Merci de recensez vos actions rps ici pour que le contexte les prenne en compte !
N'oubliez pas de voter !

Partagez | 
 

Zoya Ivanek - Fuck Them All

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Zoya Ivanek - Fuck Them All   Dim 13 Jan 2013 - 12:45
Zoya Ivanek
✄ Moi c'est Zoya Ivanek mais plus généralement on m'appelle Pojar. Je suis également connu(e) sous le nom de code de Plamya.Je suis né(e) à Kirov en Russie le 22 Décembre 1995. Ne vous donnez pas la peine de faire le calcul, j'ai 18 ans. Dans la vie je suis SDF mais mes véritables passions sont la musique et l'art en général. Je suis actuellement célibataire. Je vous vois venir avec votre curiosité ! Mais s'il faut répondre alors... Je suis bisexuelle et vous n'avez aucune chance ! Puisque vous insistez, voici mes traits de caractère: méfiante, insolente, défaitiste, amusante, déprimante et déprimée. Heureux mélange n'est-ce pas ?! J'appartiens au groupe des élèves d'x-men et j'en suis fier(e). Oh, il paraît que je ressemble énormément à Taylor Momsen.


✄✄✄✄✄✄✄✄✄✄✄✄


Pouvoirs & aptitudes
Le pouvoir de Zoya se résume en deux mots : pyrogénèse et pyrokynésie. La base de son pouvoir est la pyrogénèse qu'elle appelle aussi « Combustion spontanée ». Ses deux pouvoirs amènent bien des atouts, mais aussi des inconvénients, Zoya ayant encore du mal avec la pyrokynésie. Maîtrisant plutôt la pyrogénèse. L'un des avantages constamment présent c'est sa capacité à ne pas être vulnérable aux flammes et aux incendies.

L'un des inconvénients récurent et qui a tendance à amuser certain, c'est lorsqu'elle utilise sa pyrogénèse, elle terminera toujours sans aucun vêtements ou quelques résidus collés à sa peau ( à moins de trouver des sous-vêtements qui résistent à de très hautes températures en effet ).

Le plus grand problème de Zoya avec ces pouvoirs c'est sa très forte sensibilité cachée derrière une carapace de froideur. La jeune fille au caractère fort à tendance à perdre le contrôle de ses dons lorsqu'elle se retrouve dans des situations stressantes, de colère intense ou de tristesse intense. Cependant, la demoiselle se sert régulièrement de ses dons de pyrogénèse, ceux-ci lui servant aux quotidiens, elle maitrise parfaitement les zones qu'elle souhaite enflammer. Sa pyrokinésie étant plus récente et surtout étant un don encore moins discret que le premier, elle n'a pas eu encore souvent des moments pour utiliser cette particularité de ses dons.

Sa peau s'enflamme littéralement, brulant au passage ses vêtements, tout sous ses pas fini par bruler, qu'elle marche ou qu'elle reste sur place. Sa peau étant tout aussi brulante. N'essayez même pas de passer votre main très rapidement par-dessus les flammes. Sous cette forme, les projectiles capables de bruler n'ont plus d'effet sur elle ( ca ne concerne pas les balles d'un révolver bien évidemment ). Toujours insensible à l'asphyxie des incendies. Elle est capable de contrôler les flammes qui la recouvrent pour arriver à les concentrés sur certaine partie de son corps ( ses mains règles générales ) lui permettant ainsi de pouvoir envoyer des boules de feu dévastatrices. Elle peut aussi absorber les flammes qui pourraient l'entourer et ainsi éteindre un incendie, bien évidemment, elle ne pourrait pas être capable d'éteindre un incendie réellement impressionnant mais plutôt un début d'incendie ( une petite pièce par exemple mais pas une grande pièce et encore moins une maison )



Votre histoire
Bonjour, je m'appelle Ekaterina, Ekaterina Ivanek. Je suis sa soeur. Je pense être l'une des seules personnes à vraiment pouvoir parler d'elle. Alors, je vous raconterai son histoire, notre histoire. En essayant d'être la plus fidèle possible, mais soyez indulgent, je dois bien admettre que je ne me souviens pas de tous. Mais on fera avec non ?
Nous sommes nées ensemble et à l'époque c'était la seule chose qui comptait à vrai dire : Etre ensemble, pour toujours.
Maman était une femme au foyer, essayant de subvenir à chacun de nos caprices, être une mère parfaite. Elle aurait pu y arriver, si elle n'avait pas décidé d'être aveugle face à notre père.

