Merci de recensez vos actions rps ici pour que le contexte les prenne en compte !
N'oubliez pas de voter !

Partagez | 
 

Never follow the melody || La Sirène [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar
Maxime O'Neil
Civils
♠ GIF :
MessageSujet: Never follow the melody || La Sirène [Terminé]   Dim 15 Avr 2018 - 3:07


  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
feat Madelaine Petsch
Maxime O’Neil

 

  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Carte d'Identité
La SirèneNée à San Francisco le 10 Septembre 199719 ans ProstituéeCélibataireHétérosexuelle À une époque, Max aimait bien chanter. Maintenant, elle ne parle même plus. Mutante engagée (bon, ça ne parait pas vite comme ça, mais ça viendra)

 
Caractère

Dans la situation dans laquelle elle se trouve, Max fait taire la plus grande partie de sa personnalité. Elle garde tout pour elle et fait profile bas pour éviter les coups. Malgré qu’elle fût jadis une enfant et une adolescente pleine de vie et de charisme, son tempérament, bien que caché, est sujet à changement. Elle est très instable autant émotionnellement que physiquement.

Elle a tendance a ne faire confiance à personne et à démoniser tout le monde, surtout les hommes. Pourtant, il y a un espoir qui la garde. Parce que même s'il sont indirectement responsable de la mort de son père, Max a confiance en les supers héros. Tout les héros. Quelque part sous sa carapace endurcie se cache une petite fille qui s'ennuie éperdument des histoires que lui racontait son papa.

Avant son kidnapping, Max était devenue une adolescente bornée et pleine de rage. C'était quelque chose de sourd qui grondait à l'intérieur. Elle était revendicatrice et en voulait à la terre entière. Elle bout encore quelque part en elle, cette rage, même si maintenant elle regrette amèrement de l'avoir laissée l'envahir.

Et puis parfois, elle se souvient avec nostalgie de la personne qu'elle était avant le décès de son père. Une bonne vivante, un peu égocentrique et superficielle qui réussissait bien à l'école. Elle était curieuse et aimait apprendre tout ce qui lui passait sous le nez. Une jeune fille très brillante. La fierté de son père. Elle donnerait n'importe quoi pour revoir ce regard-la. N'importe quoi pour chasser ceux que les hommes ont maintenant à son égard. 

 

Pouvoirs & capacités

  Maxime sait que quelque chose cloche chez elle, mais jusqu’à présent elle ignore elle-même quoi.
Pour l’instant, son pouvoir lui est plutôt damnation. Elle a une capacité d’attraction phénoménale. Ses aptitudes relève de manipulations psychiques dont elle ne soupçonne même l’existence.

Éventuellement, elle parviendra à en avoir le contrôle pour obtenir ce qu'elle veut de ses interlocuteurs. Pourquoi ? Le véritable pouvoir de la Sirène consistera en fait à s’approprier celui des autres. Avec limitations, bien sûr. Je pourrais en faire un listing ici, mais je me dis que ça coupe un peu le suspens. Par contre, si c’est ce que vous préférez je peux le faire : j’ai pas mal déjà prévu le summum de son pouvoir et ses étapes d’évolution : )

Pour l’instant, le seul pouvoir de Max consiste a attiser l’intérêt de ses interlocuteurs sans même qu’elle ne le souhaite. Selon bien des facteurs, cet intérêt peut se muter en pulsions sexuelles malsaines sur lesquelles personne n’a le contrôle transformant Max en victime. Elle s’est convaincue que c’était simplement parce qu’elle était jolie et que les hommes étaient tous des barbares. Elle a donc tendance à recouvrir son corps au mieux et a baisser les yeux pour ne pas attirer l’attention.

