujet, alors elle n'aurait jamais eu cette requête. Jean pouvait comprendre la crainte de la jeune femme, même si elle savait également que cette dernier était en parfaite sécurité ici, totalement hors d'atteinte de qui que ce soit.

« De toute manière, comme je te l'ai déjà dit, ici, tu n'as rien à craindre … et puis, entre nous, ton esprit, une fois entraîné, sera une arme bien plus efficace que n'importe quel fusil. Qui plus est, pour les semaines qui viennent, il te faut du repos strict si tu veux guérir au plus vite … tout le monde n'a pas la chance de se remettre aussi vite sur pieds que Logan. »
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Entre rousses bien pensantes ft Donna   
Revenir en haut Aller en bas
 

Entre rousses bien pensantes ft Donna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2


 Sujets similaires

-
» Entre bien et mal ▬ Elias
» Il est bon de lire entre les lignes, cela fatigue moins les yeux [PV Alh]
» Entre tueurs, on s'entends parfois bien non? |PV Axel|
» Katie et Veronica: Shopping entre filles
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: Los Angeles :: Extérieur de Los Angeles :: Locaux de l'Institut Xavier-