Notre père, on l'a pas toujours détesté, à vrai dire, je n'arrive toujours pas à le détester en fait. Zoya, par contre, nourrit une véritable haine pour lui, mais il ne faut pas en vouloir à Zoya ni même à notre père, ils ont tout deux leurs raisons.
Papa travaillait très souvent et certainement trop longtemps, on ne le voyait pas ou presque pas, il gagnait bien sa vie. On ne le connaissait pas vraiment et de toute façon, nous étions trop jeunes pour vraiment comprendre quoi que ce soit. On grandissait innocemment. Je regrette ce temps où nous ne savions rien, où nous ne pouvions pas donner une définition au mot « mutation ». Le "bon vieux temps" n'est-ce pas ?

Je ne sais pas trop comment tout cela s'est réellement déclenché. Nous dormions, dans la même chambre, Zoya s'était réveillée au cours de la nuit pour me rejoindre dans mon lit. Elle disait avoir fait un cauchemar, j'avais presque souris en la voyant, car je venais de me réveiller moi aussi d'un cauchemar. Nous devions avoir quoi...10...11 ans ? Je ne sais plus trop.

Au cours de la nuit, j'ai commencé à avoir très chaud, je n'arrivais pas à m'endormir et je sentais que cette chaleur insoutenable provenait de ma soeur, je la secouais légèrement, elle était : Lumineuse. C'était étrange, et beau à la fois, tellement beau à vrai dire. Zoya a toujours été si belle. Mais j'ai pris peur, pas pour moi, pour elle. Je pensais bêtement qu'elle était simplement malade, comme quand on a de la fièvre. Le temps d'aller chercher ma mère, lorsqu'on est revenue, la chambre était littéralement prise dans les flammes.
Au milieu, une forme étrange, petite, c'est ses sanglots qui m'assurèrent que cette "boule de feu" n'était rien d'autre que Zoya. J'avais si peur pour toi, je croyais que tu brulais réellement. Que tes pleures n'était pas ceux d'une petite fille qui a peur mais d'une petite fille qui a mal. Maman a tout fait pour essayer de t'éteindre. Elle m'a mise dehors sans que je ne puisse faire quoi que ce soit. J'étais là dans le jardin à regarder notre maison brûler et les voisins hurler dehors. Crachant dans un téléphone de venir au plus vite à des pompiers.

Je ne sais pas ce qui m'a prise, mais je suis revenue dans la maison, j'avais trop peur pour toi Zoya. C'est en courant que je me suis faufilée et étrangement, le feu ne me faisait pas peur, ne me faisait même pas mal. J'avais l'impression d'étouffer un peu, mais cela allait. Je devais venir te chercher. Je le devais.
Le feu semblait presque m'éviter en vérité et je ne me rendais pas compte que ce qu'on faisait là...Allait littéralement changer notre vie. Tirer un trait à notre existence innocente. Je t'ai vu et je t'ai tendu la main, tu n'as pas voulue la prendre au début, tu disais que tu allais me faire mal, comme tu avais fait mal à maman. Mais j'ai insisté et pour finir tu l'as attrapé et les flammes qui entouraient tout ton corps se sont dissipées. Nous sommes sorties.
La maison...C'était trop tard pour la sauver et nous pleurions maman. Tu disais que c'était de ta faute et je ne cessais pas de te répéter que ce n'était pas grave, qu'on allait se réveiller. Je croyais encore que tout ça, c'était un cauchemar.
Quand on y pense, ce n'était que le début.
Les pompiers ont éteint le feu.
Et papa est arrivé.