Pour être plus précis, ce sont les contacts visuels direct et continus qui ont tendance à déclencher les « pulsions ». Pourtant, tout le monde peut y réagir différemment. Ses « victimes » ne comprennent, en général, pas ce qui leur arrive.  Certains son complètement obnubilés et n'on pas conscience de leurs actes, d'autres sont conscient tout au long. Certains parviennent à contrôler leurs gestes, d'autres non. Les personnes parvenant à rester en maîtrise on tout de même, habituellement, des pensées indécentes qui ne leur ressemble pas nécessairement malaise, malaise. Une plus petites catégorie, elle, n'est pas touchée du tout ou presque. Il s'agit bien souvent de personnes avec des défenses intellectuelles et émotionnelles plus grandes. L'âge, les pouvoirs et l'espèce d'une personne sont des facteurs influents sur sa réception du pouvoir de Max.
Les personnes les plus vulnérables sont les mutants et les humains puisqu'ils font partis - à la base - d'une seule et même race.  

  Derrière le masque, y a qui ?
 
PseudoAverglashAge20 ansCode règlementValidé par BuckPv, scénario, marvel ou inventéInventéComment as-tu atterri ici ?Google, c’est mon meilleur pote.Disponibilité4/7
RemarquesJ’aime bien, ça a l’air vivant C=

 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Maxime O'Neil
Civils
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Never follow the melody || La Sirène [Terminé]   Dim 15 Avr 2018 - 3:08


  Approuvez-vous le gouvernement et les décisions qui ont été prises par rapport à l'évacuation et le sacrifice de New York ? Comment vivez-vous le changement de ville, si vous venez justement de New York ? Avez-vous réussi à reprendre un train de vie plus ou moins normal, avec l'amélioration du camp de réfugié en quartier naissant nommé NY Town ? Si vous viviez déjà à Los Angeles, comment voyez-vous l'arrivée de ces réfugiés installé ici depuis un an à présent ?

 
Maxime est arrivé à Las Vegas le 03 Mars 2016 en catimini.
Étant prisonnière d’un trafic de mutants, elle n’a pas vraiment eût accès aux nouvelles. Elle entendait, parfois, par-ci, par-là Drake et ses sbires en parler. De ce qu’elle avait compris, la belle New York était tombée. Ça ne l’avait pas tellement surpris après les évènements qui lui avaient volé son père. Mais pour le reste… ça lui est plutôt égale. Sa situation la pousse à se retrancher dans un égoïsme désintéressé. Max, surnommée Ariel, est enchaînée par une dépression sévère qui la dissuade même de se faire des films pour trouver un coupable à son malheur. Elle en est venue à croire que c’était comme ça : un point c’est tout. Et puis, la seule différence notable qu’il y ait eut à ses yeux c’est une légère variation de sa clientèle. Il y a plus « d’ethnies », si l’on peut dire.


  Une explosion a eu lieu lors d'une réunion mondaine, peu de temps après un incident sur l'une des bases du SHIELD. Si vous n'êtes pas membre de l'organisation, vous ne savez pas que l'incident touche une prison de haute sécurité, mais vous avez dû entendre parler de ces deux incidents : que pensez-vous de cela ? Si vous faites partie du SHIELD, vous savez que les problèmes sont potentiellement plus grave que ce qu'ils ont l'air, et vous entendez un nom être murmuré : Hydra... Pensez-vous que cette organisation criminelle puisse être de retour ?

 
Pour des raisons similaires, Maxime n’a pas vraiment d’opinion sur le sujet. Elle sait que le monde va mal. Que les uns se battent et que les autres explosent, mais elle n’a jamais entendu parler de Hydra. C’est un nom qui ne lui est pas familier. Pour ce qui est de la misère du monde… peut-être qu’elle en aurait de la peine si elle parvenait à ressentir autre chose qu’un vide béant.


• Avez-vous participé à la tentative de reprise d'Asgard ? Si oui, quel est votre opinion dessus, comment vous en êtes vous sortis ? Si non, quel est votre avis sur les Asgardiens et leur présence ?
• Gouvernement, SHIELD, HYDRA : Avec l'alarme de mars, le SHIELD a perdu des agents, connu une fuite de prisonniers et suspecte des taupes entre ses murs... Quelle est votre place là dedans et qu'en pensez-vous ?
• Mutants : La Confrérie se regroupe et se restructure sans Magneto. On dit qu'elle a repris son recrutement actif, y compris au coeur du nouvel Institut et des infrastructures d'intégration des mutants à Los Angeles. De quel côté êtes vous ?