Mes souvenirs sont assez saccadés et entrecoupés à vrai dire. Papa nous a emmenés. Je me souviens qu'il nous a demandé plusieurs fois "qu'est ce qui s'est passé" ? Mais nous n'étions pas vraiment capables de pouvoir l'expliquer. Quelques jours plus tard, Zoya et moi on a vu maman pour la dernière fois. Ils l'ont enterré, ça n'a pas été quelque chose de facile, Zoya culpabilise toujours à cause de cet accident. Car oui, ce n'était rien de plus qu'un accident.
Et nous ne méritions pas la punition qui allait nous tomber dessus.
Papa nous a emmenés dans un étrange hôpital. Il nous a dit que c'était pour vérifier que nous n'avions rien par rapport à cet incendie. Ni brulure, ni traumatisme. Nous ne nous doutions pas qu'en réalité, c'était la première et la dernière fois que nous allions voyager. On nous a enfermées dans des chambres séparées et ils nous ont testés chacune à notre tour. Je ne sais pas ce qu'ils ont fait à Zoya, mais ce qu'ils m'ont fait à moi fut assez horrible pour que je sois incapable de vraiment vous en parler.


Ils ont essayé de me bruler.
Papa n'arrêtait pas de me dire qu'il allait nous soigner toutes les deux. Comme si, Zoya et moi étions malades ? J'avais du mal à comprendre à l'époque et les tests n'ont jamais cessé de continuer. On voyait le jour que lorsque nous étions assez sage pour aller dans la cour, on était jeune et on obéissait. Les seuls moments où elle et moi pouvions nous voir. A l'époque, vous savez, nous avions entièrement confiance en notre père malgré tout. C'était difficile à vivre, douloureux et traumatisant, mais on se disait au fond de nous que c'était nécessaire. Jamais nous n'imaginions qu'en réalité, tout cela était très loin d'être là pour nous aider à nous soigner.
Nous n'étions que des numéros.
Des cobayes.

Et il nous a fallu 6 ans pour le comprendre, nous avions 16 ans. La crise d'adolescence peut être. Mais Zoya commençait doucement à se douter que tout cela n'était pas là pour nous soigner, que tout ça c'était autre chose. Elle parlait tout bas dans la cour, elle avait peur qu'on soit entendu et puis un jour, elle prétexta vouloir dessiner et c'est à coups de crayon et de feuille à papier que nous communiquions. Elle était persuadée que papa n'était pas aussi bon qu'il nous laissait croire. Persuadée que tout ça, c'était dangereux, pour moi, pour elle, mais toute les deux nous subissions sans jamais rien dire pour pouvoir se voir dans cette cour.

Elle voulait nous faire sortir.
C'est les dernières paroles que j'ai d'elle:

« Ekaterina, je dois te faire sortir d’ici ! »

Avec tellement d'inquiétude. J'avais l'impression que peut être était-elle au courant de quelque chose mais qu'elle n'osait rien me dire ?
Ce soir-là, les tests furent plus dure, une autre simulation d'incendie, les flammes, habituellement, les flammes ne me font pas souffrir. Je peux les contrôler ou plutôt, je pouvais. La peau me brulait mais ce n’était pas le pire! L’air me manquait et c'est une sensation étrange que de sentir l'air nous manquer. J'avais beau respirer, ce que je respirais me brulait la gorge et asséchait ma bouche rapidement. Je n'avais même plus assez de souffle pour pouvoir leur demander d'arrêter. Je crois que c'est pour ça que je suis morte dans ce test...
Ils m'ont tué.
Était-ce un accident ? Zoya est persuadée que non...
Et moi ? Je n'en sais rien.

Je ne sais pas pourquoi mes dons ont disparu ce soir là
__________________________________________

Ils ne m'ont pas dit que tu étais morte Ekaterina !
Je suis sortie, comme chaque jour dans la cour. Tu sais, je faisais exprès de bien me tenir et d'obéir aux ordres pour pouvoir te voir, je les laissais faire leur examen, leur truc à eux dans l'unique but de pouvoir te voir. J'avais travaillé toute la nuit pour trouver un moyen de sortir d'ici et je pensais avoir enfin trouvé cette solution.
Mais j'avais besoin de toi Ekaterina.
Mais tu n'étais pas là.

J'ai demandé après toi, j'ai hurlé après toi et je n'ai jamais eu de réponse, c'est en croisant le regard d'un de ces foutus laborantin que j'ai su, que j'ai vu dans ses yeux ta propre mort.
Il ne me l'a même pas annoncé !
Il préférait que je ne le sache pas !
Je n'ai pas pu me retenir plus longtemps. Ils t'ont tué ! J'ai voulu les enflammer ! Tous ! Les bruler vifs mais rien ne se passait, absolument rien, j'avais beau m'acharner être en colère ! J'avais tellement de haine en moi, j'avais envie d'exploser. De tout faire exploser ! Pourquoi ça n'a pas fonctionné ?

Je me suis réveillée dans une autre chambre, une nouvelle chambre, notre père était derrière cette vitre, à l'abri de la moindre flamme. S'amusant de la situation comme l'enfoiré qu'il était ! Ce sourire satisfait, ses yeux posés sur moi. Et tout à recommencer comme si rien ne c'était véritablement passé, comme si Ekaterina n'était pas morte et comme si je ne haïssais pas ces gens au point de rêver de les voir bruler sous mes mains !
Je me sentais seule, terriblement seule et dans ce genre de situation, dans ces instants où il ne reste que vous-même pour vous soutenir, vous vous enfermez dans cette petite parcelle de votre tête, ce petit univers qui n'appartient qu'à vous. Vous vous y enfermez à double tour et attendez. Attendre que la douleur passe, que la tristesse s'efface légèrement, mais rien n'arrive, ça fait toujours aussi mal, je pleure toujours autant sa perte, les jours et les nuits se ressemblent si bien que je suis incapable de dire l'heure, le jour.
Et j'ai même peur de ne pas pouvoir dire l'année dans laquelle cette histoire se déroule.

C'est au travers des mots que je trouve le refuge de pouvoir tenir le coup, écrivant dans un morceau de ma tête des poèmes que je récite encore et encore jusqu'à ce que je sois sur de n'en oublier aucun. Ce qui est amusant, c'est que cela les effraye de m'entendre ainsi prononcer nombre de mot, de phrase qui ont parfois un sens et parfois pas. Je rectifie, continue de réfléchir, je ne dois pas perdre la tête et je le sais !
Je sortirai d'ici pour mieux y revenir, pour mieux tous les cramer, un...Par...un...
Et je me réserve le plat de résistance...
Notre géniteur...

Je te le promets...

Et plus le temps passe et plus je doute, je doute de pouvoir tenir cette promesse jusqu'à ce que mes yeux se posent dans les tiens, Ekaterina. Je te vois là, au travers de la vitre, je ne peux pas m'empêcher de te sourire, nous parlons même, jusqu'à ce que je comprenne l'inévitable et la douloureuse vérité:
Tout cela n'est que le fruit de mon imagination, tu ne peux pas être là parce que tu es morte.
Mais l'espoir monte en moi avec cette idée idiote que je n'ai jamais pu voir ton corps inerte. Que je n'ai jamais pu avoir la certitude que tu l'étais bel et bien.
Et je pense que tout cela est une machination, peut être es-tu vivante, on me ment pour mieux se servir de moi ! Et il me faut la vérité ! Tout de suite !
Les flammes n'ont jamais été si forte que ce jour-là, les flammes n'ont jamais été si intense, elles sont presque bleue, si belle...Aussi belle que toi Ekaterina. Je vais te retrouver ! Il n'y a personne cette fois-ci pour m'arrêter, les murs brûlent, la vitre se brise et je cours aussi vite que je le peux, jusqu'à la sécurité, les flammes sont là, brulant la moindre chose inflammable que je pourrais toucher
La sécurité, les caméras, je la retrouverai comme ça !