 
Max n’a pas fait la guerre. Pourtant, elle a rencontré un Asgardien une fois, dans l’un des bars de Drake. Elle ne sort pas souvent de sa chambre, pour éviter les regards des autres, mais ce soir-là, pour une raison qui lui échappe, elle osa. Il y avait peu de gens qui savaient la regardée avec décence. Pourtant ce type-là l’avait fait. Pas à un seul instant elle n’avait vu la perversion assombrir son regard. Elle lui avait tenu compagnie, en silence, puis il avait fait la conversation tout seul. C’était un grand gaillard plutôt loquace. Jovial, quoiqu’un peu porté sur l’alcool, il avait passé la soirée à parler d’un endroit nommé Asgard. Maxime ne savait pas s’il disait vrai et elle n’avait pas parlé depuis trop longtemps pour poser des questions. Alors elle l’avait écouté. Ça lui avait plût. Ça lui avait rappelé son père et ses grandes histoires inventées pour la faire rêver. Elle serait repartie avec lui, mais elle fût forcée de repartir avec un autre type désigné par Drake. Depuis, Maxime n’avait jamais revu l’Asgardien.

Pour ce qui est du reste, elle connaît les mutants et les surhommes, comme les Avengers et le X-Men. Elle n’a jamais vraiment eut l’occasion d’en voir ou même d’en apprendre beaucoup sur eux, cependant. Ses connaissances sur les mondes sont très limitées.


 
Votre histoire

 

10 Septembre 1997, San Francisco.

Il y avait un homme assis sur l'une des chaises de la salle d'attente. La tête entre les mains, ses jambes ne cessaient de tressauter pour essayer au mieux d'évacuer le stress, sans réel succès. Il se souvenait encore. Les images, fraîches, passaient en boucle dans sa tête. Les cris de sa femme, le sang, puis le cardiogramme qui, d'un coup, s'éternisa dans une tonalité interminable. Celle qu'on avait l'habitude d'entendre dans les films. Un bruit agaçant, froid, terrifiant.

Le bruit de la mort.

Puis on l'avait poussé hors de la salle et tout était devenu flou. Les médecins s'étaient affairés autour d'elle alors qu'Alan O'Neil s'éloignait du corps inerte de la femme qu'il aimait. Celle qui était sur le point de donner la vie.

Les médecins appelaient ça "des complications". Pour l'homme c'était le drame. Quelque part à l'intérieur de lui, il le sentait bien qu'il n'y avait rien à faire. Qu'il ne la reverrait jamais sourire. Mais l'espoir c'était tout ce qu'il avait. Alors, il attendit.

Longtemps.

Puis un homme en grande tunique blanche était venu le voir, le visage désolé.

Puis Alan s'était effondré.

10 Septembre 2002, San Francisco.

« Papa ! Papa ! Papa !

Un sourire élargit le visage d'Alan alors que la petite fille rousse s'élance vers lui en rigolant. Elle effectua un tour sur elle-même pour faire virevolter les jupons de sa robe.

- Regarde ! Regarde ! Regarde !

Déposant sa valise sur le sol, l'homme s'accroupit auprès de sa fille pour s'extasier sur sa nouvelle robe lui aussi.

- Wouah ! Mais d'où est-ce que ça vient tout ce rose ?

- C'est un cadeau d'Agnèse ! Disait la gamine.

- Un cadeau ? Mais comment ça ? C'est une occasion spéciale ?

La petite fille fronça les sourcils et pointa son père du doigt avec une adorable colère.

- C'est mon anniversaire ! S'époumonnait-elle.

L'homme feignit la surprise.

- Non ?! Sérieux ?!

- Oui !

Il plaqua théâtralement sa main sur sa bouche.

- J'ai oublié !

La petite fille parut sous le choc.

- Nooon !

Devant son air peiné, Alan rit et pris sa fille dans ses bras pour la rassurer.