L'homme est effrayé, à un tel point qu'il ne trouve même pas la force d'utiliser l'arme à feu qu'il possède en me voyant ou alors était-ce de la pitié ? Un regard sur les écrans anéanti complètement mes espoirs et je pose ma main sur la première chose qui pourrait bruler. Laissant le local prisonnier de mes flammes et emmenant en enfer ma seconde victime.
Une nouvelle course, et je profite de cette autre aile absolument pas prévu pour survivre à mes pouvoirs. C'est certainement cette petite faille qui m'a permise de sortir d'ici sans trop d'encombre.
Je cours encore et encore et une partie de moi reste étonnée que personne ne me suit, une partie de moi ne comprend pas, une partie de moi sent le piège à plein nez, mais je ne peux pas m'empêcher de continuer ! Laissant derrière moi les traces de pas brulée ou de neige fondue. Je sais où je veux aller.

Je ne sais pas combien de temps j'ai couru, à vrai dire mes souvenirs sont confus dans ma tête. Comme si j'avais été droguée.
A vrai dire, je suis incapable d’expliquer comment je suis arrivé dans ce cimetière, je n’en ai plus aucun souvenir.

Des heures ont dû s'écouler. Je n'en sais rien et je suis plantée là: Devant ta tombe.
A côté de maman.
Les flammes ont commencé à prendre les arbres et l'herbe sèches des lieux, les gaz des corps en putréfaction devaient certainement aider à ce nouvel incendie alors que je te vois une nouvelle fois...Ton nom inscrit dans la pierre.

Ils mourront tous pour ce qu'ils t'ont fait, Ekaterina...
__________________________________________

Abandonnant le cimetière aux flammes…Tout cela ne sera qu’un simple fait divers dans le journal. Seule, effrayée et en colère, Zoya ne sait pas vraiment où se rendre…Ni même quoi faire. Elle n’était qu’une pauvre gamine à peine âgée de 17 ans ! C’est dans les metros, les gares, les forêts, la moindre cachette qu’elle chercha une solution. Partir, elle savait qu’elle devait partir. Volant pour se nourrir et parfois se permettre une nuit à l’hotel.

"Zoya...Tu compte faire quoi maintenant ?"

Les yeux de bleus de la demoiselle se posent sur l'imitation parfaite de son visage...

"Je les tuerai tous Ekaterina..."
"Cela ne me..."

Elle plaqua sa main contre cette bouche...

"TAIS-TOI" Hurla-t-elle...

"Zoya..."

Les larmes auraient pu naître sur le coin des yeux de la jeune adulte mais rien n'apparaissait d'autre que la colère et la haine.

"Ils payeront...Surtout lui Ekaterina...Ils payeront tous..."
"Mais ils risqueraient de"
"Me tuer oui..."

Elle releva la tête.

"Je ne veux pas..."
"Et moi je ne peux pas vivre sans toi Ekaterina."
"Mais je suis là !"

La colère était bien trop forte et bien trop profonde, les doigts de Zoya enserraient alors un verre d'eau qui était posé sur le lavabo...C'est avec une haine destructrice qu'elle balança l'objet vers Ekaterina...
Un miroir se brisa en mille et un morceaux...

"Tu sais très bien que non..."

Murmura Zoya en faisant face au miroir avant de voir une nouvelle fois son corps s’enflammer par la colère qui la rongeait et quitter la chambre de cet hôtel miteux pris dans les flammes. Mais cette fois ci…

Mais elle savait, elle savait que si elle voulait le tuer elle devait absolument apprendre à se contrôler, trouver les moyens et ce n’était pas en restant en Russie qu’elle allait avoir la paix. Elle devait disparaitre, persuadée que cet homme continuait toujours de la rechercher. Comment une fille de l’est, trop jeune pour partir sans papier, allait y faire pour se rendre sur un autre continent ? Sans abris, c’est très rapidement que la réponse à cette question lui était venue lorsqu’elle avait fait une rencontre plus que dangereuse.

On lui proposait tout : Voyage, logement, papier et travail.

Naïvement elle avait accepté, se retrouvant très vite utiliser comme un simple objet qu’on envoyait sur d’autre terre pour amuser d’autres hommes. Elle arrivait à éviter les problèmes, éviter de se frapper ou pire encore. Dans la cale d’un bateau, elle était entourée de toute ces jeunes filles…Jeunes et pleines d’espoir pour certaines, de désespoir pour d’autres. Arrivant sur le continent de l’espoir ! De la liberté ! Les rêves des autres s’effondrent, les cauchemars des unes continuent. Emmenée dans un bordel du coin, la vérité éclatait mais la prostitution était très loin de faire partie des projets de Zoya. Elle avait beau n’avoir aucune estime pour elle-même

« Déshabille-toi »

Lui avait demandé un des hommes dans un anglais parfait, Zoya resta d’ailleurs un long moment à le regarder sans véritablement comprendre. Elle n’avait jamais appris cette langue. Lui attrapant le visage violemment sous le menton, il obligeait Zoya à le regarder droit dans les yeux.

« No ne ponimayu »
Traduction:
 

Il la pousse et répète en mimant :

« Déshabille-toi ! »

Un sourire mauvais se dessine sur les lèvres sales de la jeune russe. Son corps s’illumine doucement et elle prononce quelque mot dans sa langue natale :

« Pochemu ? I moltchat' i liejat' ? »
Traduction:
 

Et au fur et à mesure des paroles, les vêtements que portait la demoiselle s’enflammaient. Les flammes semblaient directement naître de sa peau. Elle hurla :

« Posmotri ! »
Traduction:
 

Restant sur place, le tapis crasseux de ce bordel commençait a prendre feu alors que les jeunes filles essayaient de fuir avec certain des hommes de mains. Ce fut la première fois qu’elle utilisa sa pyrokinésie, envoyant des boules de feu sur les cibles mouvantes de la pièce. Il n’était pas question qu’une seule personne ne sorte vivant de ce lieu. Les flammes les encercles tous, ils hurlent et doucement elle quittera les lieux, c’est dans la rue qu’elle observe toutes les prostituées qui regardent le bordel s’enflammer. S’approchant de l’une d’entre elle, elle prononça dans un anglais approximatif :

« Vêtements »
__________________________________________

Depuis ce jour Zoya a survécu grâce aux petits boulots et aux rencontres. Vivant toujours dans la rue, elle se nourrit grâce aux petits vols, il lui arrive parfois de faire la manche dans les gares de métro, chantant en échange de quelque dollars avec une guitare parfois mal accordée où sur laquelle il manque une corde. Elle se débrouille et semble très bien réussir dans ce domaine, se cachant, arrivant parfois à trouver un toit dans un foyer...Elle a doucement apprit l'anglais à force de les côtoyer, mais elle a parfois du mal avec certains mots qu'elle pourrait encore avoir tendance à dire dans sa langue Maternelle.

Essayant de mener sa vie aussi discrètement que possible pour ne pas être repérée par son père, Zoya vivait en tant qu’artiste de rue…Jusqu’à cet étrange jour où New York fut victime d’un attentat. Prenant pleinement conscience qu’elle n’était pas seule, elle prit le peu d’affaire qu’elle possédait et elle partit. Le voyage fut long entre Los Angeles et New York, vivant de trajet de bus, parfois de vol de voiture. Au cours de ce Road Trip, Zoya cacha à la fois son identité et son appartenance à la race des Homo Superior. Toujours apeuré à l’idée de trop attirée l’attention, elle ne tenait pas à voir son voyage s’interrompre du jour au lendemain parce qu’elle n’avait pas pu se contrôler.

A présent à New York, la jeune russe semble tout simplement perdue, sans un sous en poche et sans la possibilité de savoir qui pourrait réellement l’aider.