- Mais non Max, papa fait des blagues. Je sais très bien que c'est ton anniversaire. »

Aussitôt, la petite, soulagée, étreignit son père.

Comment oublier ? Cinq ans maintenant qu'on lui avait dit que sa femme et ses jumeaux étaient morts. Tout le moins ils semblaient l'être. Maxime avait finit par se réveiller, contrairement à sa mère et son frère. À l'époque, l'humanité commençait à peine à entendre parler des mutants. Les médecins n'avaient donc pas compris la vie qui émanait désormais du bébé qu'ils venaient de déclarer mort. Mais pour Alan, ça n'avait pas d'importance. Il avait aimé sa fille bien avant ses premiers instants et il l'aimerait jusqu'à rendre les armes.

Quelque part en lui, pourtant, il savait que sa fille était différente. Il s'entêtait à faire des recherches sur les mutations et avait même déjà pris contact avec un professeur brillant dirigeant un institut pour jeunes surdoués. On l'avait rassuré, lui avait dit que sa fille ne développerait probablement rien de trop anormal avant la puberté. Et, bien qu'Alan s'y fiait, il ne cessait de veiller là-dessus. C'était un homme bien, ouvert d'esprit. Qui protégerait sa fille envers et contre tous.

Alors qu'il relâchait son étreinte pour se redresser, Alan avisa Agnèse, la nounou. D'un sourire il entama la conversation avec celle qui s'occupait de sa fille en ses nombreuses absences.

09 Mars 2014, San Francisco.

Les écouteurs vissés sur les oreilles, Maxime regardait par la fenêtre du centre jeunesse. Le visage morne, elle regardait la pluie tomber. On pouvait voir, dans la vitre, se refléter l'écran du téléviseur de la salle commune qui faisait défiler les nouvelles. Deux ans après la catastrophe, on en parlait encore. Quoi de plus normal ; la civilisation humaine n'avait jamais été attaquée par des extraterrestres jusqu'alors. Maxime finit par regarder l'écran pour revoir en boucle des images qu'elle avait vu si souvent.

Les baleines de métal géantes, les Chitauris, les Avengers... Et tous ces petits civils écrasés comme des insectes par les buildings qui tombaient en miettes.

Son coeur se serait. Une semaine que son père était mort, écrabouillé par une poutre de béton lors des événements de New York. Il avait quitté San Francisco trois jours plus tôt pour faire ce qui devait être le reportage de sa vie. Plutôt ironique, mais terriblement vrai pensait Max.

Elle s'était retrouvée dans le système aussitôt qu'on avait identifié la dépouille de son père. Et la voilà : seule et effondrée dans une salle qu'elle connaissait à peine et qui était pourtant sa maison désormais.

Elle sursauta quand une main se posa sur son épaule. Piquée au vif, elle tourna la tête vers un garçon de son âge et s'esclaffait devant sa réaction. Elle fronça les sourcils et retira son écouteur droit.

« Qu'est-ce que tu veux ?

- Tu chantais, répondit simplement le jeune homme comme si c'était évident.

- Et alors ? Ronchonnait Max, qu'est-ce que ça peut te faire ?

Elle le défiait du regard alors qu'il la narguait de son petit sourire hautain.

- T'es mignonne quand t'es en colère.

Maxime vit les traits du garçon changer un peu. Elle n'avait jamais vu ça dans le regard de quelqu'un auparavant. Elle sentit un malaise monter dans sa gorge. Pourtant, elle ne flancha pas.

- Dégage. »

Elle fit mine de remettre son écouteur, mais le garçon ne démordait pas. Il se permit même de remettre la main sur son épaule pour qu'elle se tourne vers lui. Un frisson désagréable parcourut le corps de Max alors que l'intrus s'avançait indécemment sur elle, sans rien dire.

L'adolescente l'évita aussitôt et se redressa sur ses pieds, le coeur battant de colère.

« Hey, ça va pas ?! C'est quoi ton problème ?!»

Elle fût happée d'horreur en voyant le visage du garçon. Son expression ne changeait pas. Il semblait envoûté. Pourtant, il continuait à vouloir s'approcher d'elle. Paniquée, elle sonda les alentours pour trouver de l'aide et s'enfuit par l'un des couloirs pour trouver un intervenant du centre. Elle faillit en percuter un en passant de justesse devant une porte. Il l'intercepta alors pour lui demander ce qui n'allait pas. Toujours sous le choc, Max tenta d'expliquer tant bien que mal quand elle se figea d'un coup. Les yeux plantés dans ceux du spécialiste, elle vit ses traits changer.

Ce fût graduel, mais rapide. L'intervenant avait désormais le même regard que le garçon derrière elle.

20 Mars 2014, San Francisco.

Maxime avait froid.

Marchant dans les rues aux petites heures, elle essayait de se réchauffer au mieux dans son manteau. Son sac sur le dos, il ne lui restait plus grand-chose à manger et à peine quelques billets verts. Quatre jours qu'elle avait fugué du centre. Elle croyait devenir folle. Depuis l'adolescent, chaque être humain qu'elle avait croisé s'était comporté de façon bizarre. D'abord, le type de la supérette, puis l'épicier. Elle avait même fait un saut dans une laverie pour se réchauffer et la dame qui s'y trouvait l'avait toisé sans cesse jusqu'à ce que le malaise la pousse à repartir. Cachée sous sa capuche, Max ignorait depuis tout contact avec son espèce. Mais elle devait se rendre à l'évidence : elle devait manger.

Elle s'arrêta devant un petit casse-croute pour espionner à travers la vitrine. Elle remarqua seulement un client. Elle prit une inspiration et entra. La cloche attira les deux regards au comptoir.

Les yeux bas, Maxime s'avança pour commander. Le serveur se mit en branle pour lui préparer sa commande et l'adolescente fit du mieux qu'elle pût pour ignorer le client, assis sur le tabouret près d'elle, qui la toisait sans gêne. Alors que le silence s'éternisait, l'homme finit par dire :

« C'est une drôle d'heure pour une gamine aussi jeune.

C'est vrai que du haut de ses seize ans, Max avait l'air louche. Elle se racla la gorge.

- Ouais... Ouais je... J'fais qu'passer.

En vrai, elle aurait voulu manger sur place, au chaud, mais elle était terrifiée à l'idée de rester.

- T'as des problèmes, finit par dire l'homme. Des trucs que tu peux pas expliquer.

Elle sentit son coeur rater un battement, puis elle osa regarder le type. La mi-trentaine peut-être. Un sourire qui se voulait sympathique. Elle qui n'en avait pas vu depuis quatre jours, elle resta sous le choc.

- Comment vous ..?!

Elle fût interrompue par son interlocuteur qui levait le doigt pour lui insuffler d'attendre.

Le serveur revint, puis lui donna sa commande et le client se leva pour inviter Max a prendre place dans une banquette avec lui. Elle n'hésita pas très longtemps pour s'asseoir face à l'autre.

- Alors, disait le type, d'où est-ce que tu viens ?

- Heu...

Elle ne savait pas trop quoi dire. En fait, elle ne savait pas trop si elle devait répondre.

L'homme gloussa.

- Tu peux me le dire. J'en connais plein de jeunes comme toi.

- Qu'est-ce que... Qu'est-ce que vous voulez dire par « comme moi » ?

- Tu sais... Insinuait l'homme, des gamins différents.

Max battit des paupières sans trop comprendre. Pourtant, elle mourrait d'envie de savoir. De retrouver ceux qui la comprendraient. Elle en avait déjà tellement marre d'être toute seule : elle croulait de fatigue et avait des engelures aux doigts.

- Où... Où est-ce qu'ils sont ces gamins ? Disait Max.

L'homme répondit avec désinvolture :

- On appelle ça La Planque. C'est pas très loin d'ici. Je te montrerais bien, mais, tu sais, c'est plutôt secret comme endroit. J'peux pas t'emmener si je sais pas qui t'es.

Maxime sentit sa gorge se resserer.

- Quoi ?! Comment ça ?!