✄✄✄✄✄✄✄✄✄✄✄✄



Spoiler:
 

Codage & apparence par © SweetyBB

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Loki Liesmith
Loki
♠ EMPLOI : Président des USA
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Zoya Ivanek - Fuck Them All   Dim 13 Jan 2013 - 13:24
(Re) Bienvenue à toi ! Ravi de te voir parmi nous !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
All I've got is crippling hybris mixed with self-doubt. And pretty hair.
We can rewrite our stories, all of us. Write our own happy endings, our own redefinitions. We don’t have to be what we’re told to be, even by ourselves. But…if you really want to change, you can’t just trick yourself into thinking you already have. That’s a trick never worth playing.
 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Zoya Ivanek - Fuck Them All   Dim 13 Jan 2013 - 13:35
Pour moi c'est bon, j'aurai tendance à te valider en tant qu'étudiant X-men de classe 3.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Stark Industrie
Admin
♠ CLASSE & NOM DE CODE : + ∞
MessageSujet: Re: Zoya Ivanek - Fuck Them All   Dim 13 Jan 2013 - 13:37
Bon retour jolie Zoya :D
Je laisse Danny s'occuper de ta validation ♥


.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Zoya Ivanek - Fuck Them All   Dim 13 Jan 2013 - 13:40
C'est parfait

Bienvenue !
✄✄✄✄✄✄✄✄✄✄✄✄✄✄✄✄


Félicitation, le Staff a aimé ta présentation et tu es par conséquent validé(e) ! Nous sommes heureux de te compter parmi nos membres et te souhaitons bon jeu parmi nous ♥️

Toutefois, avant de jouer, il y a quelques points à vérifier et quelques tâches à effectuer :

♠️ As-tu bien été mis(e) dans le groupe « Membre Validés » ? Si non, fait signe à l’un des membres du Staff.
♠️ As-tu bien été mis(e) dans le bon groupe de joueurs ? Si non, fait signe à l’un des membres du Staff.
♠️ Viens recenser ton avatar dans le bottin en postant le code suivant:
Code:
[color=DarkRed][size=15] ♠️ [/size][/color] Avatar ↔️ Pseudo
♠️ Rempli ton profil au maximum, si ce n’est pas le cas un membre du Staff viendra te le rappeler.
♠️ Si tout est OK, tu peux désormais te lancer dans l'aventure ME Reborn et aller créer ton journal de bord
♠️ Si tu préfères faire des sujets libres et attendre que n’importe qui vienne te répondre, poste le lien ici.
♠️ Nous te conseillons de prendre connaissance de ces deux sujets : points rps & points membre
♠️ N’oublie pas de voter régulièrement sur les top-sites et de flooder dans la fiche pub sur PRD, ça te fera gagner des points !

L’équipe de ME Reborn te souhaite de passer d’excellents moments en notre compagnie ! ♥️

Codage & apparence par © SweetyBB

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Zoya Ivanek - Fuck Them All   Dim 13 Jan 2013 - 13:43
Merchi tout le monde !!!!

*se retrousse les manches*
C'est partie donc pour le comeback =D
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Zoya Ivanek - Fuck Them All   Dim 13 Jan 2013 - 13:44
Zoya
Heureuse de te revoir parmi nous
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Zoya Ivanek - Fuck Them All   Dim 13 Jan 2013 - 13:52
Merci beaucoup !! ^^
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Zoya Ivanek - Fuck Them All   Dim 13 Jan 2013 - 15:24
Amuse toi bien parmi nous =)
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Zoya Ivanek - Fuck Them All   Dim 13 Jan 2013 - 15:33
Bon retour et amuses-toi bien parmi nous :21:

Ton personnage m'a l'air trèèèès intéressant :52: Je lirai ta fiche pour essayer de trouver un lien ^^
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Zoya Ivanek - Fuck Them All   
Revenir en haut Aller en bas
 

Zoya Ivanek - Fuck Them All

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


 Sujets similaires

-
» Zoya Ivanek
» Fais-moi oublier ☾ Kamen & Zoya
» Zoya Vicktorya Romanov ϟ La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur de la chose elle-même.
» ZOYA ϟ Brisons les chaînes
» Your heart is mine ϟ Nik&Zoya





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: First Class :: Les dossiers du SHIELD :: Les fiches refusées/abandonnées-