- Bah, tu sais, faudrait pas que tu sois une menace pour eux, tu comprends ? T'es là : dans un casse-croute à deux heures du mat'... C'est louche.

O'Neil appuya son dos sur la banquette et pris une inspiration. Elle ne pouvait pas laisser filer une opportunité comme celle-là. Elle ne pouvait plus rester seule.

- Je... (Elle se racla la gorge) Je me suis enfuie d'un centre d'accueil.

L'homme se recula, l'air incertain.

- J'veux pas d'fauteurs de troubles dans ma Planque, Ronchonnait-il et, aussitôt Max s'expliqua :

- Non ! Pas du tout ! Je suis quelqu'un de sympa c'est juste que... (Elle retint sa voix qui flanchait) C'est juste que mon père est mort y'a deux ans à New York.

L'homme semblait perplexe.

- Et c'était ta seule famille ?

Elle se mordit la lèvre, les émotions lui enserrant la poitrine, puis elle hocha douloureusement la tête.

- Ouais.

Aussitôt, l'homme eût l'air de se sentir coupable. Il lâcha un gros soupire et se laissa tomber dans sa banquette.

- Pauvre gamine. J'peux pas t'laisser ici. Tu veux pas y retourner à ce centre ?

La terreur revint dans le visage de Max.

- Non ! Jamais ! Ils sont tous tarés !

Le client hocha la tête.

- Ok. Je veux bien t'emmener. Mais j'te préviens : si tu m'as mentit ça ira mal.

Maxime secoua la tête de gauche à droite :

- Non ! J'vous jures que non m'sieur. C'est la vérité. »

Son regard brillait de détermination et de bonne volonté.

30 Avril 2014, Oakland.

Maxime n'avait pas mentit.

Mais l'homme lui, oui.

La tête lourde elle gisait sur un vieux matelas sale dans une pièce sombre. Il n'y avait pas beaucoup de tissus pour recouvrir son corps et ses paupières étaient horriblement lourdes. Elle avait perdu la notion du temps et le compte des jours. En fait, elle ne savait même plus ni son nom, ni comment parler.

Son corps était ankylosé, plein d'ecchymoses et maigre. Elle se souvenait à peine de ce qui s'était passé. À peine de l'homme qu'elle avait rencontré dans ce restaurant.

Ce type-là, c'était un capteur comme Drake aimait bien l'appeler. Il se baladait en ville pour trouver des mutants, ses semblables. Parce que son pouvoir à lui, c'était de déceler les gens qui en avaient. Et Drake, c'était le gars à qui il vendait ses trouvailles.

Comme Maxime.

Il n'avait pas eu grand-chose, parce qu'ils n'avaient pas compris son pouvoir. Même qu'à un moment, Drake avait cru que le Capteur lui avait vendu de l'inutile. Mais ça, c'était avant que l'un de ses potes ne se jette sur la gamine comme un malade hors de contrôle. À ce moment-là, Drake avait compris qu'elle avait un truc cette petite.

Il avait compris qu'il ferait beaucoup de blé.

Quarante jours qu'il l'avait et il s'était déjà fait un max de tunes. Même les autres filles ne lui rapportaient pas autant. C'était dingue. Peu importe les conditions dans laquelle elle se trouvait, il y avait toujours preneur. C'était une mine d'or. Sa petite préférée.

Il y ferait bien attention ça c'était certain.

16 Avril 2018, Los Angeles.

« Hey Ariel. Y'a un type qui passera t'voir dans dix minutes. »

La rouquine ne répondit pas. Elle ne répondait jamais. Elle savait bien que ça ne servait à rien. Elle avait arrêté de parler depuis 56 mois maintenant et personne ne s'était plaint. Couchée en position foetale, face au mur, elle battait des paupières doucement. Encore. Encore une fois. Son maquillage était coulé, sa peau si pâle qu'elle fût presque verte translucide et pourtant il y aurait quelqu'un. Il y avait toujours quelqu'un. Même si elle était laide, même si elle était froide. Elle s'était même rasé les cheveux une fois, au début, mais il n'y avait rien à faire. Rien.

Même si elle avait mal, même si elle ne voulait pas. Rien.

Alors, elle ne se plaignait plus, ne disait plus rien.

Rien.

Absolument rien.

À suivre...


 

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ahsoka Chinara
Marvel Knights
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Piàn
♠ EMPLOI : Sorcière du Kamar-Taj
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Never follow the melody || La Sirène [Terminé]   Dim 15 Avr 2018 - 8:04
Bienvenue par ici et bon courage pour ta fifiche ! :52:


Piàn
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Loki Liesmith
Loki
♠ EMPLOI : Président des USA
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Never follow the melody || La Sirène [Terminé]   Dim 15 Avr 2018 - 10:36
J'aime beaucoup ce choix d'avatar en tous cas ! Concernant ton histoire, c'est tout à fait possible et même une bonne idée ! Je te conseille par contre d'envoyer un mp à Wolverine :28: Eeeet enfin bienvenue parmi nous ! Tu as sept jours pour terminer ta fiche et si tu as besoin d'aide ou un délai n'hésite pas ! J'ai hâte de voir ce personnage


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
All I've got is crippling hybris mixed with self-doubt. And pretty hair.
We can rewrite our stories, all of us. Write our own happy endings, our own redefinitions. We don’t have to be what we’re told to be, even by ourselves. But…if you really want to change, you can’t just trick yourself into thinking you already have. That’s a trick never worth playing.
 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Singularity
A-Force
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Pocket Dimension
♠ EMPLOI : Héroine Cosmique, Baby des A-Force, En apprentissage constant de l'espèce humaine
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Never follow the melody || La Sirène [Terminé]   Dim 15 Avr 2018 - 11:49
Hello
Quel perso intéressant, j'ai vraiment hâte de pouvoir en lire plus :amour:
Bon courage pour la suite de ta fiche :amour:


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
There is an island
We are a team. We are friends. ✻  They were my friends. They were A-Force. But this -- this is not that world. I know, somehow, that world is -- gone.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ororo Munroe
X-Men
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Alpha - Tornade
♠ EMPLOI : Professeure et Co-directrice de l'Institut Xavier
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Never follow the melody || La Sirène [Terminé]   Dim 15 Avr 2018 - 11:54
Madelaine !!! Ton personnage promet d'être hyper intéressant j'ai hâte de voir ça en rp !! Bonne chance pour finir ta fiche ! Voici un cookie de bienvenue pour toi :cookie: !!


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer — .
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Steven G. Rogers
Avengers
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Captain America
♠ EMPLOI : Co-leader des avengers. Ancienne égérie et porte-bannière, ancien invader.
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Never follow the melody || La Sirène [Terminé]   Dim 15 Avr 2018 - 12:00
Madelaine **....


Bienvenue parmi nous avec cette charmante demoiselle ! :) j'ai hâte de lire qui est cette puce :)!


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
I can do this all day
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Daisy Johnson
SHIELD
♠ CLASSE & NOM DE CODE : Quake | Skye
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Never follow the melody || La Sirène [Terminé]   Lun 16 Avr 2018 - 21:15
Hey ! Bienvenue ici avec la jolie rousse et bon courage ! o/
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Maxime O'Neil
Civils
♠ GIF :
MessageSujet: Re: Never follow the melody || La Sirène [Terminé]   Mar 17 Avr 2018 - 0:57
Aaaaaw merci à tous !
Je devrais continuer ça ce soir :3


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
g i v e   m e   s t r e n g t h
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jayden Edgerton
Eleve X-men
MessageSujet: Re: Never follow the melody || La Sirène [Terminé]   Mer 18 Avr 2018 - 12:43
bon courage et bienvenue déjà :)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
J'ai perdu tous mes charmes et n'ai donc plus d'autre arme que ma pauvre humanité.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Never follow the melody || La Sirène [Terminé]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Never follow the melody || La Sirène [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )





Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Evolution Reborn :: First Class :: Les dossiers du SHIELD :: Les fiches validées-